"La femme à sa juste place d’égérie de la République"

Heureusement, il y en a qui malgré le soleil qui donne envie de flemmarder restent actives, très actives.

A l'occasion des journées du Patrimoine 20 femmes du groupe d’action féministe La Barbe ont investi ce matin l’Assemblée nationale, puis le Conseil constitutionnel, profitant de  l’ouverture au grand public de ces viriles institutions lors des Journées européennes du patrimoine.

Huit d'entre elles sont ainsi apparues sur le perchoir de l’hémicycle de l’Assemblée Nationale, dont une oratrice barbue qui fit appel ironiquement à la résistance à la "féminisation" du pouvoir législatif français :

« En ce jour de célébration du Patrimoine, nous nous alarmons des dangers de la loi pour la Parité. Non ! La femme n’est pas un homme politique !

Malgré la résistance farouche de nombreux partis politiques, cette loi a déjà permis à trop de femmes de siéger à l’Assemblée !"

Cette action Ô combien sacrilège (des femmes, non élues, barbues qui plus est, prenant la parole dans l'hémicycle) s’est reproduit quelques heures plus tard au Conseil constitutionnel qui organisait avec la participation du musée du timbre et de la poste  une exposition sur le thème: « Marianne, une femme affranchie ».

Belle occasion pour les barbues de remettre, avec la solennité qu’il se doit, une décoration à Monsieur Jean-Louis Debré, Président du Conseil constitutionnel, à l’effigie de la Marianne du célèbre timbre, mais affublée d’une barbe, attribut semble-t-il nécessaire à l’exercice de toute fonction de pouvoir au sein de la République Française :

 « Nous vous félicitons pour l’organisation de cette exposition qui remet la femme à sa juste place d’égérie de la République, tandis que les pouvoirs restent entre les mains viriles de nos grands hommes d’Etat.. Vive le patrimoine  ».

Et Jean-Louis Debré de répondre un joyeux : « Vive vous ! »

Les membres de la Barbe rappellent que les hommes représentent seulement 82 % des députés, 78 % des sénateurs, 80 % des membres du Conseil constitutionnel et 82% des ministres.   

La vidéo de l'action et des photos bientôt sur le site : www.labarbelabarbe.org

(Communiqué de la Barbe)

Commentaires

1. Le 19/09/2009, 21:51 par Lledelwin

"Mariane, une femme affranchie" ? Dans ce contexte, c'est grinçant. Savent-ils, veulent-ils se rappeller, qu'une affranchie, c'est aussi un euphémisme pour désigner une prostituée qui travaille hors maison close, au bon vieux temps des bordels ?

2. Le 19/09/2009, 23:11 par frieda l'écuyère

A chaque fois que tu évoques la Barbe, je souris d'aise. Et ce Debré, il est trop fort, décidément.

3. Le 20/09/2009, 14:42 par babelouest

Si nous en étions aux cercles de décisions, comme les avait rêvés Michel Bakounine, ce genre de polémique aurait-il un sens ? Des cercles d'une trentaine de personnes, correspondant à une cellule de base. Les décisions s'y prendraient à la majorité des présent(e)s, si celles-ci impliquaient plus de personnes un(e) délégué(e) élu pour cette seule fois porterait la décision du cercle dans un cercle supérieur, et ainsi de suite. Plus de politiciens professionnels. Un très bon système, où ne seraient frustrés que les avides de pouvoir. Des hommes, le plus souvent.

4. Le 20/09/2009, 18:05 par olympe

DG, attention bientôt il vous faudra cacher votre collection complète de Tintin.

Lledelwin dans affranchie en tout cas il y a effectivment l'idée d'avoir été précédemment esclave

Frieda, achète toi une fausse barbe et mlets là sur la Marianne de ta mairie

dwormiller, je trouve que ce groupe est d'une efficacité redoutable. certainement ce qu'il y a de plus efficace en matière de féminisme en ce moment, et avec de faibles moyens.

Babelouest, ciel ! Bakounine et sont utopie. outre le fait que je suis d'accord avec DG je n'ai pas souvenir que la place des femmes était meilleure chez lui qu'ailleurs. JAMAIS aucun mouvement révolutionnaire n'a réellement envisagée l'égalité des sexes.

5. Le 21/09/2009, 08:32 par babelouest

Ah chère Olympe, "JAMAIS aucun mouvement révolutionnaire n'a réellement envisagé l'égalité des sexes."

Mais justement, il faut s'inspirer des idées des anciens, en les améliorant. Au XIXe, les femmes n'avaient pas la place qu'elles occupent aujourd'hui. C'est à nous, femmes et hommes de bonne volonté, de mettre sur pied des lendemains qui chantent, et où tous aient la chance de s'épanouir.

Penser global, agir local. Faire que n'existent plus de postes pratiquement inamovibles, voire héréditaires, voilà une perspective intéressante. Cela obligera à composer une Société moins complexe, et ce n'est certainement pas pour déplaire aux femmes républicaines. L'égalité entre tous serait considérablement améliorée, tout en préservant une liberté dont il faut bien admettre qu'actuellement elle est terriblement malmenée.

Après tout, un mieux sur ces questions concerne tout de même cinquante pour cent du genre humain, non ? Mais si je vous ennuie, n'hésitez surtout pas à me le signifier : je me retirerai sur la pointe des pieds...

6. Le 28/09/2009, 22:11 par Juntos

Ce groupe d'action montre que l'humour bien utilisé peut être très efficace pour faire passer des messages.