Le livre que vous devez mettre dans votre sac à main

Vous aimez mon blog ? vous allez adorer le livre d'Isabelle Germain : Si elles avaient le pouvoir...siellesavaientlepouvoir_1.JPG

Les thèmes sont ceux que je dénonce ici à longueur de billets, mais Isabelle Germain (qui anime le blog "du rose dans le gris") présente les choses de façon beaucoup plus complète et rigoureuse.

Elle fait le point sur la place des femmes dans les hautes sphères des médias, de la politique, des entreprises, des universités. Elles y sont partout très minoritaires, ce n'est pas à vous que je vais l'apprendre. Elle cite de nombreux exemples et donne des chiffres indiscutables.

Mais elle ne fait pas que cela, elle constate que les règles du pouvoir ont été édictées par les hommes. Un exemple ? dévouement aux chefs et présentéisme étant les premiers critères de réussite il est temps de changer ces règles pour les recentrer sur la compétence.

Elle démonte aussi certains des mécanismes qui font que les femmes, au lieu d'essayer de conquérir le monde comme on appris à le faire les garçons, attendent le prince charmant, puis l'homme, puis la promotion au lieu de revendiquer leur juste place.

Elle en conclut que, du coup, le champ du pouvoir est limité aux centres d'intérêts des hommes. "Seul le versant masculin de la vie de la cité est valorisé : la guerre économique, la politique internationale, la politique politicienne. Le versant laissé aux femmes reste dans l'ombre. Tout ce qui relève de la solidarité, de la famille, de la santé fait en général l'objet de petits ministères avec peu de moyens". Même chose dans les médias où ce sont les hommes qui disent aux femmes ce qu'elles doivent penser.

Un petit livre à garder sur soi pour que la prochaine fois que vous entendrez dire " de quoi tu te plains, vous avez l'égalité" vous puissiez asséner à vos interlocuteurs quelques vérités qui devraient les faire réfléchir. (Message perso : Manu il va falloir que tu changes de sac les tiens sont trop petits)

Vous pouvez aussi lire l'interview d'Isabelle Germain par Corinne.


****************************

  • RAPPEL : que se passe-t-il près de chez vus le 8 mars ?

Commentaires

1. Le 25/01/2009, 13:47 par lucia mel

Merci pour l'info, si j'avais les moyens... je me l'achèterais illico presto. Bon, j'économise sur le découvert du mois prochain ;-)

2. Le 25/01/2009, 14:35 par mebahel

Pareil, j'attends février:-)
L'itw donne vraiment envie de se le procurer :-)

3. Le 25/01/2009, 16:09 par emanu124

TRES intéressant.
Sa théorie sur le Prince Charmant confirme mon idée que c'est un PHANTASME DANGEREUX.
Quant aux sacs : hihihihi... j'en prends plusieurs petits.
C'est idiot, mais que veux-tu.. :D
Merci pour le lien !!

4. Le 26/01/2009, 08:09 par isabelle

Wahou, Merci Olympe !
Isabelle

5. Le 26/01/2009, 11:56 par ema ou la bienveillante

bon, je ne suis pas persuadée qu'il y ait des "centres d'intérêts" irrémédiablement masculins et féminins.
En revanche, le dévouement au chef, j'avoue que c'est un grand classique.
mentor et disciple, c'est leur mode de fonctionnement...
pour une fois à la hauteur, éventuellement dégommer celui qu'ils ont adoré.

6. Le 26/01/2009, 15:36 par Floreal

http://fr.wikipedia.org/wiki/Condit...

Théories sur la vie professionnelle [modifier]

"La maternité reste un souci majeur dans la vie professionnelle féminine. La maternité est en effet perçue par nombre d'employeurs comme une cause supplémentaire d'absence qui, pour un poste donné, leur fait préférer un homme. Cependant, d'autres obstacles de nature plus opaque contribuent à ces difficultés. Dans de nombreux cas, ce n'est pas tant la discrimination volontaire de la part de leurs collègues ou supérieurs masculins qui rentre en jeu aujourd'hui. D'une part, le monde du travail est structuré de façon trop rigide en dépit de quelques lois permettant certains aménagements horaires ; vu les travaux domestiques qui leur incombent et les enfants à charge, il est difficile pour les femmes de s'y adapter. D'autre part, il semble que les femmes ne disposent pas de certaines ressources sociales nécessaires dans une stratégie de projet et de carrière qui sont toutes basées sur des mécanismes de cooptation de la part du groupe dominant masculin, souvent réticents à accepter leurs collègues féminines, ou tout simplement parce qu'ils s'attendent à ce que celles-ci réagissent comme eux. Deux de ces mécanismes basiques ont été analysés par les sociologues :

* L'effet « Token » :[réf. nécessaire]

Celui-ci analyse les règles générales de la stratification du pouvoir, selon les trames Token Ring parcourant l'anneau dans un sens qui est toujours le même. Il semble que les femmes tendent à assumer des comportements qui ne leur sont pas naturels, et qui à la longue jouent en leur défaveur, lorsqu'elles entrent en contact avec un milieu essentiellement masculin. Ne se sentant pas vraiment acceptées mais confrontées aux pressions du groupe masculin dominant attendant d'elles qu'elles changent leur manière d'être, un grand nombre de femmes réagissent par deux types de réactions défensives qui jouent contre elles : d'une part l'hyperconformisme et tout le zèle du néophyte qui leur en fait faire de trop de sorte qu'elles se vassalisent rapidement, ou la fugue dans l' « invisibilité », cherchant à être le plus « neutre » possible de façon à ce que l'on s'aperçoive le moins possible de leur présence ; passant inaperçues il ne leur sera guère proposé un travail plus intéressant, même si elles ont toutes les capacités pour le faire.

* L'effet Matthieu :

Il tire son nom de l'évangéliste qui rapporte les paroles[1] de Jésus-Christ selon lesquelles ceux qui ont la foi augmenteront leur grâce et ceux qui ne l'ont pas seront précipitées dans l'éternelle damnation. En l'occurrence, ceux qui « ont » (le pouvoir) sont les hommes et celles qui « n'ont pas » sont les femmes. D'après les recherches de la sociologue Judith Lorber à ce sujet, il semble bien que, quand les femmes perdent le fil conducteur de l'évolution de carrière (souvent à cause d'une maternité), elles accumulent les désavantages et ne se sortent que très difficilement de ce cercle vicieux. Exclues du cercle vertueux du prestige et du pouvoir, elles se retrouvent souvent pour le restant de leur vie condamnées aux emplois subalternes peu gratifiants et peu rémunérés[réf. nécessaire]."

J'ai créé il y a environ 5 ans la majeure partie des articles relatifs aux femmes et au féminisme sur wikipédia et en ai été la principale rédactrice. Je n'y ai jamais remis une touche de clavier depuis bien 3 ans et je les y remettrai jamais; je déteste wikipédia. Les articles se détériorent plus qu'ils ne s'améliorent au fil des années.
Dans le cas précis, en dépit des "références nécessaires" demandées par un imbécile (elles y sont écrites noir sur blanc puisque j'y cite Judith Lorber et que l'ouvrage de la journaliste féministe italienne Chiara Valentini dont je m'étais entre autre inspirée pour la rédaction de l'article figure dans la bibliographie), le texte n'a pas été trop réduit en bouillie illisible en dépit de liens sans rime ni raison, hors-sujet flanqués ça et là comme "Jésus-Christ", et reste pertinent. On passera sur l'illustration mièvre et idiote flanquée là comme un cheveu sur la soupe.
Reste que "l'effet Token" et "l'effet Matthieu" demeurent prégnants autant que d'actualité.

7. Le 07/02/2009, 16:02 par AnouK

Bon je suis libraire, j'achète ce livre, je le lis et je l'offre à Lucia qui ne peut pas se l'acheter.
Laisser son adresse dans ma boite mail...