femi70.jpgJ'avais suivi qu'il y aurait 2 manifestations féministes samedi à Paris (peut être même 3), mais je n'avais pas toutes les clés pour comprendre en quoi elles se différenciaient.

Chrstine, qui a l'air de connaitre le sujet par coeur, donne des explications très complètes dans un billet intitulé "les vagues du féminisme".

2 manifs donc :

l'une à l'appel du CNDF, Collectif national pour les droits des femmes et l'autre à l'appel d'un rassemblement d'associations

Christine détaille les points sur lesquels ces 2 collectifs ne sont pas d'accord. Chacun d'entre eux intégre ses revendications féministes dans un corpus beaucoup plus large.

Le premier intervient "dans des domaines aussi variés que la réduction du temps de travail, l’égalité professionnelle, le travail de nuit, les équipements collectifs, la famille, le travail domestique, les violences, la lesbophobie, la place des femmes dans la vie publique, la lutte contre le Front National et ses clônes, la lutte contre le sexisme, l’école, la mondialisation libérale, la solidarité internationale, etc..."

Le second parle de voile, de religion, de prostitution, de sexe, d'anarchisme ou de révolution .

au risque de paraitre naïve, et je ne pense pas l'être tant que ça, je ne me retrouve pas du tout dans le second et le premier me parait bien discret. Depuis un an que je blogue sur le sujet c'est la première fois que j'en entends parler.

Pour moi être féministe c'est 3 ou 4 choses simples pour lesquelles il y a encore beaucoup à faire et si des sujets comme le voile ou la prostitution sont d'importance on ne peut pas demander à ce qu'ils soient dans les fondamentaux du féminisme.

  • que les femmes soient respectées et que cessent les violences qui leurs sont faites.
  • que les pouvoirs, tous les pouvoirs, soient partagés entre les hommes et les femmes
  • que les mentalités évoluent pour que ce que font ou disent les femmes n'ait pas moins de valeur que ce que font ou disent les hommes
  • que le corps des femmes ne soit pas considéré comme un objet de consommation
  • que les femmes, et les hommes puissent choisir leur vie (enfants, pas enfants, conciliation vie privée/autonomie financière...).

j'avais signé, il y a très longtemps le manifeste "encore féministe! et, même si je n'en parle pas sur ce blog que j'ai décidé de réserver à la situation en France (parcequ'il est toujours plus facile d'aller chercher la paille dans l'oeil du voisin), je me sens très solidaire des femmes qui vivent en d'autres endroits de la planète des situations de violences extrêmes.

Par contre si le" système d'oppression économico-théologico- patriarcal" est à renverser, ce n'est pas que l'affaire des femmes. Ce combat là n'est pas exclusivement féministe, il est politique et doit être mené avec les hommes qui prennent conscience eux aussi de ce qu'il a de néfaste pour eux.