Les femmes à barbes sont vraiment très très actives. Voici leur dernier communiqué. (Rappel : elles recrutent.)

Ce qui m'étonne le plus quand je regarde la vidéo (et aussi dans ma vraie vie à moi) c'est que tous ces hommes entre eux ne remarquent pas, mais alors pas du tout, l'anomalie que constitue l'absence de femmes. Ils sont tous convaincus d'être là pour la seule et unique raison qu'ils sont les meilleurs.


A la barbe du ministre.mp4

jeudi 27 novembre 2008 -

Les femmes du groupe féministe le plus subversif du moment ont tendu au Ministre du budget, des Comptes publics et de la Fonction publique un miroir dérangeant, ce jeudi, en reproduisant devant lui la cérémonie « d'autocongratulation entre hommes de pouvoir », qu'il présidait ce jour.

C'était au Salon de la Ville et des collectivités locales. Eric Woerth remettait, au nom d'un jury composé de huit hommes et d'une seule femme, trois trophées « de l'achat public » à trois équipes municipales, presque entièrement masculines.

La cérémonie, le panel, le public, le décor, les costumes gris, tout suintait d'ennui, jusqu'à l'irruption barbesque. L'une remit à l'autre un sublime trophée : un buste de Marianne en plâtre… affublée d'une barbe, elle aussi.

« Félicitations du jury à l'UMP et au Nouveau Centre qui affichent 8% de femmes maires dans les villes de 30 000 habitants et un "peut mieux faire" pour le PS qui affiche entre 14 et 16% dans les villes de la même catégorie.

Nos encouragements à la Communauté Urbaine de Lille : son équipe de vice-présidents à 100% masculine aura fort à faire pour calmer les ambitions extravagantes de l'actuelle présidente, Martine Aubry. »

La Barbe poursuit ainsi inlassablement son combat contre la parité « qui menace la France de nos Pères », et rappelle que "9 ans après la réforme constitutionnelle, les partis politiques résistent encore: 91,5% d'hommes maires dans les villes de 3 500 habitants et plus... 86,9% d'hommes conseillers généraux..."

L'action intervient alors que s'organise le démantèlement annoncé des politiques de promotion de l'égalité hommes/femmes : ce qui n'est déjà plus qu'un «service Droit des femmes et de l'Egalité » après avoir été ministère de plein droit puis ministère délégué puis simple secrétariat, risque en effet de disparaître. Quand à la Commission de réforme des institutions présidée par Edouard Balladur, elle ne comporte qu'une seule femme sur 13 membres.

La Barbe!

www.labarbelabarbe.org