Sondage CSA pour la HALDE, réalisé à l’occasion de la Journée de la Femme le 8 mars.

A l'occasion du 8 mars la Halde a commandé un sondage afin de savoir si les français percevaient que le fait d'être enceinte, d'être une femme ou d'avoir des enfants constituait un handicap dans la vie professionnelle.

cadres_sup.jpg La question suivante a été posée " Selon vous, le fait d'être une femme ayant des enfants constitue-t-il un avantage, un inconvénient ou ni l'un ni l'autre pour l'évolution d'une carrière professionnelle ?". Je regrette que la même question n'ait pas été posée concernant les hommes. Cela contribue une fois de plus a entériner l'idée que s'occuper des enfants est une affaire de femme.

Il a ensuite été demandé à des femmes si elles s'étaient senties discriminées à un moment ou un autre de leur vie professionnelle.

La Halde rappelle dans son communiqué que " les discriminations liées au sexe sont encore aujourd’hui très présentes que ce soit en matière d’accès à l’emploi, de rémunération ou de déroulement de carrière. Les femmes sont en effet plus nombreuses dans les emplois à temps partiel et à bas salaire et elles restent rares dans les postes à responsabilité. Ainsi, les femmes n’occupaient en 2005 qu’un quart des postes d’encadrement des entreprises du secteur privé et semi-public, alors qu’elles étaient majoritaires à l’université, et l’écart de salaire moyen entre femmes et hommes était de 21 % ".

La Halde trouve que les femmes prennent consciences des discriminations dont elles sont l'objet : "Une femme active ou retraitée sur trois (34 %) a le sentiment d’avoir été victime de discrimination sur son lieu de travail parce qu’elle est une femme. Plus précisément, 20 % pensent que le fait d’être une femme a constitué une barrière pour l’obtention d’une augmentation ou d’un poste à responsabilité, 14 % ont eu le sentiment d’être discriminées dans le travail au quotidien, ".

En ce qui me concerne je suis plutôt stupéfaite que 69% des femmes considèrent qu'elles n'ont pas connu de discriminations pour obtenir une augmentation ou un poste à responsabilité (20% disent en avoir connue, 11% ne se prononcent pas), et 81% disent qu'elles ne se sentent pas discriminées au quotidien.

Cela est par ailleurs tout à fait conforme aux statistiques de la Halde. Puisque si en 2008, la HALDE a reçu 7 788 réclamations. Un peu plus de 5% seulement sont liées au sexe et 47% des réclamations liées au sexe sont exprimées par des hommes

Mon blog a encore malheureusement beaucoup d'avenir puisque l'un de mes objectifs est de rendre visible les difficultés des femmes à accéder aux postes à responsabilité.

Commentaires

1. Le 04/03/2009, 15:26 par MHF

Que font ils comme réclamation liée au sexe les hommes ? Merci

2. Le 04/03/2009, 16:09 par olympe

pour ce que j'en sais les hommes réclament de pouvoir bénéficier d'avantages réservés aux femmes (droits à la retraites plus favorables, congés enfants malades...)
ils ont raison

3. Le 05/03/2009, 13:16 par Gwendoline

Je suis moi aussi étonnée de la faible part des femmes qui se sentent discriminées dans le monde du travail.
Pourtant les chiffres sont sans appel sur le temps partiel, le travail précaire, la faible part de femmes dans le haut management,...

4. Le 06/03/2009, 23:15 par frieda l'écuyère

Ca prouve que le conditionnement a encore de beaux jours devant lui. De très nombreuses femmes (je n'ai pas écrit une majorité, mais je le pense pourtant) poussent des hauts cris quand on leur parle de féminisme, sont convaincues que les discriminations concernent les Africaines excisées ou les Iraniennes, mais pas nous, Françaises qui vivons dans un pays où règne l'égalité. Tout en se plaignant éventuellement deux phrases plus loin de ces hommes "qui viennent de Mars" et de la double journée...

5. Le 08/03/2009, 00:34 par fanchon

une ancienne enquête (pas un sondage) avait conclu qu'être marié-e était un avantage pour les hommes, mais un frein de carrière pour les femmes : ce résumé est un peu court, mais il faudrait retrouver le document, cité par Le Monde à l'époque, si je me souviens bien.

Belle photo, une fois de plus !

6. Le 08/03/2009, 14:42 par Otir

Lorsque j'ai travaillé en entreprise, j'ai été la seule femme cadre de mon service, et mon salaire était inférieur de 25% à mes homologues hommes... question d'ancienneté peut-être ? sauf qu'à ancienneté égale, il n'a jamais rattrapé leur niveau... et pour cause, je n'ai jamais progressé.

Quand j'ai voulu une mutation, on a choisi de me bloquer à mon poste... parce qu'à terme il allait disparaître. Mon supérieur hiérarchique direct avait été très clair "votre avenir ne m'intéresse pas, vous vous marierez et l'entreprise ne vous sera pas importante". Est-ce que je me sentais discriminée ? bien sûr. Mais pour être parfaitement honnête, je croyais surtout que j'étais incompétente. Ce n'est qu'avec le recul et la distance, que la discrimination m'apparaissait évidente.

Je ne suis pas du tout étonnée des chiffres. Quand vous vivez dans le rappel constant que vous valez moins, vous n'avez pas nécessairement le ressort pour réclamer que ce n'est pas vrai.

7. Le 08/03/2009, 15:17 par avril

Je serais curieux de savoir ce qui se passe dans les entreprises dirigées par une femme. Ne constaterait-on pas la même chose ? Car enfin, pourquoi cette "discrimination" serait-elle due au seul fait d'être une femme ? L'entreprise ne raisonne qu'en terme de productivité et non d'idéologie.

Ne faudrait-il pas invoquer le problème de la maternité qui, s'il ne pose aucun problème dans le fonctionnariat exempt de la nécessité du résultat, peut poser de graves problèmes dans des postes clés d'entreprises privées. Dans ce monde concurrentiel, l'absence prolongée d'un cadre de haut niveau ne peut être résolu par le remplacment.

Il en résulte que sur le marché du travail, une femme sera moins cotée qu'un homme à compétences égales. Que ce soit révoltant pour celui qui se refuse à réfléchir et raisonne par idéologie, c'est normal mais les faits sont ainsi et la répression totalitaire de la HALDE n'aboutira qu'à une régression de notre économie qui n'a pas besoin de ça.

Qu'attendent les femmes pour créer elles-mêmes des entreprises où elles pourront n'embaucher que des femmes ?