Comment on dévalorise en 1mn36 ce que font les femmes

Pour ceux qui ne l'ont pas encore vue voici la vidéo diffusée par Rue89.

Je laisse les institutrices (puisque c'est bien d'elles qu'il s'agit il le reconnait implicitement en parlant ensuite des institutrices de CE2), s'insurger contre le fait que l'on réduise leurs fonctions de cette façon

Mais je remarque avec quel mépris monsieur Darcos évoque des taches qui sont encore massivement effectuées par des femmes qu'elles soient institutrices, puéricultrices ou mères.

Certes, pour changer des couches ou faire faire la sieste à un enfant il n'y a peut être pas besoin d'avoir un bac+5 mais cela nécessite un savoir-être fait de patience, d'intuition, de contrôle de soi, de souci de l'autre. Il est clair que tout cela n'était pas aux programmes des grandes écoles qu'à faites Mr Darcos.


**************

Blogs de meufs : durosedanslegris , ixgil , detoutetderien

Commentaires

1. Le 18/09/2008, 21:14 par mebahel

Si, ca peut nécessiter un bac+5.En psycho de l'enfant.Parce que le savoir-faire avec des enfants jeunes ce n'est pas donné d'emblée: ça s'apprend.
Il ne suffit pas de les aimer ou d'aimer faire des choses avec des enfants pour savoircomment enseigner ou simplement être présent-e à bon escient.
Parce que tout ce qui est fait/dit/proposé à ces âges précoces laisse des traces bien profondes sur un enfant qui n'est pas en mesure de les prendre avec du recul.Et ca on le sait depuis bien 4 ou 5 décennies de psy du developpement.
Donc ce crétin de DarkOs est non seulement menteur et désinformateur (parce que pour ignorer ce qu'il se passe en école préélem, faut vraiment vouloir) mais en plus ignorant de ce dont il est censé s'occuper: l'éducation/instruction des enfants.
Est-il besoin de préciser que je suis instit en préélem de longue date?
VOilà c'est fait.
Enfin, plus l'âge est jeune, plus la profession est féminisée, c'est exact.
Je clame à qui veut l'entendre (mais *qui* veut l'entendre?) qu'il faut des hommes dans la petite enfance, c'est urgent, même.
Mais nos sociétés réservent le 'care' et le nursing aux femmes, de plus, suite aux paranos sur les éventualités pédophiles, c'est assez mal porté ces temps derniers pour un homme de faire profession auprés d'enfants jeunes.
Bref, outre que ce ministre insulte ma profession, il insulte les femmes en général et par ricochet les hommes qui seraient (sont majoritairement) élevées par elles.

2. Le 18/09/2008, 21:15 par mebahel

Zut tapé trop vite une phrase:
Lire : "Mais nos sociétés réservent le 'care' et le nursing aux femmes, pensant que la préélem relève de cela...."

3. Le 19/09/2008, 13:21 par oupsman

Ouais, les instituteurs (mais dit-on encore comme ça après toutes les réformes, il me semble qu'on dit professeur des écoles) sont assez rares en maternelle, et quand il y'en a (comme le remplaçant dans la classe de mon gamin l'année dernière), il s'interdit d'aller aider dans les vestiaires de filles, ce qui fait râler les mamans et les atsems qui se retrouvent à gérer les cas. Mais je le comprends parfaitement ...

La société doit changer, en profondeur. Mais ca dépasse le cadre de ce blog (qui m'intéresse de plus en plus, je dois bien le dire :) )

4. Le 19/09/2008, 13:53 par alice

Ca montre au moins l'ignorance de Darcos. Ce qui me fait peur c'est qu'il remette en cause jusqu'à la nécessité des maternelles. Ca me dépasse qu'on en soit là à notre époque. Quand est-ce que ça va changer?

5. Le 19/09/2008, 19:33 par mebahel

@ oupsman: on dit en effet profdézécoles (quel nom débile) sauf qu'il reste effectivement des institutrices et teurs (dont je suis). La différence?Le traitement.

"il s'interdit d'aller aider dans les vestiaires de filles," ou dans les toilettes ou dans les dortoirs, sans unE autre adulte avec lui, ou câliner les petites gamines (je cause de préélem) qui ont un gros chagrin.
J'ai aussi vu le cas d'instits qui justement veulent faire leur taf malgré la parano ambiante et soit l'Ien leur dit de reculer d'un pas et donc ils se sentent censurés, soit il ne leur dit rien, mais dans tous les cas, ce n'est pas confortable pour eux et c'est pour leur pomme en cas de pbme (remarquez, ça, c'est généralement ce qu'il se passe pour tous les pbmes à gérer).

"La société doit changer, en profondeur. Mais ca dépasse le cadre de ce blog"
Ben non, on est pile dedans :-)

6. Le 19/09/2008, 22:22 par delph94

Je vois qu'on est toutes indignées, prof ou pas, je suis egalement scandalisée par les propos de ce ministre que je trouve sexiste et meprisant dans ses paroles.

Belle et agreable decouverte de ton blog !

7. Le 20/09/2008, 19:33 par fanchon

après avoir lu ces commentaires, pourquoi ajouter le mien ?

Si, quand même, pour dire mon écœurement d'entendre déblatérer ainsi deux hommes politiques censés être de haut niveau (Arthus a été ministre aussi).
Il n'y a pas eu de témoinEs pour protester ?

8. Le 20/09/2008, 21:19 par oupsman

@mebahel : ben non, je critique aussi le tout juridisme de notre société actuelle. Et là ça sort du cadre de ce blog :-(

9. Le 20/09/2008, 21:26 par mebahel

@ oupsman: ok ;-)

10. Le 20/09/2008, 22:05 par jvvlee

Si je comprends que ce soit difficile qu'il y ait toujours cette méfiance mehabel, je trouve le terme "parano" un peu ambigu dans le sens où malheureusement des agressions sexuelles ont tout de même lieu et qu'on traite souvent les enfants de menteurs.

Après je comprends que cette méfiance exacerbée qui fait de tout homme un pédophile potentiel soit carrément hors de propos. C'est juste que je trouve compliqué de naviguer entre cette méfiance mais aussi une réalité que certains enfants sont amenés à taire.

http://www.agressionsexuelle.com/tx...

* À peine 20 % des agressions sexuelles sont signalées à la police;
* Selon les données signalées, dans presque tous les cas, soit 97 %, l'agresseur était de sexe masculin;
* Parmi ceux-ci, 20 % étaient âgés de moins de 18 ans;
* La majorité des victimes d'agression sexuelle sont de sexe féminin, soit un peu plus de 80 %;
* Une grande part des victimes se retrouve chez les jeunes; plus de 70 % ont moins de 18 ans;
* Dans 80 % des cas, l'agresseur est connu de la victime;

Sinon Olympe ta conclusion m'a fait rire.

11. Le 21/09/2008, 11:27 par mebahel

"Dans 80 % des cas, l'agresseur est connu de la victime;"
Oui, il est le plus souvent dans la sphère familiale étendue, sphère relationnelle non pro donc.
Et je suis ok avec tout ce que tu dis, dont sur le fait qu'il s'agit de faire la part des choses entre la parole de l'enfant et la parano d'une société, cad une projection de la fantasmatique sur un autrui qui fait alors bouc émissaire.
J'emploie ce terme de paranoïa dans son sens clinique, étendu à un phénomène sociologique connu, par ex aussi en termes d 'ingroup et outgroup.

12. Le 21/09/2008, 12:00 par Julos

Bonjour Olympe, bonjour à toutétous,

J'atterris ici via @si.net/mebahel. Merci à lui ? à elle ?

J'ai fait 18 ans d'élémentaire, c'était bien, puis 20 ans de maternelle, c'était plus que bien ! Dans la dernière école où j'ai enseigné nous étions 3 hommes pour 7 femmes. on peut faire mieux mais c'est déjà ça non ?
Les propos de Darcos (mais aussi de Jean Arthuis, le sénateur qui dialogue avec lui) traduisent un état d'esprit et une mentalité détestable : outre le mépris pour les personnes, il y a cette approche comptable que l'on retrouve désormais partout. Mais l'essentiel a été dit je crois, inutile d'en rajouter.

A part ceci, (que les collègues de passage ici valideront ou non) : lorsque le corps des inspecteurs départementaux a été réformé (début des années 90 je crois), les inspectrices d'écoles maternelles ont rejoint le corps des IEN, inspecteurs/trices de l'école primaire (mater + élémentaire). C'est alors que l'on a commencé à entendre des propos choquants dans la bouche de quelques-uns, laissant volontiers entendre qu'il fallait "mettre le paquet" sur les Grandes Sections certes (apprentissage de la lecture/écriture et cours préparatoire obligent !) mais pour les plus jeunes... du moment que ça se passait bien (pas de pleurs, pas de violences, un peu de dressage pré-scolaire) il ne fallait pas y consacrer plus de temps (et d'argent) que ça ! (exemple : pas de formation spécifique au pré-élémentaire en IUFM). Au mépris de l'énorme littérature socio-pédagogique accumulée par la recherche depuis des lustres sur l'importance décisive d'une scolarisation des plus petits.

13. Le 21/09/2008, 17:23 par mebahel

En effet, j'ai senti la différence lors du passage de mon Ien spécialisée préélem à une Ien banale.
Tout à coup nous devenions des jeans-foutre à visser.
Un plaisir.
Et en effet: les iufm ne se mobilisent pas pour la préélem.
Remarquez, c'est un bon moyen de prouver que le préélem c'est nul, sans besoin de formation spécifique puisque ça roule, et/mais que ça ne fonctionne pas puisque les gamins ne savent pas lire en 6ème (le paradoxe n'effraie jamais, dans ce genre de cas).