Les maternelles : Elisabeth Badinter

Parmi l'avalanche d'articles et d'émissions consacrées à Elisabeth Badinter et son dernier livre Les Maternelles de France 3 (vidéo intégrale) m'apparait comme l'une des seules qui ne se contente pas de l'encenser mais lui apporte une vrai contradiction.

Invitées 1 homme et 9 femmes qui ne sont pas toutes d'accord avec ses thèses. Résultat au lieu de tourner comme d'habitude autour des couches lavables ou la stigmatisation de la leache league le débat aborde les vraies questions.

Personne sur le plateau ne remet en cause le droit des femmes à choisir et les invités le démontrent par leur diversité (allaitement, biberon, femme au foyer, femmes qui travaillent en dehors, à la maison, papa au foyer) par contre, toutes ou presque on fait valoir les difficultés à concilier travail et enfants.

La question est en effet bien celle-là puisque ni la société ni les entreprises ne prennent en compte cette problématique.

Et   pourquoi toujours poser ces questions du point de vue des femmes alors que le sujet devrait être celui de la parentalité ? (à ce sujet je vous conseille la lecture de cet interview de Brigitte Grésy, je suis d'accord à 100% avec ses propos)

D'ailleurs un journaliste papa, constatant que le livre ne parle quasiment pas des pères, suggère  d'écrire  "Le conflit, l'homme, le père ".

Une discussion d'une très bonne tenue en 3 partie : la dictature de la mère parfaite, la difficile équation entre maman et travail, le partage des tâches.

Très en vrac, quelques phrases :

- un lit pour les papas dans les maternités

- des congés spéciaux pour les parents (papas et mamans) solos

- un allongement du congé maternité (oui même Elisabeth Badinter est pour) et surtout paternité

- une revalorisation des pensions alimentaires pour que celles qui se sont arrêtées de travailler ne se retrouvent pas démunies en cas de divorce

- des crèches ouvertes 24H/24H

- des cours d'économie ménagères dans les écoles

Ont participé à ce débat 2 blogueuses : Marlène de Maman travaille et Ségolène de Mamanana

Commentaires

1. Le 29/03/2010, 07:26 par Le Journal de Chrys

Et le problème des pères qui fuient leurs responsabilités???? C'est bien la maman qui doit tout assumer et qui n'a pas de recours RÉEL: l'épineux problème de la pension alimentaire pour l'entretien des enfants!

2. Le 29/03/2010, 10:14 par suzanne

La difficulté de concilier travail et enfant: est-ce qu'on se place du point de vue de l'enfant ? On impose à beaucoup de petits un rythme de vie (de la nourrice à la garderie de l'école, puis cantine, puis nourrice ou garderie du soir) qui n'est pas bon pour eux. Les crèches parentales sont soumises à des conditions de locaux et de fonctionnement tellement sévères qu'on décourage leur création. Le problème ne se pose pas pour les gens qui ont du fric et pour les fonctionnaires...

3. Le 29/03/2010, 10:57 par La poule pondeuse

Moi je ne suis pas aussi enthousiaste que toi sur l'émission ; j'ai trouvé que le débat n'avait pas vraiment avancé, qu'on ressasse un peu toujours les mêmes choses. En ce qui me concerne je suis tout à fait d'accord avec un certain nombres des constats et des solutions proposées par Elisabeth Badinter, notamment sur le partage des tâches ménagères et sur la conciliation travail-famille. Mais franchement sur l'allaitement et l'écologie, c'est une telle accumulation de clichés et de phrases à l'emporte pièce qu'on voit bien qu'elle ne sait pas de quoi elle parle ! Et malgré l'effort des mères présentes pour apporter une autre façon de voir les choses (bravo Ségolène !), évidemment leurs paroles n'ont pas le même poids.

4. Le 29/03/2010, 15:02 par emanu124

Oui. Vivent les congés paternité. Comme ça les employeurs ne pourront plus se retrancher derrière des congés maternité pour ne pas embaucher.

5. Le 29/03/2010, 15:23 par Olympe

Didier selon vous je suppose que le père devrait se contenter d incarner l autorité mais d une part les femmes ne veulent plus se soumettre a cette autorité patriarcale et d' autre part les hommes se rendent compte qu ils prennent plaisir a s'occuper des enfants. Quand aux névroses que vous prédisez on pourra les comparer a celles qu ont laissées les générations précédentes.
La poule je suis loin d' être enthousiaste mais je dis que de tout ce que j'ai vu ou entendu cette émission est la première ou e Badinter n apparaissait pas en terrain conquis et ou on a parle d'autre chose que des couches ou de lll

6. Le 29/03/2010, 20:43 par Ficelle

Tout à fait d'accord avec La Poule. J'ai trouvé que le débat ne volait pas bien haut et que chacune des trois thématiques abordées aurait largement mérité d'être approfondie (sans forcément EB en contrepoint). La profusion de témoins empêchait une réelle discussion de s'engager et les problématiques importantes (conciliation allaitement/travail, parentalité/travail, égalité homme/femme vis à vis de l'enfant et des tâches ménagères...) n'étaient qu'effleurées... Ensuite, les invitées étaient plutôt "mamans des villes" professions libérales ou chef d'entreprise et le seul papa avait un profil ultra atypique peu représentatif (père au foyer de cinq enfants avec une maman qui s'absente du lundi au vendredi? Pas banal...). Ultra bof.

7. Le 30/03/2010, 08:09 par Olympe

Cultive ton jardin c'est quand même vrai que le père présent est très atypique ce que ne sont pas les femmes présentes. Il ne donne pas du tour une image realiste de ce qu est linvestissment des pères aujourdhui
ficelle même réponse qu a la PP c est par exemple quasiment la seule émission ou on parle des pères plutôt que de la lll.

8. Le 30/03/2010, 21:34 par muse

L'accès au congé maternité devient déjà difficile pour de plus en plus de femmes.
Personne n'en parle et je m'en étonne.
Or de moins en moins de femmes entre 25 et 40 ans y ont accès. Pourquoi?
Parce qu'elles ne gagnent pas 13885 euros par an mais moins, qu'un nombre de plus en plus grand de femmes travaille à temps partiel à moins de 800H par an, ce qui ne donne pas accès aux indemnités journalières de maternité et qui donc contribue à ce que des femmes renoncent à la maternité.

J'ai appris en tant que prof précaire vacataire que je n'avais pas accès aux indemnités journalières de maternité donc pas de congé maternité pour moi.
C'est le cas aussi de nombreuses autres femmes qui comme moi font de multiples CDD, contrats d'usage et intérims ou qui sont intermittentes du spectacle.

Et nous cumulons avec l'impossibilité de choisir quand avoir un enfant puisque notre précarité professionnelle et salariale nous oblige à tenter d'être enceinte au moment qui fera que nous pourrons retrouver notre ou nos jobs après l'accouchement.

Car si théoriquement un employeur n'a pas le droit de licencier ou de remplacer définitivement une salariée enceinte, pour les femmes précaires, il en va autrement dans la réalité.

Donc le congé maternité reste accessible uniquement soit si vous avez eu un CDI ou si vous avez les minimas sociaux ou si vous êtes fonctionnaire.
Or de là, vous n'avez qu'à remiser un désir d'enfant.

Voilà la réalité 2010 pour les femmes.
Et après, on parle de choix.
Les françaises ont toutes eu par le passé, le choix de cumuler maternité et travail, ou de choisir seulement le travail ou seulement une vie au foyer. Aujourd'hui celles qui ont le choix sont minoritaires et appartiennent à une classe sociale aisée et sans souci financier.

Les autres femmes, majoritaires, et beaucoup plus précaires et modestes sont dans l'obligation de cumuler maternité et travail pour survivre ou de renoncer à la maternité toujours pour survivre.

Parce que pour élever un enfant, il faut avoir des moyens. Et vu l'augmentation de la proportion de familles pauvres en France d'année en année, la notion de choix de vie des femmes est de plus en plus aléatoire.

9. Le 30/03/2010, 23:13 par Zoé

@ muse: ça veut dire qu'en France, pas de congé de maternité pour une chômeuse par exemple? dios mio, je suis bien contente d'être en Belgique.
Qui paye les indemnités? ce n'est pas la mutuelle?

10. Le 31/03/2010, 09:16 par muse

@ Zoé,
seules les chômeuses indemnisées par l'Assedic ont droit au congé maternité. Les chômeuses non indemnisées n'ont pas droit au congé maternité. C'est la Sécurité Sociale qui paye les indemnités journalières de maternité. Et ces dernières sont conditionnelles à ton statut professionnel.
Tant que tu es salariée à temps plein ou que tu as un travail qui t'occupe 800H par an avec un salaire annuel de 2030x le SMIC horaire, tu as droit au congé maternité et aux indemnités qui vont avec. Si ce n'est pas le cas, pas de congé maternité.

11. Le 02/04/2010, 13:22 par jobetmaman

tout d'abord merci Olympe d'avoir cité l'interview de Brigitte Grésy réalisé par jobetmaman.
moi ce que je constate c'est que l'on avance quand même à petits pas vers une meilleure prise en compte de la parentalité dans le cadre professionnel..beaucoup de choses doivent encore être mises en place,(égalité dans les postes à responsabilité, aménagements d'horaires compatibles avec des enfants, retour après un congé maternité préparé et non pas subi, bilan de compétences facilité après une interruption..) mais c'est un sujet qui émerge de plus en plus. Et les femmes ne sont pas les seules concernées, les papas commencent eux aussi à penser,... qu'il serait possible,... d'envisager l'éventualité....hummm de prendre également du temps pour l'éducation de leurs enfants ! bref, on a pas fini de parler des mamans et des parents dans leur vie active !