Confortons nos stéréotypes : les garçons sont plus doués pour le web

Qu'est ce qui vous vient à l'esprit au vu du titre de cet article du Figaro" Les garçons plus doués pour comprendre l'info sur le web" ?

Que les garçons seraient plus à l'aise sur internet que les filles.

Ce que confirme le chapeau "Selon une étude Pisa, la lecture sur écran avantage les garçons. Menée dans 16 pays auprès des élèves de 15 ans, elle montre que les filles ont plus de mal à naviguer sur le net que leurs camarades."

Une part importante de lecteurs en resteront là, ils savent l'essentiel.

Sauf, que......ce n'est pas ça du tout.

Les filles n'ont pas plus de mal à naviguer sur internet.

Il faut s'engager plus avant dans la lecture du texte pour apprendre que "Ordinairement meilleures élèves que les garçons dans toutes les disciplines scolaires, les filles de 15 ans ne sont pas loin de se faire doubler lorsqu'il s'agit de lire sur ordinateur!"

C'est à dire que 

- les filles sont meilleures dans toutes les disciplines (statistiquement parlant )

- elles le restent lorsqu'il s'agit d'internet mais l'écart est moins important.

Plus précisément "elles restent les meilleures tant pour la lecture sur ordinateur que pour celle sur papier mais… leur avance s'effrite: si elles comptent en moyenne 38 points de plus que les garçons pour la lecture papier dans les seize pays testés, soit l'équivalent d'un an d'éducation, elle ne comptent plus que 24 points d'avance pour la lecture digitale. "

Comment peut on passer d'un résultat qui montre que globalement les filles sont plus performantes dans toutes les formes de lecture : papier et écran à un discours qui explique que les garçons sont plus doués sur le web ?

Certes, à niveau scolaire égal les garçons ont de meilleurs résultats lorsqu'il s'agit de lire sur écran. 

Est ce parcequ'ils sont plus doués ? Y aurait il un gène du web accroché au chromosome Y ?

Plus probablement, mais ça resterait à démontrer, les garçons rattrapent une partie de leur retard (mais ne sont pas meilleurs) lorsqu'il s'agit de lire sur écran pour les mêmes raisons qu'ils sont meilleurs en mécanique où que les filles sont plus douées en couture ! 

Les stéréotypes induits par un partage des taches millénaire sont bien ancrés et le cercle vicieux fonctionne parfaitement

1/ l'informatique est une affaire d'hommes puisque c'est du domaine de la technique.  

2/ les garçons sont confortés dans leurs compétences alors que les filles se sentent plus complexées. Les performances des uns et des autres s'en ressentent  (ce qu'on appelle l'effet pygmalion)

3/ les garçons s'engagent dans ces activités et peuvent en faire un métier. Les filles sont très rares dans les métiers de l'informatique, d'une part elles pensent que ce n'est pas pour elles, d'autres part elles hésitent à travailler dans un secteur où elles ne sont pas les bienvenues.

4/ la preuve est apportée que l'informatique convient mieux aux hommes.

Il existe d'ailleurs d'autres preuves, comme ce livre qui est vraiment en vente

Et ce n'est pas une interprétation aussi biaisée de cette étude qui  remettra en question l'ordre établi. D'autant plus que le titre a été repris tel quel par des nombreux médias.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

1. Le 24/01/2012, 19:21 par Raphaele

Me voilà tout estomaquée. Je savais qu'il y avait du boulot mais pas à ce point... Je comprends pas comment le/la journaliste a pu en arriver à un titre aussi trompeur.

2. Le 24/01/2012, 21:17 par jolie margot

Ah merde! L'informatique pour les nulles! Et le pompon "vous n'aurez plus rien à envier aux hommes"...à la maison, on s'apprend des choses mutuellement niveau informatique.

3. Le 24/01/2012, 22:40 par Apolline

Voilà plus de 30 ans qu'on dénonce ces stéréotypes ... y compris dans les manuels scolaires ... http://www.priceminister.com/offer/...
Puisque c'est fait et refait ... qu'on accumule les constats et les thèses, maintemant, à quoi on passe ?

4. Le 24/01/2012, 22:48 par Berenice

Aux couteaux ? ^^

5. Le 24/01/2012, 23:30 par Bigmama

Heureusement, pendant que garçons et filles de 15 ans sont devant l'ordi, au moins ils ne lisent pas le Figaro ;o)

6. Le 25/01/2012, 09:38 par Antisexisme

La manipulation sexiste pour les nuls.

@Apolline
Il y a tant de mauvaises foi...
Pleins de gens vont dire que ce n'est pas vrai, que maintenant on vit dans une société matriarcale, que le sexisme concerne maintenant les hommes...

7. Le 25/01/2012, 16:56 par Thom

J'ai une licence info, j'ai passé des années avec des informaticiens.

1/ l'informatique est une affaire d'hommes puisque c'est du domaine de la technique.

L'informatique n'est pas toujours technique. Réparer un ordi c'est technique. La programmation n'a aucune raison d'être sexuée, à moins d'accepter que les femmes soient moins logiques que les hommes, ce que je n'accepte pas, et je pense que vous non plus. Ou alors la programmation est technique, mais dans ce cas les maths, la phylo le sont aussi.

2/ les garçons sont confortés dans leurs compétences alors que les filles se sentent plus complexées. Les performances des uns et des autres s'en ressentent (ce qu'on appelle l'effet pygmalion)

Ça... Et c'est le cas dans toutes les matières, avec e sexe qui change parfois, comme en français pas exemple.

3/ les garçons s'engagent dans ces activités et peuvent en faire un métier. Les filles sont très rares dans les métiers de l'informatique, d'une part elles pensent que ce n'est pas pour elles, d'autres part elles hésitent à travailler dans un secteur où elles ne sont pas les bienvenues.

Si elles pensent que ce n'est pas fait pour elles, elles ont tord et c'est tout. Les gens qui pensent que les noirs puent ont tord aussi, on ne dit pas que c'est la faute des noirs.
Et les femmes sont plus que les bienvenues dans le monde de l'informatique. Moins de 5% de femmes par promo, les étudiants mecs aimeraient en voir des filles. Les profs aussi, l'administration aussi, et puis comme il faut de plus en plus d'informaticiens, on s'en fout un peu de l'entrejambe.
Le problème est ailleurs. Avez vous déjà demandé à des femmes (de l'IUFM par exemple) pourquoi elles n'aiment pas l'info ? "C'est plein de geek, avec leurs boutons et leur JEVIDÉO". Ne serait-il pas là le problème plutôt ? Les geeks en questions, c'est souvent des gens qui n'ont pas été très bien insérés par les gens "normaux" et qui se sont trouvé un truc qui leur plait (oui oui, même pour les geekettes, les formations info sont pleines de ce genre de personnes). En gros ce sont des gens qui ne suivent pas la masse, qui ne se bourrent pas pour s'amuser et qui ne vont pas en boite. Le mal quoi. Faut pas déconner, les préjugés vont dans tous les sens.

4/ la preuve est apportée que l'informatique convient mieux aux hommes.

Tout ça c'est en effet des préjugés. N'empêche que quand à l'iufm, j'explique aux gens comment faire un À ou un É, pourquoi utiliser open office quand on travaille en groupe, comment faire un sommaire (ce n'est pas de l'info, c'est de la bureautique), on ne m'écoute pas beaucoup. C'est surtout la curiosité des gens qu'il faut travailler, et donc arrêter de tout stigmatiser. L'informatique ce n'est pas un truc de mec, et quand je fais la cuisine, je n'ai pas l'impression de faire un truc de fille. La solution c'est juste et toujours de réfléchir par soi même, et de ne JAMAIS suivre aveuglement l'avis du groupe.

8. Le 25/01/2012, 22:11 par babson

@ thom
Olympe n'est pas en train de stigmatiser, elle reprend un article qui lui stigmatise.
Et on ne parle pas de préjugés, on parle de dévalorisation systématique des femmes.

9. Le 25/01/2012, 23:24 par apb

on ne va jamais bien loin avec des stats et on leur fait facilement dire n'importe quoi.
Allez voir du côté de la représentativité de l'échantillon de population sondée et comment l'est-elle... par qui ou quoi etc....
du pur charlatanisme fait le plus souvent pour conforter des opinions préétablies par une domination illégitime et donc à réconforter régulièrement.

10. Le 26/01/2012, 00:47 par Thierry

Les filles "meilleures que les garçons dans toutes les disciplines scolaires" ? Y compris en maths ?
Dans mes classes, en maths, j'ai remarqué que les meilleurs élèves sont souvent une poignée de filles ; mais toutes les autres filles (la majorité) sont plus faibles que les garçons !
A partir d'une même réalité complexe, on peut démontrer que "les filles sont meilleures" (sur le podium) ou plus faibles (en moyenne sur l'ensemble de la classe).

Plus trivialement, je peux dire que dans mes classes où les filles sont très majoritaires, c'est la galère...

11. Le 26/01/2012, 11:54 par angeszilla

Entre le commentaire de Thom qui en fait veut parler de son cas et celui de Thierry qui paraît très étonné que les filles soient meilleures que les garçons à l'école ? Mêêêêêêême en maths !

Je me dis qu'il y a encore bcp bcp bbbbbbbccccccccccccccccccpppppppppppppp de travail à faire....

12. Le 26/01/2012, 13:03 par Ju

Hier soir, j'étais à une soirée à LA CANTINE à Paris qui organisait un débat autour des logiciels libres dans les programmes es différents candidats avec des représentants de chaque parti. Leur était demandé s'ils comptaient utiliser le libre dans les administrations, à l'école, etc... leur avis sur les brevets, la place de l'informatique dans l'éducation...
Plein de choses intéressantes, donc, de 18h30 à 22h.
En me retournant, je me suis aperçue que nous n'étions que deux nanas dans la salle.
J'ai refait du tour du regard vers la fin...
ma "copine de loin" blonde avait disparue. J'étais a seule nénette parmi... une cinquantaine de geeks !
Et si le travail à faire, consistait déjà à s'intéresser à certains sujets ?

13. Le 27/01/2012, 14:25 par Dominique

Je sais pourquoi c'est plus simple pour les garçons. C'est parce qu'au fond, il ne s'agit que de 0 et de 1, donc bon, ça reste compréhensible pour eux tant qu'il n'y a pas plus de 2 possibilités :D

14. Le 27/01/2012, 15:06 par Rachel

Je viens de transmettre cet article à mon boss qui est 1. un homme, 2. sous-doué du web.
Nous nous satisfaisons tous deux d'être des contre-exemples de ce stéréotype archaïque.

15. Le 27/01/2012, 17:40 par Daria

Je suis une femme, et je suis informaticienne (et entre parenthèse, j'ai été major de ma promotion 3 années de suite). Je dois bien admettre que je n'ai pas rencontré beaucoup d'autres femmes au cours de mes études et mon parcours professionnel. Je crois que ce n'est pas du tout une histoire d'être les bienvenues (je n'ai jamais sentie que je gênais dans mon parcours bien au contraire). La pub n'est à mon avis que le reflet du public généralement visé ( même si j'attend de voir des pubs avec des apollons à moitié à poil dans des domaines majoritairement féminins :/).
Je crois que le principal obstacle est effectivement que les femmes pensent (ou on les conditionne à penser) que l'informatique c'est chiant / pas pour elles. C'est bien malheureux :(
D'ailleurs l'existence de ce bouquin m'afflige, et le fait qu'il soit apparemment signé par une femme tout autant.

16. Le 27/01/2012, 19:51 par Thierry

@angszilla,
tu caricatures mon commentaire, en te posant toi-même en caricature de féministe.
Relis-moi : dans mes classes, les meilleurs élèves en maths sont des filles, mais... il y avait un "mais" que tu ne supportes pas.
Pourtant, ça ne correspond pas à un préjugé ou un exemple : mon commentaire est le fruit d'une *réalité* que mes collègues et moi avons constaté depuis des années.
Au lieu de nier une évidence gênante, il vaudrait mieux comprendre ce phénomène sociologique (la détestation *culturelle* de *beaucoup* de filles pour les maths/sciences) afin de trouver les moyens de l'enrayer.
Je te renvoie à ce billet, que j'ai écrit il y a presque deux ans : http://thierrydoukhan.blogspot.com/...

17. Le 27/01/2012, 22:36 par Bib

@ Thierry

Oui, en effet, je vous rejoins en ce qu'il ne faut pas confondre cause et conséquences.
Quoiqu'il en soit, on part toujours du postulat que bon en math = intelligent. Mais pourquoi? La construction intellectuelle et la réflexion des littéraires (dans le sens idées et pensées) est bienvenue dans un monde qui ne raisonne que par le chiffre....

18. Le 28/01/2012, 00:33 par Thierry

@Bib,

Etre doué(e) en math montre une *capacité d'abstraction* (on dit aussi : maîtrise de concepts) et un respect des *règles* pour en tirer parti.
Je ne sais pas si c'est une preuve d'intelligence... mais les gens faibles en maths, disent qu'ils ne sont à l'aise que dans le "concret" et la "liberté". Ce qui est gênant quand on a besoin de respecter des consignes, produire des analyses, interpréter de faits, conceptualiser une situation...

Qu'une majorité de filles soient réfractaires au maths, est peut-être justement le signe d'une éducation qui les a maintenues dans le "concret" : la bouffe, le maternage, etc...

Après, pourquoi notre monde "ne raisonne que par le chiffre" (ce qui n'est pas certain...) ? Ca mériterait un billet de blog !

19. Le 28/01/2012, 09:10 par Chuck

Mouais, concernant la modestie, c'est visiblement pas ce qui vous étouffe mesdames. On savait déjà que la majorité des mecs sont de parfaits crétins dont la seule préoccupation est de savoir lequel d'entre-eux a le plus gros kiki, mais vos réactions ici et ailleurs démontrent que le niveau de bêtise est lui égalitairement partagé par les deux sexe vu qu'on assiste régulièrement à ce genre de démonstrations qui nous confirment seulement que loin d'être plus gros, les clitos sont beaucoup plus aigres que les kikis...

20. Le 28/01/2012, 12:53 par Bricolo

A quand Bricoler pour les nulles!?

21. Le 28/01/2012, 18:31 par Thom

@ angeszilla

"Entre le commentaire de Thom qui en fait veut parler de son cas et celui de Thierry qui paraît très étonné que les filles soient meilleures que les garçons à l'école ? Mêêêêêêême en maths !

Je me dis qu'il y a encore bcp bcp bbbbbbbccccccccccccccccccpppppppppppppp de travail à faire...."

Avec moi vous n'avez aucun travail à faire, je défend tous les jours le féminisme car je crois à l'égalité entre les humains. Et il se trouve qu'étant à l'iufm, j'ai plus de travail pour le faire comprendre aux femmes qu'aux hommes...
Par contre vous pouvez faire un travail pour ne pas stigmatiser des catégories de gens dont vous ne connaissez rien et éviter ce genre de commentaire hautain contre des gens qui sont d'accord avec vous sur les idées principales.

Les idées ne peuvent évoluer que par la discussion et la contradiction ; mais votre commentaire ne m'apporte rien, ni à moi ni à personne, j'espère que vous vous en rendez compte.

22. Le 28/01/2012, 18:48 par Jo

Ouf ! je suis une nana chanceuse de connaître un vendeur-réparateur en informatique proche de chez moi. Je n'aurai pas à combler mes lacunes dans ce domaine. Et ce monsieur est associé à... une femme, eh oui. Preuve en est que tout reste possible, sauf dans le choix des candidatures présentées par un parti politique dont je tairai le nom aux prochaines législatives. 79 % d'hommes si ma mémoire est bonne.

23. Le 29/01/2012, 10:30 par Rachel

Le machisme ordinaire est partout, même dans les hautes sphères, et même dans des secteurs réservés aux filles:
"La Bourse c'est compliqué, surtout pour les femmes"
http://nonjenesuispasunedindesuperf...
(j'en profite, vous le verrez, pour citer ce billet!)

24. Le 31/01/2012, 15:25 par Bombay Magic

Olympe, ayant un fils de 13 ans (ce samedi), je vais vous dire ce qui se passe. Et toutes les mères de garçons du collège sont d'accord. Il y a un véritable problème d'addiction des garçons à l'écran. Ils passent tout leur temps libre à jouer à des jeux vidéos (pas nécessairement violents), d'ailleurs la télévision n'est plus un problème, ils ne la regardent absolument pas. Livrés à eux-même, ils peuvent passer 8 heures de suite à jouer. Un copain vient dormir ? Ils ne décollent pas de la chambre, assis sur deux chaises côte à côte, les yeux fixés à l'écran.
J'entends les mères de filles parler d'activités comme des cours de ballet, des virées shopping, clichés peut-être mais au moins elles font d'autres choses.
Alors oui, probablement, mon fils lit plus vite sur écran que les filles de sa classe. Il ne fait que ça, c'est son seul et unique loisir. Pas certaine que ce soit positif ....

25. Le 31/01/2012, 16:03 par Amélie

Je m'éloigne du sujet, mais je voudrais réagit au commentaire de Thierry :

"Je ne sais pas si c'est une preuve d'intelligence... mais les gens faibles en maths, disent qu'ils ne sont à l'aise que dans le "concret" et la "liberté". Ce qui est gênant quand on a besoin de respecter des consignes, produire des analyses, interpréter de faits, conceptualiser une situation..."

Pendant toute ma scolarité, j'ai été très portée sur les matières littéraires, et pas du tout scientifiques. Pourtant, "produire des analyses, interpréter de faits, conceptualiser une situation" sont pour moi les qualités les plus demandées dans un cursus littéraire. Encore aujourd'hui, ce sont trois choses que je dois faire constamment dans mon travail, et qui me plaisent beaucoup. Je dirais même que ça définit parfaitement pourquoi j'aime mon métier, qui est résolument littéraire.