La honte doit changer de camp : chronique de Caroline Fourest

A écouter  ICI

Que des choses très justes :

-  2% à peine des agresseurs  sont condamnés. Les bourreaux s'en sortent et les victimes culpabilisent

- peu importe que vous soyez riche ou pauvre, blanche ou noire du moment que vous êtes une femme vous êtes une cible potentielle et vous le savez.

- il faut être une femme pour ressentir cette peur, légère mais toujours présente lorsque vous marchez dans une rue et que le jour cède à la nuit. Le bruit des pas derrière vous sonne comme une alerte et ce risque permanent vous conditionne.

- modifier le regard que l'on porte sur les corps pour que le rapport sexuel cesse de valoriser  celui des hommes tout en dévalorisant celui des femmes

- le viol est une arme culturelle faconnée par des siècles d'incitation à la domination

- trop de femmes sont tombées au champ de ce qu'on appelle encore le déshonneur


Commentaires

1. Le 23/11/2010, 11:41 par Salomé

Encore une excellente chronique signée Caroline Fourest...elle me bluffe cette meuf :)

2. Le 23/11/2010, 14:17 par Suzanne

- 2% à peine des agresseurs sont condamnés.

On ne retrouve pas ce chiffre concernant les viols signalés, objets de plainte.

Quand on dit viol, on pense à ce qui est évoqué plus haut. L'inconnu qui vous saute dessus. Ce n'est pas comme ça pour la majorité des viols!
La moitié des plaintes pour violences sexuelles concerne DES ENFANTS DE MOINS DE QUINZE ANS, dans leur famille ou leur environnement proche.

3. Le 23/11/2010, 20:08 par Cyril

La guerre des sexes n'aura pas lieu: féminismes et masculinités
(Re)penser le masculin pour repenser le féminisme!

http://regardscroises.over-blog.fr/...

4. Le 23/11/2010, 20:08 par Cyril

La guerre des sexes n'aura pas lieu: féminismes et masculinités
(Re)penser le masculin pour repenser le féminisme!

http://regardscroises.over-blog.fr/...

5. Le 23/11/2010, 20:08 par Cyril

La guerre des sexes n'aura pas lieu: féminismes et masculinités
(Re)penser le masculin pour repenser le féminisme!

http://regardscroises.over-blog.fr/...

6. Le 23/11/2010, 22:09 par Héloïse

"le viol est une arme culturelle faconnée par des siècles d'incitation à la domination"

Ca fait du bien d'entendre ça (et le tout le reste) sur des ondes. Depuis qu'on nous fait croire que le viol est mû par une pulsion sexuelle irrépressible.

7. Le 23/11/2010, 23:00 par Vallenain

Oui, enfin, il n'y a pas besoin d'être une femme il me semble pour avoir une légère crainte des bruit de pas quand on marche seul la nuit dans un ruelle peu fréquentée... M'est avis qu'il y a même plus de cas de racket que de viol...

Mais je ne défendrais pas le viol, bien entendu

8. Le 24/11/2010, 09:41 par olympe

franchement vallenain :(( le racket est un délit le viol un crime. osez comparer les 2...

9. Le 24/11/2010, 10:30 par Obsédé Textuel

"Le viol est un crime"
Absolument.
Et il convient de rester vigilant.
Toutefois je n'ai entendu Mme Fourest s'exprimer là où le viol n'est pas un crime, là où il est courant, banal, encouragé même:
-dans le monde de l'islam, en France.
Dans ce monde-là il y a des femmes tout aussi dignes d'intérêt.

Les associations féministes aussi se montrent très discrètes...
Complaisance ?

10. Le 24/11/2010, 12:36 par Obsédé Textuel

Bonjour Emelire
Connaissez vous la fondation Anna Lindt ?
Celle-ci oeuvrant pour la promotion de l'islam radical se soucie très peu de la cause des femmes. (euphémisme)
Ah j'oubliais.
Fourest en est un membre éminent et travaille pour eux, d'où son association fréquente avec Tarik Ramadan, vous savez, le chantre de la lapidation des femmes.

http://www.ripostelaique.com/Le-tou...

Renseignez vous avant de donner votre coeur inconsidérément !

11. Le 24/11/2010, 13:22 par Léna

Je ne sais pas où vous avez vu que Fourest et Ramadan sont fréquemment associés, personnellement, je les ai souvent vus opposés (et de façon assez virulente)

12. Le 24/11/2010, 14:31 par Obsédé Textuel

Bonjour Léna
Opposition de façade seulement.
Un bon vieux reste d'esprit critique me permet de regarder les talk shows d'un oeil différent.
Avant tout c'est du spectacle !
Vieille technique inventée par les labos de dialectique du KGB... On y fait semblant de "combattre" tous les extrémismes en renvoyant dos à dos toutes les religions pour mieux faire passer la pilule de l'islam radical et gommer ainsi son danger mortel pour notre civilisation.
A commencer par les valeurs féminines.

N'ont-ils pas écrit un bouquin ensemble ?
On juge l'arbre à ses fruits.
Bien cordialement

13. Le 24/11/2010, 15:07 par olympe

c'est vraiment pénible ça, il y a des sujets qui dégénèrent systématiquement, même quand on n'en parle pas. Cette chronique de Caroline Fourest est fine et intelligente. et ça me suffit.

14. Le 24/11/2010, 15:40 par sandrine

@obsede textuel :
vous êtes hors sujet. Dénoncer le viol PARTOUT, c'est ce que fait fourest et surtout la campagne ! et surtout là où on n'en parle jamais, c'est à dire dans la sphère de proximité. Le lieu de prédilection du viol c'est l'entourage de la victime dans 6 cas sur 10 elle connait son agresseur.
(pas de terrain de prédilection sauf peut être quand il est en plus une arme de guerre de destruction massive (congo, nankin,...). En Irak,le principal danger pour une soldate c'est de se faire violer par un soldat de son camp.
Et il n'y a pas plus farouche opposante de Ramadan que fourest ! elle a écrit un livre SUR lui (pas avec lui) pour dénoncer son double discours !

15. Le 24/11/2010, 22:33 par pat

"le viol est une arme culturelle faconnée par des siècles d'incitation à la domination"
je pense que ce n'est pas vrai, le viol ce n'est pas une arme culturelle, c'est un déviance individuelle qui peut être favorisée dans certains contextes.

16. Le 26/11/2010, 16:46 par luc nemeth

pat est-ce trop vous demander que de vous relire ?
1) on s'étonne d'avoir à vous rappeler que le viol a été et continue d'être pratiqué par des armées en campagne dont les soldats n'étaient pas, hélas, considérés comme des : "déviants". Quant à nier sa composante culturelle, cad. le fait que les intéressés se comportent conformément au rôle admis pour un soldat en temps de guerre : c'est un peu léger de se contenter de l'euphémisme "favorisé par certains contextes", comme vous le faites...
2) en ce qui concerne les viols commis en temps de paix, la médecine a plus à en dire, mais ils ne sont pas tous commis "sous l'emprise d'une force à laquelle l'accusé n'a pu résister" etc. -il y a aussi des violeurs de sang froid. Le chiffre de 60% de victimes connaissant le violeur n'a d'égal (et de supérieur) que celui de... 80% de violeurs connaissant la victime : cela n'exclut pas l'existence de troubles, bien sûr, mais là encore cela va plutôt dans le sens de la préméditation, que dans celui de l'accès soudain.
3) au cas où ce serait la formulation "le viol est une arme culturelle faconnée par des siècles d'incitation à la domination" qui vous arrête : trouvez-en une qui soit meilleure. Mais un simple regard sur les programmes TV de ce siècle (pas besoin de vous reporter aux siècles précédents) devrait vous convaincre de l'existence de cette idéologie, qui est celle des violeurs de sang-froid, et au nom de laquelle une femme c'est "fait" pour être violée.

17. Le 26/11/2010, 19:00 par pat

Pas besoin de me relire je sais de quoi je parle, si on fait abstraction des dogmes et qu'on s'intéresse a la sexualité masculine, (ce qui ne me semble pas fréquent en ces lieux) on s'aperçoit qu'elle est très fragile chez la plupart des individus, et que violer une femme n'est pas la portée de tous; loin de là (et tant mieux) . Il faut franchir pas mal de barrières qui peuvent peut l'être pour certains dans un contexte particulier et surement aidé par l'alcool ou une drogue quelconque. Croyez vous qu'un soldat au combat soit un homme normal, croyez vous qu'il ne faille pas être gravement manipulé et poussé pour aller exposer sa vie et tuer pour des prétextes le plus souvent idiots?
Le viol culturel c'est une invention d'idéologue.
Quant a celle qui rêvent de démolir un mec parce qu'il a un regard déplaisant ou une main trop leste c'est a peu près aussi défendable que dans l'autre sens quand un type frappe une femme parce qu'elle lui a déplu. Je suis tout a fait certain que dans 99;9 % des cas trois mots bien placés suffisent, et quand ça ne suffit pas alors la oui vous êtes en légitime défense ce qui vous autorise a répondre a l'attaque par des coups.

18. Le 29/11/2010, 14:53 par luc

(@pat) ... les victimes qui tomberaient sur votre commentaire seront sans doute enchantées d'apprendre qu'elles ne doivent s'en prendre qu'à elles-mêmes et que dans 99, 9% des cas, "trois mots bien placés" auraient suffi !
Mais moi : je n'ai que faire de votre psycho, Pat.

19. Le 29/11/2010, 22:59 par pat

Luc, savez vous ce que je pense de vos interprétations?
C'est vachement facile de prêcher le recueillement sur les victimes et d'accuser l'autre de choses qu'il n'a pas dites ni pensé pour justifier des thèses bidon; ça porte un nom.
Il y a des violeurs et il y a aussi des types ordinaires qui sont un peu lourds en certaines circonstances et ce n'est pas tout a fait la même chose. Relisez donc la définition du viol.

20. Le 03/12/2010, 18:28 par carole

Bof bof. Je préfère largement les propos de Virginie Despentes sur le viol dans King Kong theory. C'est à la fois beaucoup plus radical et à la fois beaucoup plus porteur d'espoir. Fourest est d'un conformisme qui repose toujours sur des bons sentiments et de fausses évidences. Son discours est manichéen, elle n'est jamais subtile. Elle avance avec ses gros sabots, une machine à écraser toute idée un peu différente des siennes. Sa dénonciation du viol est tellement vaine, tellement creuse qu'elle me semble être un marronnier, une étape obligée. Non pas que le viol ne doive pas être dénoncé, évidemment. Mais bon... que Fourest s'empare de ce sujet, c'est un peu... comme un viol.

21. Le 11/12/2010, 12:52 par luc nemeth

(@pat, du lundi 29 novembre 2010 à 22:59) je m'aperçois que non content d'être venu mépriser les victimes vous vous êtes à la fin offert le luxe de vous poser vous-même en... victime, sur le thème du c'est-vachement-facile-d'accuser-l'autre de choses qu'il n'a pas dites ni pensées. J'espère bien sûr ne pas vous avoir causé de traumatisme trop grave. Quoi qu'il en soit, commencez par vous relire.