Les yeux brun du juge

"Le juge qui a mis en examen Dominique Strauss-Kahn est un homme. Un joli brun de 37 ans aux yeux noirs, marié, gros bosseur". Cette phrase est un peu incongrue non ?

En quoi la couleur de ses yeux, son statut marital et le fait qu'il soit joli pourraient ils nous intéresser ?

En réalité, il n'y a que lorsqu'il s'agit d'une femme que les journalistes remplissent des lignes de cette façon.

Puisque bien entendu la véritable version est "Le juge qui a mis en examen Dominique Strauss-Kahn est une femme - comme la très large majorité des jeunes magistrats. Une jolie brune de 37 ans aux yeux noirs, mariée, grosse bosseuse"

Notons que "le juge est un homme" ne pourrait pas faire le titre d'une série, puisque si l'on parle "du juge" sans plus de précision il est implicite qu'il s'agit d'un homme.

Commentaires

1. Le 31/03/2012, 23:07 par Paradox de la tasse de T

Une série qui fait un tabac " La femme de ménage était une femme" par DSK production. Bon ok, il y comme une redondance mais on ne pouvait pas employer le terme "technicien de surfaces".
Après tout les femmes sont corvéables à merci, ce terme est bien trop sérieux pour elles.

2. Le 01/04/2012, 09:08 par Augustine

Paradox, merci de nous faire rire sur ce sujet affligeant.

Cette affaire DSK n'a pas fini de dévoiler tous les aspects de la misogynie ordinaire.

3. Le 01/04/2012, 11:50 par Elisa

Dans le même genre, j'ai entendu hier une critique de film documentaire sur des centres de rétention d'émigrants en situation irrégulière en Suisse. Le critique les décrivait comme des gens intingrés dans la société depuis plusieurs années, travaillant et payant des cotisations et ayant des femmes et enfants. j'en ai conclu que les émigrants en situation irrégulière n'étaient que des hommes.
Le monde est très souvent présenté d'un point de vue complétement masculin et les femmes de leur point de vue n'en font pas partie au même titre qu'eux, c'est viscéral chez eux et le pire c'est que ce n'est pas spécialement agressif tant que cela reste inconscient. Lorsque cela devient conscient les hommes peuvent devenir agressifs car ils ne veulent surtout pas être comparés à des femmes.

4. Le 01/04/2012, 13:20 par ebb

merci pour l'exercice de style, il me plaît.
je commencerai par l'autoportrait...

bien à vous

5. Le 03/04/2012, 10:35 par Charles

L'autre jour j'ai raconté une blague aux collègues, en remplaçant les hommes par des femmes : la blague ne change pas, c'est une blague de scientifiques pour se moquer des différentes catégories :
« alors c'est l'histoire d'une physicienne, une chimiste, une informaticienne et une mathématicienne, etc... »
J'aurais dû filmer, c'était intéressant. Ils ont commencé à sourire dés cette première phrases ("ouais, ça va parler cul ou blondes ou chiffons").
Puis ils se sont rendus compte que c'était une blague qu'ils connaissaient déjà plus ou moins, mais avec des hommes. « Mais pourquoi t'as mi des femmes ? » - « tu m'aurais posé la question si j'avais mis des hommes ? » - « ah bin non... »
Féminisons les blagues !

6. Le 04/04/2012, 10:27 par Clem

Je me suis fait la même réflexion en lisant l'article... puis j'ai vérifié l'auteur, une femme ! Je pense que c'est vraiment ancré dans les habitudes d'écriture des journalistes, si c'est une femme, on parle de son physique et de sa situation familiale, même si ici ces détails ne sont absolument pas pertinents. Dommage !