On avait compris que le non cumul des mandats ferait partie du changement dès maintenant.

Le PS avait décidé de l’interdiction du cumul d’un mandat de parlementaire et d’un exécutif local (Maire ou Maire-Adjoint, Président ou Vice-Président de Conseil Général ou de Conseil Régional, présidence ou vice-présidence d’un Etablissement Public de Coopération Intercommunale). Il était clairement précisé que "Tout candidat-e à une élection parlementaire abandonnera ses mandats exécutifs locaux dans un délai maximum de trois mois après la tenue du scrutin. Il-elle devra avoir préparé avec le Parti les modalités de sa succession."

C'est facile, il suffit à chaque élu disposant de plusieurs mandats importants de n'en conserver qu'un, ça ne coute rien, et ça peut rapporter gros notamment en terme de parité.

Car, en théorie, derrière chacun de ces élus se trouve, en position de lui succéder, une personne de l'autre sexe. Une femme donc dans la majorité des cas.

En effet la loi prévoit pour les élections se faisant à partir de listes (conseils municipaux et régionaux) que non seulement ces listes soient paritaires, que non seulement elles alternent les candidats de chaque sexe mais également que la parité soit appliquée pour l’élection des adjoints au maire ainsi que pour les membres de la commission permanente et les vice-présidences des conseils régionaux.

Notons que cette dernière condition a été ajoutée en 2007 car malgré des assemblées, paritaires puisque la loi l'exigeait, les exécutifs eux ne l'étaient guère.

Fort heureusement le PS a également prévu "afin d'obliger la droite à clarifier sa position" une loi sur le non cumul des mandats dès l'été 2012. Parceque, sans surprise, tous ne sont pas pressés de céder l'une de leur place.

Ils ont même réussi à réveiller le gratin des blogueurs et blogueuses de gauche, que la victoire semblait avoir anesthésiés.

Il n'est pourtant pas certain que la réalité sera tout à fait conforme à la théorie, j'ai même de gros doute

Voyons par exemple ce qui s'est passé  pour le remplacement des ministres dans leurs fonctions antérieures.

A la Mairie de Nantes, ce sera un homme Patrick Rimbert pour remplacer Jean Marc Ayrault

C'est Frédéric Sanchez qui succède à Laurent Fabius à la tête de la communauté de l'agglomération Rouen-Elbeuf-Austreberthe

Bernard Cazeneuve a cédé son fauteuil de maire de cherbourg a Jean Michel Houllegatte

Manuel Valls a été remplacé par Francis Chouat à la mairie d'Evry

Rémi Chaintron succède à Arnaud Montebourg à la présidence du conseil général de Saône et Loire. 

Les intentions de Jean Yves le Drian pour ce qui est de la région Bretagne ne semble pas très claires, en tout cas que des noms masculins dans la liste des prétendants.

Je ne sais pas qui succédera  à Victorin Lurel au conseil régional de  la Guadeloupe ni à Frédéric Cuvillier à Boulogne sur mer.

Mais ou sont donc ces femmes qui devaient, grâce à la loi , se trouver en seconde position et donc en place en cas de vacances de la 1ere place ??

 1 est passée  Claire Robillard  élue maire de Palaiseau suite à la démission de François Lamy nommé ministre délégué à la Ville.

Dans l'autre sens ça fonctionne mieux,  le 1er adjoint de Valérie Fourneyron à Rouen  Yvon Robert devrait lui succéder.

Bilan des courses : 1 femme en moins maire d'une grande ville.

J'espére n'avoir oublié personne, n'hésitez pas à apporter des compléments d'informations

Rendez-vous sur Hellocoton !