J'ai lu avec intérêt ce petit opuscule de Ouishare, l'un de ces nombreux mouvements qui oeuvrent pour l'émergence d'une société plus collaborative. On en pense ce que l'on veut mais on ne peut ignorer ce foisonnement d'idées et d'initiatives.

Je voudrais ici revenir sur quelques réflexions du texte introductif, pas de rapport apparent avec le sujet hommes/femmes, mais je trouve qu'il y en a un.

Enfant, l'auteur a pris conscience à l'occasion d'un entrainement sportif, qu'il n'avait pas l'esprit de compétition et se sentait mal avec l'idée de devoir  écraser son adversaire comme le lui enjoignaient les adultes présents.

Il s'interroge depuis. D'où nous vient cette idée que l'humain serait universellement guidé par l'avidité, l'égoïsme et la passion de dominer ?

D'où nous vient  ce jugement négatif sur la nature humaine dont il découlerait   que  "sans la menace de se retrouver à la rue et d'y mourir de faim, et sans la carotte que constitue pour tout un chacun 3 yachts, 12 villas et un compte aux Caïmans, personne ne ferait rien " ?

Selon lui c'est du côté de la pensée libérale qu'il faut chercher. Elle qui postule qu'il faut compter sur la somme des égoïsmes individuels pour atteindre le bien commun, et  que les acteurs économiques se comportent de façon rationelle guidés par leur intérêt propre. 

Hobbes, fût l'un des premiers rompt avec la vision d'Aristote qui définissait l'homme (avec un petit h) comme un animal politique, naturellement social. Car, selon lui, et à l'inverse de ce que pense Aristote l'homme, à l'état naturel, vit dans un état de précarité permanent qui l'oblige à assurer sa survie par tous les moyens. Dans cette optique "la société n'est plus envisagée comme un prolongement de l'humanité, mais au contraire, comme une réaction contre ses tendances naturelles" . Sans une société organisée nous nous entre-tuerions.

L'un des corollaire important de ce postulat est que la hiérarchie est la seule chose qui nous sépare du chaos.

Or, si aujourd'hui les hiérarchies sont censées être  méritocratiques, et non plus héréditaires, elles n'en restent pas moins fondées sur une contradiction. En effet, certains  doivent surmonter leurs bas instincts pour se constituer en élites éclairées, capables de guider la collectivité. mais en même temps ils doivent être suffisamment compétitifs pour emporter la lutte acharnée vers le sommet des pyramides. 

Comment être à la fois coopératifs et compétitifs ?

Cela est contradictoire et notre système aboutit à ce que "nous obéissions à ceux qui savent suivre les penchants que tous les autres sont censés réprimer : égoïsme, course aux honneurs et aux distinctions, avidité, sens de la compétition,"

Une vision très critique donc et l'objet du livre est d'explorer comment, grâce notamment à Internet, la collaboration peut prendre le pas.

Le rapport avec l'égalité des sexes ?

Il est dans notre vision du monde et de la compétition.

On sait que la socialisation des fillettes les entraîne beaucoup moins à la compétition et à l'affrontement direct que celle des garçons. Que c'est l'une des raisons qui les limitent ensuite dans leurs progressions hiérarchiques, puisqu'elles  sont mal à l'aise avec l'idée de devoir battre des adversaires.

On sait également, et je ne suis pas dans le stéréotype en disant cela, car de nombreuses études le démontrent, que hommes et femmes n'utilisent pas les mêmes systèmes de valeur. Les femmes se définissent plus souvent dans un contexte de relations humaines et se jugent plus en fonction de leurs capacités à prendre soin des autres.

J'avais déja abordé ces sujets dans un billet de 2012 "Les femmes sont elles plus morales que les hommes ?' qui était le titre d'un dossier de la Philosophie Magazine.

La question aujourd'hui est de savoir comment redonner de la valeur à des comportements qui soient autre chose que de la compétition alors qu'une prime , de fait, est donné, à celui qui joue ce jeu là.