Depuis quelques années, sous l'impulsion de chercheurs et d'associations dynamiques comme Genre et ville, se développe une réflexion, tout à fait inexistante auparavant, sur l'utilisation de l'espace public.

Sans surprise on s'aperçoit que, non seulement ces espaces sont davantage conçus pour les hommes, mais qu'une grande partie des financements publics, notamment ceux des collectivités locales, leurs sont destinés. 

Aujourd'hui de nombreuses municipalités s'en préoccupent. C'est le cas de la ville de Paris qui a rédigé un guide sur ce sujet et veille désormais à inclure cette problématique dans ses travaux.

(pour aller plus loin, cet article du Monde "Les femmes à la reconquête de l'espace public")

Mais il est une situation que je n'ai encore vue traitée nulle part, celle de la sortie des écoles.

Les parents qui attendent leurs enfants sont très majoritairement des femmes. Or, rien n'est prévu pour elles. C'est à dire qu'il y a très rarement un espace qui leur permette d'attendre dans de bonnes conditions. Lorsque le portail donne directement sur la rue des barrières empêchent les enfants de sortir en courant, mais le trottoir n'est pas toujours suffisamment large pour que les parents y stationnent confortablement et ils attendent dans des conditions de sécurité minimales.

Et bien sûr, même lorsque l'espace serait suffisant, rien n'est jamais pensé pour que ce lieu d'attente soit un espace convivial alors que c'est par définition un lieu de rencontre. Il n'y a par exemple jamais de bancs. 

On pourrait aussi imaginer que les parents entrent dans l'école, mais c'est une autre histoire.