20 mars : journée internationale contre le harcèlement dans la rue

Je ne suis pas fan des journées dédiées mais celle-ci a attiré mon attention car je n'en avais jamais entendu parler .

Normal c'était la première fois aujourd'hui.

C'est une initiative d'un mouvement qui s'appelle Hollaback, Américain à l'origine il se développe dans le monde et HollabackFrance vient d'être crée.

Le harcèlement dans la rue ce sont les remarques, critiques, brimades et moqueries répétées dont les femmes sont les objets dans l’espace public de la part d’individus qui leur sont inconnus. Il est rarement dénoncé si il ne s'accompagne pas de violences physiques et est culturellement accepté.

Il varie en forme et en intensité et inclut : coups de klaxon, sifflements, bruits de baisers, gestes vulgaires, regards concupiscents, commentaires sexistes/homophobes/racistes ou explicitement sexuels, commentaires sur l’apparence physique, masturbation en public, exhibition sexuelle, pelotage, attouchements, et jusqu’à l’agression.

Une expérience que nous avons toute faite, qui semble le plus souvent anodine mais  qui nous amène à limiter nos déplacements, à éviter certains lieux lorsque nous sommes seules (parkings, parcs ou rues à la nuit tombée, forêts), à changer de trottoir pour éviter un groupe d'hommes ou un type qui vous suit.

Ce mouvement a construit différents outils :

- une page pour partager une histoire vécue

- des applications smartphone pour localisr les agressions.Des comptes sur les réseaux sociaux

- des suggestions pour savoir quoi répondre, quoi faire. Comme par exemple ce formulaire pour dragueur ainsi qu'un "petit manuel à l'usage de toutes les femmes qui en ont marre de se faire emmerder sans rien dire".

Info découverte sur Notacholocatecake.

Commentaires

1. Le 21/03/2011, 07:03 par zigazou

Hello !

L’idée est bien vue même s’il faut encore régler quelques trucs.

Je ne suis pas certain que le formulaire pour dragueur soit d’une grande efficacité. Pour le donner, il faut se rapprocher plus que souhaité du harceleur ce qui ne doit pas être dans le top des priorités de la personne harcelée. Et puis ce qui intéresse le harceleur, c’est le bout de chair (désolé), pas le bout de papier.

L’application iPhone/Android uniquement US pour l’instant qui permet de prendre des photos pose le problème du droit à l’image.

J’ai, entre autres articles, lu celui-ci http://france.ihollaback.org/2011/0... : le culot a parfaitement marché ! Cela a permis de décontenancer le harceleur. Mais est-ce une riposte à réitérer ? Sera-t-elle toujours aussi efficace ?

2. Le 21/03/2011, 10:00 par Sandra

Ce matin, un homme regardait une femme élégante et avec juste qu'il faut de féminité. Il la regardait avec beaucoup d'insistance que cela la mettait mal à l'aise...et moi aussi pour elle. J'ai braqué mon regard vers le monsieur pour lui faire comprendre qu'ok, c'est bon, il pouvait arrêter, on avait compris. Et quand elle s'est levée.....il s'est levé aussi. Je pense que la jeune femme a eu un moment de panique......moi , j'ai eu un moment de doute quand même. Je vais aller jeter un oeil sur ton lien.

3. Le 21/03/2011, 12:26 par etiketa

en même temps le 20 mars c'est déjà pris! Journée sans viande..Ça a un rapport?

4. Le 21/03/2011, 21:45 par Chaminou

Heureuse d'apprendre que quelque chose ait été créé en France en ce sens, car c'est un véritable souci au quotidien ! Je me reconnais tant dans les témoignages du site que j'ai l'impression d'avoir écrit ces lignes... Je pense aussi que n'importe quelle femme a déjà vécu au moins une fois ce type de harcèlement, de peur au ventre... et cela m'étonne d'ailleurs toujours autant que le lien avec le féminisme ne soit pas établi de suite !

5. Le 22/03/2011, 10:22 par brig75s

OK pour vos propositions. Mais traitons aussi le problème a la base : il faut que les filles arrêtent de se voir comme des proies passives. Entre autres, Krav maga obligatoire dès l'école primaire pour toutes les filles !

6. Le 23/03/2011, 19:41 par la sorcière du logis

En allant de lien en lien depuis ton article je suis tombée sur un bouquin sur un sujet plus vaste qui traite de l'agression en général en plus du harcèlement dans la rue et qui donne un tas de conseils pratiques, de statistiques, de techniques (jusqu'à comment réagir si l'agresseur vous étrangle, j'avais dit que c'était vaste)

http://www.editions-zones.fr/spip.p...

Je crois que je vais l'acheter et le faire tourner, l'offrir...

Et sinon, j'essayais de partager mon enthousiasme avec ma plus jeune sœur pour ce mouvement. Elle me dit "mais c'est pas une agression un type qui t'interpèle dans la rue !"... Quand on dit que c'est admis socialement. En plus elle fait partie des filles qui peuvent pas sortir dans la rue sans se faire mater, siffler, klaxonner... Un je ne sais quoi de vulnérable, une timidité qui attire l'oeil des débiles. Il a fallu que je lui démontre par A+B que ce n'était pas normal, et encore moins qu'elle l'accepte. Le féminisme ça commence par l'éducation des filles. Et je suis tout à fait d'accord avec Brig75s, on devrait apprendre au primaire à se défendre

7. Le 24/03/2011, 21:51 par Chaminou

Quand elle se fera plus souvent injurier alors là, peut-être qu'un déclic aura enfin lieu. Souvent, la flattouillerie tue dans l'oeuf tout esprit contestataire, et certaines femmes ont une estime d'elles-mêmes tellement tronquée ou amoindrie qu'il suffit alors aux harceleurs de verser dans le compliment pour que même visiblement agacées elles en soient satisfaites et flattées, au fond.