Devinette

Saurez vous reconnaitre parmi ces publicités celles qui sont sexistes ? (réponse mercredi soir)



un indice : moins de la moitié de ces images sont sexistes

Commentaires

1. Le 04/04/2011, 18:48 par Anna

D'après qui ?

2. Le 04/04/2011, 19:44 par Tombouctou

Si il s'agit de reconnaissance officielle du caractère sexiste par l'ARPP ou la Halde ou approchant, je dirais aucune. Mais je suis sûrement une indécrottable pessimiste...

3. Le 04/04/2011, 19:45 par Anne

Hâte de voir ce que tu vas nous dire mercredi...
Pour le trophée de la plus délicate création publicitaire, mon cœur balance entre le fringant Jean Poche et le charmant Bruno Dehondt.

4. Le 04/04/2011, 20:08 par mtislav

A priori, elles le sont toutes mais s'il faut se plonger dans la jurisprudence de la Halde pour trouver la bonne réponse... Réfléchissons ! Moins de la moitié de 4, je dirais qu'il faut en choisir une... La 4 qui laisse supposer qu'on peut avoir le choix entre être mauvais payeur ou exercer un droit de cuissage sur ses collaboratrices. J'ai hâte de connaître la solution !

5. Le 04/04/2011, 20:50 par lucia mel

la 4e et la 5e, car elles placent la femme dans une position dégradante de soumission et/ou de prostitution (harcèlement sexuel/moral, et référence à la polygamie). Pour les 3 premières (dont on peut regretter l'utilisation du corps de la femme comme objet sexuel, ou objet tout court) rien n'indique que les femmes soient dominées (la 2e et la 3e) et discriminées, elles y tiennent même un rôle de "domination" ou d'indépendance. La 1ère : un clin d'oeil à la sculpture... où le corps de la femme a de tous temps été utilisé comme objet de décoration. Bon, c'est bien parce que tu as indiqué que moins de la moitié étaient sexistes...

6. Le 04/04/2011, 22:05 par Thierry

Ce qui est sûr, c'est qu'une pub sexiste est également sexy (ce n'est pas obligé, après tout) ! La frontière tient en quelques lettres...

La 1e est inoffensive, quand on pense à certaines tables basses (en verre, avec une jolie dame en résine noire, en guise de pied de table).
La 2e montre une femme dominatrice, ce qui devrait plaire à beaucoup de féministEs ;)
La 3e montre un homme qui a une belle tronçonneuse, une belle femme et un beau chien... et alors, on n'a pas le droit d'avoir du goût ?
La 5e évoque l'amour à plusieurs... qui peut se pratiquer avec des femmes non-prostituées et non-mariées (donc : pas de polygamie). Rien d'interdit donc...

Par contre, la 4e montre un vieux moche qui tâte une jeune et jolie dame... ce qui la fait sourire ! Ce n'est pas crédible, je vote donc pour la 4e ! :D

7. Le 04/04/2011, 22:23 par polluxe

Heu ,toutes ? sauf la 1ère peut-être...

8. Le 05/04/2011, 00:54 par Clmnc

Pour moi la 3 et la 4.
La 1e c'est une création assez originale. Y a un côté femme-objet mais pas du tout dégradant.
J'hésite sur la 2e, faudrait savoir pourquoi c'est, mais la relation entre les deux a l'air consentie.
La 3 clairement sexiste, la femme ne sert qu'à la déco.
La 4 idem, elle me semble légitimer le harcèlement sexuel : comme si on adorait se faire tripatouiller la cuisse par un mec plus vieux que notre père + les collaboratrices ne seraient là que pour sucer...
La 5 elle est vulgaire mais c'est tout. Disons que pour être juste, il aurait fallu faire une version avec deux hommes.

9. Le 05/04/2011, 01:47 par laetitia

pour moi, elles le sont toutes ! Maintenant, si la question est de savoir lesquelles ont été "jugées" sexistes, il faudrait savoir par qui ... Le JDP ? Dans ce cas, je pense que seule celle de Jean Poche (Mon Dieu, encore un slogan inventé par Jean-Pierre Stevens !!), qui fait directement allusion au harcèlement au travail a pu être considérée comme sexiste.

10. Le 05/04/2011, 08:18 par Marlène (Maman travaille)

Bonjour, bonne question... La 1ère (femme objet... a sens premier du terme) la 3è (association femme tronçonneuse et la main du type sur la nana me laisse dubitative), la 4è clairement, harcèlement comme ça a été dit... la pub de la femme avec les menottes n'est pas forcément sexiste (tout dépend du contexte) si ? et je ne crois pas que la dernière soit considérée comme sexiste (allusions)

11. Le 05/04/2011, 08:58 par zigazou

Je propose la 3 et la 4… ;-)

@Clmnc :
« La 1e c'est une création assez originale. Y a un côté femme-objet mais pas du tout dégradant »
Ben… justement ! Pour moi, une pub ne devrait pas chercher à réduire la femme à l’état d’objet. Et on retrouve la sempiternelle association femme/intérieur.

« La 5 elle est vulgaire mais c'est tout. Disons que pour être juste, il aurait fallu faire une version avec deux hommes. »
Là encore, on utilise lafâme pour vendre. Et « avec les deux, c’est encore mieux ! ».

12. Le 05/04/2011, 10:45 par Suzanne

Ma préférée est celle de l'homme à la tronçonneuse. L'épagneul a l'air d'avoir cent ans et l'homme... bon, rien. Les catalogues des entreprises qui envoient des camions déballer sur les places de villages des échelles, des bâches, des outils de jardin et un peu de tout ont encore ce genre de présentation.
Maintenant, je pense que combattre ces pubs ringardes est un combat d'arrière-garde. Je vois mille fois plus de sexisme, et plus désolant parce que c'est de l'auto-sexisme, dans les magazines féminins et dans les blogs de femmes qui écrivent des articles subventionnés pour les crèmes qui font maigrir, les antirides ou autres produits pour rester [compétitive sur le marché du sexe] jeune, belle, bien dans sa peau et désirable.

13. Le 05/04/2011, 11:57 par Pascale

Pour moi, la 3 et la 4, qui associent la femme au rôle de la collaboratrice, à qui je remets aussi la palme du mauvais goût.

14. Le 05/04/2011, 14:58 par Sandra

hâte d'avoir ton avis. Selon moi, la 3 est clairement sexiste...T'as vu la troche du bonhomme face à la "James bond girl"???

15. Le 05/04/2011, 16:16 par Anmryn

Hum...

- La 2ème me fait bondir, je la trouve atroce : une femme qui intègre à ce point les fantasmes masculins qu'elle se les réapproprie d'elle-même comme un bon toutou obéissant (jeune, mince, en guêpière, disponible, qui n'a même pas de visage donc d'identité, prête à se faire menotter pour tout subir ou mieux encore, à menotter son partenaire pour qu'il n'ait même pas le souci de prendre en main l'acte sexuel, comme c'est reposant) . Le sexe est-il réservé aux mannequins ? Pourquoi n'est-ce pas l'homme (avachi dans son canapé, en train de lire un compte-rendu, incapable de profiter de la vie si une chaudasse n'est pas à proximité) qui est en string ? pourquoi la libido de tous (hommes comme femmes) devrait-elle être sensible au même stimulus (femme à poil) ? pourquoi la femme est-elle réduite à son corps et l'homme à son cerveau ? Je déteste cette équation stupide : femme libérée = femme à poil.

- la 4ème est assez perverse : personnellement, je n'arrive pas à voir si M. Poche touche ou non la cuisse de sa collaboratrice de manière véritablement sexuelle. Pour moi, la photo en elle-même n'est pas sexiste : c'est juste un patron qui fête un contrat aux côtés d'une femme cadre qui l'a aidé. On peut regretter qu'il ait droit au cigare et elle, juste à un organizer pour lui rappeler son prochain rendez-vous, et qu'il se permette un geste légèrement déplacé, mais bon, si ça s'arrête là, dans un moment d'euphorie, rien de scandaleux.
Par contre, le contexte renverse cela en insinuant que cette collaboratrice, étant une femme, n'a aucune compétence, et que par conséquent l'entreprise de M. Poche n'a elle non plus aucune compétence. La simple présence de la femme décrédibilise le patron.
De plus, on pourrait penser que le patron peut à la fois honorer ses factures et ses collaboratrices (entre adultes consentants, pourquoi pas.) Mais l'argumentaire de la pub vise bien plutôt à mettre en scène un homme qui oublie son devoir d'homme (travailler avec son cerveau, comme dans la pub 2, et s'accomplir là et uniquement là) : cet homme qui rit avec une femme, qui la touche, qui fume un cigare, devient un sale hédoniste incapable de réfléchir. Le décor, neutre à la base (limousine, nuit) se renverse : comme cet homme ne pense plus qu'en termes de plaisirs physiques, il est conduit à prendre des call-girls comme collaboratrices (que fait une femme dans une limo avec un homme qui n'est vraisemblablement pas son époux à cette heure de la nuit au lieu de s'occuper de son foyer et de ses enfants ? C'est sûrement une salope.)
C'est assez abject, comme fonctionnement.

En fait, ces deux pubs sont sexistes et pour les hommes, et pour les femmes :
- un homme bien, c'est un homme qui réfléchit, qui pense. Il ne doit pas écouter son corps, sauf si une femme, guidée par la perversion naturelle de son sexe, lui en fait la demande, car l'homme est un être innocent à la base.
Les seuls cas où un homme peut avoir envie d'une femme, c'est s'il en voit une en sous-vêtements (car il est connu que la libido de l'homme n'est pas très imaginative, et ne fonctionne qu'à base d'images pornoïdes, la pauvre) ou s'il vient de remporter une victoire (vieille thématique du repos du guerrier, tout combat générant un pic de testostérone qui doit bien être évacué.)

- une femme bien, c'est la femme d'un seul homme ; elle doit rester au foyer où de temps en temps elle réveille sa libido en se promenant en sous-vêtements, pour assurer la perpétuation de la race, en plus les enfants l'occuperont pendant que l'homme continuera à travailler.
Par contre une femme qui travaille, c'est moche, elle met des costumes qui ne lui vont pas et qui la déguisent en homme, elle doit s'attacher les cheveux et ne porter aucun bijou, elle se fait tripoter, et elle devra coucher pour réussir.

Les autres pubs sont justes beaufs ! Pardon d'avoir été aussi longue...

16. Le 05/04/2011, 18:41 par Anmryn

Désolée, je ne résiste pas à l'envie de commenter les autres pubs et d'expliquer pourquoi, selon moi, elles ne sont pas misogynes...

La 1ère semble plutôt adressée aux femmes (apparemment, les hommes ne soient pas concernés par les achats de meubles) parce qu'elle joue sur deux éléments importants de la psyché féminine telle que la société la formate :
- tout d'abord, voici un corps de femme transformé en œuvre d'art. Même s'il est dommage que le corps féminin ne puisse jamais lui servir à elle-même, et que dans les médias, il soit destiné à l'amant, à l'enfant, à l'esthète, la dernière option est de loin préférable. Car échapper au destin sexuel ou génésique (quand il est bien connu que les enfants grandissent et que l'amant se lasse), pour accéder à un destin artistique, c'est accéder à l'immortalité. Cette pub répond à ce fantasme.
- ensuite, un lien est établi entre le corps de la femme et son intérieur domestique : un magasin vend de la même façon des vêtements et des meubles. Ce qui donne l'équation : maison = corps de la femme. Ce salon rappelle d'ailleurs un vagin : calme, chaleureux, sombre ; voire un utérus : ce corps dont les bras semblent s'étendre peu à peu dans l'espace rappelle le développement d'un embryon dans son placenta.
Bref, même si cette pub joue sur des clichés de la psyché féminine et ses supposées envies, cela reste assez subtil et il n'y a pas de rapport de domination homme-femme sous-entendu, ni de jugement de valeur porté. L'image nous donne même le plaisir de nous montrer qu'une femme peut être une lumière.

La 3ème est de loin ma préférée. <3
Il est évident que cette femme n'est pas une vraie femme, et qu'il s'agit juste d'une silhouette en carton à côté de laquelle l'homme pose. Je trouve ça drôle, parce qu'elle montre que ces corps parfaits dont les médias nous abreuvent sont des illusions, des choses inaccessibles dans la vraie vie, sans profondeur ni réalité. Le message du monsieur est alors : "oui je suis un looser aux yeux de la société, je fais semblant de poser à côté d'une fille sublime que jamais je ne pourrais approcher en réalité, je suis un ringard à moustache en chemise à carreaux. Mais j'ai un chouette chien de chasse, je suis rigolo, j'ai des envies simples dont je sais rire." Cette pub joue plus sur la complicité avec le public : ce monsieur nous ressemble, sa tronçonneuse est celle dont nous avons besoin. Cette pub n'est pas très fine, mais elle est honnête.
De plus, la domination mise en scène ici n'est pas celle de l'homme sur la femme, mais de l'imaginaire médiatique (corps parfaits, vie sexuelle accomplie, existence enviable) sur l'imaginaire individuel de chacun (ici, vie dans les bois, dans le fin fond de la campagne, avec des loisirs qui ne sont pas ceux de la modernité.) C'est plus dans cette domination sociale-là que se niche le scandale.

Enfin, la 5ème pub est assez subtile.
- On remarque que le même mannequin pose deux fois dans deux tenues différentes. Si la pub s'adresse à des femmes, le message véhiculé est que les femmes ne savent pas se décider (entre deux paires de chaussures, entre deux nuisettes, entre deux matelas.) Si la pub s'adresse à des hommes, le message flatte leur soi-disant envie d'un harem. Dans les deux cas, le public se sent intelligent de décrypter ces présupposés sexistes, et se dit alors : "mais quelle pub cheap ! au moins cette marque ne dépense pas trop en budget communication, leurs produits doivent être moins chers qu'ailleurs."
Et c'est là qu'on se fait avoir : parce que le scandale de cette pub n'est pas de jouer grossièrement sur ces clichés, mais de rendre acceptable, voire enviable, l'idée d'acheter deux produits à la place d'un seul. On se focalise sur la mise en scène de présupposés sexistes, et on oublie du coup que normalement, quand on achète un matelas, on n'achète justement qu'un matelas, pas deux. Le mécanisme est assez habile ! Mais pas sexiste, puisque hommes et femmes se font rouler dans la farine.

Merci Olympe de nous donner autant matière à réflexion ! Et pas que sur ce billet. ^__^

17. Le 05/04/2011, 18:53 par antisexisme

Petit "jeu" bien marrant (ou pas :/).

Je les trouve toutes sexistes, sauf à la limite la première :

- la 1 : comme l'ont dit certaines personnes, ça reprend le thème des nus en sculpture (d'ailleurs est-elle vraiment nue ? je ne vois pas trop, j'avoue...). La pose n'est pas sexuelle, selon moi. Ca me rappelle donc plus un nu dans le genre "beaux arts"..; Mais on peut se demander dans ce cas si c'est vraiment un hasard si c'est une femme nue qui est représentée...

- la 2 : je rejoins Anmryn. Ok, la femme n'est pas passive, mais ne nous leurrons pas, le seul but de cette publicité est de montrer les jolies fesses de la dame... Le corps de la femme est représenté comme objet de désir. La femme est dans son rôle classique de séductrice et d'amante.

- la 3 : cet homme représente le pouvoir, il y a toute la symbolique : Avachi confortablement dans une belle voiture (limousine ?), il porte un costard-cravate, fume le cigare, et est accompagnée...d'une belle femme (il la touche, j'ai l'impression, et de toute façon la PUB dit clairement qu'il couche avec elle). Une belle femme semble un élément de "capital" symbolique, une "chose" à posséder absolument pour quiconque a un certain statut. La femme n'a pas tous ces attributs de pouvoirs, se tient plus droite (ne se permettant pas cette pose avachie de dominant) et semble rire à ses blagues (bon j'interprète un peu peut-être...), ce qui laisse à penser qu'elle est sa subalterne. Même si elle est appelée "collaboratrice" et non pas "secrétaire" (ça aurait été peut être trop sexiste, ont pensé sans doute les publicitaires...), ça fait penser au gros cliché patron-secrétaire, l'homme dominant donc hiérarchiquement sa maîtresse... Tous les stéréotypes me semblent donc là. Et de nouveau, si la femme est évoquée, c'est uniquement pour parler de son rôle de maîtresse, au service du plaisir des hommes.

- la 4 : Femme objet, servant limite à la décoration. Ca fait penser à "il a la voiture (ici: la tronçonneuse.).. il aura la femme". Encore une fois sa tenue sexy met en avant son corps. De nouveau, la femme est représentée de manière sexuelle. Mais c'est tellement ridicule, que c'est sans doute du 2nd degré (enfin j'espère)

- la 5 : pareil, le rôle attribué aux femmes, c'est un partenaire sexuel.

Sur les 5 PUBS, 4 assignent un rôle bien particulier à la femme : objet de désir et de fantasme, réduite à leur rôle de séductrice ou de partenaire sexuel, à la disposition des hommes.

Après, ce sont mes critères et ce sont sans doute pas ceux de la loi. J'ai pas envie de me plonger dans des textes juridiques, j'attends avec impatience la réponse mercredi soir !

18. Le 05/04/2011, 19:32 par Mouche

Alors là ça dépend vraiment de la façon dont on les interprète...
Je dirais la 3, mais après si on prend ça comme Anmryn ça change tout.
Et la première n'est pas plus réductrice qu'une statue grecque d'homme nu.

19. Le 05/04/2011, 19:56 par ajuga

Comme il a été dit, elles font toutes référence à la femme en tant qu'objet sexuel, TOUTES.
Pour moi c'est du sexisme, ./

Je n'aimerais pas avoir dans mes amis(e)s quelqu'un qui fait ce genre de pub.

Après, légalement parlant, eh bien je m'en tape.

20. Le 05/04/2011, 20:04 par aalia

J'imagine que officiellement, sexiste = vulgaire?
La 2 et la 3, donc?

Même si moi celle que je hais le plus c'est la dernière.

21. Le 05/04/2011, 21:58 par IVG : Je vais bien merci

IVG : je vais bien, merci.

- les filles des 343 salopes -

http://jevaisbienmerci.net/

Plus de 200 000 femmes avortent chaque année en France.

Cet acte, pratiqué sous contrôle médical, est des plus simples. Pourtant, le parcours des femmes qui avortent, lui, l'est de moins en moins :

Le droit à l'IVG est menacé : en pratique, par la casse méthodique du service public hospitalier, et dans les discours, car l'avortement est régulièrement présenté comme un drame dont on ne se remet pas, un traumatisme systématique.

Ces discours sur l'avortement sont des slogans éloignés de ce que vivent la grande majorité des femmes, ils ont pour but de les effrayer et de les culpabiliser.

Nous en avons marre que l'on nous dicte ce que nous devons penser et ressentir.
Depuis le vote de la loi Veil en 1975, a-t-on cessé de prédire le pire aux femmes qui décident d'avorter ?

Nous en avons assez de cette forme de maltraitance politique, médiatique, médicale.

Avorter est notre droit, avorter est notre décision. Cette décision doit être respectée : nous ne sommes pas des idiotes ou des inconséquentes. Nous n'avons pas à nous sentir coupables, honteuses ou forcément malheureuses.

Nous revendiquons le droit d’avorter la tête haute, parce que défendre le droit à l’avortement ne doit pas se limiter à quémander des miettes de tolérance ou un allongement de la corde autour du piquet.

Nous disons haut et fort que l'avortement est notre liberté et non un drame.

Nous déclarons avoir avorté et n’avoir aucun regret : nous allons très bien.

Nous réclamons des moyens pour que le droit à l’IVG soit enfin respecté. Nous réclamons son accès inconditionnel et gratuit mais également la liberté de faire ce que nous voulons de notre corps sans que l'on nous dise comment nous devons nous sentir.

SIGNER L'APPEL : http://jevaisbienmerci.net/

22. Le 06/04/2011, 09:24 par solveig

Pour moi, les quatre sont sexistes ... la pub est un instantané, pas besoin d'analyse approfondie pour le ressentir .

23. Le 06/04/2011, 09:50 par Clmnc

@Zigazou
Oui mais pour le coup, de toutes les pubs montrées ici, la 1e est la seule qui ne me gêne pas du tout. Autant j'ai dû faire quelques efforts pour sélectionner la 3 et la 4 et écarter les autres (car toutes utilisent le corps de la femme pour vendre) autant celle-ci me semble vraiment trop décalée pour être sexiste.

24. Le 06/04/2011, 11:28 par gloup

sans hésiter :
y en a deux super sexiste :
-la tronçonneuse
-jean poche
c'est à dire la 3 et la 4

25. Le 06/04/2011, 11:44 par abadinte

2 et 3. La 4 aurait pu mais comme c'est le web, tu ne peux lutter contre l'Internet mondial.

26. Le 06/04/2011, 16:52 par BB

Bon je dois être un horrible macho, mais pour moi:
La 1, non.
La 2, oui, même si elle me plait. :) Une bonne raison, je ne comprends pas ce qu'elle veut vendre.
La 3, non, pas pour moi. Justement parce que la femme n'en est pas une.
La 4, non, elle est désagréable, râtée, mais pas sexiste, enfin si anti-mec.
La 5, oui, elle m'aurait moins gênée, la femme semble juste être un plaisir de plus, donc la pub est sexiste.