le démantèlement des 35H et la parité

romanphoto35H.jpg photo libre

Commentaires

1. Le 21/08/2008, 07:10 par Oupsman

Oulà ! Moi aussi bosser tous les samedis pendant 3 mois je dis niet ! Ma famille passe avant le boulot ! Là on est dans le domaine des stéréotypes je crois ...

2. Le 21/08/2008, 09:10 par olympe

non oupsman. J'ai grossi le trait puisque c'est du roman photo, mais la gestion du temps est une des raisons qui expliquent le plafond de verre.
merci de tes visites régulières. mes filles ont lu tes com

3. Le 21/08/2008, 11:27 par mebahel

C'est la première chose à laquelle j'ai pensé en écoutant nos tordus du gouvernements et autres patrons de plus ou moins grosses entreprises, donc celle du medef: tout pour faire ramer les femmes (accès à la carrière et plan dudit, paie, retraite, temps partiel contraint etc).
Et ce n'est pas fini..Quand on supprimera les écoles 'maternelles'...

4. Le 21/08/2008, 11:57 par alice

moi je trouve que c'est parlant. il n'y a pas que les samedis, il y a les réunions le soir à 19H, la difficulté à prendre ses mercredis apres midi ou les déplacements de 2 ou 3 jours

5. Le 21/08/2008, 14:41 par oupsman

Mouais, le trait est vraiment grossi alors ! Parce que moi les samedis travaillés (euh, dans mon vrai métier hein, dans mon métier additionnel je le fais de temps en temps, mais ça rapporte suffisamment pour payer des vacances en hiver ... ) c'est niet (sauf cas exceptionnel et pas trop fréquent).

La gestion du temps est aussi une réalité pour les hommes, si ils ne veulent pas faire les horaires dont vous parlez (réunion tard le soir ... ). Comme moi je les refuse, je sais que j'aurais du mal à monter en grade. Mais dans un sens, je m'en fiche un peu, ma vie de famille passe avant tout ...

Ma femme hésitait à prendre son boulot actuel, justement parce qu'il y'avait des déplacements de plus d'une journée. La première fois, elle appelait à 19h et à 22h. Les fois suivantes, elle a appelé le second jour ... Je vois pas où est le problème ... Le souci ici est à mon avis à voir du coté du mari qui ne veut pas (ou n'ose pas) s'impliquer ...

Ps : une de mes cousines est anorexique. Mais là il y'a des GROS soucis dans son passé (et quand je dis gros, des soucis suffisants pour envoyer des gens en prison). Je fais tout ce que je peux pour éviter aux autres de vivre ça.

6. Le 22/08/2008, 12:08 par IxGil

Moi je ne suis pas cadre et je débute à peine dans le monde du travail, mais dès qu'on a un patron on se rend compte de la pression qu'il peut y avoir. Que ce soit la patron "cool" ou le plus sévère, on se rend très vite coupable quand on est pas là quand "il a besoin de nous", ce qu'il nous fait bien savoir en faisant des coups dans le dos. Encore, je pense que j'ai de la chance car je n'ai pas de concurrence direct (je suis dans une PME, et les gens qui sont dans le même poste que moi y'en a pas), mais je me rend bien compte que le temps mis pour gagner de l'argent c'est celui qu'on perd auprès de sa famille... Je n'ai pas encore de famille, mais c'est vrai que je me pose des questions... Car je ne dis pas que ce sont toujours les femmes qui sacrifient leur boulot au profit de la vie familiale, mais avouer que c'est quand même souvent le cas :S

7. Le 22/08/2008, 13:23 par oupsman

C'est clair que c'est souvent le cas. Et c'est dommage. Personnellement, je dis à ma femme que si elle voulait rester plus tard pour finir un boulot, il n'y avait pas de soucis. Qu'elle pouvait bosser le samedi si elle voulait ...

J'étais au départ comme toi : nouvel arrivant dans le monde du travail, j'ai enchainé les heures (parfois jusqu'à 46h de boulot en 2j, les "joies" de la fin 1999 dans le monde de l'informatique) tout ça pour ne me prendre que des coups. Donc maintenant j'ai compris : le boulot, c'est de 9h à 12h puis de 13h30 à 18h. Parfois le soir et le week-end quand je suis d'astreinte. Mais point trop n'en faut.

Et quand j'ai débuté sur un contrat d'infogérance d'un grand compte, un des gars présent à l'époque m'a aidé et formé. Ce gars là, à 35 ans, n'avait ni femme ni enfant, trop occupé à sa carrière. Il est mort d'une rupture d'anévrisme dans la nuit du 24 au 25/12/2005. Ce sont ses parents qui l'ont découvert à 13h30 le 25, inquiets qu'il ne soit pas venu à 9h chez eux et qu'il ne réponde pas au téléphone ...

C'est dommage qu'il m'ait fallu cela pour comprendre ... Je me dis que j'ai du passer à coté de sacrés trucs avant :(

8. Le 23/08/2008, 09:37 par patou

tu as du t'amuser à faire ça!

9. Le 23/08/2008, 11:20 par mebahel

Mais oupsman, c'est bien joli de vous prendre pour modèle de ce qu'il faudrait faire, sauf qu'il ne faut pas oublier le contexte...
Dans notre société, le mainstream fait que les femmes sont pensées -le conditionnement social étant actif pour aliéner les 2 sexes à leurs rôles de genre- comme assignées à leur rôle biologique, celui-ci se doublant donc des qualités supposées naturelles permettant le 'care' sous toutes ses formes, notamment pour le très jeune et très vieil âge, y compris celles de l'intendance ménagère, besognes ancillaires et activités affiliées.
Donc, en l'état actuel des choses, nombre de couples ne fonctionneront pas comme ce que vous montrez, nombre de femmes seules avec ou sans enfant non plus, et nombre d'hommes de même.
Par ailleurs la violence faite depuis des années aux non-travailleurs atteint les insiders, et même sans cela, tout le monde se retrouve à tenter de s'adapter à un monde où les stratégies professionnelles (et pas que) typées virilistes sont la norme.
Alors...

10. Le 03/09/2008, 18:11 par Marta

MMM...je n'aime pas trop la saynette.
Dans cet exemple, on voit la femme qui ne peut pas sacrifier ses samedis parce que les courses, les activités des enfants, et pourquoi pas le ménage. Là, je dis, ma cocotte, si tout cela te revient exclusivement à toi, c'est que tu t'es bien fait piéger. C'est aux femmes de réagir chez elles et se battre tous les jours dans leur couple pour faire que les tâches quotidiennes reviennent de façon polyvalente à l'homme et à la femme. Si elle veut vraiment bosser sur le dossier, elle appelle son mec qui aura peut-être eu la chance de ne pas être tombé dans une boite aussi esclavagiste et qui prendra en charge, les courses, les enfants, le ménage.

Quant à la fin des 35 heures pour les cadres, je suis bien d'accord, cela va foutre en l'air nos vies de familles qui souffraient déjà pas mal. Et ça pour les femmes...comme pour les hommes.

11. Le 03/09/2008, 21:21 par olympe

bonjour Marta et bienvenue,

je me suis beaucoup amusée à faire ce roman photo et les réactions m'ont un peu déroutée. je suis convaincue, parceque c'est ce que je constate tous les jours que les femmes, même quand elles partagent tout avec leur conjoint, même quand elles peuvent avoir une femme (ou un homme ?) de ménage, même quand elles ont une organisation béton pour la garde des enfants conservent davantage que les hommes le souci de la vie privée et qu'elles ne sont pas prêtes à tout sacrifier pour leur carrière. Perso je pense que ce sont elles qui ont raison et qu'il est important que les hommes ne consentent plus à faire les sacrifices qu'ils faisaient jusqu'à présent et que c'est là qu'on gagnera en égalité.Et c'est bien comme ça semble til que les trentenaires voient les choses (prochainement un billet sur l'enquete faites la dessus par le CNIDF). mais la modification des 35H et l'idéologie du "travailler plus" risquent de nous ramener 10 ans en arrière.
dans certains milieux professionnels on refuse systématiquement les temps partiels aux cadres qui osent les demander, alors ça ne gènera personne d'inciter aux heures sup

12. Le 03/09/2008, 21:57 par Marta

Sur le fonds on est complètement d'accord. J'ai simplement totalement oublié mon sens de l'humour sur ce roman photo qui est le reflet exact de notre quotidien. Oui, quand les hommes arrêteront de jouer le jeux, quand ils demanderont haut et fort à avoir leur mercredi sans rogner sur leurs responsabilités, alors on aura enfin progressé. Je compte effectivement moi aussi beaucoup sur les trentenaires qui commencent à se rebiffer doucement.
La fin programmée des RTT va compliquer un peu la tâche.