Chevalières des arts domestiques

Au cours de ces derniers jours j'ai par 2 fois eu une assez longue conversation à propos des taches domestiques.

La 1ere  avec une jeune femme, moins de 30 ans elle est ingénieure, travaille depuis 3 ou 4 ans et vit en région parisienne avec un garçon de son âge depuis quelques mois. Ils sont bien d'accord, ils vont tout partager et il trouve normal d'assumer la moitié des taches.

Quand il est là....

Parceque si elle rentre assez tard, vers  20h, lui rentre encore plus tard. Et du coup elle se sent responsable non seulement de la préparation du repas, mais aussi du remplissage du frigo, qui est la corvée qu'elle déteste le plus.

2 jeunes, de niveau d'études équivalents, qui ont démarré à peu près en même temps et justement c'est lui qui finit plus tard . Est ce parcequ'on  attend davantage  d'un homme qu'il reste tard et qu'il s'y sent donc obligé ? est ce parcequ'au fond il trouve cela bien pratique de rentrer quand tout est prêt ?

Elle voudrait que ça change, mais sa propre mère, qui pourtant l'a toujours incitée à faire des études et à être indépendante l'a mise en garde :"Fais attention, si il n'est pas bien à la maison tu ne le garderas pas " !

Elle, elle se sent dépassée. Un enfant ne lui parait pas envisageable alors que déjà "elle n'y arrive pas". 

La seconde discussion était avec une élue. Plus de 60 ans, elle a fait une carrière brillante. Son mari l'a toujours soutenue, c'est obligatoire dans un couple lorsque l'un des 2 fait de la politique me dit elle. 

Mais elle a toujours veillé à ce qu'il puisse se débrouiller lorsqu'elle s'absente, comme c'est souvent le cas, plusieurs jours. Concrètement ça veut surtout dire qu'elle a fait les courses voire préparé des plats.

Et comme je m'étonne, parceque d'après ce qu'elle me raconte son mari a l'air tout à fait autonome elle me répond "oui, mais c'est notre honneur à nous les femmes de veiller à ce que tout soit bien à la maison".

Et  là j'ai pensé à cette vidéo que @cathalapointe m'avait justement postée la veille sur twitter.

Notre honneur....

Au cas où elle n'apparaitrait pas la vidéo est ICI

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

1. Le 05/07/2012, 19:44 par estelle

Oui ! C'est dramatique !! J'ai moi-même la trentaine et je peux confirmer qu'il y a encore pas mal de femmes en couple et qui travaille qui se sentent "obligées" de prendre à leur charge les tâches ménagères. Et quand j'essaye de faire prendre conscience de l'injustice de la situation, je sens bien que c'est pas super bien reçu... un peu comme si j'étais une espèce de tyran domestique qui impose à son conjoint des tâches ménagères. Avant que mon conjoint et moi n'emménagions, j'ai amené le sujet en lui demandant comment il voyait la répartition des tâches et nous nous sommes naturellement partagé tout ça.
Dans les colocations entre ami-e-s la question est posée et réglée d'entrée, chacun fait sa part égale de tâches ménagères, quelque soit son emploi du temps.
Moi j'ai envie de poser la question : comment croient-elles que feraient leurs conjoints s'ils étaient célibataires ?
À chacun de s'organiser, voire de sous-traiter avec un-e pro si le temps manque, car quand on a pas le temps, généralement on a l'argent. Je ne vois pas pourquoi d'un coup tout change lorsqu'il s'agit d'un couple. Encore trop de femmes se projettent dans le rôle de la ménagère et n'ose pas poser des limites.
J'ai remarqué aussi que le rôle de "fée du logis" était souvent un moyen pour les femmes d'avoir une sorte de rôle social valorisé, à défaut de pouvoir obtenir un rôle avec une belle valeur sociale dans le monde du travail...
C'est vraiment dommage, la route est encore longue avant l'égalité.

2. Le 05/07/2012, 21:02 par Thaliane

Relire JC Kaufman, en particulier "la trame conjugale" : il est extrêmement difficile de ne pas entrer dans le rôle de "fée du logis" dans la mise en couple. Chacun reproduit les stéréotypes du couple, rôle de madame, rôle de monsieur, c'est vraiment une lutte personnelle pour ne pas entrer dans le schéma et dans le piège. Parce qu'il nous a été transmis depuis des générations. Parce que résister est difficile. Surtout qu'au début, ça paraît "drôle", "sympa", c'est "juste un rôle". Sauf qu'en sortir est bien plus difficile que résister à y entrer !

3. Le 05/07/2012, 23:40 par Phypa

Quand on est à deux ingénieurs, on peut prendre une femme de ménage. En plus on donne du travail à quelqu'un qui souvent fait bien mieux que nous ce qu'on n'aime pas trop.
C'est notre choix depuis longtemps (c'était déjà le mien quand j'étais célibataire)
Pour moi ce sont plutôt les enfants qui insidieusement nous ont placés dans le rôle de la "maman gâteau" et du "papa fouettard" alors qu'à la base, mon mari était certainement plus "parent poule" que moi ;-)

4. Le 05/07/2012, 23:59 par Bib29

Pour commencer, petite histoire de pub?

J'étais sur le site, dont j'apprécie beaucoup les textes, et j'allais commenter.
En même temps que je suis sur internet, il y a la télé en fond, et j'entends que c'est la pub. Je ne vois pas les images, j'ai seulement le son (qui est bien plus fort que le programme d'avant.)

Voici ce que j'entends:

Voix de jeune fille, qui dit: " on m'a dit qu'il fallait que je ne me tienne pas trop près des autres quand j'ai mes règles"

1ère pensée instantanée: "Tiens, ils emploient le mot "règles", maintenant, pour parler des règles, dans les pub?

Bon. Progrès.

Puis:
Hein? Quoi? L'ai je bien entendu? :"ON m' a dit qu'il faut que je me tienne pas trop près des autres quand j'ai mes règles" ??????
Mais qui a bien pu lui dire un truc pareil? et pourquoi??
La suite du message ne laisse aucun doute: "Avec les serviettes biiiiiiiiiiip, les ODEURS seront neutralisées. (quelque chose comme ça...)
(nb: on ne sait tjrs pas qui a pu lui dire ça...)

Donc, les filles, be aware: quand vous avez vos règles, vous SCHLINGUEZ. Et même, vous savez quoi? on vous SENT de LOIN.
Alors, soyez sympa: OK, vous avez ce truc dégoûtant tous les mois, mais quand même, évitez d'indisposer (hin, hin...) les autres avec vos odeurs.

Voilà, parfois, on n'en croit pas ses oreilles.

et donc aucun rapport avec le sujet.

Mais quand même, et pour y revenir, un seul mot d'ordre: si on a le choix entre la mégère qui fait chier, et la ménagère qui s'occupe de tout, choisissons la mégère. Au moins, merde, on trimera pas 2 fois plus pour le même prix. Si on gueule jamais, mais QUAND ça va changer?
Je veux bien prendre en charge un enfant, mais un adulte qui a autant de cerveau et de bras que moi: NON.
Sachons dire NON et merde. (y compris à nos mères, non mais je rêve...) Et je ne vois pas en quoi c'est sympa d'être la ménagère de service. Ni au début, ni à la fin...

Voilà

Et désolée pour les mots grossiers.

5. Le 06/07/2012, 01:08 par Pif paf pouf

@estelle: "Moi j'ai envie de poser la question : comment croient-elles que feraient leurs conjoints s'ils étaient célibataires ?"

Peut-être qu'ils ne s'en préoccuperaient guère et vivraient dans une maison "mal tenue" sans s'en porter plus mal. Quelques moutons dans les coins n'ont jamais tué personne. J'ai un ami qui vit dans de l'Ikea ou similaire, très simple : sa maman le presse de prendre un vrai appartement avec des vrais meubles et de l'argenterie pour pouvoir "recevoir". Inutile de dire qu'il reçoit déjà ses amis, mais ce qu'entend sa maman c'est sans doute de les recevoir selon les normes de la convivialité bourgeoise.

Pensons également aux mères de famille qui lavent et repassent le linge de fiston étudiant de 21 ans parce que sinon il ne serait "pas présentable". Et alors? Si ça lui plaît de ne pas "être présentable", pourquoi l'embêter avec cela?

(Ce qu'évoque Monolecte est différent : c'est un mec qui ne prend pas la responsabilité d'actions sanitaires, ou qui se plaint de la crasse sans rien y faire. Là, je parle de femmes qui imposent leurs marottes de présentation à leur entourage, et s'étonnent qu'ensuite celui-ci les laisse faire seules ce travail qu'on ne leur a pas demandé.)

6. Le 06/07/2012, 08:50 par La Tellectuelle

Je crois que c'était lors de la Journée "Maman Travaille", quelqu'un a parlé d' "organiser son incompétence ménagère".
Ben voilà, c'est ce que j'ai fait. Je suis une calamité pour faire des courses (j'oublie toujours quelque chose) et je ne sais pas tenir un programme de repas sur une semaine.

Bon j'avoue, j'ai une résistance aux moutons et au bordel plus élevée que la majorité des personnes que je connais.
Ce qui n'était pas gênant lorsque nous étions sans enfants.

A l'arrivée de la première, nous nous sommes retrouvés à faire le ménage ensemble tous les WE. Impression de ne plus faire que ça de notre temps libre. Nous avons finalement pris une femme de ménage qui fait mieux que nous en moins de temps (alors que nous sommes 2 et elle seule).

Mais j'avoue que j'ai vécu cette tentation d'être "une femme qui tient bien sa maison pour garder son homme", parce que c'était "drôle" de jouer avec ce stéréotype là. C'était avec mon ex, et ça a créé un décalage dès le départ. Je ne le referais plus jamais, c'est extrêmement difficile de s'extraire de ce schéma là, une fois qu'il est installé.

7. Le 06/07/2012, 09:10 par Pampelilune

Rha, j'avais vu que le début de la pub, j'étais contente, UN chevalier ! J'avais pas vu la chute -__-

Sinon, concernant le partage des tâches domestique, je pense avoir récolté un bon spécimen ! En ce moment, je ne travaille pas, mais lui si, donc forcément, j'en fais plus que lui (même si en général, on prépare les repas du soir ensemble et que le plus souvent, il se prépare sa gamelle du midi seul). Mais il y a encore quelque mois, c'était l'inverse, je travaillais et lui non, et on n'a pas eu besoin d'en discuter, il a pris les tâches domestiques en main, que ce soit ménage, courses, vaisselle, lessives, etc.

Par contre, je rejoins un peu le commentaires de Pif Paf Pouf : par exemple, mon copain ne fait jamais le lit. Tout simplement parce que quand il le faisait, je repassais toujours après lui pour le refaire "bien". Dans ce cas, évidemment qu'il ne va pas s'emmerder à faire un truc pour rien, du coup, je comprend un peu les gars qui sont dans une situation où leur femme fait tout, et estime que ce n'est jamais bien comme ils le font.

8. Le 06/07/2012, 09:34 par marie-h

Et oui, nos mamans ne nous aident pas toujours : j'ai vécu 15 ans avec un homme qui ne faisait rien à la maison, je travaillais beaucoup et faisais double journée. Pour ma mère, pas trop de problème de ce côté.
Je vis maintenant avec un homme qui aime faire la cuisine tous les jours donc fait les courses sinon il n'a pas ce qu'il faut (il me prépare des plats quand il n'est pas là, pour que ce soit plus simple !), fait sa part de ménage toutes les semaines (la répartition est équitable) et s'occupe beaucoup de notre fils (bon il n'est pas bricoleur ;-)). J'ai découvert que mettre les pieds sous la table pour déguster des petits plats est formidable ... la vie quotidienne avec lui est agréable et douce et je ne suis plus obligée de tout faire (je me fais même parfois un peu assister mais il me reprend).
Et ben ! ma mère (80 ans) lui dit (gentiment mais quand même) de se méfier, de ne pas se laisser exploiter par moi, que j'en profite ... dans l'autre sens elle ne disait pas ça à mon ex mari ... Elle dit que j'ai de la chance (je sais, mais cela ne devrait pas être mentionné comme exceptionnel : et je connais beaucoup de couple de 40-50 ans qui vivent comme cela).
Mais pour que les choses soient partagées, il faut accepter qu'elles ne soient pas faites comme on fait soi-même et ne jamais repasser derrière : par exemple, je ne peux pas déléguer l'entretien, rangement du linge sur lequel je suis pointilleuse, mais ça c'est mon boulot (prendre cette règle aussi pour faire participer les enfants).

9. Le 06/07/2012, 10:30 par Pif paf pouf

Oui, j'ai aussi connu cela : la mère de famille qui se plaint que son mari ou son fils ne l'aident pas dans ses tâches ménagères, mais qui repasse sans cesse derrière eux, insiste pour que l'on fasse les choses à sa façon, ou leur arrache des mains ce qu'ils font.

10. Le 06/07/2012, 11:21 par Léa

Sympa ces témoignages.
Ce qui me questionne, c'est cet avertissement de la mère "si tu ne fais pas le ménage, tu ne le garderas pas !!!".
Parce que voilà, moi aussi j'ai 30 ans, et le constat est là : mes copines "fées du logis" sont plutôt casées, mes copines "partage 50/50" sont plutôt célibataires et plutôt célibataires depuis longtemps. Bien sûr il y a quelques exceptions, mais la tendance est lourde. Et on finit donc par se dire que le jour où on a (enfin) rencontré quelqu'un, et ben c'est peut-être un truc à faire pour le garder, entre autres choses.

Donc voilà, je pense que oui les mecs ils cherchent plus ou moins une fille qui fasse le boulot à la maison, parce que c'est un boulot pas passionnant, au-delà des histoires de clichés. D'ailleurs si nous les filles on était à leur place, on ferait probablement pareil. Et quand ils causent entre eux, si par hasard ils causent de ce genre de choses, je ne suis pas sûre que ceux qui font le ménage ne passent pas pour des malchanceux parmi les autres.

Et oui, oui, oui, moi aussi j'ai connu la mère qui se plaint sans cesse qu'on ne fait rien à la maison (et c'était vrai) mais qui vous hurle dessus quand vous venez de lui donner un coup de main et que c'est "mal fait" c'est à dire pas fait comme elle le fait, elle. Et là, pas de souci : j'ai abandonné tout effort domestique.

11. Le 06/07/2012, 11:27 par Léa

(suite)
Juste : "nos mères ne nous aident pas" : je sais pas moi, on est adultes, vos mères elles se mêlent encore de votre vie? Et vous ne dites rien? La mienne elle ne dit rien, d'abord parce qu'elle considère que ça ne la regarde pas, c'est notre vie, et ensuite parce que le jour où elle a dit un truc, son fils lui a répondu : tu en penses ce que tu veux mais on fait ce qu'on veut.

Et oui, les hommes quand ils sont célibataires se gèrent plus ou moins, mais ça n'empêche visiblement pas que dès qu'ils sont en couple ils prennent l'habitude de laisser madame faire. Faut être donc vigilant dès le départ. Et en parler vite, et organiser son incompétence ménagère en effet, voire aller plus loin : rentrer à la maison en disant : chéri, pourquoi les chats se grattent encore? Pourquoi le frigo est-il vide?
Après tout ça ne les choque pas de nous poser ce genre de question, alors pourquoi pas l'inverse?

12. Le 06/07/2012, 12:18 par Suzanne

"Quand on est à deux ingénieurs, on peut prendre une femme de ménage. En plus on donne du travail à quelqu'un qui souvent fait bien mieux que nous ce qu'on n'aime pas trop."
Bah oui, mais c'est pas du jeu si le problème est résolu par cette solution très simple.

13. Le 06/07/2012, 14:27 par tam

... et comment éduquons-nous nos fils?
si vous voulez une évolution, c'est bel et bien lors de l'éducation de vos FILS que vous pouvez changer quelque chose (tout doucement;.. surtout si le papa fait de la résistance en la matière du genre "tu vas en faire une tapette").

14. Le 06/07/2012, 15:01 par ajuga

>Mais pour que les choses soient partagées, il faut accepter qu'elles ne soient pas faites comme on fait soi-même

c'est la base ! et puis aussi accepter que la maison ne soit pas nettoyée à fond, qu'il est plus important d'aller au cinéma ensemble que de faire le ménage, que passer l'aspirateur tous les jours c'est vraiment peu gratifiant, et qu'à 30 ans il est anormal qu'un parent se mêle de la vie de ses enfants.
Perso je n'accepterais pas de vivre avec qq'un qui rentre du boulot tous les soirs à 8 ou 9 heures, surtout s'il (ou elle...) se permet en plus de s'attendre à ce que j'ai tout préparé. Mais c'est peut-être une autre question, quoique ...

15. Le 06/07/2012, 15:14 par Oh la la

Oh la la, dois-je vous parler de la situation ici en Italie avec nos "étudiants" de 34 ans, qui passent de chez papa-maman à la vie de couple, sans jamais avoir lavé une chaussette ou égouté les pâtes? Moi c'est simple, je n'arrive plus à avoir une vie de couple: chacun chez soi... bon là au bout d'un moment ça commence à m'énerver sérieusement quand même cette non-vie de couple... en attendant, j'en branle pas une. Le frigo est vide la plupart du temps, le ménage c'est que quand j'ai envie moi, et ceux qui sont pas contents... y'a pas de pas contents. Ciao!

16. Le 06/07/2012, 17:11 par javi

Je plussoie les commentaires de celles qui acceptent que le boulot soit fait selon les règles de celui qui l'a fait...

Sinon, puisqu'on en parle, j'ai une question d'ordre statistique: comment sont faites les enquêtes sur le temps passé aux tâches domestiques? Parce que j'ai essayé personnellement de compter le temps passer uniquement à faire la cuisine, sur simplement une semaine, et je suis bien incapable de donner un chiffre fiable.

En gros, c'est 1/2h à 40min par "vrai" repas, mais difficile de comptabiliser précisément, vu que je peux éplucher des légumes, nettoyer le plan de travail, laver un truc qui trainait, lire une BD pendant que ça cuit, revenir ensuite...

Donc comment sont chiffrés ces données? Est-ce qu'il y a des enquêteurs qui sont allés chez des gens pour chronométrer le temps passé? Est-ce que c'est purement déclaratif? Quelle est la marge d'erreur sur les chiffres récoltés? Est-ce que tout le monde compte la même chose de la même façon dans ces enquêtes?

Pourriez vous nous faire une petite enquête sur le sujet?

17. Le 06/07/2012, 17:12 par javi

passé, chiffrées, et pourtant j'avais relu.

18. Le 06/07/2012, 18:01 par Liewen

En ce qui me concerne, ou plutôt en ce qui nous concerne, on arrive tant bien que mal à être à 50/50 avec ma moitié, aussi bien pour le bébé que pour le ménage. "Tant bien que mal", c'est parce qu'il est allergique aux lessives et que moi, je déteste faire la cuisine.
Le 50/50 est heureusement la règle dans la plupart des couples que nous connaissons, mais pas forcément représentatifs de la norme (couples de trentenaires parisiens ou habitant en petite couronne, majoritairement cadres et ayant majoritairement fait des études, sans enfants ou avec un enfant).

En revanche...
En revanche, le coup des horaires décalés, c'est plutôt vrai que ça fait culpabiliser celui qui rentre plus tôt (moi en l'occurrence), qui aurait tendance à en faire un peu plus. Sauf que dans mon cas, je rentre plus tôt mais avec du travail, donc à part m'occuper de ma fille, je ne fais rien jusqu'à ce qu'il rentre (mais comme le matin, je pars tôt et que c'est lui qui s'occupe d'elle, finalement là aussi c'est du 50/50).
En revanche, on a beau se targuer de progressisme, on se rend compte que certains schémas sont tatoués dans notre cerveau, quoi qu'on y fasse (certaines réflexions de sa part, jusqu'à ce qu'on remette les choses au clair, un certain sentiment de culpabilité de ma part).
En revanche, je ne supporte plus d'entendre (y compris de la part d'amis "modernes") le sempiternel "tu as de la chance d'avoir un homme qui aide.". Non, mon homme n'AIDE pas. Il FAIT, comme moi. Personne n'a de la chance, ni lui, ni moi, notre taux de compétence et d'appétence ménagère n'est certainement pas lié à notre taux de pilosité ou de testostérone...

Par contre, un truc me choque : pourquoi prendre une FEMME de ménage ? Une personne pour le ménage, OK, mais là encore, parler de femme de ménage, c'est un peu entretenir les clichés, non ?

19. Le 06/07/2012, 19:44 par La Tellectuelle

Pour le cliché de la femme de ménage, je suis d'accord. Mais j'aurai un homme de ménage, je me priverais pas d'en parler de mon homme de ménage.

Je pourrais parler de mon personnel de ménage mais là, j'aurai l'impression d'avoir une armada de gens dans mon appartement, qui briquent l'argenterie !! :-P

20. Le 07/07/2012, 08:25 par Elisa

Le premier cas est super choquant. Le mec est totalement egoiste il n'y a pas de réciprocité.
Pour le deuxième cas je ne vois pas ce qu'il y a de choquant, il y a une vrai réciprocité dans ce couple. Monsieur aide madame à faire ce qu'elle veut et à en être heureuse et madame s'assure que son mari est bien à la maison en pensant à lui lorsqu'elle s'absente. Pour moi c'est un vrai couple au sein duquel il a beaucoup d'attentions et de respect ( de ce qui transpire des quelques lignes du billet).
Pour ma part je pense réellement que l'inégalité entre hommes et femmes se jouent en premier lieu au sein du couple, de la famille. Mais que cela ne résulte pas d'un choix purement privé mais sociétal.
En gros les lois inégalitaires ont été abrogées ( ces messieurs avaient eu besoin de lois pour assoir leur supériorité qui ne devait pas être si naturelle que ça), il reste des détails dans ces lois qui maintiennent des inégaliés légales. Mais il reste les modèles de femme et d'homme auxquels il faut lutter pour ne pas se laisser enfermer. En entreprise on appelle ça la conduite du changement et c'est très long. Mon fils a 4 ans et demi, il a beau avoir à la maison un modèle où son père et sa mère prennent en charge à égalité les travaux domestiques, il est entouré de représentations sexistes notamment dans un bon nombre de dessins animés ( même SamSam heureusement qu'il y a Zouk la petite sorcière).

21. Le 07/07/2012, 20:20 par liz

bof...

en France, 40% des adultes ne vivent pas en couple

vous êtes au courant, quand même ?

22. Le 07/07/2012, 23:29 par colette

Une de mes amies qui travaillait beaucoup, dans des milieux plutôt masculins, pour ne pas dire "machos" et avait élevé seule ses deux filles, me disait souvent : "ce qui manque aux femmes pour avoir la même carrière que les hommes, notamment en politique, c'est une épouse". Quelqu'un qui remplit les placards, porte les tailleurs au pressing, appelle le plombier et va aux rendez-vous scolaires. En Islande, Thora Arnosdottir, 37 ans, se présente à la présidence. Elle est mère de 3 enfants, le dernier a deux mois. Pour la soutenir, son mari a arrêté de travailler et l'accompagne à tous les meetings. Ca a l'air de fonctionner. Mais on a vu aussi dans la série "Borgen" sur Arte qu'une femme premier ministre, même au Danemark, ça n'est facile ni pour elle, ni pour sa famille.

23. Le 08/07/2012, 19:36 par Clumsybaby

J'ai trouvé les commentaires et les témoignages très intéressants.

C'est fou de se dire que, même si on en a conscience et qu'on les refuse, on a intégré les schémas et les clichés de genre.

Oui, il faut accepter les moutons dans les coins et que tout ne soit pas parfait. Moi aussi, j'ai intériorisé que si l'appart est en bordel, c'est que je suis une mauvaise maîtresse de maison, mais je lutte contre moi-même. Au quotidien, ça va, mais c'est quand j'ai des invités que je culpabilise le plus. Le regard des autres (ou l'idée que je m'en fais) me replace toujours dans un rôle.

24. Le 08/07/2012, 23:32 par olympe

Thaliane, c'est ce que je constate quasi quotidiennement, très difficile de résister au rôle de fée du logis. Pourtant, et c'est mon expérience personnelle c'est en fait très facile. il suffit d'avoir conscience que sa propre valeur n'est pas placées là (heureusement pour moi d'ailleurs !)

phypa, et pourquoi pas un homme de ménage ?

Bib 29, de quell pub s'agit il ?

Pif, paf, pouf, voila. Nous ne sommes pas responsables de la tenue des autres après, disons, 15 ans

Monolecte, NON ! pas toi ! Tu peux quand même résister à ça non ?

Léa, peut être que fée du logis et envoie de cassage vont bien ensemble ?

Suzanne, mais comment font ceux qui ne sont pas ingénieurs ?

Tam, "nos" fils sont aussi éduqués par l'école, la télé, les médias etc.;

Ajuga, l'amour..

Oh la la, attention tu ne vas pas le garder :-))

Javi, je ne sais pas. la dernière enquête sur le sujet a été faite par l'INED

Liewen on est d'accord

Elisa, justement dans le second exemple, si j'ai bien compris son mari ne lui demande rien, mais elle se sent obligée. Parceque quand même à l'écouter ça lui pèse un peu de préparer tout ça en prévision de son absence.

Liz, à préciser car il me semble que une grande part des adultes seuls sont des personnes âgées (et plutôt donc des femmes)

Colette, est ce que Nicolas Sarkozy culpabilisait de ne pas avoir beaucoup de temps pour s'occuper de sa fille ?? (je pose la question je n'en sais rien)

Clumsybaby je crois que j'avais fait un billet la dessus : quand des gens viennent à la maison, si ce n'est pas nickel personne ne se dira "quel mauvais maitre de maison"

25. Le 09/07/2012, 17:57 par Olivette

Quand j'ai lu le texte, mes yeux ont glissé sur les mots "de son âge". Occultés, ces mots ont fait que j'étais persuadée que cette femme était mère célibataire avec un garçon de quelques mois à charge.
Rapidement, j'ai dû relire plus attentivement le début du texte pour comprendre correctement l'histoire, mais le trouble de cette interprétation faussée au début a persisté.
Un individu masculin d'environ 30 ans n'est pas un garçon, mais un homme, tout comme à cet âge là, on dit rarement "jeune fille" à une femme.
Effectivement, si dès le départ, nous concevons les hommes comme d'éternels garçons à charge, c'est plus problématique pour se partager le tâches domestiques. :)

26. Le 09/07/2012, 23:50 par Anouk

Léa, effectivement, les hommes qui parlent répartition des tâches ménagères entre eux ne sont sûrement pas légion...et pour cause, pour aborder régulièrement le sujet au bureau ou entre amis, il apparaît que la répartition des tâches ménagères passe pour un “sujet sans importance” aux yeux de nombres de nos congénères masculins, qui n’hésitent pas à affirmer “l’équilibre de mon couple est ailleurs que dans l’équilibre des tâches ménagères”. Certes.

Vu les passions déchainées par cette question (27 commentaires!), on peut se demander si le constat que ce n’est qu’un « sujet sans importance » est, lui aussi, équitablement partagé…
On en vient aussi à se demander s'il existe suffisamment d'espaces d'expression pour les millénaires de frustrations accumulées : heureusement, il y a le blog d'Olympe!

L'évolution passe très certainement par l'éducation des garçons, mais aussi par celle des filles (voir cet article sur "Blanche-Neige et les tâches ménagères" : http://jeunesprofessionnelles.com/2...).

Mais comme on ne va pas rester sans rien faire en attendant une hypothétique future dégenrification de la société, une solution : la négociation! Pour cela, on est en train d'imaginer un fichier Excel qui permettra à chaque couple de faire le diagnostic de sa situation actuelle (@Javi : pas d'extrapolation ou de moyenne, mais les chiffres de ton couple!) et de poser les bases d'une répartition pas forcément équitable mais qui convienne à chacun, en fonction du temps dont il dispose et/ou qu'il souhaite y consacrer. On vous tient au courant!

27. Le 11/07/2012, 09:05 par javi

@Anouk:
Très bonne idée. L'ordi étant en face du canapé et de la télé, l'huissier qui prendra note pourra boire une cannette et regarder le match tout en surfant sur facebook. ça va augmenter les stats, ça.

Mon message précédent disait justement que c'était extrêmement difficile de quantifier de façon fiable le temps passé à faire une tâche quelconque.
Avez-vous demandé à l'INED comment leur stat officielle était établie? Cela pourrait vous donner des idées pour faire un fichier facile d'utilisation.

28. Le 12/07/2012, 13:37 par javi

Pour l'enquête INED sur la répartition du temps de travail, il y a un texte fondateur mentionné sur le site de l'INED. Le texte est publié par l'INSEE qui indique avoir fait une étude par tranches de 10 minutes sur une seule journée, de façon autodéclarative (mais je n'ai pas trouvé si c'était bien la base du livre ci-dessous):
Françoise Dumontier, Danièle Guillemot et Dominique
Méda - 2002, « L’évolution des temps sociaux au travers des
enquêtes Emploi du temps », Économie et statistique, 352-353,
p. 3-13.

citation insee:
("les personnes interrogées ont décrit dans un carnet ce qu'elles ont fait au cours des 24 heures d'une de leurs journées décomposée en périodes de 10 minutes") Françoise Dumontier. Le classement en "tâche domestique" est fait par le chercheur (précisé dans les notes). Certaines activités typiquement masculines (bricolage et jardinage) sont classées en "loisirs" ou "semi-loisirs" et exclues des tâches domestiques (sans polémique, j'aurais probablement mordu celui qui m'aurait dit ça le jour où j'ai eu une fuite sur ma chasse d'eau...heureusement, ce n'est pas tous les jours). p3

"Les activités domestiques considérées au sens le plus large occupent les hommes en moyenne un peu moins de deux heures et demi par jour et les femmes deux heures de plus (Dumontier et Pan Ké Shon, 1999). Si on ne considère que le noyau dur des tâches domestiques (c’est-à-dire sans le jardinage et le bricolage, majoritairement pratiqués par des hommes), les femmes en assurent près de 80 %. Or ces tâches qui incombent très majoritairement aux femmes sont plus fréquemment considérées comme des corvées : 40 % en jugent ainsi pour le repassage contre 5 % pour le bricolage ou le jardinage (Brousse, 1999). Pourtant, en trente ans, de 1966 et 1998, la part des hommes a progressé, de 19 % à 31 % pour l’ensemble du travail domestique et de 8 % à 17 % pour les tâches du noyau dur (Chenu, 2002)." p5
"Alain Chenu utilise un outil de collecte particulier de l’enquête de 1999, le semainier, pour étudier les rythmes et horaires de travail des différentes professions." p7
http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc...

Echantillon:
"1998-1999 :
16 136 individus de plus de 15 ans obtenus dans 8 186 ménages (cible 12 000 logements). Il n'y a plus de tirage d'individu kish. Tous les individus du ménage (15 ans et +) sont concernés.
15 441 individus ont rempli un carnet d'activité en plus du questionnaire individuel.
6 396 individus ont rempli un semainier de travail (80% de l'échantillon)"
"(Interview rétrospective avec 2 questionnaires (un au niveau du ménage, un individuel) en 2 visites. Le questionnaire individuel est rempli par un individu kish en 1974-75 et en 1985-86 et par tous les individus de plus de 15 ans en 1998-99.
Entre les 2 visites les individus devront remplir, le même jour (fixé par l'enquêteur) un carnet journalier d'emploi du temps. En 1998-1999 un semainier de travail est rempli en plus du carnet journalier uniquement par les actifs occupés, même s'ils n'ont pas travaillé le jour de remplissage du carnet. Le semainier de travail est harmonisé au niveau européen. "

http://www.cmh.acsdm2.ens.fr/enquet...
http://www.cmh.acsdm2.ens.fr/questi...
Apparemment l'ERFI fait de son coté des enquêtes par questionnaire autodéclaratif, hommes et femmes. Même chose dans une étude israëlienne.

Nouvelle enquête en 2009:
http://www.insee.fr/fr/methodes/def...
http://www.insee.fr/fr/methodes/sou...

Voilà quelques indications de la source de données initiale qui semble donc être l'enquête de l'INSEE de 99. Dans le peu de docs que j'ai lu, je n'ai pas très bien compris comment se faisaient le classement des activités en "loisirs" ou "tâches domestiques", vu que le formulaire est à remplissage libre. J'avoue ne pas avoir tenté de lire le bouquin complet: si il y a des volontaires pour faire un petit topo...
Quelques points de méthodologie intéressants à retenir:
L'étude porte sur 24h seulement. (une journée) pour ce qui est "tâches domestiques"
La précision est 10 minutes max. Aucune tâche de durée inférieure n'est comptabilisée. Le semainier a une précision d'un quart d'heure.
c'est autodéclaratif, donc si deux personnes différentes donnent une appellation différente à la même activité, ça a des chances de ne pas être détecté par l'enquêteur.
idem pour les oublis.
La taille de l'échantillon a changé depuis 1966, donc attention aux comparaisons. Pour 2009-2010, il y a environ 9000 réponses utilisables sur 12000 interrogé(e)s. Attention aux analyses par sous-catégories! (on divise l'échantillon, donc on multiplie la marge d'erreur en faisant les répartitions par catégories).

Globalement, une belle enquête donc, par contre mon sentiment est que toutes les publications sur le sujet font références aux mêmes données de base de l'Insee.

29. Le 13/07/2012, 20:52 par phypa

Olympe : Pourquoi une femme de ménage ? parce que c'est UNE perle que j'ai trouvé sur le marché dans mon bled perdu, et déjà bien contente d'avoir trouvé quelqu'un de bien...même s'il m'arrive de chercher plusieurs jours des trucs qu'elle a rangés après son passage ;-)

30. Le 14/07/2012, 13:35 par Olympia

Un petit blog bien cynique...et féministe!! à découvrir!!! : http://cadavres-exquises.blogspot.f...