Journée sans maquillage

Les magazines Québécois sont curieux, ils ont  organisé pour la seconde fois une journée sans maquillage . 

C'était hier.

Pas si curieux que ça en y réfléchissant, parceque :

- c'est l'occasion pour le ELLE Québec d'expliquer comment briller sans maquillage, car ce n'est pas une journée sans rien sur la figure faut pas exagérer. Conseil aux lectrices  de super magiques crèmes pour ne pas avoir l'air trop fadasses (sous entendu : évidemment sans maquillage on est fadasse).

- de demander l'avis des hommes, puisqu'on fait tout ça pour leur plaire. Et il ne s'en trouve pas un pour dire "je m'en fiche"

- d'interroger des femmes connues sur leur rapport au maquillage, et là il faut reconnaitre que ce diaporama est saisissant

une page facebook est consacrée à l'évènement, il y a quelques voix pour dire "de toute façon je ne me maquille pas souvent" 

Bref, au final j'ai surtout le sentiment qu'une journée sans maquillage c'est d'abord une injonction à se maquiller les 364 autres ! 

Je me demande si ce n'est pas ça le vrai message : une journée sans maquillage c'est bien mais il ne faudrait pas en abuser sous peine de sortir de la norme.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

1. Le 09/06/2011, 11:29 par Laura

"j'ai surtout le sentiment qu'une journée sans maquillage c'est d'abord une injonction à se maquiller les 364 autres ! " tellement bien envoyé ;)

2. Le 09/06/2011, 11:34 par aalia

Je ne suis pas très choquée, il y a bien des journées sans.. qui ne sont pas des injonctions à pratiquer le reste de l'année.
Je me revendique féministe et je me maquille tous les jours, je ne vois pas d'incompatibilité.

3. Le 09/06/2011, 11:37 par Sandra

Je voudrais bine ma maquiller moi, mais le maquillage ne tient pas! Il est vrai que l'on a meilleure mine en étant maquillée. Il faut le reconnaître la maquillage a parfois des effets magiques sur un visage. Se maquiller ou pas, j'avoue que je suis pour un maquillage léger, Mais c'est marrant je ne me suis jamais poser la question de "la norme " sur ce coup là.

4. Le 09/06/2011, 14:22 par Cachou

Mais est-ce que des fois (même toujours pour moi), on ne se maquille pas juste pour se plaire à soi-même? Rares sont les jours où je ne me maquille pas, même quand je ne sors pas de chez moi. C'est une sorte de rituel de (re)prise de contact avec soi, de maîtrise de soi. Comme de se coiffer ou de choisir des vêtements qu'on aime, juste pour se faire plaisir, pas parce qu'on doit se montrer.

Par contre, on ne me fera pas croire que certaines personnes du diaporama ne sont pas maquillées, comme celle à gauche sur les photos ci-dessus par exemple (rousse mais avec des cils incroyablement noirs), ou une autre dont les lèvres brillent un peu trop pour être honnêtes. Serais-je la seule femme au monde a encore avoir des problèmes d'acné une fois l'adolescence passée et/ou des défauts de peau? Est-ce que toutes celles qui travaillent chez Elle arrivent à y échapper? Maquiller discrètement des femmes "non maquillées" pour gommer les défauts, n'est-ce pas se moquer un peu du soi-disant message que l'on tente de faire passer (mais que j'ai encore du mal à saisir pour ma part: il ne faut pas se maquiller pour être soi-même? Le maquillage n'est pas féministe? Autre?)?

5. Le 09/06/2011, 16:10 par Ben voyons

Je suis d'accord, ça manque franchement d’acné dans ces photos, ça manque aussi de gras et de rides. Évidemment, quand on n'a pas les défauts qu'on stigmatise à longueur de pubarticles, on peut se permettre de se faire pendre en photo "au naturel", en chouinant sur le choc nucléaire d'être confrontée à son image brute de décoffrage.
Plus faux-cul, ça doit être difficile à trouver.

6. Le 09/06/2011, 18:04 par Suzanne Helen

Je me suis fait la même réflexion : toutes ces femmes semblent avoir une peau magnifique ! Avec une peau comme la leur, je ne me maquillerai peut-être pas non plus ^^

Moi, si je ne me maquille pas, j'ai la peau grasse, des boutons et des cernes, bref, j'ai l'ai malade !

Même quand je ne sors aps, je me sens beaucoup mieux en voyant mon reflet maquillé !

7. Le 09/06/2011, 18:17 par Zoé

Est-ce que personne ne se dit que c'est à force de se mettre des trucs sur la peau qu'elle devient "horrible"?
Avec l'obsolescence programmée, il ne serait pas étonnant que ces produits soient plutôt fort préjudiciables à la peau sur le long terme, ou en tout cas, entrainent un cercle vicieux (plus j'en mets, plus j'en ai besoin parce qu'en réalité ça abime la peau)...
enfin, j'dis ça, j'dis rien...
et puis, je suis toujours super étonnée, que ce soit dans le débat maquillage ou épilation, de voir à quel point les réflexions sont conformes à l'image des femmes véhiculée dans la pub: une femme ça se maquille et ça s'épile, sinon c'est pas féminin...
là encore, j'dis ça, j'dis rien...

8. Le 09/06/2011, 18:57 par Marie

Pour être honnête, chez moi, c'est plutôt les journées "avec maquillages" que je devrais suivre.
Même si je n'ai pas une peau géniale, je la soigne mais ne me maquille pas ou très peu (un peu de mascara et un coup de crayon pour les yeux tous les 36 du mois). Mais j'ai été tellement traumatisée les rares fois ou j'ai du mettre du fond de teint (plaques rouges, eczéma, etc) que je préfère le laisser au naturel

9. Le 09/06/2011, 19:14 par Cachou

@Zoe: D'après ce que ma gynéco m'a dit, mon acné est due à des hormones, qu'on essaie de contrôler grâce à la pilule (qui a sacrément diminué la chose, mais ne l'a pas complètement anéantie, je fleuris encore à certains moments précis du mois, mais jamais plus d'une fleur à la fois, que j'apprécie de pouvoir camoufler...), non à la poudre que j'utilise pour me maquiller (je déteste le fond de teint, j'essaie encore de comprendre la beauté de la chose). Et je n'ai jamais prétendue qu'une femme qui ne se maquille pas n'est pas féminine. Juste que le maquillage peut être une manière de faire coller notre image à ce qu'on voudrait qu'elle soit, peut-être tout simplement par esthétisme (imposé par l'époque et la société d'une certaine manière certainement, mais comme pour toutes les valeurs esthétiques, littérature, cinéma et musique y compris). Dire qu'une femme se maquille (ou s'épile) parce qu'elle est victime de l'image que la société a des femmes, c'est aussi réducteur que de dire qu'un homme se rase la barbe (ou la laisse pousser quelques jours seulement) pour la même raison. Certain(e)s le font pour ces raisons, d'autres peuvent avoir des motivations différentes. L'important, c'est de ressentir la liberté de pouvoir le faire ou pas et d'agir en fonction de ses envies et pas de celles des autres. Et si j'ai envie de me maquiller, je n'apprécierais pas que les autres me disent que je ne dois pas le faire parce qu'autrement je donne une mauvaise image de la femme indépendante et libérée des contraintes érotico-dominatrices de sa société (je caricature à dessein ^_^).

10. Le 09/06/2011, 21:10 par michelle

Tout à fait débile cette journée sans maquillage comme s'il était inconcevable qu'une femme puisse ne pas se maquiller. Pourquoi en faire tout un plat. C'est vraiment du grand n'importe quoi. A partir de demain, obligation de se maquiller tous les jours sous peine de....de quoi, au fait!

11. Le 10/06/2011, 01:26 par Olympe

Laura merci
Zamia féministe et maquillée ce n'est pas incompatible. Le problème c'est quand celle qui n'est pas maquillée apparaît comme négligée
Sandra regarde autour de toi qui se maquille ou non et tu pourras avoir une idée des normes, qui ne sont pas les mêmes partout et changent aussi avec l'âge
Cachou tu penses Jim y a triche ? Franchement je ne sais pas.
Mais je suis d'accord aussi avec ben voyons ça manque de défauts ou de rides
Suzanne pareil. Je ne me suis pas maquillée pendant des années mais avec le temps et les rides je le fais désormais

12. Le 10/06/2011, 01:33 par Olympe

Zoé, que les crèmes accélère le vieillissement ? Possible . Déjà les égyptiennes de l'antiquité mettaient des produits dont on sait maintenant qu'ils sont dangereux
Marie, la chance !
Cachou c'est surtout que les injonctions sont énormes et ça ne s'arrange pas. Il n'y a qu a voir le botox ou la chirurgie . Il y a 10 ans ça n'existait pas ou presque et désormais du tu as l'air d'avoir ton âge tu as rate ta vie.
Michelle oui

13. Le 10/06/2011, 01:57 par Lilith

Merci pour ton article Olympe, pour le coup, j'adhère complétement.

des commentaires que j'ai lu ici, et pense que les filles qui se maquillent le font pour des raisons qui leurs sont propres et ne sont pas plus fausses que les autres. Il serait donc malvenu que que quelqu'un remette en question leur choix et dicte leur conduite. Donc, je ne voudrais surtout pas juger personne, et il serait bien mal avisé à moi de le faire.

Cependant, votre choix ne doit pas empêcher les femmes de se questionner collectivement sur cette norme - que certaines voient comme une injonction-, de ses conséquences sur la vie de tout les jours de toutes et de ces fondements culturels.

Parce que oui, quand on arrive à un point ou on ne peut plus ouvrir un magazine et trouver une photo non photoshopée, que l'on ne trouve décidément que très peu de femme médiatiques ou actrices qui ne soient pas maquillée, botoxée ou carremment passée à la chirurgie, c'est aussi, en un sens, qu'on refuse de voir le visage des femmes tel qu'il est vraiment, et que par conséquent, que PERSONNE ne pourra se sentir bien en ne correspondant pas à l' idéal promulgué.

Il est difficile de ne pas rentrer dans le moule, mais plus j'y réfléchi, plus je pense qu'il est essentiel de le questionner.

Vous dites que vous maquillez pour être plus belle, mais pourquoi la beauté serait forcément une peau lisse et parfaite? en quoi, les rougeurs, les rides, les petits boutons (comme les poils, comme certaines ont parler d'épilation) seraient quelque chose de honteux et de disgracieux et empêcheraient les gens de vivre, d'être aimé ?
Et puis il y en a qui disent que "le maquillage peut être une manière de faire coller notre image à ce qu'on voudrait qu'elle soit" ou l'idée d'être maitre de soi. C'est certes un peu important d'essayer de contrôler son image, mais pourquoi une convention culturelle - la manière dont on s'habille, on se maquille- est devenu plus qu'un code, mais un élément constitutif de notre identité, caractère, personnalité? autrement dit, pourquoi l'apparence détermine notre identité plus que nos actes?

14. Le 10/06/2011, 07:00 par Cachou

@Olylmpe et Lilith; Par contre, je fais une différence entre le maquillage et le botox. Autant le maquillage ne me paraît pas "contraignant", autant le botox bien. Ce dernier, comme la chirurgie, part d'une démarche corrective et non d'une volonté de modification momentanée pour raison X ou Y, mais surtout demande une forme d'"intrusion" parfois violente (l'opération). Et a pour but avoué (unique? Je ne sais pas, je ne me suis jamais renseignée sur la chose) de modifier l'apparence pour gommer l'âge, comme si on n'avait plus le droit d'avoir l'âge qu'on a. Le maquillage, aussi "doué" qu'il soit, ne peut pas faire ce genre de choses, si?

@Lilith: Parce que notre apparence, c'est la seule chose sur laquelle on peut influer directement (c'est plus facile de se maquiller que d'apprendre à agir correctement envers les autres par exemple). Mais, surtout, c'est la seule chose de nous que l'on peut voir concrètement, qui nous accompagne tous les jours, dont on observe les modifications quotidiennement (qui peut dire "j'ai mieux agis hier qu'avant hier, et je vais essayer de modifier cet aspect-là de ma personnalité?). On veut forcément apprendre à la maîtriser. Mais je pense que ce code a toujours été là, non? En tout cas depuis que l'on a conscience de soi et que l'on peut s'observer... Que ce soit chez les hommes ou chez les femmes d'ailleurs. Parce que les hommes ne sont-ils pas "victimes" de la même manie? S'ils passent leur temps à se raser, n'est pas pour la même raison que nous nous maquillons? Et s'ils se laissent pousser la barbe (meilleur moyen de camouflage qu'un maquillage ou, éventuellement, une opération), ne vont-ils pas égaliser, couper, former cette barbe? Pourquoi? Pour la même raison que nous, nous nous intéressons à notre maquillage je pense. Pour maîtriser leur image.
Dès lors, je ne sais pas s'il faut voir une "évolution négative" de la société et de notre manière de nous percevoir dans le fait d'intégrer l'apparence dans la constitution de l'identité. N'en a-t-elle pas toujours fait partie?

Par contre, là où il faut se poser des questions, c'est quand on assiste à un rejet "sociétal" engendré par une apparence qui n'est pas conventionnelle - selon les normes en vigueur -, et qui empêche de pouvoir avoir une bonne image de soi, qui obsède parce qu'on a beau essayer, on se retrouve stigmatisé par le regard des autres. Cependant, ce rejet ne va pas souvent porter sur le maquillage, il se situe un peu au niveau de l'âge mais bien bien plus au niveau du poids. Là est le véritable problème je trouve, et s'il faut se préoccuper de la question des apparences, il serait plus intéressant et plus pertinent de se demander pourquoi une femme pas forcément moche mais grosse, bien qu'elle soit intelligente et/ou agréable et/ou cultivée, se retrouvera rejetée ou dénigrée alors qu'une femme belle mais odieuse et/ou moins intelligente et/ou ignorante sera appréciée et recherchée... C'est un débat qui m'intéresserait bien plus que celui portant sur le maquillage par exemple, question importance de l'apparence dans notre identité et son caractère prépondérant dans l'appréciation que les gens ont d'eux-mêmes et des autres. Parce que là, oui, la question de l'apparence engendre un vrai mal-être beaucoup plus prononcé que sur la question du "je me maquille/je ne me maquille pas".

15. Le 10/06/2011, 10:17 par Supra shoes

@Olylmpe et Lilith; Par contre, je fais une différence entre le maquillage et le botox. Autant le maquillage ne me paraît pas "contraignant", autant le botox bien. Ce dernier, comme la chirurgie, part d'une démarche corrective et non d'une volonté de modification momentanée pour raison X ou Y, mais surtout demande une forme d'"intrusion" parfois violente (l'opération). Et a pour but avoué (unique? Je ne sais pas, je ne me suis jamais renseignée sur la chose) de modifier l'apparence pour gommer l'âge, comme si on n'avait plus le droit d'avoir l'âge qu'on a. Le maquillage, aussi "doué" qu'il soit, ne peut pas faire ce genre de choses, si?

@Lilith: Parce que notre apparence, c'est la seule chose sur laquelle on peut influer directement (c'est plus facile de se maquiller que d'apprendre à agir correctement envers les autres par exemple). Mais, surtout, c'est la seule chose de nous que l'on peut voir concrètement, qui nous accompagne tous les jours, dont on observe les modifications quotidiennement (qui peut dire "j'ai mieux agis hier qu'avant hier, et je vais essayer de modifier cet aspect-là de ma personnalité?). On veut forcément apprendre à la maîtriser. Mais je pense que ce code a toujours été là, non? En tout cas depuis que l'on a conscience de soi et que l'on peut s'observer... Que ce soit chez les hommes ou chez les femmes d'ailleurs. Parce que les hommes ne sont-ils pas "victimes" de la même manie? S'ils passent leur temps à se raser, n'est pas pour la même raison que nous nous maquillons? Et s'ils se laissent pousser la barbe (meilleur moyen de camouflage qu'un maquillage ou, éventuellement, une opération), ne vont-ils pas égaliser, couper, former cette barbe? Pourquoi? Pour la même raison que nous, nous nous intéressons à notre maquillage je pense. Pour maîtriser leur image.
Dès lors, je ne sais pas s'il faut voir une "évolution négative" de la société et de notre manière de nous percevoir dans le fait d'intégrer l'apparence dans la constitution de l'identité. N'en a-t-elle pas toujours fait partie?

Par contre, là où il faut se poser des questions, c'est quand on assiste à un rejet "sociétal" engendré par une apparence qui n'est pas conventionnelle - selon les normes en vigueur -, et qui empêche de pouvoir avoir une bonne image de soi, qui obsède parce qu'on a beau essayer, on se retrouve stigmatisé par le regard des autres. Cependant, ce rejet ne va pas souvent porter sur le maquillage, il se situe un peu au niveau de l'âge mais bien bien plus au niveau du poids. Là est le véritable problème je trouve, et s'il faut se préoccuper de la question des apparences, il serait plus intéressant et plus pertinent de se demander pourquoi une femme pas forcément moche mais grosse, bien qu'elle soit intelligente et/ou agréable et/ou cultivée, se retrouvera rejetée ou dénigrée alors qu'une femme belle mais odieuse et/ou moins intelligente et/ou ignorante sera appréciée et recherchée... C'est un débat qui m'intéresserait bien plus que celui portant sur le maquillage par exemple, question importance de l'apparence dans notre identité et son caractère prépondérant dans l'appréciation que les gens ont d'eux-mêmes et des autres. Parce que là, oui, la question de l'apparence engendre un vrai mal-être beaucoup plus prononcé que sur la question du "je me maquille/je ne me maquille pas".

16. Le 10/06/2011, 20:48 par la sorcière du logis

Tiens on parle de maquillage et de poil, je ressort mon vieil article sur l'épilation http://sorcieredulogis.blogspot.com...

Pour moi cette journée sans maquillage a quand même quelque chose de positif, c'est de permettre à certaines de s'interroger sur une pratique qui est devenue quotidienne.

Du reste, il me semble que la séduction reposant en partie sur l'apparence, le maquillage est un peu similaire aux plumes d'un paon. Les femmes sont belles, c'est la base de la séduction. C'est la base de la sexualité. Et c'est donc une des choses qui différencie hommes et femmes. Je ne jette pas la pierre à celles qui n'osent plus se montrer sans maquillage. Il est juste bon de remettre le maquillage à la place qu'il mérite : un artifice de séduction, au sens large du terme. Plaire à un interlocuteur, qu'on soit homme ou femme, c'est avoir plus de visibilité, et souvent plus de légitimité.

17. Le 10/06/2011, 22:26 par ajuga

SupraShoes : ne serais-tu pas en pleine généralité ? je connais des femmes grosses qui sont parfaitement acceptées, au moins par les gens qu'elles fréquentent. J'en connais même une qui est agent artistique et qui avant était public relation, donc si elle était rejetée, pas glop !
Quand au maquillage, ma foi ma femme ne s'est jamais maquillée, mes filles non plus, alors j'ai un peu de mal à en parler. Faire ça tous les jours, qu'est-ce que ça doit être chiant !

18. Le 10/06/2011, 22:59 par Cachou

@Ajuga (parce que Suprashoes est un boot qui a simplement copié le commentaire précédent): Et moi je connais une femme grosse qui malgré son bac +5, malgré sa soif de culture et sa curiosité, malgré son contact facile avec les gens, aussi bien ses collègues, ses élèves que ses simples connaissances, malgré le fait qu'elle ne soit pas moche ni désagréable, juste grosse, est toujours (mais toujours) rejetée de toute possibilité de relations amoureuses (non pas parce qu'elle ne s'accepte pas comme elle est comme d'autres lui ont déjà suggéré mais bien parce que les hommes ne l'"envisagent" même pas) et a eu droit depuis son adolescence à des remarques désobligeantes, parfois volontairement, parfois pas, sur son apparence. Maintenant que j'y pense, j'en connais une autre avec plus ou moins le même profil, mais qui n'est pas prof (elle fait cependant un autre boulot "publique"), et qui a le même problème.
J'en entends toujours parler de ces femmes qui ont du poids (mais il faut voir à quel point, parce que si c'est selon la définition d'Elle, elles doivent avoir tout au plus 70 kilos) et qui se font accepter et aimer comme ça, mais je n'en connais pas personnellement.

19. Le 11/06/2011, 11:40 par carole

@ Cachou : même si je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi sur tout, je trouve intéressant le lien que tu fais entre maquillage et maîtrise de soi. Intéressant que la seule chose possible de maîtriser soit son apparence physique (et non ses actions), ou du moins plus importante à maîtriser que ses actions ou son comportement car c'est plus visible aux yeux des autres. Il y a là une décadence des valeurs extraordinaire.

Et peut-être est-ce la raison pour laquelle les gros sont plus stigmatisés que les autres : parce qu'il y a un préjugé tacite qui lie la maîtrise du poids avec la volonté et le contrôle de soi, mais une volonté et un contrôle de soi purement d'apparence (parce que pour être cultivé ou "intelligent", il faut également de la volonté et du contrôle).

Une amie qui tient un club de gym dans une petite ville dans la France profonde (donc pas un milieu sophistiqué, je le signale non par mépris, mais pour dire que cela touche toutes les couches sociales) m'a dit qu'elle voyait revenir des clients (plus de filles que d'hommes, mais des hommes aussi) avec le corps refait chirurgicalement, et que cela se répandait de plus en plus, que la chirurgie esthétique se banalisait : ventre, seins, cuisses, etc., cela alors même qu'en faisant du sport de façon intensive il est possible de se faire le corps que l'on veut (je le sais pour l'avoir essayé). Cette amie mettait le recours à la chirurgie sur la "paresse/l'absence de volonté" des gens qui ne voulaient pas faire l'effort de sculpter leur corps (ça demande quand même une quinzaine d'heures par semaine de sport, en plus du fait de faire attention à ce qu'on mange), et préféraient payer pour avoir le même résultat rapidement et sans s'embêter. Du coup, la maîtrise du corps que l'on voit dans l'apparence n'existe pas vraiment : outre qu'en ce domaine la nature et les conditions de vie y sont pour beaucoup, le ripolin peut rafraîchir la façade en un clin d'œil, en donnant exactement le même résultat qu'un véritable effort de tous les instants. Mais le résultat est là et la croyance en cette maîtrise du corps se propage.

J'ai aimé les photos de ces femmes, parce qu'elles ne sont pas sur le même modèle ; elles ont une vraie individualité. Quand je vois les actrices américaines, j'ai toujours le sentiment qu'elles sont interchangeables : il n'y à qu'à changer de perruque et l'une devient l'autre. Très rares sont celles qui paraissent singulières, dont on a l'impression qu'elles ont une vraie personnalité. Le clou étant Lady Gaga : c'est le mannequin abstrait que l'on ne pourrait reconnaître sans son costume de bouffon. La dépersonnalisation la plus poussée, avec une repersonnalisation par le costume. L'idéal de notre époque ?

20. Le 12/06/2011, 19:36 par Laratapinhata

Je ne me maquille jamais...
Chez biocop, une démonstratrice essayait de me convaincre , que j'avais la peau sèche, que je pourrais améliorer mon aspect... et j'ai pris tout ça à la rigolade, en disant que sil elle me trouvait moche, elle n'avait pas vu mon mari, qui l'était bien plus que moi... Elle a alors interpelé ma fille, en lui demandant si elle n'aimerait pas une maman un peu plus....

21. Le 22/06/2011, 11:15 par Clmnc

/mode anecdotique "on", mais qui me semble confirmer le côté hypocrite de l'opération/
C'est peut-être journée sans maquillage, mais ce n'est pas journée sans retouche : à celles qui se désespèrent devant la belle peau de ces femmes sans maquillage, sachez que les lumières des séances photos et les retouches en post-production (je ne parle pas forcément de grosses retouches comme changer une physionomie ou effacer une acné envahissante, juste de jouer sur la luminosité et la balance des couleurs) magnifient le teint... Donc pas de complexe. /voilà, j'arrête ce commentaire anecdotique/