Epididyme d'Or de janvier 2012

Décerné aux organisateurs d'un procés spectacle consacré à "la démographie mondiale et à la place de l’homme sur Terre vers 2050". Un procès-spectacle organisé par un magazine .

Sont intervenus Gilles Pison démographe, Didier Barthès membre d'une association écologiqte, Théophile de Giraud écrivain, Thierry Keller rédacteur en chef.

 

Remarquez bien qu'il n'ont pas oublié les femmes dans leur discours . Ils n'ont pas hésité par exemple à déclarer généreusement "Laissons les femmes choisir, elles préfèrent la qualité à la quantité." voire même à citer Marguerite Yourcenar.

On attend avec impatience le débat qui parlera de" la place de la femme sur terre vers 2050"

Je rappelle que l'épididyme est "une partie du système reproducteur de l'homme. C'est un petit organe accolé au testicule contenant un tube glandulaire pelotonné transportant les spermatozoïdes" . Le prix est décerné chaque mois à un média ou une manifestation ayant dépassé le taux admissible de testostérone.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

1. Le 19/01/2012, 03:08 par Bombay Magic

Les photos sont fantastiques et enfoncent le clou!! Et y avait-il des femmes dans l'assistance, ou était-ce un débat sur l'homme, par l'homme pour l'homme ?

2. Le 19/01/2012, 10:36 par Anges Zilla

As usual : criant d'injustice mais la plupart n'entendent rien, et c'est ce qui me décourage le plus personnellement...
On s'accroche, on s'accroche, on s'accroche :)))))

3. Le 19/01/2012, 11:45 par Berenice

Affligeant

4. Le 19/01/2012, 12:47 par Denis

Il faudrait aussi se poser la question suivante : les femmes ont-elles envie de militer pour la croissance de la population, tout comme le "procureur" de cette conférence (avec la conséquence possible de la disparition de l'humanité par engorgement) ou bien veulent-elles au contraire agir pour la préservation des toutes les espèces (y compris la nôtre) en soutenant l'idée d'une natalité plus modeste. Dans le second cas, elles seront les bienvenues au sein de l'association Démographie Responsable (DR) et pourront même parler en son nom lors de futures conférences...

Cordialement,
Denis Garnier (Président de DR)
http://www.demographie-responsable....

5. Le 19/01/2012, 14:06 par Théophile de Giraud

Oui, il faudrait introduire la parité dans les débats. Uniquement des femmes, par exemple dans celui-ci : "Je ne veux pas d’enfant, c’est grave ?"

http://les-maternelles.france5.fr/?...

C'est scandaleux ! Qu'on leur décerne l'Oviducte d'Or ! ;-)

Ne craignez-vous pas desservir la cause des femmes en vous engageant dans d’aussi futiles querelles ?

Posons-nous plutôt la plus urgente des questions : à quoi bon perpétuer notre espèce sur une planète surpollupeuplée ? Toute grossesse ne devient-elle pas illégitime d’un point de vue éthique et écologique ? Et aussi : l’enfant qui naît devra-t-il remercier ses parents, ou plutôt en avoir honte ?

De quoi méditer, afin d’en finir au plus vite avec le fertilisme patriarcal : http://le-mort-qui-trompe.fr/articl...

Philosophiquement vôtre,

Théophile de Giraud
http://nonparents.skynetblogs.be

6. Le 19/01/2012, 15:10 par Bombay Magic

@Denis: je ne pense pas que le problème de la surpopulation vienne de la femme européenne, qui peine à pondre suffisament pour payer les retraites. Regardez plutôt du côté de l'Inde, où on dépasse encore allégrement les 3 enfants par femme ....
Le problème d'ailleurs est que dès qu'on les convainct de faire moins d'enfants, ils avortent des filles. (les chinois, les coréens, les indiens .... et même dans la diaspora!)

7. Le 19/01/2012, 18:33 par Denis

@Bombay Magic, l'association DR a surtout les yeux tournés vers les pays francophones et en particulier vers l'Afrique occidentale. En effet, celle-ci devrait voir sa population multipliée par QUATRE d'ici la fin du siècle, alors même que c'est une région qui peine déjà à approvisionner sa population et qui en plus va subir de plein fouet le réchauffement climatique et donc la raréfaction des terres cultivables.
Si nous voulons éviter le pire, il faut au minimum permettre aux 30% des femmes qui ont des grossesses non désirées d'avoir accès à la contraception.
Cordialement
http://www.cyberacteurs.org/cyberac...

8. Le 19/01/2012, 21:34 par Olympe

Denis, je suppose qu'on trouve parmi les femmes la même diversité d'opinions que parmi les hommes.
Théophile , non non je n'ai aucun doute , ce combat n'est pas futile. Ce qui m'étonne toujours autant c'est le fait que vous, et beaucoup d'autres, ne trouviez pas anormal de débattre ainsi sans prendre en compte le point de vue des femmes. D'autant plus que sur un tel sujet il a forcément des spécificites.

9. Le 19/01/2012, 21:37 par Olympe

Pour ce qui est des magazines féminins (journaux ou télé) les femmes occupent l'espar qu'on veut bien leur laisser et il est réduit.

Sinon non je ne suis pas d'accord avec vous mais c'est un autre débat.

En tout cas merci d'être passé c'est bien la première fois que des lauréats de l'épididyme d'or se manifestent

10. Le 19/01/2012, 22:09 par Otir

Je ne pense pas que ce sont des querelles stériles ou futiles. Je ne pense pas non plus qu'il s'agisse de problèmes de parités, et que la réclamation soit une question "d'égalité", d'intérêt ou autre : la question est de constater - ou non - si les débats qui concernent <i>tous</i> laissent la parole à <i>tous</i>, ou la donnent uniquement à une catégorie qui ne peut absolument pas représenter <i>tous</i>.

Et c'est la même chose lorsqu'on exclut de la représentation dans les débats d'autres catégories identitaires (pas seulement par le sexe, mais aussi par la couleur, ou par la différence) : la parole est monopolisée par l'homme blanc hétérosexuel sur deux jambes avec des facultés typiques et moyennes, et une éducation intellectuelle classique et normative.

Et je dis bravo à Olympe pour ses combats.

11. Le 19/01/2012, 23:36 par Berenice

Monsieur, Théophile de Giraud
Mauvais exemple, le débat cité "Je ne veux pas d’enfant, c’est grave ?"
S'il n'y a que des femmes dans ce débat, c'est parce que de fait, il n'y a QUE pour les femmes que l'on considère que le nom désir d'enfant est l'expression d'une grave pathologie affective. Immédiatement accompagné de "tu dis ça maintenant mais tu verras", "tu changeras d'avis quand tu auras rencontré le bon"etc. Et bla et bla et blablabla

En revanche, il me semble qu'un débat sur la natalité est tout de même difficile à envisager uniquement du point de vue des hommes, sans même se donner la peine de prendre l'avis, ne serait-ce d'une seule femme??? Je ne savais pas que les hommes étaient capables de faire des enfants sans les femmes, et que c'est d'eux que dépendaient le contrôle de la natalité par exemple, mais c'est que je suis trop naïve. C'est parce que les hommes sont, je cite, les êtres "du sexe qui a le pouvoir de fécondation".
Avant d'espérer qu'on tende l'oreille à vos arguments, essayez d'accorder un minimum de valeur à ce qu'on vous dit en prenant la peine d'y réfléchir plus de trois secondes. Sous peine de ne voir accorder à vos opinions que l'indifférence que vous avez l'air de ressentir pour celles des autres.

12. Le 20/01/2012, 01:03 par Théophile de Giraud

@ Bérénice

Rassurez-vous, lors de nos 3 éditions de la Fête des Non-Parents, nous n'avons invité qu'un seul homme pour 3 femmes au total : vous vous trompez totalement de cible.

Je n'ai cessé de démontrer durant le débat de mardi que si on laissait les femmes s'occuper de la fécondité, sans aucune pression du patriarcat, le problème démographique se résoudrait de lui-même. J'ai de même insisté sur l'importance de défendre partout dans le monde le droit des femmes à l'auto-détermination et à la pleine expression de leur liberté.

Je vous avoue également avoir de la sympathie pour ce blog amusant et pertinent, mais me méfie de la logique des quotas et des communautarismes, ainsi que des réactions épidermiques.

Dans la logique du respect toujours croissant de l’Autre, après le féminisme viendra l'enfantisme, où l'on défendra l'idée que le premier droit de l'enfant est de ne pas naître ; le second, d'avoir des parents de qualité.

N’hésitez pas à organiser un débat natalistes vs anti-natalistes en ne conviant que des femmes à s’exprimer : je m’en réjouirai !

Mais je ne crois pas que les idées et les arguments aient un sexe : l’essentialisme est le plus grand danger pour le féminisme.

Bien à vous,

Théophile

13. Le 20/01/2012, 16:02 par Berenice

Monsieur, tout d'abord, vous n'êtes pas ma cible, je n'ai pas de cible. Vous êtes passé pour parler de "futilité" et j'ai trouvé que votre condescendance méritait une réponse.
Ensuite, je ne suis pas essentialiste.
Et je vous ferai remarquer que le communautarisme, s'il existe est celui des hommes blancs. Si l'on met en place des quotas, c'est pour lutter contre, essayer d'équilibrer, le favoritisme que s'octroie les hommes blancs. Qu'en tant que membre du groupe dominant vous trouviez que souligner cet état de fait inique est futile cela vous regarde, mais croyez le ou non je ne partage pas du tout votre avis.

Votre exemple sur l'enfantisme est imbécile (avec tout le respect que je vous dois), à ce compte là je me demande si vous opposez le même type d'argument aux personnes qui luttent contre les discriminations raciales... "Vous me parlez de racisme, mais dans la logique du respect toujours croissant de l'Autre etc...
Ensuite, je vous ferai remarquer que si il y a un Autre, c'est qu'il y a le UN, sujet de référence. En tant qu'homme blanc je vous annonce que vous êtes le sujet de référence, à tel point, que pour vous, la question du respect ne se pose pas, c'est bien pour les Autres (femmes, noirs, et les groupes sociaux discriminés en général que cette question se pose). Que vous trouviez futile ce genre de revendication, le droit à la parole par exemple, montre bien que vous n'en avez jamais été privé.

Pour terminer, parler de votre place d'homme des femmes (c'est à dire les citer et dire ce qu'on devrait faire pour elles selon vous etc) N'EST PAS L’ÉQUIVALENT de laisser une femme s'exprimer ELLE-MÊME! En citant les femmes dans votre discours et votre réflexion, vous parlez des femmes, mais vous ne laissez pas les femmes parler. Vous voyez la nuance fondamentale que cela suppose ou cela vous échappe?

Si c'est vous qui avez organisé le débat et choisit uniquement des intervenants hommes, il ne faut pas vous étonnez qu'on vous le reproche. Et même si les idées n'ont pas de sexe (cela se discute, car les idées naissent dans un contexte culturel et et ne lévitent pas en apesanteur, hors du temps, débarrassées de tout apriori culturel) elles sont tout de même émises par une personne depuis la place qu'elle occupe dans la société, par exemple, si il y a égalité de droits entre les blancs et le noirs, ce n'est pas grâce aux blancs et ce n'est pas des blancs que l'idée provient. De même pour les femmes et les hommes.

Je n'organiserais pas de débat, mais si l'occasion m'était donnée de le faire, je n'inviterai certainement pas QUE DES HOMMES pour parler de la natalité. L'idée n'est pas de supprimer les hommes pour arriver à l'égalité (!), mais de laisser une place (pas toute la place, juste une place, vu qu'on représente quand même la moitié de l'humanité et que les enfants, ce sont nous qui les mettons au monde, au cas ou ça vous aurait échappé). Personne ne vous demande de faire un débat avec uniquement des femmes, mais plutôt d'inviter pour moitié des femmes dans vos débats de société. A moins que vous ne soyez essentialiste et que vous assumiez la position selon laquelle les femmes ne sont pas concernées par les débats de société et qu'elles n'ont qu'à écouter ce que les hommes ont a en dire, car ce sont eux qui ont les idées...

Bien à vous, Bérénice

14. Le 20/01/2012, 18:50 par Théophile de Giraud

Que d'hystérie...

Si vous preniez la peine de vous renseigner avant de déverser votre bile, vous sauriez que j'étais un simple invité à ce débat, de même que Démographie Responsable.

Lorsque j'ai mon mot à dire dans l'organisation d'un débat, je vous le répète, j'invite même davantage de femmes que d'hommes.Vous pouvez le vérifier sur le site de notre Fête des Non-Parents : http://nonparents.skynetblogs.be

Je m’étonne par ailleurs que vous jugiez normal que, dès qu’il s’agit de refus de procréer, on n’interroge quasiment que des femmes. Certains hommes subissent également les réprobations de la société lorsqu’ils ne se plient pas à la névrose nataliste. Vous verrez sur notre site que même des femmes nous insultent. ;-)

Nous nous rejoignons au moins sur ceci : trop peu de femmes militent, écrivent ou créent dans une perspective dénataliste. Ce qui contribue sans doute à la pénurie lors de débats autour de l’urgente et nécessaire décroissance démographique.

Parmi les rares exceptions, je vous recommande l’excellente Laure Noualhat, alias Bridget Kyoto, dont les sketches-vidéos sur Youtube sont un véritable régal : http://www.youtube.com/watch?v=QBs3...

Pardonnez-moi d'avoir tenté mardi dernier de donner la parole aux femmes, ne serait-ce que par voix d'homme interposée. Je veillerai la prochaine fois à ne citer que des mâles :-)

J’en resterai là car je continue à croire qu’il est des questions plus inquiétantes que la celle de la représentativité parfaitement égalitariste de toutes et tous partout et toujours. Ce blog a raison sur le fond, mais de là à traquer maniaquement la petite bête…

Passez tout de même une belle soirée en songeant qu’une femme est à la tête d’un des plus puissants pays du monde : l’Allemagne. ;-)

Pour conclure, une proposition de réflexion : naître de nos jours n’est-il pas plus que jamais subir un préjudice ?

Le jour viendra peut-être où l’enfant aura de droit de demander des comptes à ses parents s’il s’estime mécontent d’avoir été mis au monde.

Douloureux sujet de méditation…

15. Le 20/01/2012, 19:39 par oui Bwana

A Théophile de Giraud : Oh oui ! Défendre son opinion et surtout ses droits c'est être "hystérique" et "chercher la petite bête" ! Vous avez été si magnanime et l'on ne se prosterne donc pas ? Quel absence de manière ! Ah oui, rien qu'hystérie et névrose, bien sûr ! Et puis les bonnes et les mauvaises féministes...c'est bien connu.
Saviez-vous que vous ne faites qu'appliquer les procédés archi stéréotypés du mâle blanc sexiste de base ? On a envie de répondre "Oui Bwana. Tu as raison, Bwana."

Retournez donc sur votre nuage à la droite de Dieu le père dont vous n'auriez pas du redescendre parce que tant de mesquinerie envers un être aussi supérieur que vous, c'est purement de la lèse-majesté.

16. Le 20/01/2012, 20:18 par Théophile de Giraud

@ Bérénice

Au lieu de vous en prendre à ceux qui défendent votre cause, mais n’apprécient guère être taxés d’anti-féminisme parce qu’ils ont participé à un débat non paritaire tout en y tenant des propos féministes, ferraillez plutôt contre charia4belgium ou le FN.

Gardez votre belle énergie pour lutter contre l’islam ou l’extrême-droite : le sort qu’ils font aux femmes ou aux homosexuels est autrement inquiétant.

Ou mieux : militez pour le droit de l’enfant à ne pas naître dans une société aussi peu paritaire, aussi surpollupeuplée et surtout truffée de gens absurdement hargneux.

Rendons le monde agréable AVANT de l’offrir à nos enfants.

Bonne chance pour votre propre combat,

Théophile de Giraud

17. Le 20/01/2012, 21:23 par Sido

@theophile de giraud
Je vous rejoins au moins sur un point : les femmes sont plus à même, si on leur en laisse le choix, de se limiter à deux enfants. C'est dans les sociétés les plus patriarcales que l'on constate le plus une natalité débridée avec des femmes qui n'en ont pas eu le choix et des hommes qui mesurent leur pouvoir à leur capacité à faire des enfants à leur femme.

Paradoxalement, on attribue dans notre société occidentale le désir d'enfant à un truc de femmes.

Sur le droit des enfants à ne pas naître ou à attaquer leurs parents s'il en sont mécontents, je trouve qu'on est dans la théorie pure. Il n'y aurait plus que les gens éduqués, fortunés, et disposant d'un logement décent qui auraient le droit de faire des gosses ? Encore faudrait il qu'ils fassent preuve de leurs compétences éducatives, non ? Qu'est ce qui vous prouve qu'un enfant riche occidental naissant dans une famille parfaite est plus heureux qu'un enfant pauvre ? Vous en côtoyez des enfants ? Ca apprend le sens de l'essentiel.

J'ai très peur des théories eugénistes. Elles visent à mettre encore la faute sur ces cons de pauvres qui font plein de gosses. Ca évite de se demander ce que nous, les riches, on fait pour régler les problèmes de la planète.

Et si on proposait plutôt aux vieux de ne plus continuer ? Les enfants, croyez moi c'est rudement plus rigolo et porteur d'optimisme que les vieux. Donc pensons y, ça pollue vachement un vieux, et puis ca veut rien changer à la société, c'est tout réac et ça prolifère dans les pays riches.

Faisons un deal avec les pays pauvres : ils promettent d'arrêter de faire des gosses à tout va et dans les pays riches, on bute nos vieux, Passé 70 ans, couic, on évacue. Misère, ça fait buter essentiellement des femmes, encore elles.

@Bérénice
Bien écrit votre message, j'en suis un peu jalouse. Je ne sais que faire des blagues et pratiquer la mauvaise foi.

18. Le 20/01/2012, 21:41 par oui Bwana

Théophile de Giraud : comme vous savez bien envelopper votre : "Dégage si t'es pas contente !" à Berenice !

Oui il y a de meilleures causes Berenice enfin ! Monsieur Théophile de Giraud sait lui quelles sont les bonnes causes qui ne sont pas ici mais ailleurs, loin. Alors que chez nous tout est nickel mais il faut toujours qu'il y ait une chipoteuse pour rouspéter !
Les mécréants tout là-bas qu'est-ce qu'ils sont graves !
Vas-y voir et comme ça tu débarrasseras le plancher pour que les grands zhômes comme lui puissent avoir le champ libre afin d'oeuvrer pour la postérité sans s'em... avec des hystéros.
Le féminisme au masculin (oui c'est mieux quand les mecs s'en occupent du féminisme vu comment que les gonzesses s'y prennent) est en marche. il ne faudrait pas l'arrêter dans son élan, ce serait si dommage !

19. Le 20/01/2012, 23:21 par Berenice

Monsieur,

vous venez sur un site féministe déclarer que la parité est une futilité. A quoi vous attendiez-vous?
Je trouve votre remarque condescendante. Je vous le fait remarquer. Vous m'expliquez que je suis complètement à coté de la plaque mais que le site (ou le féminisme?) est amusant et pertinent.
Vous attaquez la notion de quota, vous attaquez le féminisme... Vous me donnez des leçons sur les bons combats, les causes vraiment justes, vous me donnez des leçons de militantisme (vous feriez mieux de vous occupez du FN...). Vous me traitez d'hystérique.

"Pardonnez-moi d'avoir tenté mardi dernier de donner la parole aux femmes, ne serait-ce que par voix d'homme interposée."
Mais est-ce que vous vous relisez?! Pour donner la parole aux femmes, on fait parler des femmes, de même que pour donner la parole aux noirs, ou aux homosexuels, on fait parler des noirs ou des homosexuels. C'est tout de même incroyable cet ÉNORME BIAIS de la pensée qui vous fait imaginez que si vous parlez des femmes c'est comme si c'était les femmes qui parlaient! On croit rêver!

C'est la différence entre parler de quelqu'un et le laisser parler lui-même! CE N'EST PAS LA MÊME CHOSE!!!!!

Et réclamer la parité, c'est réclamer le droit d'exister, de parler de soi en tant que sujet et ne pas être objet du discours, discours toujours monopolisé par les mêmes qui se vivent comme omniscient à un point tel que quand ils parlent de vous ils s'imaginent que c'est vous qui parlez.

Je ne vous ai pas taxé d'anti-féministe, mais franchement si vous voulez mon avis, c'est bien imité. Dans le sens ou le féminisme et ses combats, sont tour à tour futiles ou amusants et que si on a l'outrecuidance de vous contredire, on est hystérique et hargneuse.

"J'ai de même insisté sur l'importance de défendre partout dans le monde le droit des femmes à l'auto-détermination et à la pleine expression de leur liberté."
Je vous accorde le fait que vous y croyez, mais l'expression de ma liberté passe par la possibilité de critiquez vos propos lorsque je les trouve critiquables.

Quant au fait que vous trouviez qu'il est important de donnez la parole aux femmes (mais par la voix des hommes), je vous ferai remarquez que je suis une femme, que je prends la parole et que la seule chose que vous trouvez à me répondre c'est que je ne l'utilise pas comme il faudrait, que je ne parle pas des bons sujets, que je n'ai pas les bonnes idées et que je ne défends pas les bons combats. Ainsi, j'ai le droit de parler, mais il faudrait que je dise ce que vous attendez de moi, et ce que vous avez envie d'entendre. Permettez-moi de trouver que ma liberté d'expression est tout de même bien délimitée par vos "conseils".

Bref, la seule chose que je vous reprochait, c'est de traiter la parité de futilité, mais au fur et à mesure de votre discours, j'ai bien plus de choses à vous reprocher. Vous prenez les choses très à cœur, je suis désolée que vous ne soyez pas capable de comprendre mon point de vue. Je conçois qu'il est pénible pour un homme qui se considère progressiste et féministe de se faire houspiller par une féministe, car il y a certes bien pire que vous en tant que phallocrate. Mais j'ai le regret de vous annoncer que vous avez les réflexes du macho de base, à savoir, les trucs comme la parité et les quotas c'est futile et si une femme exprime un avis différent c'est qu'elle est hystérique.

C'est moche, ce n'est surement pas la vision que vous avez de vous-même, mais c'est un fait. Donc, un peu de classe, excusez-vous, vous n'en mourrez pas, et essayez de vous mettre à ma place, et de vous imaginez ce que vous ressentiriez, si on vous expliquait que vos combats sont futiles, que vous êtes hystérique, que vous êtes hargneux et que vous feriez mieux de vous intéresser à des chose plus importantes... Vous ne seriez sans doute pas dans les meilleures dispositions envers la personne qui vous tient ce discours. Et vous penseriez sans doute, que c'est un con :)

Bonne chance pour vos combats

20. Le 20/01/2012, 23:44 par Adrak

Cher Denis, 

Vous ne devriez pas évincer l'Inde si vite de vos débats, au prétexte qu'elle n'est pas francophone. L'Inde a aussi son lot d'enjeux contradictoires à régler : croissance démographique, sous-nutrition, production agricole soumise à des catastrophes naturelles, climatiques ou simplement négligée au profit de l'industrie.

Mais l'Inde présente un aspect que n'a pas (encore) l'Afrique francophone : ses infrastructures médicales relativement développées et peu onéreuses. Et les dernières recherches démographiques convergent à démontrer que le "développement" des classes moyennes et supérieures de la société indienne (en termes de revenus, d'éducation et notamment d'éducation des femmes), couplées à cette accessibilité des infrastructures médicales, engendrent une AUGMENTATION de l'extermination des femmes (par un recours massif à l'avortement sélectif, malgré l'interdiction de la détermination du sexe d'un fœtus.)

Bref, l'evolution de différents facteurs qu'on pourrait estimer utiles pour donner une meilleure place à la femme non seulement ne sont pas suffisants, mais en plus se retournent contre les femmes et permettent d'amplifier leur extermination.

Il n'y a aucune raison de penser que ce phénomène inquiétant ne pourrait pas se reproduire dans les pays d'Afrique francophone ou les pays arabes, par exemple, lorsque les infrastructures médicales y seront aussi développées, et accessibles financièrement.

Tout expert prétendant juger de l'evolution de la démographie mondiale dans 40 ans doit forcément butter sur des questions féministes qui n'ont rien d'une querelle d'hystériques futiles.

Puisque vous déplorez le manque de militantes francophones sur les questions de démographie, je vous invite à découvrir une militante indienne sur son blog en anglais, en commençant par exemple par ce billet : http://genderbytes.wordpress.com/20...

21. Le 21/01/2012, 10:14 par ajuga

"donner la parole aux femmes, ne serait-ce que par voix d'homme interposée. "

une fois qu'on a lu cette phrase, est-il bien nécessaire de discuter avec ce monsieur ? ceux qui savent s'occuperont super bien de celles qui ne sont que d'éternelles mineures. Encore est-il bien gentil de venir ici nous informer de son action.

22. Le 21/01/2012, 17:08 par Berenice

@ oui Bwana merci pour le soutien, vous résumez bien mon ressenti ^^ Je ne renie pas votre analyse.

@ Sido, vous vous sous-estimez. Votre commentaire est tout à fait convaincant dans la mesure ou c'est un raisonnement par l'absurde qui se tient. A cela on pourrait rajouter que défendre les droits d'un enfant à ne pas naître revient à défendre les droits d'une personne qui n'existe pas et si l'on suit le raisonnement qui n'existera jamais, on défend donc les droits de "personne" puisque celui qu'on est censé défendre n'existe pas et on défend son droit à ne jamais exister... Par contre, on peut défendre le droit des femmes à mettre au monde ou non des enfants, c'est à dire leur droit à décider elles-mêmes. Ce serait défendre les droits de personnes qui existent, ce qui me parait un peu plus logique. Mais enfin défendre le droit d'un enfant à ne pas naître, c'est en toute logique attenter au droit des femmes à mettre des enfants au monde si elles le souhaitent. Décider pour les femmes si elles auraient le droit de se reproduire ou non. J'espère que ce n'est pas ce que monsieur de Giraud défend, le droit de choisir selon ses propres critères si les femmes sont autorisées à enfanter?
En tout cas, il ne se fait pas honneur dans cette discussion.

@ ajuga, effectivement vous avez sans doute raison, mais j'ai la faiblesse de croire que peut-être, le fait d'être confronté à l'absurdité de sa propre phrase lui provoquera une prise de conscience? L'espoir fait vivre, personnellement c'est tout ce qu'il me reste ^^

23. Le 21/01/2012, 23:51 par olympe

Il y a 2 débats qui se mélangent ici,
* celui sur la natalité ou plutôt la dénatalité. la dessus je n'aurais qu'une chose à dire : les hommes auront réellement voix au chapitre le jour où ils se seront battus pour disposer d'une contraception efficace qui leur soit propre. En attendant ils n'ont le choix qu'entre abandonner le pouvoir de décider aux femmes ou s'abstenir de rapport sexuels avec elles (Bon il y a aussi les préservatifs ). le reste n'est que verbiage de votre part car du coup vous vous trouvez dans l'obligation d'avoir à convaincre les femmes, et si je comprends bien ce n'est pas si facile.

*celui sur la parité, et là je vous trouve aussi quelque peu condescendant. Je ne vois pas en quoi votre viril débat serait plus important que mon blog "amusant et pertinent" dont le sujet est l'égalité hommes/femmes

24. Le 23/01/2012, 23:04 par Thom

Berenice :
Je suis un homme blanc et je crois avoir compris que d'après vous un homme blanc ne doit parler ni pour les femmes, ni pour les noirs... Vive l'égoïsme, on va surement en résoudre des problèmes de cette façon.
Vous vous battez contre votre camp, à grand coup de mauvaise foi.

""Pardonnez-moi d'avoir tenté mardi dernier de donner la parole aux femmes, ne serait-ce que par voix d'homme interposée."
Mais est-ce que vous vous relisez?! Pour donner la parole aux femmes, on fait parler des femmes, de même que pour donner la parole aux noirs, ou aux homosexuels, on fait parler des noirs ou des homosexuels. C'est tout de même incroyable cet ÉNORME BIAIS de la pensée qui vous fait imaginez que si vous parlez des femmes c'est comme si c'était les femmes qui parlaient! On croit rêver!"

"Si vous preniez la peine de vous renseigner avant de déverser votre bile, vous sauriez que j'étais un simple invité à ce débat, de même que Démographie Responsable."

Et vous, lisez-vous ? Il n'est qu'un invité qui a osé défendre des opinions d'un autre sexe (captain obvious, mais des fois il le faut)! Il aurait aussi pu faire son gros macho et oublier totalement l'existence des femmes. Vous auriez peut-être préféré...

N'oubliez jamais que nous n'avons choisi ni notre sexe ni notre couleur de peau. Les cases c'est vous qui les créez en faisant des généralités et en ne voulant voir les points positifs là où ils sont.

25. Le 24/01/2012, 14:52 par oui Bwana

A Thom : refuser l'invitation en demandant qu'on invite plutôt qui de droit (une FEMME), ne l'a donc pas effleuré ? Par honneté intellectuelle, moi si on m'invite pour parler aux noms des bonshommes, je dis : désolée mais je suis une femme.
Lui, non.
Il ne voit même pas une seconde le problème puisque du mâle blanc c'est l'essence de la création divine qui s'exprime, Adam étant à l'origine d'Eve sortie de sa côte comme les scientifiques ont découvert il y a quelques milliers d'années.
Pour un descendant d'Adam, le premier des hommes, parler à la place d'une femme n'usurpe personne, la femme n'étant qu'un morceau d'homme mal foutu (la côte était tordue, d'après les Ecritures).

26. Le 25/01/2012, 17:18 par Thom

Donc le jour où on vous demandera d'aller défendre les SDF, vous n'irez pas parce que vous n'en êtes pas un ?
J'appelle ça du communautarisme.

Personnellement, et encore une fois, je n'ai pas choisit d'avoir un pénis, et vous qui vous battez (à raison de mon point de vue) pour une égalité entre les femmes et les hommes, vous ne pouvez pas m'enfermer, moi ou un autre (ce monsieur qui semble vous soutenir en l'occurrence) dans une case "sexe" que nous n'avons pas choisie. Je ne suis un mâle seulement parce que vous me nommez ainsi, je ne me retrouve nullement dans la définition, et ne ressent pas les autres personnes masculines comme faisant partie d'une quelconque communauté avec moi.
Donc un homme peut parler pour des femmes, tout comme une femme peut parler pour des hommes, à mon avis.

Par contre en effet, il aurait aussi pu refuser. Mais peut-être avait-il des choses à dire en plus, son avis par exemple.

27. Le 25/01/2012, 22:04 par babson

@ thom

On peut effectivement toujours parler au nom de quelqu'un, à supposer que celui-ci ou celle-ci soit d'accord, et puisse s'exprimer également.
Mais quand une communauté ou un groupe d'individus se plaint de ne pas avoir accès à la parole, on se doit de la lui donner, et pas de parler pour lui...
On parle ici d'un débat consacré à "la démographie mondiale et à la place de l’homme sur Terre vers 2050" pendant lequel ne sont intervenus que des hommes...Un débat où une fois de plus les femmes n'ont pas eu accès à la parole.

28. Le 26/01/2012, 02:09 par berenice

@ Thom
Je pense que ce dont je parle vous échappe.
Je vous ferai remarquer que si vous ne vous sentez pas membre du groupe "homme blanc" et que vous ne vous sentez aucune communauté avec cet autre homme blanc Théophile de Giraud, vous avez tout de même une forte tendance à vous précipiter pour faire corps et le soutenir en expliquant que vous ne voyez pas où est le problème, lorsqu'il dit que la parité est une futilité et qu'il est inutile de donner la parole aux femmes puisqu'il est là pour les défendre... Donc les femmes ont parlé, c'est fait, par la voie de ce monsieur.

"Il aurait aussi pu faire son gros macho et oublier totalement l'existence des femmes. Vous auriez peut-être préféré..."
Que dois-je comprendre? Je suis ingrate, déjà qu'on a l'honneur d'être mentionnées, et j'ose me plaindre?

"Donc un homme peut parler pour des femmes, tout comme une femme peut parler pour des hommes, à mon avis."
Pas au mien, selon moi, un homme peut parler des femmes, une femme des hommes, un homme, une femme, des SDF etc à l'infini. Mais les seuls qui sont légitimes pour parler "pour" les autres, ce sont les porte parole, je vous renvoi à la définition :
"Personne s'exprimant au nom d'une autre personne ou d'un groupe"

De plus il n'a pas prétendu parler pour les femmes, il a dit qu'il avait laissé la parole aux femmes, en parlant lui-même!

On peut essayer de se mettre à la place des autres, faire preuve d'empathie, tout ce que vous voudrez, mais on "est" pas les autres.

Laissez-moi vous illustrez le concept. Moi, je dis que Thom ne connait rien aux analyses sur les rapports de domination entre les groupes... et qu'il va dès qu'il le pourra commander "la domination masculine" de Pierre Bourdieu, afin de parfaire son éducation.
Voyez, je vous ai laissé la parole. Et vous l'avez utilisé intelligemment, afin de reconnaitre vos propres limites.

Bien le bonsoir ;)

29. Le 26/01/2012, 05:31 par Théophile de Giraud

@ Bérénice :

Vous avez beaucoup de chance qu’en plus d’être féministe je sois anarchiste : plus d’un(e) vous collerait un procès pour diffamation. ;-)

Mais où donc ai-je prétendu, je vous cite : « que la parité est une futilité et qu'il est inutile de donner la parole aux femmes puisque (je suis) là pour les défendre » ?

J’ai parlé de querelle futile à propos de l’Epididyme d’or décerné au courageux débat organisé par Usbek & Rica, la surpollupopulation nous concernant toutes et tous, bébés compris, même si les sphères de pouvoir la nient ou la tiennent pour négligeable. Nulle part je n’ai dit que la parité était une futilité, mais qu’il était certes ridicule de la vouloir partout et toujours. Désirez-vous vraiment une équipe nationale de football faite pour moitié d’hommes et pour moitié de femmes ? Et pourquoi pas, ceci dit ? Ou un quota paritaire d’éboueurs et d’éboueuses ? Ou de militaires ? Ou de maçon(ne)s ? Encore faudrait-il demander aux femmes, dont vous semblez si miraculeusement tout connaître, si elles en ont envie.

Combien d’entre elles, quant au fameux « plafond de verre » et l’absence de parité dans les « hautes » sphères (cul-de-basse-fosse selon mes valeurs), plutôt que d’être stupidement carriéristes et de singer les mâles dominants dans leur obsession du pouvoir et de l’argent, ne préfèrent-elles pas, et je me reconnais en elles, les richesses de l’amitié, du couple ou de l’implication dans une lutte pour un monde un peu moins moche ?

Pour en revenir à vos inculpations fictives, je précise que j’étais convié à présenter au public mon ouvrage anti-nataliste : aurais-je voulu céder ma place à une femme, pouvez-vous m’en citer une seule qui écrive des essais dans le sens d’un anti-natalisme radical ? Merci d’avance de me faire découvrir cette sœur !

Je vous cite encore : « De plus il n'a pas prétendu parler pour les femmes, il a dit qu'il avait laissé la parole aux femmes, en parlant lui-même ! »

Faux : j’ai dit que j’avais TENTÉ de donner la parole (au sens de « faire entendre la voix de ») aux femmes, c’est-à-dire en les citant, Marguerite Yourcenar en tête, et en insistant à tous crins sur la nécessité de soutenir partout dans le monde la cause féministe.

Bref, vous déformez honteusement mes propos, tantôt les prenez au premier degré, fussent-ils connotés d’humour, tantôt les malaxez, les faites glisser de sens, et toujours les reconstruisez pour assouvir votre misandrie, car c’est de cela qu’il s’agit dans votre cas : d’un racisme anti-mâles primaire, de nature, pardonnez-moi, presque pathologique. Vous ignorez toutes les paroles positives ou les contre-arguments qu’on vous oppose, ou qu’on ose tenter de vous opposer, à seule fin de se défendre quelque peu de vos injustes accusations. Ce n’est pas du dialogue, mais des méthodes de brouillage de sens, de mauvaise foi et d’inculpations imaginaires dignes de régimes totalitaires. Personne en tout cas ne voudrait au pouvoir d’une hargneuse hypocrite telle que vous.

Ainsi reprochez-vous à Thom sa solidarité, alors qu’il ne fait que déplorer votre sexisme, et s’excuse presque d’être un homme, arguant à raison que l’on ne choisit pas son sexe à la naissance, et que, non, tous les mâles ne répondent pas à une définition ou nature unique.

Celle-ci étant nécessairement maléfique selon votre vision paranoïaque et manichéenne des êtres...

Quant à bondir pour défendre une personne de son sexe, fût-elle même nullement attaquée, vous faites figure de championne de saut à la perche.

Vos propos sont un véritable massacre du féminisme : vous ne faites que conforter les pires clichés machistes à l’égard des femmes. Je souhaite pour toutes les amies qui se battent pour les femmes et la reconnaissance de leur valeur par les hommes qu’aucun misogyne ne lise vos billets : vous lui donneriez à rire et bien du grain à moudre. Seriez-vous le pseudonyme de quelque taliban ?

Shame on you.

Demandez-vous enfin si de nos jours le principal obstacle à l’épanouissement des femmes et la plus tenace source de leur aliénation n’est pas la maternité. C’était du moins la féconde hypothèse de Simone de Beauvoir.

Théophile de Giraud
http://nonparents.skynetblogs.be/

30. Le 26/01/2012, 12:57 par berenice

Cher Théophile, pourquoi tant de haine?
Et c'est moi qui suis hargneuse?
Et qu'est-ce donc que cette généralisation, vous qui ne mettez pas les gens dans les cases? Si je dis des propos qui ne vous plaise pas, cela fera du tort à tout le féminisme? Et même, à toutes les femmes? Parce qu'à moi seule, je le/les représente? Et donc je leur fait du tort?

Je vous signale au passage que vous avez atteint le point Godwin, avec le coup des régimes totalitaires.

Je ne prétends pas moi, que je ne défends pas les personnes de mon sexe, cela m'arrive, comme il m'arrive de défendre des personnes de l'autre sexe. Maintenant, j'essaye de défendre celui qui me parait avoir raison et pas forcément celui qui est de mon sexe. Je donne aux idées, qui n'ont pas de sexe selon vous, la prééminence. Autant que faire ce peut. Maintenant, je suis humaine, et je ne suis pas parfaite, contrairement à vous, et il arrive que mes idées aient un sexe.

Je me moque des clichés, je veux pouvoir dire ce qu'il me plait sans qu'un brave féministe vienne me dire que je fais du tort au féminisme, je ne suis pas le féminisme, et si vous donnez du crédit aux idées du féminisme, il serait bien de ne pas l'attaquer à travers moi en prétendant en être...
De même, les femmes se remettront très bien des clichés que je "confirmerai" sur elles, ces clichés existent en dehors de moi, je n'en suis pas la source ou la justification.

Laissez-moi vous donnez un exemple de votre argumentation avec autre chose que le féminisme :
"Monsieur, vous qui êtes juif, sachez que vous êtes hargneux et hypocrite, vous discréditez la lutte contre l'antisémitisme par vos propos et les juifs en général, vous ne faites que confirmez les pires clichés les concernant. De plus sachez que vous utilisez la même rhétorique perverse et hypocrite que le régime nazi (c'est un régime totalitaire non? ). Votre haine pathologique des "gentils" vous égare, moi qui suis un "gentil" et qui me revendique pour la cause des juifs, je vous suggère de vous taire car je suis bien plus à même de défendre comme il le faudrait votre cause en citant Albert Cohen qui lui au moins est un bon juif, plus légitime que vous...

Merci pour l'argument masculiniste qui est que les vrais opprimés sont les hommes car ce sont eux qu'on envoie à la guerre ou qui sont éboueurs, vous avez oublié la non parité en prison qui démontre bien que la société est matriarcale en plus d'être misandre...

Sinon, je vous décerne le prix de l'argumentum ad hominem
http://fr.wikipedia.org/wiki/Argume...
Je vous renvoie aux bases de l'argumentation, lorsqu'on veut s'opposer à un discours, on ne critique pas la source de ce discours, on oppose des arguments. Les votres sont très faibles, il est donc logique que vous en soyez réduit à me dire que je suis hypocrite hargneuse, hystérique, et totalitaire...
Oh, la la, mais comment je vais survivre à toutes ces critiques? Et surtout, comment le féminisme y survivra-t-il? Et les femmes?

Vous avez déjà donné un semblant de réponse, vous êtes là, le champion du bon féminisme, porté par des hommes qui citent Marguerite Yourcenar (que j'adore soit dit en passant) ;)

Merci pour cette leçon de chose, je vais aller méditer sur vos propos d'une grande sagesse et bruler un cierge en espérant conjurer le tort que je fais au féminisme.

31. Le 26/01/2012, 13:00 par Berenice

Cependant, je remarque que les arguments d'autorité que vous m'opposez sont adaptés à mon cas, visiblement pathologique, je vous remercie ainsi de porter à mon attention l'existence de Simone de Beauvoir. Ce nom me dit vaguement quelque chose...

32. Le 26/01/2012, 13:39 par Berenice

je suis fatiguée et j'ai confondu l'argument ad hominem avec l'argument ad personam
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ad_per...
pour ceux qui n'auraient pas vu...
Enfin bref, je retourne à l'église pour mes cierges, j'en rajoute un pour moi cette fois :)

33. Le 26/01/2012, 13:58 par Isa Belette

Passionnant débat, merci Olympe comme souvent de débusquer les informations importantes sur ces assemblées décisionnaires.
Je vois en fait deux dimensions de sexisme à dénoncer sous ce billet (voire même, trois, grâce aux interventions de l’ami Théo).
Effectivement, comme votre billet le dénonce très bien, je trouve scandaleux, pénible, injuste, antidémocratique, antirépublicain, que de grandes assemblées se tiennent sans qu’une seule femme y soit conviée à s’exprimer. Dans tous les domaines ça me révolte. Mais dans une réflexion sur la démographie, c’est encore plus choquant.
Ça c’est le problème de la forme. Malheureusement, la forme ne fait qu’exprimer le fond.
Et là, quand on lit le compte-rendu, vous, les organisateurs et intervenants de ce colloque, vous faites carrément PEUR.
La phrase qui me glace le sang : « En guise de conclusion, Didier Barthès propose de limiter les naissances à deux enfants par femme dans les pays occidentaux. »
1. COMMENT mettre en place une telle mesure ??? Bistouri obligatoire ??
2. POURQUOI cette limitation s’appliquerait-elle uniquement aux femmes ? Les hommes ne procréent donc pas ?

Donc, à la question très très originale de Théo : « Ne craignez-vous pas desservir la cause des femmes en vous engageant dans d’aussi futiles querelles ? », je répondrais non, au contraire, je remercie vivement Olympe (et Bérénice ! Quelle patience, quelle pédagogie..) de pointer du doigt les symptômes des abus du système patriarcal.
Museler une partie de la population, sur des sujets aussi graves, n’est pas anodin. Là en l’occurrence il s’agissait « simplement » d’étudier quelles stratégies mettre en place pour reprendre le contrôle sur la natalité. Ce qui revient, soit à empêcher les femmes d’enfanter, soit à les y obliger. Charmant programme, très progressiste.

34. Le 26/01/2012, 13:58 par Isa Belette

Passionnant débat, merci Olympe comme souvent de débusquer les informations importantes sur ces assemblées décisionnaires.
Je vois en fait deux dimensions de sexisme à dénoncer sous ce billet (voire même, trois, grâce aux interventions de l’ami Théo).
Effectivement, comme votre billet le dénonce très bien, je trouve scandaleux, pénible, injuste, antidémocratique, antirépublicain, que de grandes assemblées se tiennent sans qu’une seule femme y soit conviée à s’exprimer. Dans tous les domaines ça me révolte. Mais dans une réflexion sur la démographie, c’est encore plus choquant.
Ça c’est le problème de la forme. Malheureusement, la forme ne fait qu’exprimer le fond.
Et là, quand on lit le compte-rendu, vous, les organisateurs et intervenants de ce colloque, vous faites carrément PEUR.
La phrase qui me glace le sang : « En guise de conclusion, Didier Barthès propose de limiter les naissances à deux enfants par femme dans les pays occidentaux. »
1. COMMENT mettre en place une telle mesure ??? Bistouri obligatoire ??
2. POURQUOI cette limitation s’appliquerait-elle uniquement aux femmes ? Les hommes ne procréent donc pas ?

Donc, à la question très très originale de Théo : « Ne craignez-vous pas desservir la cause des femmes en vous engageant dans d’aussi futiles querelles ? », je répondrais non, au contraire, je remercie vivement Olympe (et Bérénice ! Quelle patience, quelle pédagogie..) de pointer du doigt les symptômes des abus du système patriarcal.
Museler une partie de la population, sur des sujets aussi graves, n’est pas anodin. Là en l’occurrence il s’agissait « simplement » d’étudier quelles stratégies mettre en place pour reprendre le contrôle sur la natalité. Ce qui revient, soit à empêcher les femmes d’enfanter, soit à les y obliger. Charmant programme, très progressiste.

35. Le 26/01/2012, 14:09 par Isa Belette

double envoi, désolée

36. Le 26/01/2012, 20:17 par Théophile de Giraud

Chère Bérénice, vous adorez Yourcenar !

Je vous pardonne donc la torsion systématique de mon discours par votre mauvaise foi caractérisée, l’obstiné passage sous silence des arguments que j’oppose à vos accusations, le méprisant refus de répondre aux questions que je vous pose de façon constructive, ainsi que vos redondants propos diffamatoires à mon égard.

En guise de poignée de main, 4 citations de cette géniale nullipare :

1. « Dans nos sociétés surpeuplées, et où, pour la majorité des êtres humains, la misère et l’ignorance règnent, je crois préférable d’arrêter une vie à ses débuts que de la laisser se développer dans des conditions indignes. »

2. « Les tensions et les frustrations causées par une démographie incontrôlée préparent les guerres « absolues » de l’avenir… Trop nombreux dans un sac de farine, les charançons s’entre-dévorent. »

3. « Aucune solution n’est viable tant qu’on n’a pas d’abord réglé la question de la démographie. »

4. « C’est par ignorance ou par préjugé sexuel que trop de gens procréent au hasard des enfants qui fourniront des soldats aux guerres futures, et en attendant des clients aux promoteurs. »

MARGUERITE YOURCENAR, « Les yeux ouverts ».

Il s’agirait d’ouvrir les yeux, en effet, et de méditer un peu ces stimulants aphorismes…

Mais vous n’en avez cure : seule vous intéresse la parité, et la culpabilisation des hommes.

Pour rebondir sur votre analogie, oui, je crois que LES PROPOS DES COLONS JUIFS ULTRA-ORTHODOXES RENFORCENT, HÉLAS, L'ANTI-SÉMITISME. En tout cas, tous mes amis juifs en sont consternés. Ne confondez pas féminisme et misandrie : la cause progressiste n'a vraiment pas besoin de ça. En sus de vos bougies, vous offrez du pain béni aux réactionnaires de tout poil.

Quant au point Godwin, êtes-vous assez lucide pour remarquer que vous instruisez toujours à charge et jamais à décharge : où trouve-t-on ce genre de méthodes judiciaires sinon dans les régimes, disons, douteux…

De même, vous êtes la première à vous montrer agressive, à tricher sciemment sur les propos tenus par votre interlocuteur et puis vous vous étonnez que l’on réagisse : un comble ! Toute votre dialectique repose d’ailleurs sur ce jeu de provocation, de mépris de votre contradicteur, puis de victimisation et de cris d’orfraie. Vous vous comportez de manière pathétique, puis vous vous scandalisez que l’on vous trouve pathétique : il est de ces épithètes que l’on mérite, et je vous assure avoir fait preuve de modération à votre égard…

J’ignore votre profession, mais il est clair que vous n’auriez aucune chance de percer le moindre plafond, même de coton, en dialoguant ( ? - le mot est flatteur) de la sorte avec vos collègues. Sans doute osez-vous sur internet ce que personne ne se risquerait à tenter dans la vraie vie : on jurerait un vrai petit mâle frustré déversant sa haine des « pédés et des négros » derrière son pc. Vous me traitâtes de con, n’est-ce pas ? Curieuse injure dans la bouche d’une femme prétendant lutter contre les clichés stigmatisants à l’égard de ses soeurs.

Par chance, votre bile a pour cible les mâles, fussent-ils féministes : usez des mêmes procédés discursifs - insultants, méprisants et diffamatoires - à l’égard d’un interlocuteur de couleur, vous finissez au tribunal.

Pour conclure, si vous désirez vraiment l’amélioration de la condition féminine, N’OUBLIEZ SURTOUT PAS DE VOUS ATTAQUER AUX PARENTS qui inculquent si volontiers à leur progéniture la soumission, le conformisme et la reproduction des stéréotypes sexistes.

Interpellez-vous parfois les mères au sujet de leur complicité active dans l’idéologie et les structures du patriarcat ? Avez-vous le courage d’une Christine Delphy ?

Maintenant, pardonnez-moi : je dois vous quitter. Occupez-vous de taquiner les mâles. Je m’occupe de taquiner les procréateurs et les procréatrices, de façon tout à fait paritaire. ;-)

Enchanté d’avoir fait votre connaissance,

Théophile de Giraud

http://nonparents.skynetblogs.be/

37. Le 27/01/2012, 02:32 par Berenice

Cher théophile,
ô que votre dernier message est laid. Comme c'est dommage.
J'ai essayé, autant que faire ce peut de vous montrer à quel point vous étiez condescendant, à quel point il était pénible pour une femme que les hommes (certains, vous, par exemple) parlent à leur place, réfléchissent à leur place et les sommes de se taire lorsqu'elles ont l'audace de s'en plaindre. J'ai essayé de vous faire voir a quel point vous ignoriez sciemment ce que je vous disais, j'ai essayé de vous dire mettez-vous à ma place, essayez, l'espace d'un instant d'inverser les rôles. Essayez de me traiter comme vous aimeriez que l'on vous traite, avec respect et en accordant de la considération à votre ressenti, à votre discours. Vous n'y voyez que futiles querelles et combats ridicules...
Je vous dis, je n'en peux plus en tant que femme d'entendre encore et encore des hommes parlez à ma place, et vous me répondez, mais quand je parle de vous, c'est vous qui parlez... Je vous écris que ce n'est pas la même chose. Vous me répondez que vous citez Marguerite Yourcenar????
Je vous renvoie ce que vous me dites à la figure, je suis "hargneuse", "hystérique", mes combats sont "futiles" je vous demande ce que vous ressentiriez si l'on vous disait cela, je vous explique que, oui, lorsque vous me dites cela, je ne suis pas dans les meilleures dispositions vous concernant, cela vous étonne? Vous me trouvez bégueule, ou insolente peut-être?
Je vous dit que vous vous comportez comme un con... (Passons la référence à l'injure, je n'ai pas fait la langue française, elle n'est que le reflet de la misogynie de la culture qui l'a créée, c'est effectivement assez triste de penser que la bêtise est symbolisée par le sexe féminin, mais il n'est pas en mon pouvoir d'aller contre, c'est bien dommage). Mais si vous êtes gênés aux entournures par les injures sexiste pourquoi me traitez-vous d'hystérique?

Je me comporte de manière pathétique ^^ je vous renvoie au terme pathos qui n'est sans doute pas ce que vous croyez, et qui a évolué dans ce siècle de cynisme en injure...

Vous présumez parce que je vous critique, que je suis misandre. Est-ce parce que vous concluez de toute critique que l'on vous hait? Et que vous vous sentez représentant de TOUS les hommes? Ainsi vous présumez que je vous hais, et à travers vous, que je hais TOUS les hommes? Un peu mégalo non?
Mais mon cher monsieur, je n'ai jamais eu un sentiment si fort que la haine, il faudrait pour cela que le tort que l'on m'ait fait soit bien grand. J'ai la chance de n'avoir rencontré personne que je puisse haïr. Et j'ai bon espoir que ça dure. Les hommes, tous comme les femmes ne sont pas un bloc monolithique, et j'en ai aimé certains, et j'en aime un en particulier... Et j'en méprise d'autres, et c'est valable pour les femmes aussi. Ne vous inquiétez donc pas tant pour moi, le féminisme ou les femmes.
Je ne suis certes pas Christine Delphy, cependant cela ne m'enlève pas le droit de m'exprimer, (en particulier dans le fil de commentaire d'un blog), vous n'avez vous non plus, pas l'envergure, ni humaine, ni intellectuelle, d'une Christine Delphy, et pourtant vous ne pensez pas une seconde à mettre en doute votre légitimité à vous exprimer, en "donnant la parole aux femmes". Qu'est-ce donc qui vous rendrait si supérieur à moi?
Pour satisfaire votre curiosité, je travail dans le domaine de la psychologie, et tout ce que je vois dans votre discours, c'est de la projection.
Je vous ai diffamé? Et c'est moi qui suis ridicule? Vous me colleriez un procès si vous n'étiez pas anarchiste? Mais cher monsieur, ne vous embarrassez pas de principes limitant, trainez-moi en justice, et voyons ce que cela donnera... :D
Votre rage vous fais perdre tout sens de la mesure si vous ne voyez pas le ridicule de vos propos.
Qui a-t-il de si insupportable dans mon discours que vous fulminiez à ce point et que vous arriviez à court d'injures me concernant?
Ma haine des négro et des pédés? Ah bon? Ai-je ne serait-ce qu'utilisez un vocabulaire aussi ordurier? Je serais bien en peine de toute façon, il n'y a pas d'injures pour les hommes blancs hétérosexuels, cette catégorie de la population qui domine toute les autres, persuadée de sa supériorité et de la légitimité de cette supériorité. Les injures sont justement pour les femmes, les homosexuels et les non blancs : con (comme vous le faisiez si justement remarquer), salope, pute, enculé, négro, pédé, bougnoule, bridé j'en passe et des meilleurs.
Les homosexuels étant les plus haïs de tous, car, des hommes qui sont dans la relation sexuelle à la place des femmes. Pire que des femmes, plus méprisable que les femmes encore! Ces hommes qui ont renié le statut d'homme hétérosexuel, passifs comme des femmes...
Comme je suis féministe, je suppose que vous n'avez pas osez me traiter de lesbophobe, des fois que je serai lesbienne, comme toute féministe hystérique, totalitaire, haineuse et hargneuse qui se respecte. (Manque plus que poilue et mal baisée)

Non mais franchement, remettez-vous, est-ce la première fois que l'on vous cloue le bec? Est-ce que ce qui est insupportable c'est que je sois une femme? Quant aux cris que je pousse, vous avez l'ouïe bien fine pour les entendre depuis votre PC... Mais c'est que je dois être une sacrée hystérique avec une voie très très très aigüe et qui porte extrêmement loin !

Tout le plaisir à été pour moi, Théophile,

Bérénice