La norme inculquée par les magazines

Elle est courageuse Julia Roberts de résister à tous ces sarcasmes.

image

Commentaires

1. Le 07/09/2010, 18:55 par Le Journal de Chrys

Elle ne lit pas ces magazines et elle a bien raison!!!

2. Le 07/09/2010, 19:24 par Liselei

Moi non plus, je ne m'épile pas, et malheureusement, on trouve ce genre de sarcasmes au quotidien, pas seulement dans les magazines...

3. Le 07/09/2010, 20:00 par doudette

Je trouve cela très bien. Je me souviens d'un film de Pascal Thomas où Laetitia Casta revendiquait ses poils et ça m'avait bien plu aussi.

4. Le 07/09/2010, 20:07 par Martine

Intéressant, la photo est prise à la plage donc aucun inconvénient olfactif, l'histoire ne raconte pas quel déodorant elle utilise le reste du temps en société pour n' incommoder personne dans les transports en commun etc...Ceci dit quand on porte ce nom, "on" s'en fout ! ;)

5. Le 07/09/2010, 20:13 par Martine

Je dis ceci...Sans etre vraiment concernée plus que ca par l'image, car plus brune que le modèle, la nature m'a néanmoins fabriquée dépourvue de pilosité sous les bras.

6. Le 07/09/2010, 21:08 par Zoé

@ Martine: il n'y a en fait aucun lien entre la pilosité et l'odeur corporelle... des gens rasés et propres de leur douche du matin peuvent puer à fond, comme des gens poilus et n'ayant pas pris de douche peuvent avoir une odeur tout à fait neutre...
disons plutôt que le business des déodorants fonctionne très bien :-)

7. Le 07/09/2010, 21:38 par olympe

MArtine, je viens de regarder dans google, il est dit partout que les poils retiennent les bactéries responsables de l'odeur de transpiration. mais je suis plutpot du genre à penser que la nature fait bien les choses et qu'ils ont un rôle.
Et comme le dit Zoé avec une douche tous les matins et quand on fait du sport. et puis l'odeur des déo je ne trouve jamais ça très sexy chez un homme.
Doudette, laetitia Casta. je vais partir en quête de cette image
Chrys, à mon avis elle lit les magazines, mais du moment qu'on parle d'elle
Liselei oui je sais ...

8. Le 07/09/2010, 21:53 par Homer

Bof bof, vraiment... Mais c'est mon avis, hein.

9. Le 07/09/2010, 21:58 par Gabrielle

effectivement elle a bien du courage car mine de rien l'épilation c'est difficile à abandonner, ça doit être une des pressions sociales les plus fortes.
avec pour témoin tous ces gens qui croient que c'est "sale" de ne pas s'épiler pour les femmes, quand ça ne l'est pas pour les garçons...

10. Le 07/09/2010, 22:06 par Martine

Bah, j'ai souvenir d'une collègue de travail très jolie femme...Mais insupportable son choix quand sans déo, en certains lieux elle en usait pas en d'autres... Nous en avons parlé librement quand expédiée en médiateur à l'insu de mon choix: "Martine faut que tu fasses k'kchose" ! Euh....
Très jolie et vraiment sympa, pffff...D'après ce qu'elle m'a expliqué l'hygiène n'était pas à mettre en doute.
Et voui du vécu, dslée

11. Le 08/09/2010, 13:22 par violaine

c'est dur de résister aux diktats de la norme : des femmes imberbes comme des petites filles... beurk (là je parle des parties intimes).
je ne trouve pas les poils très esthétiques sur les jambes et sous les bras... en été!

12. Le 08/09/2010, 13:34 par Ajuga

hé oui, on est en plein conditionnement...
car quel homme dirait qu'il ne trouve pas ses poils esthétiques sur les jambes ou les aisselles ? même en été ?
ma foi quand on avait 20 ans, vers 68 justement, J'ai fréquenté un milieu où les femmes refusaient de se raser, et personne n'aurait jamais dit que ce n'était pas esthétique ! ça se serait terminé mal...

Il y a eu un très net recul depuis 20 ans sur ce genre de sujet. Pas le seul, OK...

13. Le 08/09/2010, 14:25 par gabrielle

ce qui est surtout déprimant c'est le refus de se remettre en cause de la part de... presque tout le monde.

je n'ai pas le courage de me montrer tous poils dehors, ce qui ne m'empêche pas de reconnaître que c'est un conditionnement tout ce qu'il y a de plus culturel. et je reconnais aussi tout à fait que c'est paradoxal.

mais la plupart préfèrent constater que c'est comme ça, sans même chercher à réfléchir.

14. Le 08/09/2010, 16:25 par ninon

...et comme dit le proverbe :
"quand y'a de la paille dans l'escalier, c'est qu'y en a au grenier"

15. Le 08/09/2010, 19:12 par olympe

Martine, de façon générale, avec une activité normale la plupart des gens et surtout les femmes d'ailleurs ne puent pas dans les 8 ou 10H qui suivent une douche

Violaine, je suis d'accord avec Ajuga, la norme est sociale. il y eu une époque ou une femme devait avoir la peau très blanche pour être considérée comme belle, parceque c'était le signe qu'elle n'était pas obligée de travailler aux champs. puis les conditions de travail ont changé, les congés payés sont arrivé etc et on s'est mis à trouver le bronzage beau.
PAreil pour le poids à l'époque de Rubens il valait mieux faire envie que pitié et afficher des rondeurs.

gabrielle,
j'ai essayé moi aussi quand j'avais 20 ans de ne pas m'épiler les jambes. Résultat je n'ai pas mis de jupe pendant 2 étés parcequ'en fait je n'arrivais pas à assumer

16. Le 08/09/2010, 21:11 par Martine

Pas faux Olympe, tout est affaire de climat..Dslée de ne pas avoir précisé les circonstances et lieux de l'évènement :)) ...Cependant après avoir pédalé pour se rendre à son lieu de travail y a-t-il moyen de prendre une douche? La société dans son sens le plus large a-t-elle à subir nos choix de vie personnel?

17. Le 08/09/2010, 21:28 par Zoé

Après, on peut dire la même chose des odeurs de cocotte non? Le fait est que certaines personnes ont une odeur corporelle forte, et d'autres pas. Qu'ils fassent du sport, se douchent une fois par semaine ou pas. Et il n'y a pas grand chose de "choix de vie personnel" là dedans.
Ça me rappelle une anecdote qu'une amie m'a raconté. Lors d'un séjour en Afrique, on lui avait dit que les européens sentaient la mort. Le parfum et les déodorants utilisés leur rappelant l'embaumement de leurs morts.

18. Le 08/09/2010, 21:35 par olympe

Martine, j'ai eu cette conversation avec un architecte il y a quelques temps qui me disait que maintenant dans les batiments collectifs de travail il y avait quasiment systématiquement des douches justement pour prendre en compte les gens qui viennent en vélo ou en courrant. et visiblement sur la photo J Robert n'est pas au bureau et doit pouvoir prendre toutes les douches qu'elle veut

19. Le 08/09/2010, 22:51 par Martine

Bah, il va falloir visiter pour s'en assurer...:)
Calamiteux que cela incombe aux entrepreneurs, il y avait autrefois des bains publics^^^

20. Le 09/09/2010, 11:37 par Ajuga

pour emeline :
>on me dira que c'est appris, peut être, je ne me maquille pas pourtant on l'apprend donc il y a des choses qui prennent et d'autres pas, chacun-e ses goûts

mais les goûts ne sont pas neutres ! c'est beaucoup du culturel. Trouves-tu qu'un homme en short doive s'épiler ? ou qu'un homme avec une chemise sans manche, un débardeur, un maillot de sport doit se raser les aisselles ?

> Ce qui me déplait c'est l'injonction : dire aux autres ce qu'elles ont à faire (s'épiler ou ne pas le faire)

les hommes c'est viril et poilu, les femmes lisse et douces. Je connais de jeunes allemandes qui ne se rasent pas les jambes, et qui se demandent pourquoi les françaises le font ! au contraire au japon les aisselles poilues, même pour les hommes, c'est à cacher, considéré comme obscène.

21. Le 09/09/2010, 16:10 par la voix du nord enaco

C'est vrai que c'est pas très sexy lol

22. Le 09/09/2010, 21:25 par Duchesse

Le "sexy" est affaire de culture, de mode, et en l'occurrence comme déjà pointé la mode glisse de plus en plus vers le côté imberbe, petite fille, dicté par le porno. Je n'ai pas le courage de laisser mes aisselles poilues en été mais je ne les épile pas non plus à la moindre repousse. Quand aux jambes... je vous laisse découvrir ce que ma fille en pense !
http://duchessedorleans.hautetfort....

Pour ce qui est des odeurs, j'ai remarqué qu'elles sont plus fortes et plus rapides à venir quand je porte un T-shirt dont les manches sont imprégnées de résidus de déo (après lavage je précise)... tiens donc... ou comment auto-générer un marché !

Bravo Mme Roberts. Ce n'est pas facile de résister, mais c'est peut-être plus facile aux US ?

23. Le 10/09/2010, 15:57 par Mel36

Honnêtement je ne suis pas très poils et étonnée que Julia Roberts ne s'épilent pas sous les aisselles. Par contre pour moi, ce n'est pas un débat uniquement féminin. Je connais un mec qui s'était épilé sous les bras pour essayer (sa femme avait dû lui proposer à l'occasion parce qu'elle le faisait), et qui a trouvé ça très bien. On ne leur propose peut-être pas assez...
A l'opposé, l'ergothérapeute du centre médico-psychiatrique où j'ai fait un de mes premiers stages d'étudiante en médecine avait l'habitude de ne rien porter sous sa blouse en haut... je vous laisse imaginer la vue des poils dans le décolleté très en V... Eurk (et ma co-stagiaire pensait la même chose).

C'est vrai qu'un mec qui s'épile les jambes passe généralement pour une "tarlouze" (passez-moi l'expression) alors qu'une femme qui ne le ferait pas ne serait pas propre, ne prendrait pas soin d'elle, etc... Après, on pourra me dire ce qu'on voudra, mais en tant que femme, je ne trouve pas ça très féminin, les poils aux jambes avec une robe (chose qui ne se pose pas en ces termes pour un homme :D )... Mais c'est aussi une histoire de culture, évidemment.

24. Le 10/09/2010, 17:33 par Gabrielle

@Mel36: "pas très féminin"...
mais qu'est-ce que la féminité?
;)

25. Le 10/09/2010, 17:52 par Gabrielle

@Mel36: "pas très féminin"...
mais qu'est-ce que la féminité?
;)

26. Le 11/09/2010, 08:25 par littera

Dans le numéro en kiosque de PHILOSOPHIE MAGAZINE, on ne voit que du poilu :
sur dix personnes ayant participé à ce numéro, NEUF sont des poilus, pour UNE
poilue. Cherchez l'erreur.

27. Le 12/09/2010, 07:23 par Pierregr

En soi, c'est une non-information. Toutes les femmes ont des poils aux aisselles. Mais le puritanisme (très souvent inconscient) est tel que dès qu'une femme transgresse le tabou, c'est le buzz et on la traite de tous les noms. Elle ose montrer qu'une femme a des poils, qu'elle n'est plus une fillette prépubère et ça, c'est de trop pour bcp de gens. Pour une femme, s'afficher publiquement avec des poils devient un geste subversif, voir les réactions disproportionnées pour qq malheureux poils. Chapeau à JR, Laetitia Casta(LC), Asia Argento, Beth Ditto, Amanda Palmer, Catherine Ringer et qq autres.
Les poils de LC sont visibles ici : http://poilagratter.over-blog.net/a...

La norme d'épilation existe depuis 2500 ans (voir Aristophane) et elle a un but bien précis : empêcher les femmes d'afficher des signes de maturité sexuelle. Les femmes ont subi une répression sexuelle pendant des siècles et elle passait par une absence totale de poils sur les représentations de leur corps : statues grecques, tableaux de maîtres (jusqu'à Courbet), actrices (dès le début du cinéma à Hollywood, les "Ligues de vertu", comités de censure puritains ont interdit aux réalisateurs de montrer des femmes avec des poils). Ce que j'appelle le po-i-litiquement correct.
L'injonction est donc millénaire mais elle est devenue depuis ± 100 ans un énorme enjeu financier. Selon le Wall Street Journal, en 2008, l'industrie mondiale de l'épilation a réalisé un chiffre d'affaires de 1,8 milliard de dollars.
On est donc face à un lobby très puissant qui n'est pas prêt à renoncer à cette manne inespérée. Les magazines ne font qu'entretenir le puritanisme machiste des anciens Grecs et de l'Eglise mais la norme intégrée (c'est-à-dire qu'on ne se rend même plus compte que c'est une norme) se cache derrière l'hygiénisme, le côté "sexy", "féminin", toutes choses bien subjectives et très variables selon les régions du globe et les périodes dans l'histoire.

Pour le "problème" de l'odeur, il y a une solution qui marche pour 99% des gens : la pierre d'alun (après s'être lavé). Produit entièrement naturel, sans odeur, qui agit comme les déodorants mais sans les inconvénients et surtout, bcp plus économique (ça fait 2 ans que j'utilise la mienne et j'ai payé 5€).
L'été passé, j'ai aidé 2 collègues féminines à porter des caisses, il faisait très chaud. Après 30 mn, on transpirait tous les 3. Qui sentait la transpiration ? Les deux femmes, malgré leurs aisselles glabres ! Elles se sont remis du déo en spray, ça puait le déo dans le bureau. Moi qui ne m'enlève aucun poil du corps (hormis la barbe), je ne sentais rien du tout grâce à la pierre d'alun. Donc, en fonction de cette expérience qui s'était déjà présentée, j'ai souvent croisé des femmes glabres qui sentaient la transpiration, j'en conclus qu'on sent moins avec des poils qu'avec !

28. Le 12/09/2010, 07:26 par Pierregr

Concernant les hommes vs les poils, Anji, une féministe anglaise, disait ceci en 2008 sur son blog : http://shutupsitdown.wordpress.com/...

«Qu'en est-il de l'épilation chez les hommes ? Aucune conversation sur l'épilation des femmes n'est complète sans que quelqu'un ne dise "Mais les hommes ? Ils ont à se raser le visage, n'est-ce pas aussi injuste ?" Non, ça ne l'est pas. Les hommes ont un large éventail de choix pour les poils du visage, comme pour les cheveux. Ils peuvent tout raser, laisser pousser les cheveux, laisser pousser une barbichette, une moustache, la styliser, la tailler, l'épiler et malgré tout, être toujours dans les frontières du "socialement acceptable". Les gens ne regardent pas avec répulsion la barbe d'un homme comme ils regardent les poils aux jambes d'une femme. Les femmes n'ont qu'un seul choix acceptable : le glabre. Si nous les femmes avions des poils qui poussaient sur le torse et les joues, nous n'aurions pas les mêmes options que les hommes (c'est-à-dire que ce soit socialement acceptable de les enlever, les laisser pousser ou n'importe quoi entre les deux), nous serions forcées de tout enlever, le même double standard qui s'applique au reste de notre pilosité, comparée à celles des hommes.»

Si vous cliquez sur mon pseudo, vous trouverez ma page consacrée à la pilosité féminine(PF) avec mes yeux féministes. Je me suis intéressé à ce thème et du coup, au féminisme depuis que ma femme se fait insulter à la piscine ou à la plage à cause de ses poils.
Il y a une trentaine de chapitres : l'histoire de l'épilation contextualisée avec la misogynie, la sexualité, la pression sociale, le libre arbitre, les ados et la PF, l'attrait pour les corps lisses, la PF dans l'art et la littérature, le discours des intolérants, le point de vue des féministes, la PF au cinéma et dans les autres médias, etc.
J'en parle aussi sur le forum : http://feministes-et-fieres.forumsa...

29. Le 12/09/2010, 18:15 par karine

Je rebondis sur le commentaire faisant allusion à l'architecture .Dans certains domaines traditionnellement masculins ( je suis prof d'EPS ) il est difficile de concilier hygiène et activité professionnelle. Je m'épile mais celà ne m'empêche pas de transpirer et quand je donne certains cours aux élèves et qu'il me faut être active : je sue comme tout le monde. Seulement les concepteurs de gymnases ne pensent même pas à y construire des douches pour les enseignants hommes comme femmes et alors que nous demandons à nos élèves de respecter les règles élémentaires d'hygiène, nous n'avons même pas la possibilité de nous laver après un cours alors que nous en cumulons plusieurs sur la journée. Galère ! Alors déo à billes à donf et changement quand c'est possible ( parce que pour l'intimité je vous raconte même pas ).

Au sujet de l'épilation , je viens de voir un très joli film : caramel. Celà se passe dans un salon de beauté au Liban ( bayrouth ) et il y est question de condition féminine. On y perçoit le poids des normes sur le corps des femmes. Le vieillissement , le rapport au corps, à la beauté ( pour une c'est toute une révolution de se couper les cheveux courts c'est pour dire )...Caramel c'est le produit utilisé pour épiler et on voit à quel point celà peut être une souffrance. D'ailleurs j'ai une amie trans ( M to F ) qui nous racontait son calvaire de l'épilation définitive ( moustache, jambes, torse, etc....) pour enfin épouser son identité de genre : être/devenir une femme pour elle celà passait par ça !

30. Le 13/09/2010, 18:46 par Lledelwin

J'ai même tendance à penser que coté transpiration, l'épilation n'améliore rien, elle empire même la situation : au lieu d'être emporté loin de la peau par les poils, la sueur stagne au contact de l'épiderme. Si sous les bras, le problème n'est pas encore trop grave - les vêtements ne sont pas moulant au point de coller l'aisselle, coté maillot, en revanche... Bonjour l'impression de macérer dans son jus !

Alors l'argument "oui mais c'est plus propre !" il me fait grincer des dents

Tout comme l'argument "oui mais c'est plus net !" Je comprends vraiment pas qu'on puisse trouver les poils incarnés et les irritations de l'épilation plus "nets" qu'une pilosité naturelle...

31. Le 21/09/2010, 08:31 par Pierregr

@karine, j'ai vu des extraits du film " Caramel ", avec les séances de torture. Et dire que certaines personnes appellent ça " prendre soin de son corps ". Lui infliger des souffrances, est-ce vraiment prendre soin de soi ? Et si c'était le fait de laisser son corps sans souffrance qui était une forme de soin ? Mais ça ne rapporte rien à l'industrie cosmétique.
Pour les trans, l'ennemi, c'est la société pilophobe, pas les poils. Si la société avait un regard neutre sur la PF, il ne serait pas nécessaire de passer par l'épilation intégrale.

@Lledelwin, aucun des arguments avancés par les pro épilation ne tient la route une seconde. Si on écarte les raisons médicales, professionnelles, il reste évidemment la notion de goût (aimer ou pas les poils) mais alors, pourquoi les pilophobes gardent-elles leurs cheveux ? Ce sont aussi des poils et ils retiennent également les odeurs. En fait, les cheveux ne sont pas liés à la puberté, contrairement aux poils et donc, pas liés directement à la sexualité.

Pour l'utilité des poils, elle est évidente. Une esthéticienne disait ceci sur un autre forum

«Je suis aussi une fervente de l'épilation ( une esthéticienne avec des poils c'est pas une bonne pub....) Mais malgré tout , je suis très consciente que je dérègle complètement ma thérmo régulation... Pour ceux qui ne le savait pas ben voila, les poils ça sert à garder la transpiration à la surface de la peau qui en s'évaporant diminue la chaleur du corps; Donc en arrachant, rasant les poils on risque des transpirer excessivement à des endroits inhabituels par exemples la tête, les fesses.»

Si on a des poils, c'est pas une garniture inutile. Au cours, de l'évolution, on a perdu ceux qui ne servaient plus, ceux qui restent ont donc de bonnes raisons d'être là.