En Syrie, le viol comme arme de guerre

Dans toutes les guerres le viol fait partie des armes de guerre.

La Syrie ne fait pas exception, les témoignages se multiplient. Le viol des femmes, et aussi celui des hommes, est pratiqué lors des opérations militaires ou comme acte de torture dans les prisons.

3 articles de témoignages.

Tous horribles, je n'ai pas le courage de n'en reprendre ne serait ce que de courts passages. Et je trouve difficile de vivre sur la même planète sans savoir quoi faire.

- Courrier international

- France 24

- Europe 1

Commentaires

1. Le 15/03/2013, 22:17 par oops

S'il n'y avait qu'en Syrie...
http://www.lemonde.fr/international...

2. Le 15/03/2013, 23:07 par Al

Lire ces articles me retourne le coeur. "je trouve difficile de vivre sur la même planète sans savoir quoi faire", vous avez parfaitement résumé la situation. Elle me paraît d'autant plus insupportable car je lis ceci confortablement installée chez moi quand des centaines de personnes sont violées au même moment en Syrie. Que faire alors, à part continuer à dénoncer ces exactions? Organiser des happenings comme "one billion rising"? Je doute cependant que ces femmes, hommes et enfants trouvent la force de danser.

3. Le 17/03/2013, 21:12 par la sorcière

Je ne lis plus les récit de viol. Que ce soient ceux du tiers-monde en guerre ou ceux de nos pays bien civilisés. Antisexisme avait d'ailleurs marqué dans un de ses articles que d'après des études faites sur le sujet, lire un récit de viol diminuait l'estime personnel des femmes.

Alors bon, la guerre c'est mal, les viols de guerre c'est mal aussi, et c'est vrai que c'est déprimant de se dire qu'on ne peut rien y faire du tout. Je me pose la question cependant. On a réussi (enfin je crois) à diminuer l'usage des mines anti-personnel. Est-ce qu'il y a quelque chose de similaire à faire pour cet autre arme de guerre scandaleuse qu'est le viol ne soit plus la norme des conflits armés ? Ça a l'air un poil plus compliqué.

4. Le 23/03/2013, 04:04 par christine gamita

Une chose à faire, certainement- Interdire les féminicides, y compris de viol, en droit pénal et international car ils ne sont pas moins graves et nombreux que les pratiques génocidaires, qui ont leur article - Car comment les combattre s'ils ne sont pas nommés pour les interdire ? http://susaufeminicides.blogspot.fr...