Des femmes utiliseraient-elles des armes déloyales en politique ?

Le Monde titrerait-il  "comment François Bayrou ensorcelle ses allies " ou "comment Nicolas Sarkozy ensorcelle ses troupes" ?

ça sonne étrange non ?

Par contre "comment Segolene Royal ensorcelle ses allies en ses terres de poitou charentes", pas de problème.

C'est qu'il y un peu de sorcière en chacune de nous non ? 

Et elle a bien de la chance qu'on ne brûle plus le sorcières aujourd'hui.

Commentaires

1. Le 22/12/2009, 20:05 par Babooszchka

Lol, j'avais vu ce titre aussi... et ma réaction a surtout été de le trouver super débile (et condescendant, ça dépend si deuxième degré ou non).

Après je suis d'accord. On ne dirait pas de François Bayrou qu'il ensorcelle ses alliés. Mais honnêtement, ce monsieur n'inspire pas trop la magie.

Je sais pas, Laurent Wauquiez par exemple, je le verrais bien ensorceller ses alliés sur ses terres du Puy-en-Velay...

2. Le 24/12/2009, 10:32 par seug8520

Il y a bien des dommaines comme l'informatique où les femmes sont telement rares qu'elles sont avantagées. Je pense que c'est un peu la même chose en politique...

3. Le 24/12/2009, 11:53 par simple citoyen

Je ne suis pas sûr que vous ayiez raison en l'espèce (lol): en ce qui concerne les deux animaux politiques préférés des critiques, à savoir Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, il est remarquable de constater à quel point le champ sémantique est particulier.
Sarkozy par exemple est le seul à être régulièrement moqué pour sa taille, comme Royal pour ses effets vestimentaires. Je crois que l'origine de ces assauts particuliers tient plus à la personnalisation (dimension affective) de leur politique qu'à un biais particulier.
Ainsi pour revenir à Ségolène Royal, cette tendance s'est affirmée au fur et à mesure de son positionnement hors structure, en prise directe avec ses électeurs, pour certains desquels le rapport s'est mué de politique en véritable club de "fans" venant assister aux discours de leur "idole". Par la suite, le choix du blanc a accentué cette perception singulière.
Du coup, un glissement sémantique s'est opéré, y compris chez les commentateurs politiques. Son show à Bercy n'a fait que renforcer cette perception d'une tendance à un lien direct et personnel.
Enfin, vous remarquerez que ce sont les deux personnalités politiques au sujet desquelles leurs opposants politiques et les médias se sont régulièrement permis d'évoquer l'éventuelle maladie mentale, ou tout au moins leur état psychiatrique.
Les particularismes ne sont pas tojours les meilleurs exemples dont nous devions nous offusquer. Il en est bien d'autres qui méritent notre attention et sont moins sujet à caution, ce qui dévalue d'autant la qualité du fond.
Cordialement.

4. Le 24/12/2009, 12:02 par olympe

seug8520, il me semble au contraire que si les femmes sont tellement rares en informatiques c'est que c'est un milieu très masculin et qu'il est difficile pour une femme. Alors peut être que oui celles qui s'accrochent sont particulièrement pugnaces et brillantes.
dans le cadre de mon travail je vois beaucoup d'informaticien, j'ai beau chercher : aucune femme à un poste élevé .

Simple citoyen, il y a du vrai dans ce que vous dites et ce que cristallisent certains personnages, mais les mots sont importants et ce terme de sorcière est très particulièrement utilisé pour les femmes, comme celui potiche pour C Lagarde en première page d'un journal.
Sinon oui Sarkozy est moqué pour sa taille mais les remarques sur le physique des femmes politiques est quasi quotidien

5. Le 24/12/2009, 12:29 par mon chien aussi

Je crois que tout ça tient un peu du fantasme et d'une hyper-sensibilité "communautaire" et sexiste. Ségolène Royal s'enfonce très bien dans ses propres sottises, toute seule, et avec une délectation suspecte. Sarkozy est traîné dans la boue à longueur de journée (à juste titre selon moi), mais je n'ai jamais entendu un "homme" se rebeller au nom des "hommes bafoués". C'est ridicule. Je pense que certains et certaines devraient lire Elisabeth Badinter de plus près, elle est une des vraies intelligences qui soient dans le monde francophone, et qui ne pose pas des questions à côté de la plaque.
Une vraie "révolutionnaire", elle, pas une en carton comme d'aucuns et d'aucunes.
Vous trouvez que Berlusconi est représentatif des "hommes" ? Moi, je trouve qu'il ne représente que sa propre imbécillité, comme Sarko, comme Ségolène Royal qui a beaucoup joué et utilisé le côté "Jeanne d'Arc", l'aspect marial de son apparence, lumineux, etc. Elle utilise des "symboles", des figures archétypales, faut bien qu'elle s'attende à ce que tout ça lui revienne dans la tronche.
Tout comme les hommes qui jouent sur ce registre creux du discours creux et de l'image.

6. Le 24/12/2009, 13:21 par Emma

Mon chien aussi, beaucoup de féministe on bien lu Elisabeth Badinter et n'ont pas besoin de se voir infliger des conseils de lecture méprisants.
Et si la majorité du mouvement féministe se situe, tout comme elle, dans la filiation "universaliste" de Simone de Beauvoir, nous sommes nombreuses à ne pas partager es analyses, notamment celles de fausse route, et crois moi cela ne relève pas d'un défaut de lecture ni de compréhension. Simple citoyen a lui exprimé avec beaucoup de respect, et surtout une argumentation solide et étayée et très intéressante, une position qui récuse le sexisme des attaques contre S Royal. de son post on peut échanger. Du tien, pas vraiment.

D'ailleurs Un simple citoyen ,e partage ton analyse, mais il y a dans les critiques à l'égard de S Royal une dimension liée à la sottise, la bêtise, l'incapacité qu'il y a souvent très systématiquement envers les femmes. Comme si la moindre bourde ne pouvait relever que de l'incompétence tandis que l'on est habitué aux bourdes des hommes. Quant elle a parlé de bravitude, combien de néologismes hasardeux avaient été dit par les politiques dans la plus grande indifférence, ou alors sourire amusé tel l'acadabrantesque chiraquien, idem pour l'erreur sur els missiles, Royal l'a faite scandale, Sarko l'a faite : calme plat. D'autant plus qu'un président n'a pas besoin de savoir combien d'ogives il y a.

Berf on est en 2009 et la phrase de F Giroud : on aura vraiment l'égalité le jour où une femme incompétente occupera un haut poste est toujours d'actualité.

Pour S Royal on est toutjour dans l'incompétence, la connerie crasse, et honnêtement, je trouve que sur ce plan elle se situe dans la moyenne, qui ne vole pas bien haut, il faut le dire.

7. Le 24/12/2009, 13:31 par mon chien aussi

Si dire que j'apprécie Elisabeth Badinter tient du mépris, qu'est-ce que ça va être quand je vais dire que j'aime beaucoup Rosa Luxembourg ou Carson Mc Cullers, mais que je n'aime pas du tout Christine Lagarde.
S. Royal dans la moyenne... J' dirais bien qu'elle a baissé la moyenne et que Martine Aubry est une socialiste plus présentable.
Et pour en revenir au mépris, suffit de lire certains commentaires avant le mien pour en avoir une vraie représentation.

8. Le 24/12/2009, 13:34 par mon chien aussi

Sur ce, je vous laisse, le déjeuner (que j'ai préparé) est servi (par moi)...
Bonne journée à toutes et à tous. :)

9. Le 24/12/2009, 15:01 par olympe

j'ai lu récemment fausse route de Badinter. vraiment interessant le problème c'est qu'elle ne propose pas d'alternative

10. Le 24/12/2009, 15:18 par Océane

Il est connu que la femme ne réussi que grâce à ses charmes, qu'il soit physique ou de sorcellerie. Manipulation et envoutement sont ses 2 mamelles, si j'ose dire...
Le plus triste, c'est que ce type de glissement sémantique et de métaphores soient très naturel. Ce matin je lisait dans une salle d'attente un nouvel obs' de septembre, un article sur Fadela Amara, plutôt positif et indulgent à son égard, mais mon Dieu truffée de référence douteuses sur sa nature de femme d'origine maghrébine: douce et timide, toujours prête à partager un tajine (oui les arabes passent leur temps à manger des tajines, même s'ils sont français nés en France). Il y avait aussi des interprétions faites sur son attitude à grand renfort de description douteuses: le cheveux en bataille et le sourire édenté étant donnés en exemple de sa soi-disant personnalité intimidée.

Bref, on enfile des perles même en pensant faire un portrait indulgent d'une femme.

11. Le 24/12/2009, 15:24 par Vogelsong

Joyeux Noël

12. Le 24/12/2009, 15:27 par Océane

Au fait, Joyeux Noël :) Oui, c'est spontané ^^ !

13. Le 24/12/2009, 15:27 par Moktarama

Allez, comme Vogelsong, joyeux Noël à vous.

14. Le 24/12/2009, 15:29 par shaya

Joyeux noel bien sur!
(Je fais une exception, normalement je ne souhaite joyeux noel que le 25! ;-) )

15. Le 24/12/2009, 15:37 par unouveaucompte

bonnes fêtes de Noel!

16. Le 24/12/2009, 15:40 par Emma

Mon chein aussi, quand je parle de mépris de votre part je songe à ce genre de phrases : "Je pense que certains et certaines devraient lire Elisabeth Badinter de plus près, elle est une des vraies intelligences qui soient dans le monde francophone, et qui ne pose pas des questions à côté de la plaque."

17. Le 24/12/2009, 15:42 par Otir


Je te souhaite un très Joyeux Noël !

:-)

18. Le 24/12/2009, 15:43 par Emma

Et pour expliquer pourquoi les critique envers S Royal ne sont pas symétriques de celles envers N Sarkozy, je vais faire acte de paresse et citer le dernier post de du rose dans le gris qui exprime mieux que je saurais le faire mon opinion :
"Décidément, les médias sont incorrigibles ! La semaine dernière, la couverture de l’express affichait le visage d’une des plus importantes ministres de notre gouvernement, Christine Lagarde, Ministre des finances, avec ce titre « Potiche ou fortiche ? » Et voilà que le Monde d’aujourd’hui offre à ses lecteurs un titre qui devait être écrit avant le départ de son envoyé spécial : « Comment Ségolène Royal ensorcelle ses alliés en ses terres de Poitou-Charentes ». Une potiche, une sorcière… Voilà comment les médias remettent les femmes à « leur » place, lorsqu’elles ont le culot de vouloir s’installer au sommet du mâle pouvoir. De quoi couper court aux vocations paritaires ! Y a-t-il un équivalent masculin à potiche ou ensorceleuse ?
Ce qu'a écrit Marie-Joseph Bertini, dans « Femmes, le pouvoir impossible » (ed Pauvert) est toujours vrai. Les médias sont « prescripteurs de mythes » explique-t-elle. Elle dénonce le véritable « apartheid linguistique » qui entrave le « processus d'émancipation » des femmes. Et démontre que les mythes assurent « l’incapacité fondatrice » des femmes. Dès qu’une femme s’engage, défend des idées avec force et un certain talent, les médias la qualifient immédiatement de passionaria. La passionaria agirait par passion et non pas par raison. Elle serait forcément sous influence et dénuée de rationalité. Quel est le masculin de passionaria ? Ça n’existe pas. Et pour cause. Ceux qui ont écrit l’histoire nous ont appris à penser que l’homme agit avec raison. Ils n’ont pas prévu de mot pour masculiniser passionaria. Avec un mot, un seul, Passionaria, des valeurs morales honorables d’engagement et de respect de la parole donnée se transforment en défauts rédhibitoires. Et l'association femme et pouvoir reste incongrue."

http://drdlg.blogs.com/

19. Le 24/12/2009, 17:53 par mon chien aussi

@Emma. Si tous les conseils sont empreints de mépris, y en a pas beaucoup qui vous en donnent..., ou que vous demandez... ce qui dénote un orgueil certain. Comme je n'en suis pas dépourvu moi-même, je vous comprends...

20. Le 25/12/2009, 16:19 par mon chien aussi

Si Eric Zemmour débite des sottises à longueur de journée sur les femmes, faut bien reconnaître que nos Eric Zemmour au féminin en débitent tout autant. Et tous et toutes avec une même certitude : que le sexe détermine une politique et une pensée présentes, et déterminera une pensée et une politique futures.
Tout cela est absurde.

21. Le 25/12/2009, 17:05 par emanu124

JOYEUUUUUUUUX NOOOOOOEEEELLLLLLL LES MEUUUUUUUUFS

22. Le 26/12/2009, 07:35 par mon chien aussi

Pour celles qui se braquent dès qu'un homme parle (elles se reconnaîtront), j'écoute Elisabeth Badinter et j'approuve son discours en tous ses points.

http://sciencestage.com/v/4492/elis...

23. Le 26/12/2009, 14:59 par mon chien aussi

Badinter ne "parle" pas aux fanatiques mais aux hommes et aux femmes. C'est déjà pas mal. Les fanatiques (ceux ou celles qui ne conçoivent le monde et la société que selon leur unique point de vue, et quel que soit leur bord) sont des impasses et des talibans. Et apparemment, Bandinter dérange certain(e)s fanatiques. Tant pis pour eux et elles. Sont hors-jeu.

24. Le 26/12/2009, 19:17 par ladywaterloo

Elisabeth Badinter, est une intelligence fort vive, et telle que Simone Veil, peu corrompue, ces deux femmes ont en commun d'avoir toujours exercer leurs responsabilités sans "mettre en avant" leur statut de femme.

Elles ont aussi en commun, d'avoir par leurs réflexions personnelles , en adéquation avec leurs vies fait bouger les lignes, il n'y a peut être pas "d'alternative"
mais un regard, des habitudes à changer, et ces deux femmes là, ainsi que tant d'autres (dont Arlette Laguiller) le font, sans jamais abuser de leur féménitude

S Royal, elle, en use et en abuse, elle en est ridicule, son show star de l'an dernier l'eut fait huer si elle avait été un homme. Pitoyable. Et au delà de ce combat perdu, elle a dévalorisé la crédibilité des femmes politiques.

Dans la vie on ne peut jouer sur la face et revendiquer le revers. Il faut assumer ses choix. C'est vrai pour tous. Sarko a été attaqué d'une manière outrancière pour sa petite taille, si cela n'est pas du sexisme, qu'est ce?

J'ai aussi toujours une pensée pour Roselyne Bachelot, elle aussi attaquée pour son physique, tout aussi inadmissible que les attaques dont Martine Aubry est l'objet.

La vie politique est très dure, il n'y a aucune raison que les femmes soient plus "préservées" que les mecs. En revanche ce serait assez cool que les attaques soient moins cruelles, pour les hommes comme pour les femmes, on peut faire des souhaits, non? C'est l'époque des vœux pieux....

25. Le 28/12/2009, 06:35 par des pas perdus

Faut-il s'étonner qu'un journal détenu par un groupe capitaliste favorise les intérêts de ses propriétaires en favorisant la droite ? Mais ici, il ne s'agit que de mesquinerie...

Il n'y a guère de différences sur le fond entre le monde, le figaro et libération... des journaux qui défendent la même vision du monde... Des journaux ouïstes qui soutiennent l'union européenne néo-libérale du dumping social...

26. Le 29/12/2009, 00:32 par mon chien aussi

Avec certain(e)s, tout raisonnement est balayé avec un seul argument "sexiste"... Le raisonnement s'en trouve grandement élargi : une même note pour tout. Un homme n'est pas d'accord c'est qu'il est sexiste ; une femme n'est pas d'accord c'est qu'elle est sexiste ; le chat ne veut pas manger son ronron, c'est qu'il doit être sexiste. On trouve Ségolène Royal peut crédible, on est sexiste... Et puis Delanoë, lui, il va bientôt nous dire qu'on est homophobe quand on n'est pas d'accord avec lui...
Elle est belle la politique qu'on nous prépare !

27. Le 29/12/2009, 14:37 par Netdruide

@seug8520
Je veux pas dire qu'il y a beaucoup de femmes en informatique, les hommes s'étant arrangé pour que non, mais que le premier programme informatique est écrit par une femme, et que d'après nous (beaucoup parmi les informaticiens, mais y en a de misogynes, n'est-ce pas ) les mecs auraient été embêtés sans ce premier écrit.
Et puis elle a un joli nom :-)

extrait de la page Wikipédia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Ada_Lo...

"Augusta Ada King, comtesse Lovelace, généralement appelée Ada Lovelace, née à Londres le 10 décembre 1815 et morte à Londres le 27 novembre 1852, est principalement connue pour avoir écrit une description de la machine analytique de Charles Babbage, un ancêtre mécanique de l'ordinateur. Lovelace est un personnage assez célèbre dans les pays anglo-saxons et en Allemagne, notamment auprès des féministes ; elle est moins célèbre en France, mais tous les développeurs connaissent le langage Ada nommé en son honneur."

28. Le 30/12/2009, 11:40 par Floréal

@ Mon chien aussi:
La première des inégalité c'est le sexisme et c'est ce que vous ne voulez pas admettre. E.Badinter a des qualités, mais dans "Fausse route" elle se trompe. Elle développe là effectivement un thèse masculiniste proche de celle de Marcela Jacub.
Non, nous n'avons pas atteint l'égalité, même dans nos sociétés occidentales où les femmes ont acquis des droits qui font que leur sort est le moins pire, si je puis dire. ça a été le mérite de C. Delphy de démontrer que croire que nous avions atteint l'égalité est un leurre qui joue en notre défaveur. Sinon comment expliquer que 80% des personnes sous le seuil de pauvreté en France sont des femmes?
Badinter n'est cependant pas la seule à faire "fausse route", Delphy aussi, devenue la maîtresse-à-penser des "Indigènes de la république", quand elle vient nous dire qu'il faut faire avec l'islam.

29. Le 31/12/2009, 20:06 par lucia mel

"ensorcelle ses alliés"... hmmm c'est pas de la bonne sorcellerie ça, il lui faudrait plutôt ensorceler ses ennemis pour être une bonne sorcière (à l'école des sorciers, Sarko est sorti premier). J'ai aussi lu ça dans "Les Echos"

http://www.lesechos.fr/info/analyse...

Heureusement, comme le dit Bianco, elle a une "ténacité indestructible".