A Pornic, Frédéric Lefebvre a qualifié de  «viol collectif» ce que les médias font subir aux Woerth  (article Libération. payant)

C'est une métaphore.

L'an passé il avait dit ceci chez Yves Calvi (à 32 s) :  "Personne n'est au dessus des lois, personne n'est au dessous des lois (...) qu'il y ait des faits reprochés à Mr Polanski c'est une évidence, qu'on les qualifie ensuite de viol ça c'est pas une évidence.."

C'est du déni.

Et on se demande bien ce qui est le plus grave pour lui.

Vous pouvez aussi lire, si vous ne l'avez pas encore fait, cette tribune de Lola Lafon et Peggy Sastre