A l'occasion du 8 mars la Halde a commandé un sondage afin de savoir si les français percevaient que le fait d'être enceinte, d'être une femme ou d'avoir des enfants constituait un handicap dans la vie professionnelle.

cadres_sup.jpg La question suivante a été posée " Selon vous, le fait d'être une femme ayant des enfants constitue-t-il un avantage, un inconvénient ou ni l'un ni l'autre pour l'évolution d'une carrière professionnelle ?". Je regrette que la même question n'ait pas été posée concernant les hommes. Cela contribue une fois de plus a entériner l'idée que s'occuper des enfants est une affaire de femme.

Il a ensuite été demandé à des femmes si elles s'étaient senties discriminées à un moment ou un autre de leur vie professionnelle.

La Halde rappelle dans son communiqué que " les discriminations liées au sexe sont encore aujourd’hui très présentes que ce soit en matière d’accès à l’emploi, de rémunération ou de déroulement de carrière. Les femmes sont en effet plus nombreuses dans les emplois à temps partiel et à bas salaire et elles restent rares dans les postes à responsabilité. Ainsi, les femmes n’occupaient en 2005 qu’un quart des postes d’encadrement des entreprises du secteur privé et semi-public, alors qu’elles étaient majoritaires à l’université, et l’écart de salaire moyen entre femmes et hommes était de 21 % ".

La Halde trouve que les femmes prennent consciences des discriminations dont elles sont l'objet : "Une femme active ou retraitée sur trois (34 %) a le sentiment d’avoir été victime de discrimination sur son lieu de travail parce qu’elle est une femme. Plus précisément, 20 % pensent que le fait d’être une femme a constitué une barrière pour l’obtention d’une augmentation ou d’un poste à responsabilité, 14 % ont eu le sentiment d’être discriminées dans le travail au quotidien, ".

En ce qui me concerne je suis plutôt stupéfaite que 69% des femmes considèrent qu'elles n'ont pas connu de discriminations pour obtenir une augmentation ou un poste à responsabilité (20% disent en avoir connue, 11% ne se prononcent pas), et 81% disent qu'elles ne se sentent pas discriminées au quotidien.

Cela est par ailleurs tout à fait conforme aux statistiques de la Halde. Puisque si en 2008, la HALDE a reçu 7 788 réclamations. Un peu plus de 5% seulement sont liées au sexe et 47% des réclamations liées au sexe sont exprimées par des hommes

Mon blog a encore malheureusement beaucoup d'avenir puisque l'un de mes objectifs est de rendre visible les difficultés des femmes à accéder aux postes à responsabilité.