D'Eve à Leila Trabelsi, cherchez la femme

Depuis Adam et Eve on sait que tout est sa faute à elle et que sans la Femme, Adam continuerait à se la couler douce au Paradis terrestre.

Aujourd'hui encore on a la preuve qu'il est préférable de ne pas laisser trop de pouvoir aux femmes, parceque, c'est VSD (du 17 au 23 février) qui le dit : elles sont pires que leurs maris.


A l'intérieur un papier embrouillé et confus qui cite quelques exemples et fait la promotion d'un livre qui vient de sortir "Femmes de dictateurs" dont je ne peux rien dire ne l'ayant pas lu. 

J'espère seulement qu'il est un peu plus sérieux que l'enfilade de clichés de l'article.;

En gros on y lit :

- "On peut faire de la politique avec le coeur, mais on ne peut gouverner qu'avec la tête" dixit Salazar qui n'a jamais voulu partager le pouvoir avec une femme.==>  les femmes n'ont pas de tête ?

- Elena Ceausescu presqu'illetrée a réussi à se faire attribuer d’innombrables doctorats et collectionnait les manteaux de fourrures, Leila Trabelsi qui était coiffeuse s'est fait la malle avec 1,5 tonnes d'or, Eva Peron actrice de série B et enfant illégitime "s'avère plus superficielle qu'il n'y parait : l'exposition de sa collection de 1 000 chaussures et de robes haute couture forme un contraste saisissant avec son image de bienfaitrice du peuple". Le père de Michèle Duvallier répondait, quand on l'interrogeait sur les millions dépensés par sa fille "Quelle femme n'aime pas les bijoux". ==>  les femmes sont incultes et vénales ?

- Eva Braun ne manquait pas en privé de semonner Hitler sans qu'il s'en offusque et Mussolini a écrit à l'une de ses maîtresse "En dehors de la politique, je dois être guidé en tout et pour tout. J'ai besoin d'une femme qui me dise : "maintenant mange, couvre-toi, bois ça, va faire pipi". Elles leur tiennent tête en privé et n'hésite pas à devenir de véritables "chiennes de pouvoir" (sic).==> Sous des airs de femmes soumises, elles dirigent leurs amants comme des enfants (et on soupçonnerait bien ces bergères d'avoir épousés des Princes grâce à quelques sorcelleries)

- Elena Ceausescu était surnommée "Eléna la terrible", Simone Gbagbo "la dame de sang". Elles placent leurs pions sur l'échiquier politique, dirigent un parti mafieux ou lancent des milices meurtrières contre les opposants.  ==> ces femmes sont pires que les hommes... ou pathétiques comme celle qui fut surprise en train de voler des boutons chez un grand couturier.

Diane Ducret (l'auteure du livre) précise pourtant que "Il n'y a jamais eu de femmes dictateurs. Normalement, la femme c'est la figure de la maternité, la figure de la protection. Du coup on ne leur pardonne pas" , et surtout qu'"elles sont la caution humaine du tyran".

Ces femmes subissent toutes la déchéance de leurs maris et plusieurs y ont laissé leur vie.

Je ne vais pas les défendre, mais avec ce titre en couverture VSD contribue au renforcement des stéréotypes.

Parcequ'en réalité :

- Les femmes ne sont ni pires, ni meilleures que les hommes, on trouve chez les uns et les autres des êtres avides de pouvoir et d'argent. Qu'on arrête d'exiger des femmes qu'elles soient meilleures que les hommes pour accéder aux plus hautes fonctions

- Etre femme d'un homme de pouvoir ce n'est pas la même chose qu'occuper soi même ce poste même si  dans un couple les 2 partenaires s'influencent mutuellement. Outre qu'elle n'est pas en première ligne,  en cas de divorce, où de répudiation la femme perd tout. 

- Le pouvoir domestique n'a pas grand chose à voir avec le pouvoir politique.Ce doit être très épanouissant d'avoir pour rôle éminent de rappeler, serait ce à un dictateur, qu'il est l'heure d'aller faire pipi ! 

Commentaires

1. Le 21/02/2011, 20:22 par faithfullyyours

Et puis déjà, c'est un peu bizarre de faire un article qui compare les hommes et les femmes, dans quelque domaine que ce soit. Ca fait un tout petit peu orienté quoi...

2. Le 21/02/2011, 20:26 par Jean-no

C'est un vieux sujet, lire par ex. les "Histoires d'amour de l'histoire de France" de Guy (je crois) Breton, gros succès de librairie en son temps.
Finalement s'il y a des femmes de dictateurs et pas des maris de dictatrices, c'est sans doute surtout parce que dictateurs sont des hommes. Certaines "femmes de" ont un un rôle politique très important, comme madame Mao, d'autres n'en ont eu aucun, comme Eva Braun.
(souvenir de lecture éthologique) Chez d'autres grands primates, le mâle alpha (agressif et obsédé de domination) se trouve souvent comme compagne principale une femelle alpha, dotée du même genre de caractère : ils se méritent.

3. Le 21/02/2011, 20:31 par Titam

C'est aussi une manière assez facile de dédouaner leurs maris...

4. Le 21/02/2011, 21:21 par Le Journal de Chrys

Les femmes sont des Hommes comme les autres ni pires ni mieux...

5. Le 22/02/2011, 01:32 par Romane

diane Ducret est passée chez ruquier face à zemmour et naulleau. eh bien ce cher zemmour a trouvé les mots face à l'auteur du livre que tu cites (de mémoire mais tu peux trouver la vidéo sur lenet) comme quoi c'est le cerveau archaïque des femmes qui font qu'elles aiment les dictateurs, qu'elles recherchent des hommes puissants violents et j'en oublie. Mais çà doit se trouver sur daily ou youtub. La pauvre Diane Ducret en a perdu sa voie et a finalement su trouver une réponse appropriée sans doute histoire de sortir la tête de l'eau et reprendre son souffle...
(cela dit j'ai entr'aperçu la couv'du magazine chez mon buraliste et la titraille m'a fait tiqué aussi)

6. Le 22/02/2011, 07:53 par littera

Diane Ducret a été invitée à l'émission littéraire La Grande Librairie diffusée en direct le jeudi
soir sur la 5 et rediffusée le dimanche matin suivant. Pour une fois (il n'y a souvent que des hommes, auquel cas je
zappe par ennui mortel) il y avait non seulement des femmes mais que des femmes (bonjour le ghetto, cherchez l'erreur). Mais comme il s'agissait de Laure Adler pour son livre sur Françoise Giroud et Lydia Flem (psychanalyste et écrivaine) le débat fut un peu plus relevé que dans des torchons comme VSD. Les femmes sont également libres de leurs choix culturels. Cessons d'acheter et lire ces merdes, faisons cette grève-la : il serait intéressant d'avoir des chiffres sexués sur l'audience des Zemmour et Naulleau, combien de femmes, combien d'hommes les écoutent ? Cessons de nous laisser polluer, ignorons-les.

7. Le 22/02/2011, 12:31 par Lucie

C'est le phantasme de l'ogresse qui dévore tout cru son petit mari.

8. Le 22/02/2011, 13:57 par le journal de personne

La confession de Leïla

Oui j’ai détournée tous les fonds publics…
Parce que je suis… fondamentaliste… ah ! Ah ! Ah !
Pardon… j’ai failli avoir une attaque cérébrale !
Et si je ne m’abuse ? Oui j’ai abusé tous les hommes de ce pays…
Je suis une Traviata… une dévoyée… si vous voyez ce que je veux dire.
Oui j’ai trompé mon homme avec d’autres hommes
Et d’autres hommes avec une femme, la même, moi-même.
Oui j’ai manipulé mon petit tyran de mari parce que j’aime la tyrannie

http://www.lejournaldepersonne.com/...

9. Le 22/02/2011, 14:02 par solveig

J'ai regardé l'émission de François Busnel où passait Diane Ducret et me suis fait la même réflexion que Littera :
" que des femmes !" ... me suis pincée, je ne rêvais pas !... j'ai attendu la semaine suivante mais là tout était rentré dans l'ordre , faut pas pousser quand même.
Je suis aussi du genre à boycotter les émissions et publications sexistes, n'en tire aucune gloire puisqu'il m'est
im-po-ssi-ble de les supporter.

10. Le 23/02/2011, 15:22 par la sorcière du logis

Pire que leurs mari... hum hum. Donc effectivement, pour être pire qu'un mari qui soumet tout un peuple, tient un gouvernement qui arrête, torture, emprisonne, massacre, il faut... s'acheter des chaussures. Je note.

11. Le 26/02/2011, 14:04 par ajuga

C'est sûr qu'il vaut mieux assassiner les gens par centaines ou milliers qu'avoir tout autant de paires de chaussures,
je me demande si on ne nomme pas Eva Braun dans le tas ? ou l'auteure n'a-t-elle pas osé aller jusque là ?

je suis bien certain qu'il y a des femmes qui ne valent pas mieux que les pires tyrans, quoique je ne vois pas, comme ça a priori, de femmes qui ait fait autant de mort que Hitler, Staline ou même Pinochet.