les hommes et les femmes ne ressentent pas la même chose

Article de Sciences Humaines d'avril 2008

Après une journée de travail difficile le stress est élevé. On peut même évaluer son niveau par le taux de cortisol présent dans la salive. Puis la personne rentre chez elle et retrouve sa famille.

Et là les choses changent. Chez les femmes qui jugent leur vie de famille satisfaisante le taux de cortisol (donc le stress) chute. Chez les autres il reste élevé.

Chez les hommes par contre, le taux de stress ne varie guère, une fois rentré à la maison, que leur vie de famille soit satisfaisante ou non.

Conclusion : la famille est un antistress mais chez les femmes seulement.