La marche des salopes . Slutwalk

Un mouvement Slutwalk : "la marche des salopes" est né au Canada et semble se développer puisqu'après une 1ere manifestation a Toronto qui a réuni 3000 personnes  2000 ont défilé à Boston , les prochaines sont prévues à Londres et Montréal. (infos en Anglais ici)

Au départ les propos d'un représentant du service de police de Toronto qui a déclaré que "les femmes gagneraient à ne pas s'habiller en salope afin d'éviter de se faire agresser".

La réaction s'est organisé sur les réseau sociaux.

Qui en est à l'origine ? je n'ai pas trouvé. Il semblerait (c'est au conditionnel) que les mouvements des travailleurs du sexe y aient pris une part active.

On trouve sur le site féministe canadien Cybersolidaires un manifeste de la Slutwalk traduit en français. Il s'agit de ne plus accepter que les victimes de viols soient considérées comme responsables et de casser le mythe de "la salope qui l'a cherché". Sur l'utilisation du mot "Slut" l'explication est la suivante, et c'était déja celle qui faisait qu'en 1971 les signataires du Manifeste des 343 l'avaient repris à leur compte après que Charlie Hebdo leur ait attribué ce nom .

"Historiquement, le terme "salope" a porté une connotation surtout négative. Cette désignation vise celles et ceux qui sont sexuellement actifs, que ce soit par plaisir ou par travail, et ce sont majoritairement les femmes qui ont souffert du fardeau de cette étiquette. Qu'il soit utilisé comme une critique sévère à l'égard du caractère d'une personne ou comme une banale insulte, l'intention derrière ce mot est toujours de blesser. Voilà donc pourquoi nous le réclamons. "Salope" est maintenant réapproprié."

Evidemment cela fait débat au motif que "les femmes doivent descendre dans la rue contre la violence, non pas pour le droit d'être appelées salopes".

Personnellement j'avais été plutôt choquée par le titre de Libé qui traitait de salopes des femmes ayant signé un manifeste pour l'égalité. Renseignements pris le terme était bien une initiative du journal et non pas celle d'Osez le féminisme qui avait lancé la pétition et j'y avais donc juste vu l’occasion pour Libé de faire titre particulièrement racoleur.

En même temps ces défilés rencontrent un succès certain, et rappellent les mouvements des féministes ukrainiennes qui elles aussi défilent en petites tenues. D'après les photos les participantes sont jeunes.

Néo féminisme ? Manipulation ?

En tout cas c'est un phénomène qu'on ne peut pas ignorer .

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

1. Le 14/05/2011, 20:43 par michelle

Dans le cas du manifeste des 343 salopes, le terme "salope" était utilisé par dérision face aux opposants (dessin de Cabu dans charlie hebdo). Peut-être, libé l'a-t-il utilisé dans le même sens. Il est vrai qu'il s'agit de provocation mais pourquoi pas s'il s'agit de se faire entendre.

2. Le 15/05/2011, 07:23 par Bombay Magic

Entierement d'accord avec le fait qu'il faille lutter sur, "elle l'a bien cherche". La fois ou m'est arrive l'incident le plus traumatisant sexuellement pour moi - allez, je le dis parce que la honte n'est pas pour moi, la fois ou un malade m'a ejacule dessus dans le metro, j'avais 18 ans et j'ai pleure toutes les larmes de mon corps apres - cette fois-la, j'etais habillee comme une veritable bonne soeur, polo, jupe mi mollet, rien d'aguicheur.

Je pense que les hommes qui veulent degrader les femmes le feront quelle que soit la tenue vestimentaire de celles-ci.
Je constate aussi que les pays ou les femmes s'habillent de la maniere la plus libre, la plus legere, sont aussi les pays ou il y a le plus d'egalite et ou elles sont les plus respectees.

Donc, les slutwalks, je suis pour. Je me demande si ca ne ferait pas du bien aussi, ici... (Bien que quand je pense a ces milliers de regards masculins curieux et m'a t on dit frustres qui se fixent sur vous des que vous devoilez un bout de chair dans la rue, je ne suis pas entierement certaine que le pays soit pres)

3. Le 16/05/2011, 23:31 par Morgane

@Bombay Magic: une marche des salopes (la première d'Europe) est organisée par l'association Étudions Gayment le Dimanche 22 Mai à 14 heures (place de la Bastille).
Tu peux trouver toutes les infos ici:
https://www.facebook.com/event.php?...

4. Le 17/05/2011, 02:28 par Sisyphe

Ces marches ne sont pas des manifestations de libération des femmes, dans certains cas, elles ressemblent au contraire à l'appropriation des travers de la culture patriarcale. Voici quelques critiques:

"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
http://sisyphe.org/spip.php?article...

Pourquoi je ne participerai pas à la ‘Slutwalk’ - L’ultime "salope"
http://sisyphe.org/spip.php?article...

5. Le 17/05/2011, 10:36 par Bombay Magic

Comme Michele, ce terme de salope me fait penser au manifeste pour l'avortement. En revanche, meme si c'est la traduction acceptee, je trouve que ca ne correspond pas exactement au terme de "slut". Slut, c'est uniquement sexuel, c'est une fille "promiscuous" comme on dit en anglais, facile... Je l'aurais plutot traduit par "trainee", mais c'est vrai que la marche des trainees :-)
Sysiphe je suis allee lire vos textes. Je comprends votre point de vue, mais je pense que c'est important d'affirmer notre droit au respect et a l'integrite quelque soit notre "tenue".
Je l'ai dit plus haut, et c'est empirique, mais en Inde, ou coexistent tant de "communautes", j'ai l'impression que plus les communautes accordent de la liberte vestimentaire aux femmes, moins il y a d'inegalite. L'autre extreme, c'est de recouvrir la femme jusqu'a la faire disparaitre, et seulement la elle aurait droit au respect

6. Le 17/05/2011, 12:22 par rob

c'est incroyable que existe cet type de violence!

7. Le 17/05/2011, 16:52 par Sisyphe

Bombay Magic, vous écrivez: «Sysiphe je suis allee lire vos textes. Je comprends votre point de vue, mais je pense que c'est important d'affirmer notre droit au respect et a l'integrite quelque soit notre "tenue".»

Si vous avez bien lu les articles, c'est précisément ce que font les auteures: affirmer notre droit au respect et à l'intégrité. Mais elles disent qu'il n'est pas nécessaire de renier les féministes et de s'approprier le langage grossier et méprisant de la culture masculine sexiste envers les femmes pour y arriver. Elles estiment qu'on fait plutôt le jeu de ceux qui méprisent les femmes en les traitant de "salopes". De plus, il est significatif que des groupes pro-prostitution décident d'organiser aussi ce genre de marche à leur profit. On n'est plus du tout dans le sens original de ces marches qui dénonçaient la violence faite aux femmes et les préjugés selon lesquels elles ont couru après par leur tenue vestimentaire. Les groupes pro-prostitution veulent faire accepter "salopes" à de toutes autres fins. Lisez en particulier le texte de Rebecca Mott, une ex-prostituée. Ce n'est pas en essayant de s'identifier toutes à des prostituées que les femmes vont sensibiliser la population à la violence. Lisez aussi ce Meghan Murphy des hommes qui appuient la "sultwalk" de Toronto. Ils continuent d'employer le mot "salopes" dans le sens que les homems l'ont toujours employé et sont ravis que des femmes les rejoignent sur ce terrain. Ont-ils vraiment été sensibilisé par cette marche aux préjugés à 'égard des femmes violées ou autrement agressées?

Dans l'actualité politique, on commence à entendre toutes sortes de rumeurs sur la présumée victime de Dominic Strauss-Kahn et ça ne fait que commencer. Le soupçon pèsera sur elle bientôt qu'elle a pu provoquer, être consentante, peut-être une "traînée". Et ce n'est pas parce qu'elles se seront qualifiées de "salopes" dans les rues de New York ou de Boston que les femmes auraient contribué à détourner les soupçons qui pèseront sur cette jeune femme ni sur toute victime d'agression sexuelle actuelle ou future.

8. Le 17/05/2011, 18:40 par Bombay Magic

@Sysiphe, oui j'ai bien lu ce texte, et je pressens (enfin, je dois a peine commencer a imaginer) la douleur du parcours de cette femme.
Mais je ne vois pas dans cette demarche une identification a la prostituee. Quand je mets (enfin, mettais) une mini jupe, et un decollete, ce n'etait pas par identification au monde de la prostitution, juste par plaisir d'etre libre de me decouvrir...
Mais peut etre n'ai je rien compris...

9. Le 18/05/2011, 05:13 par Manu

A lire pour ceux/celles que ca interesse, le discours (en anglais) de Jaclyn Friedman a la marche des salopes de Boston. Il explique tres bien la demarche:

http://mcr.ihollaback.org/2011/05/1...