Olympe et le plafond de verre

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 6 avril 2014

1993, action du Front de Libération des Barbies

C'est une histoire que j'ai apprise en regardant un documentaire sur la voix.  Je n'ai pas trouvé d'article en français sur le sujet.  Si ça vous intéresse,il y a quelques infos en Anglais sur wikipedia 

L' Organisation de libération de Barbie, un groupe d'artistes et de militants spécialistes de la "Culture du brouillage" s'est emparé, en 1993 de 300 à 500 poupées Barbie et Joe (en fait le nombre exact n'est pas connu il est possible qu'il soit très inférieur) et ont interverti les boites vocales des poupées avant de les remettre sur les étagères des magasins. 

Les petites filles ont été bien étonnées d'entendre leur Barbie dire avec une voix mâle que "la vengeance est à moi" ou Joe avec une voix féminine que "la plage est l'endroit idéal pour l'été" ou que "les mathématiques c'est trop difficile".

Enorme succès de cette opération qui a fait l'objet d'une importante couverture média

Le petit reportage suivant est en Anglais, assez facile à comprendre si vous avez quelques rudiments et même si vous ne comprenez pas c'est troublant d'entendre les poupées parler avec une voix qui n'est pas celle attendue.
Si vous n'arrivez pas à la voir la vidéo est ICI

Et si vous cherchez de la lecture pour ce dimanche je vous conseille vivement cet article du blog "Le cinéma est politique" qui explique avec force détails et exemples comment les héros de cinéma hommes sont de plus en plus musclés et bodybuildés. 

samedi 22 mars 2014

Des liens pour le week end #6

1/ Une interview de Simone de Beauvoir en 1975, toujours émouvant et revigorant

2/ Une vidéo avec des publicités dans lesquelles les hommes 

remplacent les femmes dans des poses lascives. on a beau le savoir ça fait toujours de l'effet

 

3/ La naissance d'un empire est dangereux pour la santé des hommes.

Un article sur Slate qui évoque les troubles alimentaires masculins et l'effet des images vues au cinéma

4/ Une étude scientifique sur la taille des testicules et l'évolution de l'espèce

5/ Incontinence urinaire chez les femmes sportives. Sur un blog consacré à ce sujet pour les femmes comme pour les hommes

Même chez les jeunes femmes. L'étude est ancienne mais si quelqu'un en a entendu parler depuis, qu'il le dise. Cela reste un tabou.

jeudi 20 mars 2014

Affiches concours égalité

C'est cette affiche qui a gagné le concours organisé par le Ministère. 

J'aime beaucoup

Les autres oeuvres gagnantes sont ICI.

Il y en a beaucoup d'autres . Voici un petit échantillon. (Dommage quand même que le site ou elles se trouvent soit aussi long à charger). Avis aux blogueurs et blogueuses qui sont probablement comme moi toujours à la recherche d'images.

Il y a aussi des textes, et des vidéos, que je n'ai pas eu le temps de regarder.







mercredi 19 mars 2014

Soutenir un projet de web documentaire sur la polyandrie

La polyandrie est l’union d’une femme avec plusieurs hommes.
Mais contrairement à ce qu'on pourrait imaginer il ne s'agit pas du tout d'un pouvoir exercé sur les hommes par des femmes. 
C'est un modèle familial que l'on trouve dans l'Himalaya et on pourrait dire qu'une femme est partagée entre plusieurs hommes, souvent des frères.

Anne Julie Martin et Andrada Noaghiu sont allées voir de plus près. Elles en ont ramené des images, des films, des dessins qu'elles aimeraient transformer en documentaire sur le web 

Pour cela elles ont besoin, devinez ... d'argent.

Elles ont déja trouvé pas mal de soutiens, dont celui du FIGRA 2014 (Festival international du grand reportage d'actualité et du documentaire de société) qui les aide à promouvoir leur dossier sur Kiss Kiss Bank Bank un site de financement participatif. Il leur manque encore 3 000 €. Si vous avez envie de voir ce projet aboutir vous pouvez y mettre quelques sous, pas forcément beaucoup. C'est ICI . Et votre nom apparaitra au générique !

dimanche 16 mars 2014

Le swing est un geste plus en accord avec la nature gracieuse féminine

C'est en lisant Directmatin dans le  métro que j'ai appris que se tenait ce week-end à Paris le salon du golf, avec entrée gratuite pour les femmes (trop tard pour y aller  ça se terminait aujourd'hui !)

Sur le site de l'évènement on en apprend plus sur les motivations de cette gratuité

" le Salon du Golf souhaite jouer un rôle dans le développement du Golf au sein de ce segment insuffisamment représenté malgré un potentiel considérable. Après tout, beaucoup d’experts considèrent que le swing est un geste beaucoup plus en accord avec la nature gracieuse féminine qu’avec la nature masculine, plus sèche. "

Et il y avait dans le même journal, la publicité  d'un exposant, qui ne lésine pas sur la gracieuseté ! Mais elle ne donne pas l'impression de prendre vraiment au sérieux les potentielles futures licenciées.

L'enjeu est de taille puisque le Golf redeviendra sport olympique à Rio en 2016. Et si j'ai bien compris les hommes et les femmes ne joueront pas les mêmes tournois.

C'est pourtant typiquement le genre de sport où ni la force ni la vitesse n'ont un rôle majeur. Alors pourquoi ne pas créer des épreuves mixtes ? 

La question se pose régulièrement, elle l'avait été en 2012 par la championne de ski Lindsey Vonn. 

La raison qui parait la plus plausible est que les hommes ont trop peur de perdre face à une femme.

L'explication officielle, et qui semble tomber sous le sens,  est que les performances des femmes sont plus faibles et qu'elles n'auraient donc aucune chance de gagner. Cohérent, et vrai dans de nombreux sports (quoique...) , mais il existe un précédent assez intéressant, et peu connu :

en 1992 une chinoise a gagné la médaille d'or à l'épreuve mixte du tir aux pigeons aux JO de Barcelone, devant 7 hommes. Aux jeux suivants, à Atlanta le programme n'était plus mixte, il était même réservé aux hommes et ce n'est qu'en 2000 qu'a été crée une épreuve féminine.

Quand à savoir pourquoi les femmes ont de moins bonnes performances, y compris dans des disciplines comme le golf ou les échecs, j'en avais fait un billet ICI

jeudi 13 mars 2014

Neuf mois ferme

Récemment j'ai regardé ce film, une comédie bien française sur laquelle j'avais lu des critiques élogieuses. Il parait que c'est très très drôle.

Mais je voulais surtout vous faire un résumé du scénario. De sa substantifique moelle en quelque sorte

Donc .... une jeune femme célibataire, célibataire endurcie nous précise t-on. Pour apprécier d'être seule, ou seul car l'expression est tout aussi valide au masculin, il faut,  bien évidement, être dur.

Elle adore son travail, y  met toute son énergie et tout son temps et connait une belle réussite. Ses compétences sont appréciées et on lui confirme une très grosse promotion. Un poste envié qui est rarement atteint à son âge.

C'est son choix, elle gagne bien sa vie et semble tout à fait satisfaite de son sort.

What else ?

Heureusement les évènements vont lui montrer qu'elle a fait fausse route dans son choix de vie.

Après quelques péripéties peu plausibles, mais c'est la loi du genre et je reconnais que ça fonctionne plutôt bien

1/ elle se retrouve enceinte alors que c'est la dernière chose qu'elle souhaite

2/ face à un choix Cornélien, elle est amenée à décrire publiquement les relations sexuelles qu'elle a eu avec un homme qu'elle ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam. Cet aveux permet de sauver l'homme en question de la prison ( et lui donne plutôt un peu de prestige) , la condamne par contre à se voir rétrogradée (et bien sur adieu la grosse promotion) eu égard au scandale ainsi crée. 

Toujours la même histoire des relations sexuelles qui glorifient l'homme mais rendent la femme scandaleuse. Surtout quand elle a l'air d'y prendre autant de plaisir.

3/ en fait, tout est bien qui finit bien :  sa vie est bien mieux puisqu'elle a un adorable bébé et qu'elle va tomber amoureuse de son père hasardeux.

Conclusion : 

C'est trop triste d'être jeune, jolie, brillante et d'avoir pour seule objectif dans la vie de siéger à la Cour de Cassation, il vaut mieux être juge déclassée dans un trou paumée mais épanouie avec un bébé et un amoureux. 

Sinon, on pourrait aussi faire un topo sur le gars qui a mal tourné à cause de sa mère alcoolique et des services sociaux incompétents mais qui est en fait un prince charmant déguisé en crapaud. 

mercredi 12 mars 2014

Les communicants de Stabilo sont-ils daltoniens ?

Sophie Gourion, toujours très vigilante sur le marketing genré, s'indigne de la nouvelle campagne Stabilo qui propose des surligneurs tout en féminité.

Plutôt que de m'indigner cette pub m'a révélé une chose à laque je n'avais jamais réfléchi.

Voici des photos, piochées pour la plupart sur le blog de Sophie, qui montrent des produits pour hommes .

Vous avez l'habitude, les produits pour les femmes sont plus colorés, les couleurs pastels sont fréquentes et bien sûr tout particulièrement le rose. Les produits pour hommes sont foncés : noir, kaki, bleu nuit, gris, vert foncé.

Alors quand je vois les stabilos habituels, ceux qu'on utilise tous depuis des années, et que je découvre sous la plume des communicants de Stabilo qu'il s'agit en fait  "d'un surligneur d'hommes dans un mode d'hommes", 



je me demande si ils ne seraient pas daltoniens.

Et je compatis avec nos collègues masculins qui préfèreraient certainement des surligneurs un peu plus adaptés à leurs mains et assortis à leurs cravates.

lundi 3 mars 2014

Le 6 mars à Issy les Moulineaux

J'ai été invitée par la ville d'ISSY les Moulineaux pour une conférence le 6 mars à 20H30 à l'auditorium.

C'est ouvert à tous, 



Plus d'infos :

11/13 rue Danton ou Mail Raymond Menan

Tél. : 01 41 23 80 00

dimanche 2 mars 2014

Des liens pour le week end #5

1/ retour sur les commentaires sexistes lors des JO. 

Didier Porte en a fait une chronique très complète, en reprenant nombre de ces commentaires et c'est pire que ce que j'avais déja entendu. La vidéo complète est sur YAGG

2/ Un blog "Regards féminins sur la science", 

le dernier billet parle de l'émission "la tête au carré" consacrée aux stéréotypes sur les femmes dans les sciences.

3/ Les expressions sexistes qui ont disparu de la loi.

Exit, le bon père de famille ou la puissance paternelle.

4/ aujourd'hui c'est la fête des grand-mères.

On apprend sur wikipedia (article un peu ancien quand même) qu'elle a été crée en 1987 par une marque de café. C'est dinc une fête commerciale qui serait un cheval de Troie permettant aux marques de proposer des activités promotionnelles dans les écoles.

5/ Un article très érudit 

qui explique pourquoi il ne faut pas accorder de crédit aux articles qui reprennent des études scientifiques, en prenant l'exemple d'une étude publiée fin 2013 qui montrerait soi disant que les cerveaux des hommes et des femmes sont cablés différemment. 

Du coup on se demande ce qu'il faut lire 

mardi 25 février 2014

Enseigne-t-on le genre à l'école ?

ça ne vous aura pas échappé, désormais vos enfants apprennent le genre à l'école si vous êtes dans l'une des 10 Académies tests.  Du moins, c'est ce que vous avez lu et entendu partout même si, après avoir pourtant essayé de vous renseigner, vous n'avez qu'une vague idée de ce que cela peut signifier.

Sur un sujet aussi sensible puisqu'il concerne nos enfants il est facile de construire des amalgames effrayants et des raisonnements spécieux.

Tout est sur le site des ABCD de l'égalité, qui pêche plutôt par trop d'informations que pas assez. Et  vous le savez, trop d'infos tue l'infos.

Les ABCD de l'égalité

Les objectifs

Comme vous pouvez le noter d'emblée,  dans "ABCD de l'égalité", qui est un site très officiel de l'éducation nationale, il y a le mot "égalité" . C'est parfaitement clair et bien indiqué , il s'agit d'enseigner l'égalité filles/garçons . Car, je cite, "L’École de la république a trois missions : instruire les enfants, préparer leur insertion professionnelle et leur transmettre les valeurs de la République. Au cœur de ces valeurs figure l’égalité."

Cette mission est inscrite dans la loi depuis 1989, mais jusqu'à une date récente elle avait mobilisé peu de monde.

Le site précise ensuite que "en améliorant l'enseignement à l'égalité garçons-filles, le ministère poursuit plusieurs objectifs :

- Renforcer l'éducation au respect mutuel entre les filles et les garçons

- Lutter contre les stéréotypes, et donc contre toutes les discriminations

- Œuvrer pour la mixité des filières de formation et en faveur de l'égalité professionnelle"

Compte tenu des polémiques liées à ce sujet, je suppose que chaque mot a été pesé. On trouve pourtant, à mon avis, dans ces 3 lignes, les prémisses de possibles confusions.

L'égalité passe par le respect de l'autre. Difficile d'être contre. Tout comme on ne voit pas trop qui pourrait se déclarer opposé à l'égalité professionnelle et même à la mixité des filières de formation.

Il faut lutter contre les stéréotypes, c'est évident, et c'est ce que j'essaye de faire ici depuis que je tiens ce blog. L'égalité entre les hommes et les femmes passe forcément par la déconstruction des stéréotypes qui nous enferment dans des rôles socialement (et non biologiquement) déterminés.

La suite  "et donc lutter contre les discriminations" est logique pour toute personne qui s'est intéressée de façon un peu approfondie au  sujet ; qui démonte les stéréotypes démonte  les mécanismes des discriminations, de toutes les discriminations.  

On sait  aussi que la façon dont les genres sont stéréotypés abouti à la vision d'hommes et de femmes supposés avoir certaines caractéristiques (hommes forts, courageux, actifs, poilus...., femmes fragiles, sensibles, jolies etc) et que toute personne qui s'en éloigne de façon trop marquée se retrouve dans la catégorie des exclus. C'est le cas notamment des personnes homosexuelles. 

Mais il existe de multiples autres discriminations, celles qui sont liées à l'origine, à la couleur de la peau, au poids, au handicap etc etc et il est vrai qu'apprendre aux enfants à réfléchir à ce que sont les stéréotypes c'est leur donner des outils pour comprendre toutes les discriminations. Personnellement je n'aurais pourtant pas  mis là cette partie de phrase. C'est un débat récurrent, qui revient souvent dans les tables rondes auxquelles il m'arrive de participer :  les femmes ne sont pas une catégorie sociale, elles sont la moitié de l'humanité dans TOUTES les sociétés et le sujet de l'égalité hommes/femmes ne peut pas être traité comme d'autres discriminations, même si les outils pour comprendre peuvent être les mêmes. 

Les outils, la pédagogie

On trouve sur le site 3 pages, destinées à procurer aux enseignants des outils pour mettre en oeuvre l'égalité filles/garçons dans leur classe

1/ Outils de formation. 

Une page avec des vidéos d'universitaires,  qui expliquent  comment les enfants forgent leur personnalité ou qui rendent compte d'expériences pédagogiques. Si vous n'en regardez qu'une, car au total il y a plusieurs heures de vidéo, je vous conseille celle de Véronique Rouyer qui fait un tour d'horizon très complet.
Vous noterez qu'il n'y a que des femmes, ce qui a donné lieu à des reproches ironiques. Mais c'est que ces sujets n'intéressent pas encore beaucoup les chercheurs hommes, car ils n'en voient pas l'intérêt et surtout ils apparaissent encore comme des sujets de femmes, pour ne pas dire de bonnes femmes. Pas avec ça qu'on risque de décrocher un Prix Nobel

2/ Outils pédagogiques

Il s'agit d'outils pédagogiques que les enseignants peuvent utiliser dans leur classe. Il y des livrets  tout prêts et surtout des séquences pédagogiques. 
Vous pouvez par exemple regarder celle-ci destinée aux enfants de maternelle et construite autour d'une vidéo de Babar. 

Voici aussi la fameuse fiche, qui a tellement scandalisée Eric Zemmour,  avec le portrait de Louis XIV.

3/ Ressources documentaires

1 page avec tout, ou presque : des textes officiels, des rapports officiels, des études universitaires. 
Si j'avais le temps j'aurais rien qu'en reprenant cette page de quoi remplir mon blog pendant toute 1 année (au moins). ça mériterait probablement d'être mieux mis en valeur et mieux classé mais ça existe, et c'est,  je le rappelle,  destiné aux enseignants.

Les amalgames

Il importe de distinguer plusieurs démarches, qui ont évidemment des liens forts entre elles puisqu'elles concernent le sexe, le genre et l'éducation mais qui permettent, lorsqu'on les mélange, des raisonnements de mauvaise foi, et propres à effrayer n'importe quel parent.

Le meilleur exemple en est celui du livre "Tous à poil" brandi par Jean-François Copé comme la démonstration d'une dérive intolérable.

Sa démarche est celle-ci (en gros) :

- l'éducation à l'égalité c'est l'introduction de la théorie du genre à l'école

- la théorie du genre c'est apprendre à nos enfants que les filles et les garçons c'est pareil

- si les filles et les garçons c'est pareil les garçons vont mettre des jupes, et les filles des pantalons, et jouer à la poupée

- si les garçons mettent des jupes ils vont devenir homosexuels

- d'autant plus qu'on va leur expliquer que la sexualité débridée c'est bien

- tout ça c'est la faute à mai 68 

- on se demande d'ailleurs si cela n'est pas promu par une bande de p.....

- la preuve !!

Je caricature à peine.

Rappelons donc que :

L'éducation à l'égalité ce n'est pas l'éducation sexuelle.  

Celle-ci existe depuis bien plus longtemps à l'école. Elle vise tout à la fois à apporter aux élèves des connaissances scientifiques et biologiques, à prévenir les risques santé liés à la sexualité, à favoriser des comportements responsables et civiques, à lutter contre les comportements sexistes, homophobes ou violents. 

Ce n'est pas d'aujourd'hui que l'école est chargé d'enseigner le respect et la non discrimination. 

Ce qui est nouveau c'est donner des outils aux enseignants pour le faire sur ce thème.

Ce n'est pas parce que les garçons jouent à la poupée ou les filles au foot qu'ils deviennent homosexuels. Si c'est cela qui vous fait peur.

Ce qui est nouveau c'est qu'un enfant puissent se comporter comme il en a envie, sans se sentir jugé ou rejeté et qu'il porte un autre regard sur ceux qui ne sont pas comme lui.

L'école n'a pas vocation à faire du prosélytisme  envers une quelconque situation familiale

Elle ne le fait pas. Elle accueille tous les enfants, quel que soit le statut ou le genre de leurs parents.  Les plus de 50 ans se rappellent peut être comme il était difficile d'être enfant de divorcés, ou pire, de "fille-mère"

La partie immergée de l'iceberg ?

Pour finir, mon interrogation personnelle porte sur autre chose.
Evidemment je suis favorable à cette  dynamique crée par les ABCD de l'égalité .

Je me demande quand même si on ne s'intéresse pas surtout à la partie visible de l'iceberg. Les études sur le  genre montrent, et c'est bien expliqué dans la conférence de Véronique Rouyer, que si les enfants ne traitent pas les filles et les garçons de la même façon, n'ont pas les mêmes comportements dans la cour de récréation ou face aux maths c'est que l'ensemble de la société se comporte différemment avec eux.

Dès l'âge de 2 ans ils ont intégré qu'il y a avait des personnes de 2 sexes et connaissent rapidement le leur.  Même ceux qui, n'ayant pas de frères et soeurs, ou n'ayant pas lu "Tous à poil " n'ont jamais vu d'autres organes génitaux que les leurs. Ils se conduisent conformément à ce qui est attendu d'eux par leur entourage, et conformément à ce qu'ils voient dans la rue ou à la télé.

Les amener à réfléchir aux stéréotypes qu'ils véhiculent est intéressant.

L'essentiel à mon avis est ailleurs, il réside dans la façon dont les enseignants leur parlent et agissent avec eux. Il y a de la  documentation là dessus dans les ABCD et de formations prévues pour les enseignants. Les parents aussi peuvent s'en imprégner, parceque, aussi attentif qu'on soit, on n'est jamais neutre .

Là dessus je vous conseille cet article déja ancien (2008) mais très clair à propos d'une étude menée dans une école maternelle Suédoise

- page 1 de 110