Nicolas a lancé une chaine.

Voila le sujet tel qu'il le pose : « Bon, Mesdames, Messieurs, chers compatriotes, on parle beaucoup de l’anonymat dans les blogs mais au fond de nous-mêmes est-ce qu’on ne devrait pas s’en foutre royalement dans la mesure où la plupart des gens ne savent même pas ce qu’un blog ? Ne serait-on pas un peu trop centrés sur nous-mêmes ? ».

olympe_de_gouges_.jpgLa question a se poser est la suivante : que risque-t-on à se dévoiler ? Il semblerait par exemple que plusieurs blogueurs et blogueuses se soient inquiétés de voir leurs articles repris dans un journal papier craignant d'être ainsi découverts par leur entourage. Le risque existe puisqu'effectivement comme le dit Nicolas la plupart des gens ne savent même pas ce qu'est un blog, alors qu'ils lisent les journaux papiers (en l'occurrence il m'étonnerait que ceux qui lisent Vendredi ne sachent pas ce qu'est un blog). Pour en avoir fait l'expérience je peux dire que ce risque est faible ; au tout début pas encore assez aguerrie et prudente mon blog a été cité avec mon nom dans un grand journal. Grosse montée d'adrénaline lorsqu'ouvrant ma boite aux lettres professionnelle j'y trouve un "bonjour Olympe" provenant d'un collègue qui était l'un des derniers à qui j'aurais voulu parler de mon blog. Il était mort de rire, mais comme le sujet ne l'intéresse pas particulièrement je crois qu'il y a longtemps qu'il a oublié. C'est le seul écho que j'en ai eu et ça a considérablement relativisé dans mon esprit la portée de la presse papier. Heureusement quand même ce n'était pas dans le quotidien local.

Par contre si mon nom apparait sur internet, je suis bien certaine que ni Google (quoique ?), ni yahoo, ni tous les autres ne l'oublieront et qu'il arrivera un jour où une entreprise, une personne que je solliciterai voudra en savoir plus sur moi et arrivera ici. Je ne sais pas qui ce sera et donc je ne sais pas comment cela influencera sa décision et je préfère ne pas prendre de risque.

Et puis aujourd'hui je suis très active peut être que dans 6 mois ou 2 ans j'en aurais assez du blog, du féminisme que je préfèrerai dépenser autrement mon énergie. Mais pour la netéternité mon nom resterais associé à Olympe.

En réalité plein de gens me connaissent, je vais à des réunions de blogueurs, des cocktails, j'ai des cartes de visite spécifiques que je diffuse avec plaisir , ma famille et mes amis connaissent mon blog (mon frère me fait d'ailleurs régulièrement remarquer que c'est le meilleur moyen d'avoir de mes nouvelles, pas de quoi être fière). J'évite par contre d'en parler au boulot.

Beaucoup de blogueurs ou blogueuses signent avec leurs vrais noms. Le problème avec le mien (de blog) c'est qu'il est très militant, d'un militantisme qui apparait à beaucoup de gens comme archaïque, être féministe ce n'est pas franchement tendance et certains s'imaginent même que le mot féministe me définit et qu'il est le seul filtre à travers lequel je regarde le monde, en réalité, comme tout le monde je m'intéresse à beaucoup d'autres sujets, sauf que je ne blogue pas dessus. Ce n'est pas l'envie qui m'en manque mais le temps.

Surtout et c'est peut être le plus important je trouve que les critiques, les attaques sont souvent assez difficiles à encaisser (j'ai eu plus que ma dose avec l'affaire du rappeur) alors je préfère qu'elles ne s'adressent qu'à la blogueuse. La madame X que je suis peut ainsi continuer sa vie sans se faire agresser. Une sorte de schizophrénie bien utile.

Je passe à : Lait d'beu, Nelly, Till the cat, femme active, et les cigognes, Frieda, Emelire