Parité à la suédoise

Libération a consacré la semaine dernière une série d'articles très intéressants au modèle suédois

Extraits :

45 % de femmes au Parlement, un gouvernement paritaire depuis belle lurette.fifi.jpg

En Suède, il n’y aurait pas de Rachida Dati retournant en talons aiguilles à son ministère cinq jours seulement après avoir accouché. Là-bas, femmes et hommes sont estomaqués par cette histoire. «Cinq jours, c’est bien trop court», soupire un père réprobateur, lui-même en congé après la naissance de son deuxième enfant. Il faut dire que la loi suédoise prévoit depuis 1974 un congé parental XXL : seize mois en tout pour le couple à se partager (contre seize semaines pour les mères et deux pour les pères en France). Les hommes et femmes engagés en politique n’y échappent pas. A l’heure actuelle, quatre députés du parlement suédois (dont trois femmes) en bénéficient.

Plus qu’une loi contraignante, c’est devenu une norme à laquelle la société adhère. Ici, chacun a intégré que la vie de famille fait partie de la vie. Même ceux et celles qui occupent les plus hautes fonctions. «Si un homme politique ne prend pas son congé de parenté, ici c’est plutôt mal vu. Les hommes sont jugés là-dessus aussi. Il n’y a pas de cynisme, tout le monde y croit»,

Très généreux, mais pas toujours égalitaire, le congé parental en Suède. Il peut s’étaler sur seize mois au total pour un couple, soit 480 jours dont 390 payés à 80 % du salaire, avec un plafond de 2 800 euros mensuels. Deux mois sont réservés au père. Seuls 22 % des hommes restent à la maison au-delà de cette période. Aujourd’hui, certains voudraient aller encore plus loin et instaurer un quota : un tiers pour la mère, un tiers pour le père, un tiers à se partager.

Il semble par contre que la question des taches ménagères ne soit pas réglée.

Commentaires

1. Le 09/02/2009, 22:24 par lucia mel

je me souviens d'une pseudo "dinde", ou "cruche", partie en Suède pour s'inspirer de leur modèle social... on l'a bien raillée, naturellement, comme on a bien raillé Madame Clinton...

2. Le 10/02/2009, 01:06 par M.

On est bien loin du modèle nordique hélas : nous on est un des seuls pays d'Europe à régresser avec l'aval papal !

3. Le 10/02/2009, 05:06 par Marion

Même si aucun système n'est parfait, celui-ci laisse rêveur. 2 mois obligatoires pour le père c'est bien plus que mon père (un homme charmant au demeurant) en a jamais pris pour moi et mes sœurs. Je me demande quand les choses avanceront en France de ce point de vue...

4. Le 10/02/2009, 08:46 par chiara

Si vous ne l'avez pas encore lu, lisez la trilogie "millenium" de Stieg Larson. C'est un polar, le meilleur que j'aie lu ces dernières années, et on y voit la société suédoise... franchement par plein d'aspects ça fait rêver.... le sexisme dans la police qui est réprimé, les gens qui ne considèrent pas que c'est une preuve de compétence de passer ses nuits au boulot....

Sinon, en ce moment je suis en train de revisionner avec ma deuxième les DVD de "il était une fois l'homme" (vous savez cette série en dessins animés qu'on regardait dans les années 80). Et bien elle a mérité son titre !!! j'avoue que cela ne m'avait pas choquée plus que ça avant (il y a d'autres trucs franchement discutables, en particulier la vision de l'Islam "religion simple pour des gens simples"... gloups).
Mais quand on voit l'épisode "hommes des cavernes" avec la femme cro-magnon qui rechigne à aller chercher des baies comme son cher et tendre le lui demande, avec le commentaire en voix off" eh oui, déjà à l'époque l'autorité masculine était discutée".... aaaaaaaahhhhhhhhh

Je crois que je vais interdire le DVd à ma fille.

5. Le 10/02/2009, 10:51 par polluxe

Il n'y a pas que l'aval papal qui fait régresser, il a aussi l'intégrisme musulman et son cortège de femmes voilées.

6. Le 10/02/2009, 11:29 par frieda l'écuyère

Y-a-t-il une religion qui soit juste sur la place des femmes ? Un Dalaï Lama féminin ? Ah ah ah !
Et tous ces congés, c'est formidable, mais sans vrai partage des tâches, ça fait un peu gloups, non ?

7. Le 10/02/2009, 11:35 par polluxe

Le problème du partage des tâches doit être réglé en amont par l'éducation des enfants dans ce sens, et sans doute aussi au moment de la mise en couple.
Pourquoi tant de femmes acceptent-elles de fait les schémas traditionnels en effectuant les tâches ménagères ?

8. Le 10/02/2009, 11:38 par Lledelwin

Oh, mon dieu, Fifi Brindacier et monsieur Dupont ! Baf, toute mon enfance qui me saute à la gueule !!

Ceci dit, comme modèle d'éducation, Fifi, on fait mieux : n'enseigne-t-elle pas à ses petits voisins charmants, mixtes et timorés (un garçon impressionné par une fille casse-cou ? Mais ouaouw !!!) qu'une table se débarasse en attrapant la nappe et en fourrant le tout dans un coffre ? Comment voulez-vous leur faire passer l'aspirateur après cela ?

9. Le 10/02/2009, 12:55 par emanu124

Aaah, les tâches ménagères. Problème majeur...
On dirait que les hommes on vraiment du mal à s'y mettre, même dans les pays très paritaires...

10. Le 10/02/2009, 13:24 par alice

Des pays où "Ah mais non, je ne suis pas féministe!" ça veut dire qu'on est pro violence contre les femmes ça fait effectivement rêver. La Suède semble une exception. J'espère qu'elle va rester comme elle est et encore s'améliorer notamment sur les tâches ménagères mais aussi sur le nombre de femmes tuées par leur conjoint. Déjà quand en France on ne considérera plus le terme "féminisme" comme un gros mot on aura bien avancé. Parfois je me demande qu'est-ce qu'il m'a pris de rentrer en France...

11. Le 10/02/2009, 13:26 par floreal

Les tâches ménagères restent l'écueil principal, mais ce n'est à mon avis que la pointe de l'iceberg: cela signifie "la charge mentale".
En clair:
- ce n'est pas que l'homme considère de faire les courses indigne de lui; il faut lui faire une liste. Donc il vous dérange pous demander ce qu'il doit acheter.
- ce n'est pas qu'il juge indigne de lui d'exécuter certaines besognes domestiques ; il ne sait pas où se trouve le nécessaire pour le faire. Donc il vous dérange pour savoir où ça se trouve.
Et ainsi de suite, la liste serait longue et conditionne toute la vie familiale.
C'est comme disait polluxe une question d'éducation en amont. Mais meme en admettant qu'on tombe sur un homme convenablement éduqué et que la phase couple se passe bien, et les tâches équitablement partagées, les choses vont changer avec la naissance d'un enfant parce qu'il ne suffit pas que le couple, la famille pratique le partage équitable, le monde autour de vous ne le pratique pas. Inévitablement, des stéréotypes vont se reproduire dans la famille du fait meme que le monde extérieur, la société, attend des femmes certains comportements. donc la femme va prendre le congé mmaternité et sa carrière va s'en ressentir, celle de l'homme non.