La moustache est-elle une preuve d'expérience ?

Le sérieux, l'autorité sont du coté du masculin.

L'expérience le serait-elle aussi ?  Un bel exemple de la façon dont les stéréotypes guident notre vision du monde.

trouvé ICI 

Commentaires

1. Le 31/01/2012, 22:18 par magot

https://fbcdn-sphotos-a.akamaihd.ne...

2. Le 31/01/2012, 23:56 par la sorcière

-_- rohhhh magot...

Moi j'aime bien, mais pour une autre raison, j'ai une moustache que j’affectionne particulièrement ^^

OK, je sors ->

3. Le 01/02/2012, 01:37 par magot

J'ai fréquenté une nuit de charmantes moustachues, j'en garde un souvenir que l'on peut dire ému... ;-p

4. Le 01/02/2012, 09:45 par Bombay Magic

D'un autre côté, c'était une façon simple de la vieillir ... On lui aurait dessiné une paire de gros seins, ça aurait fait désordre ....

5. Le 01/02/2012, 09:45 par Bombay Magic

D'un autre côté, c'était une façon simple de la vieillir ... On lui aurait dessiné une paire de gros seins, ça aurait fait désordre ....

6. Le 01/02/2012, 09:45 par Bombay Magic

D'un autre côté, c'était une façon simple de la vieillir ... On lui aurait dessiné une paire de gros seins, ça aurait fait désordre ....

7. Le 01/02/2012, 09:45 par Bombay Magic

D'un autre côté, c'était une façon simple de la vieillir ... On lui aurait dessiné une paire de gros seins, ça aurait fait désordre ....

8. Le 01/02/2012, 23:01 par Berenice

Alors, pour mes cheveux qui poussent tout le temps j'étais au courant, par contre, le fait que mes seins allaient continuer à grossir....
J'sais pas les miens doivent être un peu paresseux, en mode pause, pour se rattraper plus tard peut-être :p

9. Le 02/02/2012, 06:45 par Bombay Magic

@Berenice: j'avais mal regardé l'affiche, je pensais que la gamine avait 12 ans (et donc pré-pubère) :-). Ceci étant, les seins, on peut jamais savoir, une grossesse, une ménopause, on peut passer du 75 B au 100 E et vice versa

10. Le 02/02/2012, 23:48 par Berenice

^^
Ouais, perso je grossis plus des fesses, je prends un peu dans les seins mais bon, il y a comme un tropisme du gras pour mon derrière. Du coup j'évite.

11. Le 03/02/2012, 15:17 par Cécile

Je me permets de réagir ici car je n'ai pas trouvé comment réagir sous le billet concerné, mais vos propos dans l'article "Mannequin aux formes généreuses" n'étaient pas des plus ouverts. Pour valoriser un corps de femme ronde, y a t il nécessairement besoin de dévaloriser celui des femmes moins épaisses? Ce blog prône la tolérance, mais vous même ne faites preuve d'aucune tolérance, ni à l'égard des femmes maigres, ni à l'égard des véritables anorexiques.
N'avez-vous pas remarqué que la photo originale ne faisait référence qu'à l'IMC, donc une simple question de poids, et non de maladie, alors que vous parlez, en y mettant les pieds avec de gros sabots, d'anorexie. Savez-vous que l'anorexie n'est pas qu'une question de poids, mais que c'est une véritable maladie mentale? Comment se réclamer de la tolérance et de l'ouverture d'esprit lorsqu'on dénigre les femmes du fait de leur aspect physique d'une part, et juge une maladie sans la connaitre d'autre part?
Votre billet m'a heurtée, et il est, je trouve, tout à fait significatif de l'impossible entente entre les femmes qui, si elles se réclament combattives, continuent de se dénigrer les unes les autres car chacune ne fait pas le poids idéal que les autres voudraient qu'elle fasse.

Me concernant j'ai toujours été maigre de nature, mais j'ai malheureusement vécu également l'anorexie de façon très grave suite à un choc psychologique. Et je peux vous assurez que les deux n'ont rien de comparable, et ceci de manière absolue. Alors vos raccourcis sur les mannequins anorexiques alors que vous ne savez rien d'elles, ce jugement sur une femme à partir de son seul poids, est-ce vraiment intelligent, surtout sur un blog féministe?
J'ai aujourd'hui retrouvé mon poids normal, mais je suis et resterai un petit gabarit car ceci est ma corpulence de base. J'ai désormais un physique de mannequin (et pour répondre à un commentaire, oui on peut être maigre sans cellulite), et je n'ai jamais aucun problème pour plaire aux hommes avec ma taille 34 et mes bras frêles.
Vous voulez décomplexer les rondes en complexant les maigres. Je ne suis pas certaines que, malgré toutes les bonnes intentions que vous souhaitez vous donner, vous soyez finalement si bien attentionnée à l'égard de la Femme, celle qui se questionne sur son apparence, et ceci quelle que soit sa corpulence.

12. Le 03/02/2012, 17:19 par Bigmama

@Cécile: je me trompe peut-être, mais je ne crois pas du tout que le billet d'Olympe cherche à complexer les maigres pour décomplexer les rondes.
"Tout ce qui contribue à dénoncer la mode des mannequins anorexiques ne peut qu'être positif." dit-elle. Le billet évoque, me semble-t-il, des jeunes femmes qui souffrent beaucoup pour atteindre un physique idéalisé... (et qui, dans le cas des mannequins, leur permettra de trouver du travail.)
Et puis le thème est surtout celui d'un physique de ronde bien ferme et bien lisse, idéalisé lui aussi.
Le titre de l'illustration ne parlait pas que d'IMC, mais remarquait que l'IMC de certains mannequins frôle les critères de l'anorexie. Et c'est ça qui est inquiétant, car je suis d'accord avec vous, c'est une vraie maladie, et une vraie saloperie de maladie qui plus est.

13. Le 03/02/2012, 21:26 par Rachel

Ballet moustache: http://nonjesuispasdindesuperficiel...

14. Le 03/02/2012, 21:26 par Rachel

Ballet moustache: http://nonjesuispasdindesuperficiel...

15. Le 04/02/2012, 15:38 par Berenice

@ Cecile
Je pense en effet que la critique s'adresse, non pas à la minceur en tant que tendance morphologique naturelle qui serait "moins bien" que la rondeur qui serait signe de la "vraie" féminité. Le fait est qu'il n'y a pas "une" morphologie féminine, elles sont toutes différentes, et tous les gouts sont dans la nature.

Ce qui est critiqué, je pense, c'est l'imposition d'un modèle unique, qui plus est, on pourra noter que ce modèle n'est pas du tout unique, puisqu'en vérité, il change considérablement en fonction des cultures et des époques. Les critiques concernant les mannequins anorexiques, ne sont pas adressées aux femmes minces (dont je fais partie, même si je fais plutôt du 36 que du 34, au corps allongé) mais à cette espèce de dictature, non pas de la minceur, mais de la maigreur, à tel point que certains modèles proposés comme étant l'incarnation de la beauté au féminin, en sont réduites à être malades, de malnutrition. Ce qui interroge c'est la volonté implicite de "contrôler" encore une fois le corps des femmes, ce qu'est "la beauté" pour les femmes. Afin de renvoyer une fois encore les femmes à leur corps comme seul et unique référent de leur personne. Les femmes sont dans la parole des hommes (pléonasme), les images des hommes (pléonasme), la littérature des hommes (pléonasme), d'abord des corps, des objets sexuels. Le message est en quelque sorte, nous décidons de ce que vous devez être, et vous devez vous y conformer.
Ce qui est effrayant c'est de constater, que l'idéal de beauté présenté est mortifère, on vous propose des femmes qui meurent de faim comme idéal à atteindre. L'anorexie étant une maladie qui met en danger la vie, en d'autres termes, une maladie qui peut être mortelle.
Y voir un souhait de mort à peine voilé peut paraître paranoïaque, cependant, ce n'est pas si aberrant, et il est sain finalement, qu'il y ait une révolte contre cela.
Pour finir, il ne s'agit pas de critiquer les anorexiques, où les mannequins, mais le système de représentations qu'elles véhiculent (cela étant valable surtout pour les mannequins et pas vraiment pour les malades anorexiques, qui souffrent et ne transmettent finalement que le message de leur propre souffrance, que l'on peut notamment appréhendé sous l'angle de la pression normative à la "féminité" entendu comme idéal de beauté, objet de convoitise des hommes, mais qui à mon avis, est bien plus complexe que cela...).

Mais enfin le fond du problème est le suivant selon moi, les femmes ne sont pas sujets, elles sont objets (ou bien, elles sont l'incarnation de l'Autre, dans le meilleur des cas), encore et toujours, elles ne sont conçus qu'au travers du regard masculin. Le message de la beauté est somme toute, femme tu n'existes que parce que je m'intéresse à toi, non pas en tant que sujet, mais en tant qu'objet, objet qui doit donc me plaire et dont l'existence entière doit tourner autour du fait de me satisfaire, moi l'homme.
Le désolant étant que ce discours masculin est relayé par la presse "féminine". Et les femmes en général, qui ne manque jamais une occasion de dire que machinette est moche ou grosse ou plate, sans forme (moi comprise!).
De toute façon, même l'idéal est imposture, puisque qu'aucune photo n'échappe à photoshop et donc on a un mensonge énorme en surimpression sur la réalité. Mensonge dont on nous explique qu'il est de mauvais gout de vouloir le formuler en inscrivant par exemple, "photo retouchée" puisque soit disant personne n'est dupe et tout le monde le sait déjà. C'est donc pour ça qu'il ne faut pas le dire ou l'écrire. La justification défiant toute logique étant que c'est un mensonge qu'il faut taire, puisque tout le monde sait déjà que c'est un mensonge!
Mais si vous le dites, c'est que vous êtes pisse vinaigre ou moche justement, donc jalouse...

De plus, je ne pense pas qu'on puisse réellement complexer les minces, car la minceur est présenté comme l'idéal, la minceur est la norme proposée... On n'est pas complexé d'incarner ce qui est valorisé par la majorité, la culture, la société. Il est impossible d'être complexé d'être mince, comme il est impossible d'être complexé d'être blanc. On ne vous propose jamais de faire un "régime" pour prendre du poids... A moins que votre vie ne soit en jeu.

Cécile, j'espère que mon message ne vous aura pas blessé, si c'est le cas, je vous présente mes excuses, et je vous assure que ce n'est pas mon intention du tout.

16. Le 04/02/2012, 21:41 par Reviky

L'IMC ne fait pas partie des critères de diagnostique de l'anorexie !
Continuer à diffuser cette idée reçue (« IMC frôle les critères de l'anorexie » !) comme d'autres ferait beaucoup de mal à certaines personnes car les gens auront une idée-type des anorexiques, c'est une forme de validisme si l'on veut. L'IMC ne fait pas partie des critères de diagnostique de l'anorexie, tout bêtement parce qu'un(e) anorexique n'est pas quelqu'un de simplement maigre, les anorexiques n'ont pas tous la même tête, tout ça...

17. Le 05/02/2012, 02:58 par Berenice

Le poids n'est certes pas un critère pathognomonique de l'anorexie mentale.
Le terme anorexie est donc sans doute mal choisi. Cependant, le raisonnement part du constat que l'on propose comme modèle de beauté pour les femmes, des femmes dont la maigreur est maladive (au sens de dangereuse pour la santé). Je ne pense pas que le but soit de critiquer les personnes anorexiques. C'est donc un abus de langage, cependant ça ne disqualifie pas le raisonnement en lui-même.

18. Le 05/02/2012, 22:41 par Clochette

Ces féministes qui voient le mal partout pfff Cette campagne veut juste mettre en valeur le professionalisme des portugaises, c'est tout! Mdr Magot