Ce dessin date de 2007, je ne suis pas certaine qu'il passerait aujourd'hui

L'idée que "Les femmes sont plus bavardes que les hommes » est un stéréotype particulièrement prégnant, qui se révèle tout à fait faux dans la plupart des cas.

La façon dont les uns et les autres communiquent et interagissent par la parole a fait l’objet de très nombreuses études

Pour commencer disons qu'il a été confirmé de nombreuses fois que les femmes et les hommes ne parlent pas de la même chose.

Dans la vie quotidienne, les hommes parlent davantage du travail, de sport, de mécanique automobile, de bricolage, de politique, de voitures ou de motos. Les femmes privilégient les sujets portant sur les relations et les gens, la famille, les enfants, l’amitié, le ménage, les vêtements et la cuisine. Cela explique certainement en partie pourquoi, dans les assemblées mixtes, hommes et femmes se retrouvent souvent en groupes séparés. Notons aussi que les femmes prononcent moins d’injures ou de « gros mots », pour avoir entendu dans leur enfance que « ce n’est pas joli dans la bouche d’une petite fille ».

Pour ce qui est du temps de parole

Les études analysant le déroulement de conversations enregistrées font apparaître que lorsqu’un groupe est mixte, la répartition du temps de parole est plus favorable aux hommes. Ils prennent la parole plus souvent et la gardent plus longtemps. Ils interrompent les femmes plus qu’elles ne les interrompent. Leurs propos chevauchent plus souvent ceux d’un autre interlocuteur et ces chevauchements sont  plus souvent « réussis », c’est-à-dire que les hommes en question parviennent ainsi à conserver la parole.

Il a de surcroit été montré que les personnes d’un statut supérieur interrompent davantage les autres dans les assemblées, mais qu’un homme de statut inférieur peut interrompre une femme, même si elle est d’un statut plus élevé, et lui reprendre ainsi la parole.

Plusieurs explications peuvent être envisagées

- les hommes dominent et ne se privent pas d'utiliser l'avantage qui leur est ainsi conféré

- les hommes et les femmes ne conçoivent pas la conversation de la même façon. Pour un homme interrompre quelqu’un, rebondir sur ce qu’il dit démontre de l’intérêt pour ses propos et le fait que les femmes les interrompent moins peut être interprété par eux comme un signe de moindre intérêt . Pour les femmes montrer de l'intérêt sa fait d'abord en écoutant et elles sont plus attentives à l'échange d'arguments. Or le fait qu’elles les laissent parler indique peut-être pour eux qu’elles n’ont rien à dire.

Il est également une question qui joue dans le cadre professionnel : les femmes ont davantage le souci du temps et estiment que redire quelque chose qui a déja été dit, ou rebondir juste pour se faire remarquer, rallonge inutilement le temps de réunion. 

Lorsque la parole est équitablement répartie

Lorsque l'on décompte le temps de parole en s'assurant qu'il soit équitablement réparti et que l'on interroge ensuite des observateurs ils ont le sentiment que les femmes ont été plus bavardes. CQFD !