une universitaire Suisse, professeure de psychologie du travail a réalisé une expérience qui montre que les sujets exposés à un environnement typiquement masculin roulent plus vite que ceux exposés à un environnement typiquement féminin ou neutre.

Il s’agissait d’accomplir une course de huit minutes dans un simulateur de conduite. Ont été sélectionnés 83 jeunes Suisses issus de couches sociales plutôt favorisées, et ne posant aucun problème particulier sur la route. Ils ont été divisés en trois groupes, chaque groupe étant exposé, tout en roulant, à entendre des mots à connotation masculine (barbe, muscles), féminine (talon, rouge à lèvre) ou neutre (rue, chaise, maison). Ceux qui ont entendu des mots évoquant le masculin ont roulé plus vite.

Les hommes ne sont pas en cause, mais l'idée que nous avons de ce que représente le masculin. D'ailleurs l'auteure propose une campagne anti vitesse où Brad Pitt ou George Clooney, qui sont, selon elle, des archétypes de virilité, diraient: "Faites comme moi, roulez lentement!", L’idée est d’associer la masculinité aux valeurs de prudence et de responsabilité.