Equilibre, performance et sérénité

C'est légal ça ?

SDIT ( Société de diffusion et d'information thérapeutique) est une entreprise qui a pour "vocation de mettre à la disposition de laboratoires pharmaceutiques des réseaux de visiteurs médicaux de haut niveau. Avec une spécificité : ces réseaux sont exclusivement féminins et les 500 attachées (sic) à l'information thérapeutique de la SDIT exercent leur activité à temps partiel choisi. Une solution sur mesure pour réussir vie professionnelle et vie privée "

Quelle sollicitude. Mais je me demande quand même pourquoi ils ne veulent que des femmes .

C'est curieux non de pouvoir invoquer comme argument publicitaire quelque chose qui n'est pas autorisé par la loi ?

Et je sens qu'on va me reprocher de me plaindre pour une fois que les femmes sont favorisées à l'embauche !

Info trouvée sur le blog de Julien Bezolles


Commentaires

1. Le 15/07/2010, 06:35 par Homer

Les patrons sont des mecs.
La femme fait vendre, et attire le client: les femmes se sentent en confiance et les hommes, eux... voient des femmes.
Tout s'explique. Instinct primaire.

2. Le 15/07/2010, 13:53 par Ajuga

Je me demande comment ils font pour embaucher uniquement des femmes sans enfreindre la loi.
Et en plus ils s'en vantent ?
pas glop.

3. Le 16/07/2010, 15:49 par Hypathie

L'article L 123-1 du code du travail s'y oppose formellement. Aucune mention de "sexe" de doit apparaître dans une offre d'emploi, ni aucun visuel suggérant un appel à candidature d'hommes ou de femmes. Or sur la page de recrutement de l'entreprise, le visuel ne montre que des femmes, en plus du texte illégal de l'offre.

4. Le 16/07/2010, 20:10 par pupuce

ah, enfin on s'intéresse à ce qui se passe dans ce qui fut ma branche...
creusez un peu les filles et vous comprendrez pourquoi personne ne dit rien ni à la sdit, ni à d'autres dont certains ont des méthodes de recrutement largement plus discriminatoires d'ailleurs. une de mes amies s'est vue jeter d'un entretien de recrutement au motif qu'elle "n'avait clairement pas le profil". en entretien pourtant son profil était connu au préalable mais ce que son cv n'indiquait pas, c'était son imc...
et c'est encore l'exemple le moins grave de tout ce que j'ai entendu et vécu dans le milieu, les "clients" n'étant pas en reste ("venez de mon côté du bureau que je voie mieux mademoiselle", "allons asseyez vous sur mes genoux vous n'êtes pas confortable, là" et autres tous plus explicites les uns que les autres, le pire étant que certaines collègues y obéissent parce que "c'est le jeu voyons tu veux ta prime ou pas?")
quelques uns ont prétendu assainir tout ça mais sans vraiment y réussir, les clients restant en majorité absolue des hommes et la prestation restant essentiellement "relationnelle"...