Ce billet est un prélude au suivant dans lequel je vous parlerai de l'excellent essai de Stéphane Rose "Défense du poil", mais là je n'ai pas eu le temps de finir de l'écrire.

L'auteur y rappelle les énormes enjeux financiers liés à l'épilation : crémes et cires, appareils de toutes sortes, centres de beauté... en 2008 tout cela représentait un chiffre d'affaire de 1,8 Milliards de dollars.

Et il décrit comment la presse people "monte la garde". Voici donc quelques exemples qu'il donne et que j'ai retrouvé sur le net.

Une vedette non parfaitement épilée est outrageusement critiquée. Difficile après ça pour madame tout le monde de prendre le risque de s'exposer aux même moqueries,  qui semblent représenter un avis universel puisqu'elles sont dans le journal !

D'autant plus qu'est désormais asséné un nouvel argument imparable : l'épilation serait hygiéniquement préférable. Mais ça je vous en reparle ....

Madonna carrément accusée de prendre des hormones qui lui donnerait du punch mais développerait sa pilosité.

Le drame pileux de Britney Spears

La culotte rose d'Amy Winehouse

Les jambes velues d'Alicia Keys

La pression est également mise sur les garçons même si c'est avec moins de férocité. Stéphane Rose le note, le marketing cherche désormais à toucher de nouvelles cibles : les hommes. Et si les plus âgés rechignent à renoncer aux poils symboles ancestraux de virilité les jeunes sont plus malléables sur le sujet.

Zac Efron cloué au pilori