Billet de week end

Cette semaine du son :

Les Femmouzes groupe de Toulousaines que Gaël a mis sur son blog exprès pour me le faire connaitre, et comme il est sans aucun doute l'écureuil le plus sympa de la blogosphère il m'a aussi transmis le code htlm pour que je puisse insérer cette chanson qui parle de parité.



J'en profite pour vous remettre l'hymne de suffragettes que j'adore, extrait de Mary Poppins

Sister Suffragette Sing Along

moins drôle la chronique de Guy Carlier sur Europe 1 à propos des femmes journalistes

extraits : "Michèle Cotta dont le look ne constitue pas la priorité. Je me souviens que quand elle vint sur nos écrans au début de la première guerre du golf, ni maquillée, ni coiffée, en raison de l’urgence de l’information, la vision terrifiante de cette femme sortie du lit nous fit craindre les pires horreurs de cette guerre et contribuer à l’angoisse excessive qui saisit le pays"

Guy Carlier se regarde-t-il quelquefois dans un miroir ?

Ou encore "Et les jeunes journalistes (il parle des femmes bien sûr) sélectionnées sur des critères qui n’ont rien à voir avec le journalisme sauf à considérer que deux petits seins qui pointent constituent une ligne éditoriale rigoureuse"


Pour finir Françoise Leclère qui a écrit le livre dont je vous ai parlé il y a quelques semaines "Le miso mis à nu" m'a précisé que, étant une fille son nom s'écrit  Leclère et non Leclerc comme je l'avais indiqué par erreur. Son site internet est ici

Commentaires

1. Le 25/09/2009, 23:09 par Gael

ah je savais que ça te plairait les femmouzes t !

j'adore Mary Poppins aussi, mais je te l'avais déjà dit avec le carte postale :)

2. Le 26/09/2009, 19:38 par frieda l'écuyère

Je vais reprendre une délicieuse et classieuse expression que j'adore :
Guy Carlier fustigeant le look de Michèle Cotta, c'est le camenbert qui dit au roquefort "Tu pues".
Ce sera tout pour aujourd'hui, en vous remerciant.

3. Le 27/09/2009, 20:39 par nananimp

Comme c'est typique un mec hideux qui se permet de juger le physique d'une femme...
Au moins il pousse l'absurdité si loin que personne n'aura l'outrecuidance de la nier