8 mars: A compter d'aujourd'hui proclamez vous féministe !

Il n'y a pas qu'en France que le féminisme soit dévalorisé. Voici un appel que je reprends à mon compte. Suffragettes_parading_with_banner.png

"De nos jours il est très mal vu de se dire féministe. Vous êtes automatiquement considérée comme haïssant les hommes et pas du tout féminine. La plupart d'entre vous pensent "je ne suis pas féministe, je suis féminine".

Mais cela est faux ! Etre féministe c'est croire à une égalité entre les sexes, être féminine est une attitude. Je n'arrive pas à comprendre comment les luttes menées par tant de femmes pour nous donner la liberté et l'indépendance dans une société qui traitait les femmes comme des êtres inférieurs et qui nous permet aujourd'hui de faire les choix que nous voulons puissent aujourd'hui être stigmatisées de façon aussi négative.

Même si chaque mouvement a des extrémismes, le point fondamental est que si nous voulons poursuivre la construction d'un monde où les hommes et les femmes seraient libres d'être ce qu'ils veulent être, il n'y a pas de doute que nous le devons aux féministes (femmes et hommes) du passé et nous devrions leur être reconnaissants de ce qu'ils nous ont donné.(...)

Donc, si nous voulons continuer sur la voie de la croissance personnelle pour les femmes et les hommes, nous devons nous déclarer féministes. Rien de moins et rien de plus."

(Traduction approximative car faite par mes soins )

Commentaires

1. Le 08/03/2009, 12:12 par Flèche

Je crois que cette confusion est due au fait que pendant quelques années les féministes avaient pris des allures plus ou moins masculines.

Etre féministe n'empêche pas d'être féminine. Ce n'est pas incompatible.
Je fais partie de ces femmes qui n'ont pas compris pourquoi l'usage est de prendre le nom de son mari. Je me suis mariée mais j'ai conservé l'usage de mon nom. Perdre mon nom c'était perdre mon identité. Mais c'est un combat presque permanent pour arriver à garder son nom sur sa carte d'identité sans accoler celui du mari ainsi que dans bien d'autres domaines. Allez faire comprendre ça à un notaire !!

C'est insupportable !

C'est bien les mentalités qui doivent changer, car les lois existent, mais parfois face à des fonctionnaires qui n'ont pas encore tout pigé ce n'est pas évident d'arriver à ses fins.

Dur ce que je dis, je suis pourtant fonctionnaire ...

2. Le 08/03/2009, 13:39 par Virginie

les 20 à 14 avril risquent d'être des jours noirs pour la femme.
http://www.un.org/french/durbanrevi...

En effet, j'ai remarqué, beaucoup ont remarqué, que les religions, pas forcément les textes sacrés, ont tendance à saccager les droits de la femme.

Des pays ont tenté de légiférer en mettant l'humain en avant pour que celui-ci soit égal en droit et devoir face à la nation.

En France nous avons la loi sur la laïcité. Celle-ci nous garantie notre liberté de conscience dans notre sphère privée et notre égalité de droit dans notre sphère publique.
Par exemple, si un mari tape sur sa femme parce que celle-ci n'applique pas correctement les préceptes religieux, en France, c'est puni. Ou si on oblige la femme à s'habiller malgré elle en conformité à des préceptes religieux, c'est puni.

Or les religions font tout pour regagner du terrain et se servent pour cela des institutions publiques reconnues, à savoir ici l'ONU. Je m'explique. Si le projet de ces religieux fonctionnent, accuser l'homme de battre sa femme parce que elle applique mal les principes religieux sera reconnu comme un acte raciste. De ce fait, la femme se trouvera dépouillée de tout système de défense publique légale.

Quelle belle avancée pour la femme !

Restons vigilantes à chaque instant, quitte à en faire un peu de trop !

3. Le 08/03/2009, 13:44 par Flèche

Oui alors là ça me fait hurler.
Mme Pierre Durand ou Dupont, ah non, ça je ne peux pas. Désolée pour les gens qui s'appellent Durand ou Dupont.

Quand je parlais des années 70 je faisais allusion au MLF où beaucoup gommaient leur féminité.

4. Le 08/03/2009, 13:50 par MHF

Je me sens féministe depuis toute petite je crois... Et je n'ai jamais eu "honte", je le dis, je m'en fous de ceux ou celles qui me regardent de travers !

Ce qui me révolte, Didier, ce sont sur les tombes quand il y a juste écrit Mme Pierre Dupont... Je déteste ça, cette femme n'a vraiment plus d'identité.

Je ne suis pas mariée même si je vie en couple comme cela je garde mon nom et le revendique surtout à l'école où l'on a tendance à me donner le nom de mes enfants.

Je vais relayer le message !

Bonne journée

5. Le 08/03/2009, 14:27 par Suzanne

Virginie: je suis d'accord avec vous. C'est un problème épineux qui ne va pas aller s'améliorant si on évite de nommer un chat un chat. Quand on lutte en France contre la polygamie, par exemple, ou que plus exactement on s'engage, on milite au sein d'une association qui aide les femmes victimes de mariages forcés en les aidant à percevoir les allocations familiales, à ne plus subir de pressions et de violence d'une famille dont elles souhaitent se protéger, à saisir la justice quand c'est nécessaire, il peut arriver qu'on se trouve face à des gens très sincères qui vous accusent d'alimenter le racisme ou l'islamophobie. C'est compliqué si on est pro-laïc, non raciste, juste féministe.

6. Le 08/03/2009, 15:15 par M

C'est justement pour celà qu'il faut se battre, pour l'égalité des sexes et contre ce féminisme qui cherche à réduire l'home come une peau de chagrin. Certaines ex 68 artes, ont un désir de revanche sur leur conjoint que je trouve malsain. Rien ne sert de refaire ce qu'ont fait les hommes.

Egalité des sexes, parité dans tous les domaines, que ce soit dans le travail, le couple, la religion, la politique etc...C'est celà le féminisme des années 2000, c'est celui ci qu'il faut revendiquer, La Journée de la Femme doit être assimilée à la Journée des Droits de la Femme, quand on voit ce que les femmes acceptent encore !Il y a encore beaucoup de travail à faire !
Merci Olympe pour ce combat !

7. Le 08/03/2009, 15:44 par floreal

Encore féministe!

Salut et fratern... euh non, salut et soror... pardon, salut et prospérité!

8. Le 08/03/2009, 17:00 par Iceman

Si l'on prend en compte la définition, il n'y a aucun problème pour un homme à se dire féministe, d'ailleurs.

9. Le 08/03/2009, 18:21 par olympe

Fleche je suis d'accord avec Didier Goux, il y a eu une époque ou la mode était à s'habiller avec des sacs à patates et mettre au pied des clarks (très très confortables d'ailleurs, la même marque fait aujourd'hui des chaussures toujours encore très confortables et plus faciles à mettre avec une jupe)

pour ce qui est du nom de famille, j'avais fait un billet là dessus et c'est vrai que c'est un (petit) combat quasi quotidien. il m'est encore arrivé une anectode drole récemment dont je ferai peut être un billet. il arrive aussi fréquemment que l'on appelle mon mari par mon nom. Il adore évidemment.;-)

Virginie, je suis allée voir le lien, je ne vois pas le rapport avec la religion ? tu vas peut être faire un billet là dessus?

concernant la question des coutumes ethniques et religieuses je pense comme Suzanne que c'est vraiment compliqué quand on est comme elle le dit laique, anti raciste et féminine. mais une chose est sûre rien ne peut justifier des violences .

MHF, M Floréal ça fait toujours du bien de ne pas se sentir seule et je sais de plus en plus que nous sommes nombreuses à vouloir l'égalité dans le respect des uns et des autres

Iceman, heureusement que de nombreux hommes sont féministes sinon aucune chance d'aboutir ce serait la guerre des sexes et ce n'est pas ce que j'envisage.

Didier Goux, peut être pas si saugrenue que ça. les femmes sont moins bien traitées certes mais être un mâle fort qui assure en toutes circonstances et ne dois jamais montrer ses faiblesses ça ne doit pas être facile tous les jours non ?

10. Le 08/03/2009, 20:02 par Flèche

C'est vrai que c'est un petit combat que de garder son nom, mais il est permanent et pour moi, très symbolique.

C'est vrai qu'il est arrivé assez souvent à mon mari de se faire appeler par mon nom, il a adoré également, comme le tien j'imagine ;)

Il me semble que dans nos sociétés occidentales, le combat n'est plus tant au niveau des droits que de l'équité de traitement, de reconnaissance (travail, politique ...)

Mais il y a tant à faire dans d'autres pays et d'autres cultures.

11. Le 08/03/2009, 20:54 par Flèche

Je disais juste que ce n'était pas incompatible. Et ce n'était pas du tout une attaque. Enfin ce n'était pas l'objectif.

On peut être féministe et aimer se maquiller, prendre soin de soi si ces critères font partie de ceux retenus pour la féminité.

Quant à définir la féminité c'est très relatif et très subjectif.

La féminité est du domaine du ressenti, du comportement, le féminisme est un combat politique ainsi que tu le soulignes. Ce n'est simplement pas sur le même plan. Et les deux sont indépendants, mais pas incompatibles.

12. Le 08/03/2009, 21:03 par olympe

Valérie, dire "etre feminine est une attitude" ce n'est pas porter un jugement et tu peux penser que c'est culturel, social ou tout ce que tu veux mais pour beaucoup de femme cela correspond à quelque chose

13. Le 08/03/2009, 21:28 par Marie-Georges Profonde

Eh bien cela fait toujours du bien de le lire alors merci Olympe ! Et oui, il y a encore des gens, aujourd'hui, qui voudraient que nous rougissions de ce mot. Je suis fé-mi-niste, non mais...

14. Le 08/03/2009, 21:40 par Philippe Sage

Françoise Giroud :
«La femme serait vraiment l'égale de l'homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente.»

Jean-Marc Reiser :
«Les femmes qui veulent être les égales des hommes manquent sérieusement d’ambition.»

15. Le 08/03/2009, 21:42 par Philippe Sage

Libérons, ou aidons d'abord les femmes à se libérer du carcan de la religion. De TOUTES religions. Le combat commence par là ...

16. Le 09/03/2009, 02:19 par Marion

Il suffit de regarder des sociétés "modernes" comme la société japonaise pour voir que le féminisme a encore de beaux jours devant lui. Plutôt que de fonder des familles, les femmes décident de rester seules -et chez leurs parents, ahem- mais de mouvement féministe pour changer les mentalités, aucun à ma connaissance. Pourtant, il y a eu de grands féministes au début du XXième siècle. Manque de bol, ils se sont fait assassiner!
Je reste optimiste!!

La question de conserver son nom me turlupine. Après tout, c'est le nom de son père que l'on garde. On ne s'en sort pas du patriarcat... J'aimerais beaucoup avoir quelques avis à ce sujet. Je précise que je souhaite conserver mon nom dans le cas où je me marierais.

17. Le 09/03/2009, 07:27 par Flèche

Bien sûr que c'est le nom du père que l'on garde. Mais une loi est passée pour les enfants et depuis cette loi, les enfants peuvent porter le nom de leur père et de leur mère.

Est-ce au Portugal ou en Espagne où c'est le nom de la mère qui est transmis ? Je ne sais plus et je n'ai pas le temps de rechercher ce matin.

Pour répondre à Emelire, il est vrai que le mot féministe fait reculer certains, et qu'on peut affirmer ses positions sans mettre l'étiquette. Mais à un moment ou à un autre, il faut prendre position.

Enfin pour répondre à Philippe Sage qui cite Françoise Giroud :
«La femme serait vraiment l'égale de l'homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente.»
Hum, il me semble qu'on y est presque, à voir qui est au gouvernement ...

18. Le 09/03/2009, 09:18 par DeeCurl

naturellement d'accord avec chaque mot de cet appel. ça fait du bien de le rappeler de temps en temps.
quant au féminisme "qui hait les hommes" c'est un extrême qu'"on" aime bien faire remonter pour discréditer le féminisme des années 2000 comme il est dit plus haut.
tellement plus facile de refuser le débat...

19. Le 09/03/2009, 10:50 par gilles

Désolé de faire tâche dans cet bel unanimisme, mais pour ma part, si je suis plutôt pour un certain féminisme des années 70, je suis en revanche résolumment contre celui, hystérocrate, des années 2000.

20. Le 09/03/2009, 11:21 par Virginie

dans le même ordre que le commentaire ci-dessus que j'ai précédemment posté

http://tempsreel.nouvelobs.com/actu...

21. Le 09/03/2009, 12:40 par 8mars

Voici un article d'AgoraVox qui fait écho à ce billet, mais dont les commentaires sont aussi bêtes et méchants que ceux d'ici sont éclairés : http://www.agoravox.fr/article.php3...

M'autorisez-vous à citer votre traduction sur le site du 8 mars, pour alimenter cette rubrique : http://8mars.online.fr/rubrique.php... ?

22. Le 09/03/2009, 13:14 par olympe

Virginie, ça devrait buser. l'église catholique est en train de toucher le fond, et à force d'excommunier à tout va il vont finir par se retrouver entre vieux machos.

8µ mars :-) il y a pire que les commentaires sur agoravox, ce sont les com sur le Post (j'ai déja testé). ok pour reprendre ce que vous voulez (mais je ne garantis pas la traduction)

23. Le 09/03/2009, 13:31 par frieda l'écuyère

Je le clame, je le proclame, j'ai un blog plein de futilités (de futilités féminines) et je suis féministe ! Et je me désole que le mot féministe soit utilisé comme repoussoir, y compris par beaucoup de - jeunes - femmes.
@Gilles : et je ne suis pas hystérocrate. Mais pas phallocrate non plus.

24. Le 09/03/2009, 15:14 par Suzanne

Ah ça c'est curieux : j'écris plus haut "C'est compliqué si on est pro-laïc, non raciste, juste féministe."
Et Olympe me répond : "je pense comme Suzanne que c'est vraiment compliqué quand on est comme elle le dit laique, anti raciste et féminine."

C'est un lapsus clavieri ?

Du coup, je me recoiffe. On ne sait jamais, si Olympe est une hackeuse futée, elle me voit peut-être dans son ordi ; moi l'informatique je n'y connais rien. Je rajuste mon petit haut, je prends un ton doux et aimable, avec le sourire qui va avec. Je mets mon collier de nacre, ma broche bleue d'Italie et mes souliers neufs. Et celle qui viendra me dire que je ne suis pas féminine sera une grosse jalouse frustrée.

25. Le 09/03/2009, 15:30 par olympe

Suzanne, oups, c'est un lapsus clavieri. mais j'ai des excuses j'ai passé mes congés à surfer sur des blogs féminins. Et vous pouvez être rassurée je ne suis pas une hackeuse futée, mais merci pour le sourire

26. Le 09/03/2009, 15:57 par frieda l'écuyère

Ah, et j'ajoute, je n'avais pas lu les premiers commentaires : je n'ai jamai voulu me marier, trop peur qu'on me colle d'office un nom qui ne saurait jamais être le mien même s'il s'agit d'une simple "coutume". Coutume qui a la peau dure, même si celle su prénom du mari derrière le Mme tend à disparaître. Je savais trop qu'il faudrait se battre au quotidien pour imposer d'aller contre ce qui encore un conformisme bien ancré. Et je ricane quand on me demande mon "nom de jeune fille". Jeune fille à vie, je serai.
Mes deux enfants portent mon nom. L'une, née bien avant la loi, parce que je l'ai reconnue en premier, avant même sa naissance. Pas par simple féminisme, mais aussi parce que mon nom est moins courant que celui de son père (l'un des plus répandus de France) et que j'avais envie qu'il soit transmis. L'autre, grâce à la loi, a reçu mon nom "en supplément" dès lors que cette loi a (enfin !) été appliquée.
Et f*ck off les psys jamais les derniers pour souligner combien il est si important pour un enfant de porter le nom de son père. "Curieusement", on les entend déjà beaucoup moins sur l'importance pour les femmes de garder leur identité, qui n'est jamais généralement que celle transmise... par leur père

27. Le 09/03/2009, 16:30 par gilles

valérie, que croyez-vous que sont, par exemple, les délicieuses "chiennes de garde" ?...

28. Le 09/03/2009, 16:35 par $

http://failblog.files.wordpress.com...

29. Le 09/03/2009, 16:56 par olympeo

Gilles, hystérocrate du Grec hyster utérus et kratos, pouvoir, autorité les chiennes de garde dénoncent des propos sexistes. elles ne revendiquent pas le pouvoir .
concernant les féministes hystériques mon avis là dessus http://blog.plafonddeverre.fr/post/...

$ super, je ressortirai cette photo à l'occasion

Frieda concernant il est clair que personne ne s'intéresse à ce que représente pour les femmes le fait de changer d'identité. mais pour en discuter souvent beaucoup ne semble pas y voir d'inconvénient . assez incompréhensible pour moi .

30. Le 09/03/2009, 18:11 par gilles

Valérie, il ne faut pas confondre, je n'ai pas employé le therme d'"hystérique" mais bel et bien celui d'" hystérocrate" pour qualifier ces grandioses chiennes de gardes. Ceci dit, il s'agit d'un concept assez riche et complexe à la base et désormais déclinable à la société, et donc pas seulement à ce mouvement. Vous avez d'ailleurs tout à fait raison avec les exemples que vous citez (sarko, act up..), on retrouve chez eux le syndrome aigu de l'hystérocrate, si je puis dire... Je vous invite (vous aussi olympeo ;) ) à visiter sur mon pseudo le blog où de nombreux articles développent ce thème.

31. Le 09/03/2009, 20:26 par mebahel

gilles: allez lire leurs textes, et on en reparle, de l'hystérocratie éventuelle des cdg.
Et l'hystérocratie de sarko, avec sa stratégie permanente de couilles sur la table, va falloir m'expliquer.
Olympe: merci de relayer cet appel ,très bon.

32. Le 09/03/2009, 21:26 par Virginie

olympe, oui, l'Eglise catho touche le fond, mais il faut voir par quoi elle est remplacée ...
les Évangélistes (les créationnistes entre autres) convertissent à tout va, et dans cette église, la position de la Femme n'est guère plus enviable.

33. Le 09/03/2009, 22:01 par Audrey

Superbe appel. Unitaire et solidaire.

34. Le 09/03/2009, 22:06 par Ms Agnès

Les femmes qui se disent non féministes, c'est un peu comme un juif qui serait antisémite ou un homosexuel homophobe: simplement absurde.
Pourquoi avoir peur de juste vouloir les mêmes droits pour les hommes et le femmes?
Quelqu'un de bien est forcément contre le racisme, il devrait être aussi féministe.....

35. Le 09/03/2009, 22:31 par Mlle S.

oui à la paix, non au cholestérol !

36. Le 09/03/2009, 23:12 par Ms Agnès

Mon pauvre Gilles! Vous me faites penser à Eric Zeimour, complètement parano! Je vous rassure, personne ne veut vous dominer! Et de votre côté, arrêtez de penser qu'une femme a forcément besoin elle d'être dominée au lit!

37. Le 09/03/2009, 23:22 par olympe

Gilles, j'ai essayé de lire. Désolée je n'ai rien compris.
Mlle S non plus.

38. Le 10/03/2009, 09:38 par Mlle S.

"Quelqu'un de bien est forcément contre le racisme, il devrait être aussi féministe....."

Olympe, je voulais dire que c'est mignon mais simpliste. quelqu'un de bien est forcément contre le racisme ne veut rien dire, comme dire que toute femme doit être féministe. Sinon quoi ? Sinon c'est la pire des abrutie ? C'est plein de bons sentiments, mais ça n'a pas de sens.

39. Le 10/03/2009, 21:39 par Ms Agnès

Pour Mlle S. , je reconnais c'est mignon, et en plus ça n'apporte rien.
Mais il y a actuellement tellement de femmes qui rejettent le féminisme... ça me désole et je devient complètement affligeante dans mes arguments.

A part ça, il y a moins consensuel et plus original que mademoiselle comme pseudo, pour une féministe.

40. Le 11/03/2009, 12:41 par Mlle S.

Mlle était une blague à la création du blog, une envie de se réapproprier une "marque civilisée de traçabilité"..

Il y a toujours eu bcp de femmes pour rejeter le féminisme, certaines parce qu'elles y gagnent symboliquement auprès des hommes (moi je suis bien dans ma peau, je n'ai pas de problèmes, je ne vous poserai pas de problèmes), d'autres parce qu'elles ne se sentent pas opprimées, parce que le reconnaître peut-être une souffrance... D'autres parce qu'elles ne sont pas enclines à se coller une quelconque étiquette miltante, d'autre parce qu'elles assimilent le féminisme à un bord politique qui n'est pas le leur... Bref, il y a toujours eu une foule de raisons. Ce n'est pas nouveau. Mais je trouve qu'au lieu de s'en désoler, se demander pourquoi est plus intéressant.

41. Le 12/03/2009, 22:21 par stedransky

Merci Olympe pour ton appel au féminisme et tes leçons de grec : douce association ! ;o)
Pour le nom de famille, je trouve aussi essentiel de conserver son nom propre, et que les enfants portent les deux noms. Pour ma part, je n'ai jamais ressenti que mon nom était celui de mon père. C'est d'abord le mien, un des premier mot que j'ai su épeler (parce que difficile à écrire) et du coup celui de mon blog.
Dernièrement, en donnant mon sang, on m'a demandé si j'étais "mademoiselle" ou "madame". Comme je ne me marierai jamais, je préfère le madame - équivalent lexical de monsieur. Et la secrétaire médicale insiste pour avoir mon nom de jeune fille et me regarde de travers quand je lui dis que c'est celui-là. Ah le statut du mariage ! Heureusement que le don est anonyme !

42. Le 20/03/2009, 17:45 par reno de stael

je viens de découvrir votre excellent blog,
je me permets de partager l'article sur Alexandra Kollontaï que nous avions publié à l'occasion du 8 mars,

Où sont les Kollontaï ?

Aplomb, intelligence, goût de la vie : Alexandra Kollontai refuse à 17 ans un mariage de convenance, quitte sa famille, et épouse trois ans plus tard un jeune officier de jolie tournure, qu’elle quitte lorsqu’elle ne l’aime plus, donc assez vite. Elle vit à Berlin, Paris, Genève, en Italie, rencontre Plekhanov, Lénine, Rosa Luxemburg Karl Liebnekt Clara Zetkin, Kautsky, Paul Lafargue,,,la fine fleur de la révolution en marche ! Rentrée en Russie en 1905 elle révèle ses talents d’oratrice révolutionnaire et féministe et en 1907 participe à la prise du Palais d’Hiver, un pur moment de plaisir. Déjà, on lui reproche de n’être ni pauvre, ni moche.

Pour lire la suite :

http://www.oppressoir.net/8-MARS-ou...