15 photos qui montrent que l'accolade en politique est un art compliqué

Le diable se cache dans les détails.

J'ai été surprise il y a quelques semaines en voyant passer cette photo sur twitter.

Et en fouillant un peu j'en ai trouvé d'autres.

A priori rien à dire, ce sont des photos sympathiques qui montrent que Anne Hidalgo sait entretenir des relations chaleureuses et détendues avec toutes sortes de personnalités.

Sauf que ces photos ne respectent pas l'une des règles essentielles des relations politiques qui est celle de l'égalité et la réciprocité.

Les protocoles diplomatiques décrivent avec beaucoup de soin la façon dont les personnes doivent s'approcher et se situer les unes par rapport aux autres. Certes, il ne s'agit pas ici de rencontres très protocolaires, mais le geste d'enlacer quelqu'un par les épaules, qui est un geste familier et plutôt tendre entre deux personnes proches, apparait  comme protecteur. Mme Hidalgo a-t-elle besoin d'être réconfortée ou protégée ?

On ne trouve guère de telles photos sur le web.

Celle-ci (ci-dessous) est une exception notable, mais justifiée par un contexte exceptionnel de grande émotion puisqu'elle a été prise le 11 janvier 2015 et permet de démontrer que Mme Merkel et M Hollande partagent cette émotion.

 

Celle-ci se positionne également dans un registre différent. Le baiser sur le front cherche à prouver qu'il s'agit plus d'amitié que de politique. Notons qu'une telle photo serait plus difficilement envisageable entre 2 hommes politiques.

 

La plupart des photos montrent, au contraire, combien les personnalités prennent soin de respecter la réciprocité. 

Tu me touches, je te touche ! Tu me passes la main dans le dos, je te passe la main dans le dos !
 


Quelques dérogations sont admises.

Dans un contexte collectif et détendu
Lorsque l'un des protagonistes est récipiendaire de l'autre
Exemple : Vladimir Poutine qui vient de décorer  JC Killy

Ou Barack Obama qui remercie Bill Clinton de son soutien en 2012

Lorsque que quelqu'un apporte son soutien inconditionnel 
Cette photo est l'aboutissement d'une conférence de presse commune (visible ICI), elle montre le soutien du puissant Président des USA  à la cheffe de l'opposition Birmane. 
 
 
 
 
 
Il faut également distinguer les gestes de la vie des poses destinées à figurer sur des photos, officielles ou non. 
Comme par exemple ce  geste de soutien  de la part de Mr Cazeneuve envers Manuel Valls qui vient de faire un discours à l'assemblée. 

Ce n'est pas une question de taille

On pourrait arguer que Mme Hidalgo étant plus petite que ses hôtes, il est assez naturel que leur bras se positionne à hauteur de ses épaules. Mme Hidalgo mesurerait (info trouvé sur le net) 1m63,  Nicolas Sarkozy mesure 1,68, c'est un peu plus mais nombre de ses interlocuteurs sont plus grands que lui, imagine-t-on qu'ils le prendraient par le cou ?  
Martine Aubry est probablement plus petite que Anne Hidalgo, pourtant les photos que l'on trouve d'elle montre qu'elle s'applique à respecter cette règle.

Si vous connaissez d'autres photos, qui infirmeraient ou confirmeraient ce billet, je suis preneuse.

 

Commentaires

1. Le 21/08/2015, 14:50 par tschok

Sur la règle de l'égalité, cette accolade fameuse entre Michelle Obama et la reine d'Angleterre:

http://www.ladepeche.fr/article/200...

Justement, il n'y pas égalité. Ou du moins, l'idée d'égalité que véhicule l'accolade a été perçue comme une rupture du protocole.

Fait rare, elle a également été prise de dos. On voyait alors la différence de corpulence assez impressionnante entre les deux femmes, phénomène visuel accentué par le jeu des couleurs, l'une étant comme à son habitude habillée en couleurs tirant vers un vieux rose délicat et subtilement flashy, l'autre étant plus sobrement drapée dans un ensemble bichrome blanc et noir de face, mais sombre et monolithique de dos.

L'accolade a normalement une valeur faciale. De dos, elle est inesthétique, ce qui explique peut être que le cameraman, qui apparait en arrière plan sur la deuxième photo d'Anne Hidalgo, reste inactif et regarde même ailleurs.

2. Le 23/08/2015, 23:04 par fanchon.

sans répondre point par point, ce qui ferait long, on peut dire que la pratique est devenue générale en politique., même au niveau international.
Qui aurait imaginé la main de De Gaulle sur l'épaule d'Adenauer, ou l'inverse ? Mais des attitudes moins compassées étaient peut-être devenues nécessaires ?
Pour ce qui est des (élu-e-s) socialistes, il faut bien dire que la bise sur les deux joues est devenue la routine : c'est sans doute de la camaraderie, même si certainEs trouvent qu'embrasser naturellement ne compense pas le coup de poignard dans le dos qu'elles ont reçu la veille... Donc Anne Hidalgo est amie de tout le monde, et réciproquement.
Une seule exception apparue en 2005-06 : Ségolène Royal. D'une part elle a tenu compte de ce contexte, un peu hypocrite (non ?) ; d'autre part, elle postulait au mandat de chef d'État, comme première femme crédible, et elle a voulu marquer les distances dès le début de campagne. Elle se contentait de serrer la main, et les femmes qui la soutenaient ont très bien compris. Je crois même que jamais personne ne l'a fait remarquer.
Et elle a évité ce qu'on dit d'A. Hidalgo aujourd'hui. (mais elle n'a pas été élue - ce que ne regrette apparemment pas AH)