Très riches les entretiens avec Elisabeth Badinter (il me reste à écouter la tête au carré et le téléphone sonne).

Quelques réflexions que m'inspire cette matinée et quelques réactions sur les blogs.

GLobalement je suis d'accord avec beaucoup de ses propos et elle est passionnante à écouter

- à propos du 8 mars : E Badinter n'aime pas le 8 mars et considère qu'une journée dans l'année dédiée aux femmes est quasiment une insulte.

- à propos du voile et de la burqa. Elle a le sentiment très fort qu'on cherche à faire reculer nos principes laïques. La burqa est une façon de nous faire accepter un "petit voile anodin". Les extrêmistes nous testent . Alors qu'ils sont en minorité ils sont en train de polluer la vie des musulmans laïques modérés qu'il faut soutenir.

Elle dénonce avec force le terrorisme moral qui s'exerce sur les jeunes filles de banlieues. Qui aujourd'hui défend leur liberté de se vêtir comme elles le souhaitent, de mettre une jupe, de se maquiller alors qu'elles sont obligées de mettre des vêtements informes pour ne pas être agressées ?

Une position qui est aussi celle défendue par Isabelle Adjani

- elle dénonce le fait que les hommes politiques ne prennent pas assez en compte le manque de crèches et appelle les femmes à faire davantage pression sur eux.

J'achoppe par contre sur son analyse concernant la maternité et surtout l'allaitement, mais j'y reviendrais quand j'aurai lu son livre.

- à propos des serviettes hygiéniques et des couches lavables qu'elle fustige, il me semble qu'elle ne sait pas de quoi elle parle. Elle a cité un article récent du Monde sur le sujet. Je suppose que c'est celui-ci :  il parle des coupes menstruelles (plus d'explications et des photos en couleur) que de plus en plus de femmes utilisent. Il convient effectivement de les laver, mais c'est d'une simplicité enfantine et on ne peut vraiment pas dire que ce soit une lourde charge (et  je sais de quoi je parle).

Je n'ai pas d'expérience des couches lavables mais voici ce qu'en disent une maman et un papa, qui prend aussi en compte l'aspect financier de la chose, aspect qui est loin d'être neutre et que je n'ai pas entendu évoquer. Et quand Elisabeth Badinter dit que "Ces couches jetables on été un des aspects de la libération de nos mères." je repense aux propos du journal du Vatican qui estime, et ce n'est pas faux, que la machine à laver a été le principal vecteur d'émancipation des femmes.

Parcequ'en fait  il est quand même remarquable qu'elle ne parle quasiment que des femmes et des mères. Le principal problème vient surtout à mon avis du fait que les femmes assurent encore 80% des taches domestiques et plus encore quand elles ont des enfants. C'est des pères qu'ils faut parler !

2 billets de blogueurs de sexe mâle à lire à propos de l'allaitement.

Eric de Mulhouse et Dedalus

Pour finir je vous conseille la lecture de ce billet très intéressant et surtout très drôle de Marie Muzard :  Madame Badinter, la vie de femelle chimpanzé ne serait-elle pas meilleure que la notre ?