L'essentiel en 140 caractères #micro twittclash

L'autre soir Juan m'a fait passer un lien sur twitter indiquant qu'un groupe de travail composé de 22 parlementaires allait plancher sur la réforme de la fiscalité du patrimoine. Juan a remarqué qu'il n'y avait qu'une seule femme (je crois que j'ai contaminé une bonne partie de la blogosphère avec ma manie de décompter toujours le nombre de femmes). J'en ai d'ailleurs fait l'épididyme du mois
Autheuil (Autheuil blogueur brillent) qui passait par là a ainsi commenté le tweet de Juan :"Petit bout de la lorgnette"

Le lendemain soir (sur twitter on peut reprendre à tout moment une conversation commencée la veille) nous avons réagi et Autheuil nous  a répondu : "je doit être vieux jeu mais je persiste a croire que la politique doit avant tout chercher a être efficace"  

Evelafée (qui ne semble pas être une blogueuse) a alors pris la conversation en cours "c'est ce genre de reflexion qui a conduit à la création de mouvements uniquement féministe il y avait toujours un moment où les luttes des femmes devaient céder la place à la grande cause commune"

Autheuil a surenchérit :"la politique a pour rôle de gérer la société, pas s'accomplir les rêves idéologiques de certains" puis ""luttes" c'est un luxe qu'on peut se payer quand tout va bien" " tu peux te permettre de rêver quand le présent est bien géré. Mais attention a ne pas casser le présent pour des rêves "

et pour finir même Maitre Eolas, que je ne savais pas intéressé par le féminisme, s'en est mêlé :"La critique féministe présente un intérêt certain même si on n'adhère pas au combat. Elle appuie où ça fait mal".

Autheuil : "tout analyser par ce biais, pour moi c'est non. Ça ne veut pas dire que ce soit pas parfois pertinent, mais pas de systématique"

et sauf si j'ai raté quelque chose la conversation s'est arrétée là .

C'est une anectode sans importance, mais elle est significative de la difficulté des femmes à se faire entendre, parcequ'on finit toujours pas nous objecter que le plus important est d'être efficace et qu'on fait perdre du temps à ces messieurs avec ce qu'ils n'hésitent pas à traiter de futilités ou d'utopie. J'ai du mal à croire qu'Autheuil ne sache pas que la forme détermine le fond et qu'en ne se préoccupant pas de la composition des instances de pouvoir on se prive de la vision de la moitié de la population. 

Il va me rétorquer que la plupart des femmes ne s'intéressent pas à la politique .D'ailleurs aujourd'hui encore, à l'occasion de cette tempête blogosphérique que constitue l'invitation à l'Elysée de représentants du net uniquement masculins, on a pu lire ici ou là beaucoup de commentaires méprisants à propos des blogs féminins qui ne parlent que chiffons, cuisine ou bébés et jamais de choses importantes. 

Hormis le fait que ce n'est pas l'exacte vérité, je trouverais intéressant que les femmes arrêtent durant quelques jours de s'occuper de la cuisine et des bébés et de toutes ces petites activité jugées sans importance .  Il me semble que ça permettrait de remettre en place les priorités et de se demander qui regarde par le petit bout de la lorgnette et où se situe l'efficacité.

Claudine Monteil dans "Mémoires d'une jeune fille rebelle" raconte comment en 1968 elle a rejoint des groupes de femmes et comment l'un de ses amis s'en est indigné "Qu'est ce que tu fais là dedans ? Ces féministes sont des hystériques. Elles ne sont pas intéressées par la révolution ; tu sais pourtant très bien qu'il faut d'abord faire la révolution et alors seulement la vie des femmes pourra être améliorée". 

Mes avis qu'elles ont bien fait de ne pas attendre la révolution, parceque si Autheuil est un blogueur qui se revendique à droite, le machisme est universel.

Et j'adore ce slogan de 68 : "Prolétaires de tous les pays qui lave vos chaussettes ?".

Commentaires

1. Le 15/12/2010, 17:38 par gael

arf bon d'accord la pub fakir n'était pas d'un goût certain...

tout à fait d'accord par ailleurs, la place des femmes dans notre (nos) sociétés n'est pas encore un combat gagné.

2. Le 15/12/2010, 17:45 par Pamina

Bonjour Olympe, -merci à Twitter de m'avoir menée jusqu'ici, pour témoigner, depuis l'autre côté de la frontière (la part wallonne de la future ex-Belgique) de l'utilité de ce débat et combat. Un blog politique féminin? exotique, voyons... étonnant même.... peut-être surréel. Et pire encore: pour un portail féminin, aussi!
A quand une fédération des blogueuses-twitteuses-nonchiffonieres (ou alors, pas exclusivement)?

3. Le 15/12/2010, 18:39 par Kalista

Autheuil a l'air (j'interprète avec le peu que je lis ici, ce n'est sans doute pas complet) de faire comme la plupart des gens que je connais, il refuse de croire que le système patriarcal gangrène chaque aspect de notre société. Dire que "tu vois le mal partout" à une féministe évite de remettre en cause beaucoup de choses, c'est moins fatigant et plus sécurisant.

"Il va me rétorquer que la plupart des femmes ne s'intéressent pas à la politique " : je dirais que la plupart des femmes n'osent pas exprimer leurs opinions politiques de peur qu'elles paraissent niaises ou ne soient pas prises au sérieux. C'est évidemment plus facile d'en conclure que les femmes ne s'intéressent pas à la politique que de prendre sur soi pour respecter leur parole.

"on a pu lire ici ou là beaucoup de commentaires méprisants à propos des blogs féminins qui ne parlent que chiffons, cuisine ou bébés et jamais de choses importantes" : il faudrait surtout arrêter de parler de blogs "féminins" au sujet de blogs tenus par des femmes. Un blog qui parle de politique, c'est un blog politique, qu'il soit tenu par un homme ou une femme. Un blog écrit par une femme s'adressant aux femmes en abordant des sujets qu'on lit plutôt dans Marie-Claire, c'est un blog féminin. On devrait pouvoir trouver des blogs masculins aussi, avec des bagnoles, des ordis... Ca doit être rare, néanmoins, la culture du journal intime, peut-être ?

"je trouverais intéressant que les femmes arrêtent durant quelques jours de s'occuper de la cuisine et des bébés et de toutes ces petites activité jugées sans importance" : une grève des activités domestiques ? ce serait marrant, en effet ! :-D

@Pamina "A quand une fédération des blogueuses-twitteuses-nonchiffonieres (ou alors, pas exclusivement)?" j'en rêve ! si quelqu'un lance quelque chose comme ça, j'adhèrerai immédiatement !

4. Le 15/12/2010, 19:02 par phypa

Il faudrait peut-être préciser ce qu'on entend par "politique" : s'il s'agit des commentaires navrants de médiocrité sur "machin à dit" "et alors truc est candidat", effectivement les femmes ont trop de choses efficaces à FAIRE pour s'en préoccuper.
En effet les réunions au sommet où le but ultime est de savoir "qui a la plus grosse" nous ennuient.( et c'est monnaie courrante dans les entreprises, où effectivement nous ne progressons guère)
Quant à bébé et chiffons ; expliquez moi que ce n'est pas essentiel ?
Par temps de neige, il est fortement conseillé d'avoir les bons "chiffons".(:-))
Quel avenir peut avoir une humanité qui n'a ni temps ni argent à consacrer à ses enfants ??
Car on peut faire toutes les théories hautement politiques de la terre, c'est aussi par l'éducation de nos enfants que nous avons le pouvoir de changer un certain (dés)ordre social.
Et n'en déplaise à nos théoriciens pédago - éduco - penseurs : le plus efficace en matière d'éducation, c'est de passer du temps avec nos enfants, de leur apporter une structure mentale stable par la répétition partagée des petites choses du quotitien.
La femme est l'avenir de l'homme, et ce n'est pas un rêve , les pays en développement ne sortent du marasme que lorsque les femmes y accèdent à l'éducation.
M'ENFIN !!!

5. Le 15/12/2010, 19:34 par doudette

Je pense qu'on peut être une femme qui travaille, qui prend des décisions, qui n'est pas un frein ni un poids pour l'homme qui dirige, avoir des idées politiques et sociales ET parler de nounou, d'enfants et... même de chien. C'est ce que j'essaye de faire sur mon blog (et je ne suis pas invitée à l'Elysée mais Jegoun m'a invitée à Matignon, ce qui - en soi - est un exploit ;) ).

6. Le 15/12/2010, 20:25 par pimo

Certes Autheuil dit qu'il faut chercher l'efficacité. J'ai envie de vous raconter ce que j'ai remarqué, car instinctivement je traque tout ce qui peut me déranger en tant que femme.
Voici une petite décennie que je vis dans le sud où j'ai fini ma carrière et pris ma retraite. Assez rapidement nous avons pris l'habitude d'acheter le journal le dimanche seulement. Un jour mes yeux sont tombés sur les pages nécrologiques , je lis sans lire (ne connaissant personne dans la région) mais je vois quelque chose de choquant à savoir :
Une petite annonce, très simple où Monsieur Jean TRUCMUCHE a la douleur de faire part du décès de son épouse Mme Jean TRUCMUCHE. (suivi de l'heure des obsèques). C'était très simple mais j'ai eu la nausée. Depuis, de tps en tps j'essaie de repérer. Malheureusement j'ai déjà vu quelques annonces ainsi libellées ! Le plus souvent un effort est fait, l'annonce du nom est suivie en tout petit de née ...suivi du nom de jeune fille. Une annonce analogue il y a une quinzaine : un faire part sur 2 colonnes, un nombre impressionnant de parents de la défunte, le mari en tête Mr X de Machin de la Chose (on était dans l'aristocratie) et le nom de l'épouse décédée Mme X de Machin de la Chose (écriture en bien gras) et dessous , tout petit en italique le prénom et le nom de jeune fille.
Mon intervention peut paraitre bizarre, mais j'ai réalisé que même dans la mort, la femme, la mère, n'a pas toujours droit à son identité propre.
Mon regrêt : de n'avoir pas découpé toutes ces annonces, mais je traque toujours, systématiquement. Et je me demande comment l'employé du journal ne pense pas à faire modifier ce genre d'annonce en le faisant remarquer à la personne qui passe commande. Ce n'est probablement que de la bêtise et non une intention délibérée, mais en 2010 il y a de quoi être interloqué.

7. Le 15/12/2010, 20:48 par Makenco

Bonjour à tous,
J'adore la photo où le pauvre superman à l'air désemparé :)

@Kalista, selon toi parler Bébé, biberon, essuyage de fesses, cuisine, et épilation sont réservé aux filles ? Et les bagnoles, le bricolage n'intéresse que les mecs ? Je ne suis pas sur d'avoir compris.

Pour revenir sur le point de la discutions difficile entre les hommes et les femmes. Je pense que cela s'explique assez facilement par notre éducation. On reproduit machinalement ce qu'on a appris de nos parents. Papa part travailler, d'ailleurs il fait plus d'heure que maman et gagne plus. Il à le dernier mots, sait ce qui est le plus important. Maman elle préfère de vernir les pieds. J'exagère je crois pas tant que ça. On nous apprends que les femmes sont plus rêveuses et les hommes les pieds bien sur terre. Pas étonnant donc que le dialogue soit plus difficile. Les femmes sont plus timides à exprimer ce qu'elles penses et les hommes sont plus "agressifs" envers les femmes. Ils est hors de question qu'un homme est tord face à une femme. Et je pense que c'est "gravé" dans la tête des femmes comme des hommes.

Ce qui est étrange en fin de compte et que je m'explique pas, c'est que de plus en plus de femme voient une différence anormale (notamment dans la divisions des tâches ménagères) et l'expriment mais qu'en contre partie elle n'arrive pas à obliger les hommes à participer. La divisions des tâches ça se résume souvent à : lui qui fait la cuisine et elle tout le reste. Et c'est déjà pas trop mal. Moi je dis quelle égalité !

8. Le 15/12/2010, 21:33 par Passant

Soyez cohérentes : ne votez plus jamais ni pour des hommes, ni pour des potiches.

D'ici là, wtf

9. Le 15/12/2010, 21:52 par claudine monteil

Chère Olympe, Oui, heureusement que nous n'avons pas attendu la révolution, nous attendrions encore... Bravo pour votre site, très tonique! Amitiés féministes, Claudine Monteil

10. Le 15/12/2010, 21:52 par claudine monteil

Chère Olympe, Oui, heureusement que nous n'avons pas attendu la révolution, nous attendrions encore... Bravo pour votre site, très tonique! Amitiés féministes, Claudine Monteil

11. Le 15/12/2010, 22:00 par Lilite

Oui la réponse de Mr Autheuil est consternante et dans la logique ultralibérale, ou chaque crise ou choc (guerre, crise économique..) est utilisé pour réduire nos acquis sociaux : retraite, salaires et donc bien sur égalité hommes/femmes.
Il faut rappeler qu'une société a besoin de toutes les compétences et tout les talents pour se relever, et une société basée sur les discriminations n'est pas efficace car ne choisit pas forcément les personnes les plus compétentes mais les plus dans la norme (cad les hommes blancs pas trop vieux).
Il faut bien sur rejeter en bloc ce discours, car il nous mène droit dans le mur!

12. Le 16/12/2010, 07:36 par Kalista

@ Makenko : Ce que je veux dire, c'est qu'il y a des sujets qu'on classe généralement dans la case "féminins" et des sujets classe "masculins". Il suffit de voir la presse ! Je n'ai jamais dit que c'était normal, ni que c'était naturel. Comme toi, je suis certaine que c'est l'éducation qui nous influence dans nos choix. Ca veut dire aussi que nous sommes tous libre d'y échapper, si nous prenons le temps de prendre un peu de recul sur nous-mêmes. Il n'y a pas d'obligation ni d'interdiction, juste des pressions sociales.
Le fond de ma pensée est que, même si certaines souhaitent tenir des blogs traitant de sujets dits féminins, rien ne devrait empêcher les lecteurs de considérer qu'il existe des femmes tenant des blogs, disons, généralistes.
Me suis-je mieux faite comprendre ? :-)

13. Le 16/12/2010, 09:59 par Merome

Je me considère comme raisonnablement féministe, mais une chose me dérange souvent dans les propos des féministes que je croise sur le web, c'est une forme de radicalisation/généralisation qui est aussi bête que du machisme.
L'autre jour, je lisais sur un blog féministe une critique d'un discours anticapitaliste/décroissant qui parlait de la valorisation souhaitable des travaux domestiques aujourd'hui ignorés de l'économie. Et l'auteur du discours avait commis l'erreur d'associer ça à "femme au foyer", en gros, je me rappelle plus des détails.
L'auteure du blog féministe concluait donc en faisant une bonne grosse généralisation sur l'ensemble des mouvements anticapitalistes et décroissants, comme s'ils n'avaient aucune considération pour les femmes. À mon sens, c'était un simple abus de langage, à dénoncer, mais sans généralisation.

Il me semble souvent voir dans le combat féministe (pourtant légitime) des abus de ce genre qui le discrédite.

Sur le diner de Sarko, cela ne me choque pas qu'il n'y ait pas de femmes. Je n'y vois pas une "volonté" de prendre que des hommes. Je ne sais pas sur quels critères le choix a été fait, mais je doute que ce soit consciemment ou inconsciemment le sexe qui ait prédominé. Si Maitre Eolas avait été une femme, il aurait été invité de la même façon.

14. Le 16/12/2010, 10:41 par Aude nectar

Cette réunion est un bon reflet de notre société, pourtant j'avais le sentiment que ça avançait, un peu, mais finalement tous les gens influents ou considérés comme tels restent des hommes. Il faut du temps, une technologie aussi pour que l'homme puisse porter aussi nos bébés, et...et...

15. Le 16/12/2010, 12:50 par ajuga

Je ne vois rien d'étonnant à la réaction d'Autheuil. Avez-vous lu les articles sur Frèche ? ce mec, que perso je n'aurais pas aimé avoir comme ami, est l'exemple typique du dicton : "la fin justifie les moyens" : on peut être un salaud, un macho, mépriser les femmes, les noirs, les ... enfin tout le monde quoi, tenir n'importe quel discours pour garder le pouvoir, marcher sur tout ce qui vous sépare du but, si on est efficace, c'est parfait.
Or dans ce genre de conduite, les hommes ont des siècles d'entrainement, et donc toutes les chances d'être bien meilleur que les femmes. à de rare exceptions près. Mais bon, Margaret Thatcher n'est pas vraiment mon héroïne préférée.

16. Le 16/12/2010, 13:25 par Kits

L'éternel refrain des "causes plus englobantes" (donc plus importantes). Une antienne reprise à droite comme à gauche.

Certain(e)s devraient se plonger dans le féminisme pour les nul(le)s !
http://finallyfeminism101.wordpress...

Voir notamment cette entrée : http://finallyfeminism101.wordpress...

17. Le 16/12/2010, 16:35 par Snödroppe/Sophie

mmmm...les blogs féminins...c'est un peu ce qui m'a agacée avec cette histoire de récompenses de la part du journal ELLE...leurs catégories de blogs dits féminins s'élargissent un peu, mais leur tout premier classement [il y a quoi, un an? deux ans?] m'avait fait bondir...Elles ne nous aident pas ces catégories...
[je l'ai évoqué là : http://fenetre-ovale.over-blog.com/... ]

18. Le 16/12/2010, 17:41 par GdeC

"Prolétaires de tous les pays qui lave vos chaussettes ?".

ma machine à laver...

19. Le 16/12/2010, 17:41 par GdeC

"Prolétaires de tous les pays qui lave vos chaussettes ?".

ma machine à laver...

20. Le 16/12/2010, 19:50 par pat

n'étant pas prolétaire je lave aussi mes chsussettes moi même , je cuisine etc....ce qui me permet d'être serein vis a vis des femmes et de les laisser parler...
ça doit être terrible de vivre en passant son temps a compter les points entre deux "camps"
Peu d'hommes s'y amusent et pourtant il y a de quoi faire dans l'autre sens aussi mais ce n'est pas politiquement correct.
J'étais feministe en 1968, en 1974 en 1993 et maintenant je ne le suis plus du tout j'ai payé le prix fort et je jette l'éponge. J'ai décidé de ne plus être sexiste. Les hommes méritent aussi le respect et un minimum d'attention.

21. Le 16/12/2010, 20:41 par L

"je trouverais intéressant que les femmes arrêtent durant quelques jours de s'occuper de la cuisine et des bébés et de toutes ces petites activité jugées sans importance"

C'est dingue comme les féministes (en grande partie) ne peuvent s'empêcher de dédaigner le travail des mères au foyer. C'est un travail admirable et épanouissant qui devrait être encouragé plutôt que minimisé.

22. Le 16/12/2010, 21:14 par Zoé

@ L: euh, c'était justement pour ça qu'on trouverait ça intéressant que les femmes s'arrêtent de faire ces tâches : pour montrer l'importance que ça a dans la société... ;-)

23. Le 17/12/2010, 10:50 par YGG

A la fin des fins on se prive tout simplement des talents de la moitié de la population: la parité stricte et réelle est un objectif prioritaire! (certaines entreprises ont commencé des actions de compensation du déficit de carrière pour les femmes... on avance!).

24. Le 17/12/2010, 16:15 par thaliane

@L s'occuper de la cuisine et des bébés, je t'assure que les femmes pas au foyer le font aussi ! C'est assez rare d'avoir une cuisinière à domicile de nos jours...

Aucune féministe ne dit que ces tâches sont dégradantes. En revanche, les féministes soulignent qu'elles sont décrites comme mineures par la société masculine ET qu'elles sont un travail gratuit réalisé par les femmes pour les hommes dans bien des cas.
D'ailleurs, Olympe ne dit pas autre chose : ce sont ces monsieurs qui considèrent ces sujets comme peu importants. Si les femmes arrêtaient de les faire, ils prendraient peut-être conscience à quel point elles sont essentielles. Largement plus essentielles que de débattre Lopssi ou légalité de la GAV (sujets qui, pourtant, me passionnent mais dont objectivement on ne peut considérer qu'ils ont autant d'impact sur la vie des gens que le fait ou non de manger...)

25. Le 22/12/2010, 19:37 par Obsédé Textuel

"je trouverais intéressant que les femmes arrêtent durant quelques jours de s'occuper de la cuisine et des bébés et de toutes ces petites activité jugées sans importance "

Excellent !
Développez, argumentez, assénez, militez pour vos spécificités, là où vous êtes imbattables.
Rien ne sert de chialer ou de se battre contre les hommes. C'est vain.
Mais plutôt valorisez à fond là où la femme est essentielle, irremplaçable, sans concurrence. Vous avez devant vous un immense espace à exploiter.

26. Le 23/12/2010, 13:47 par raf_emma

je pense (j'espère!) que les femmes s'interressent de plus en plus à la politique...
mais un énorme paradoxe persiste : les femmes considèrent et traitent leurs hommes comme des petits garçons puis font majoritairement confiance à..........des hommes pour les gouverner!!
et sinon par rapport à l'utopie de la lutte féministe, je ne suis pas sure que face à des discriminations ethniques, ces mêmes personnes se permettraient de parler de confort. c'est pourtant strictement la même chose.