1967 à Etampes ?

Après la burka la mini jupe ?

Je parie que c'est le buzz des prochains jours (d'ailleurs si j'en parle c'est parce que je n'ai toujours pas fini le billet sur Bourdieu que je vous annonce depuis des semaines), un fait divers qui devrait bien occuper les médias si ils ne trouvent rien de mieux.

C'est Le Parisien qui relate depuis quelques jours la fronde des élèves d'un lycée d'Etampes.

Mercredi dernier ils sont plus de 200 à être venus en cours en mini jupe ou en short après qu'une cinquantaine d'entre eux se soient vus reprocher la veille leur tenue trop décontractée. Au dire de certains "seules les filles auraient été réprimandées" et le film "la journée de la jupe" ne serait pas pour rien dans ce vent de contestation.

A la suite de quoi une lycéenne a écopé de 3 jours d'exclusion pour avoir  appelé ses camarades à braver le nouvel interdit scolaire. 

Et désormais, remontés comme des pendules ils veulent également organiser une journée  «the right to kiss», pour avoir le droit de s'embrasser à la récré car c'est interdit dans ce lycée.

Aujourd'hui la FIDL, organisation étudiante s'en est mélée en se disant "consternée" par "l'attitude puritaine" de la direction du lycée.

Quand à moi j''aimerai plutôt savoir si il existe des lycée ou les marques sont interdites ? Parceque, en tant que parent, c'est un sujet qui me semble autrement plus important.


Commentaires

1. Le 17/09/2009, 20:15 par Stedransky

Entièrement d'accord : l'omniprésence des marques qui lavent le cerveau des ados à grand renfort de fric jeté par les fenêtres est bien plus inquiétante pour leur équilibre que le nombre de centimètre des jupes ou des shorts ! J'avais mis en parallèle une vidéo sur mon blog sur cette nouvelle et une autre sur des hommes qui se mettaient à poil au milieu d'un défilé féminin : qui décide vraiment de la nudité de nos corps aujourd'hui ?

2. Le 17/09/2009, 20:56 par dwormiller

Pas très doué en politique le proviseur...

3. Le 17/09/2009, 21:37 par emanu124

Boh faut les laisser les mouflets.. Comme disait ma mère, ça leur passera avant que ça me reprenne..
Il a jamais eu les cheveux longs et des pattes d'éph, le proviseur.. ?
Probablement pas..

4. Le 17/09/2009, 21:47 par Ink

Y a pire. Ma petite (7 ans) a été rappelée à l'ordre à l'école pour une robe à bretelles! On lui a signifié que c'était interdit...
En même temps, dans un lycée, un élève à qui un prof faisait une remarque sur son short très "plage"(et court)rétorquait que c'était injuste puisqu'aucune remarque n'était faite aux filles en mini-jupes...

5. Le 18/09/2009, 00:45 par dwormiller

Je ne comprends pas trop. Pourquoi les marques poseraient problème?

6. Le 18/09/2009, 01:27 par frieda l'écuyère

Voilà qui va amener de l'eau au moulin des tenants de l'uniforme qui mettrait soi-disant tout le monde d'accord.
Sur la question des marques, ça me paraît aussi et surtout affaire d'éducation ? Ma fille de 20 ans a bien eu sa période marques au collège (au lycée ça lui avait déjà passé) mais s'habille désormais en mix & match de puces et autres débrouilles :
http://www.doucementlematin.com/arc...
Mon fils aborde le collège avec des produits sans marque plein son cartable sans avoir même besoin de les lui imposer, il les choisit de lui-même. Quant à ses fringues... comme il est champion des taches et accros, il est habillé tout en Monop' et Castelbajac/Okaïdi, du coloré (parce que pour un garçon, pas si aisé de sortir du kaki-marine-marron) tout en étant stylé et pas cher, pas cher, pas cher...
Et aucun des deux n'est non plus accro de télé (mais de bouquins, oui). Sans que ça ait jamais été la guerre à la maison ni que j'aie le sentiment d'avoir mis au monde des extra-terrestres...

7. Le 18/09/2009, 04:17 par Resh

Les marques c'est un faux problèmes, les ados n'ont que le pognon que leurs parents veulent bien leur donner, et par ailleurs, je ne pense pas qu'ils soient plus dépendants aux marques que leurs parents. Encore une histoire d'œil, de voisin, et de poutre...

8. Le 18/09/2009, 12:36 par Emma

Je vois qu'une fois de plus des institutions légifèrent sur la surface de peau qu'un femme peut/doit montrer ou cacher...

Quant à la surface de peau qu'un homme doit montrer ou cacher, ça n'est visiblement pas un enjeu politique/social...

9. Le 18/09/2009, 15:07 par dwormiller

@ Olympe
Un fait divers qui t'intéressera peut-être:
http://www.huffingtonpost.com/2009/...

10. Le 18/09/2009, 16:39 par célestine

Bonjour,

Aux Antilles l'uniforme a toujours cours! je l'ai moi même porté en 6ème, et j'en garde un très bon souvenir.

de plus afin d'éviter le racket, les bijoux sont maintenant formellement interdits.
le port de la casquette aussi, mais je crois que c'est partout.

A la rentrée une histoire d'interdiction d'accès a secoué la Martinique.
un jeune rastafari (très bon élève en plus), c'est vu refuser l'accès de son lycée à cause de ses locks!on lui a demander de couper ses cheveux, chose contraire à sa religion (comme les sikhs). un "arrangement" capillaire a pu quand même être trouvé.