Maman travaille

Je ne suis pas fan des guides qui vous expliquent que vous pouvez gagner du temps en faisant du sport à l'heure du déjeuner ou en épinglant des to do listes au dessus de votre lit.

Mais celui-ci est bien davantage. 

Ce doit être la 1ere fois qu'un livre vous donne quelques conseils si par exemple, enceinte, vous avez des nausées au travail. Parce que jusqu'à présent on a surtout fait en sorte que ça ne se remarque pas trop et que personne ne puisse nous reprocher de ne pas être à 100% opérationnelle. On s'est donc débrouillées avec l'aide de collègues compréhensives. 

Il vous explique comment dire non à une tâche ingrate et vous donne le détail de tous les textes de lois relatifs à la maternité et à la discrimination.  Il vous incitera aussi à réclamer votre du, ce n'est pas parce que vous faites des bébés que vous êtes moins efficace ou compétente. 

Vous y trouverez plein d'informations, mais son intérêt ne réside pas tant dans les conseils qu'il donne que dans le fait qu'il vous déculpabilise tant vis à vis de votre employeur que de vos enfants. 

Bref vous vous sentirez moins seule.

Un seule regret il manque  des conseils pour les papas qui travaillent et qui, hormis la période de grossesse et le congé maternité sont tout autant concernés. Il aurait pu s'appeler "Maman et Papa travaillent"

Marlène Schiappa a crée le réseau maman travaille et l'anime avec beaucoup d'énergie, le seul à ma connaissance qui réfléchit à la conciliation vie privée/ vie professionnelle et à avoir élaboré une plate forme de revendications. Un sujet qui ne passionne pas les hommes politiques alors qu'il concerne plusieurs centaines de milliers de femmes et d'hommes chaque année.  

Commentaires

1. Le 28/08/2011, 17:16 par Ju

On peut aussi se référer à sa convention collective. Chez les journalistes, par exemple il y a quelques textes en rapport avec les déplacements en reportage pour les femmes enceintes, par exemple, et d'autres ppetits trucs repérés par une amie qui bosse en radio lors de sa grossesse. Ca peut être assez pénible à éplucher mais c'est UTILE et il s'agit de vos (nos) droits !

2. Le 28/08/2011, 17:38 par michelle

Bonne initiative, ce bouquin. A propos de la culpabilité, on entend trop souvent les mères actives se lamenter parce qu'elles estiment ne pas être assez disponibles pour les enfants. Pas évident d'être parfaite sur tous les fronts. Il faut une sacrée dose d'énergie, de moral et d'humour.

3. Le 28/08/2011, 19:00 par Zoë Lucider

Il faudrait sans cesse répéter que toutes les études le montrent : les enfants de mères actives vont plutôt mieux que ceux des mères au foyer, celles-ci étant plus souvent livrées à la neurasthénie et à l'auto dépréciation.

4. Le 29/08/2011, 15:59 par chantou

Ce qui est dommage, c'est que Marlène Schiappa n'a pas résisté à cette nouvelle norme infantilisante d'utiliser les termes "maman" et "papa"...au lieu de "mère" et "père" qui envahit les médias et qui atteint journalistes, acteurs et même psychologues !

5. Le 29/08/2011, 17:27 par ajuga

Ce livre est sûrement très bien, je serais intéressé par la version allemande ! qui n'existe sûrement pas. Ma fille vient d'accoucher dans une grande ville dudit pays. Accompagnement postnatal super (sage femme gratuite qui vient souvent, très rassurant et aidant), mais ensuite ... les nounous n'existent pas. Les crèches sont prises d'assaut, l'école c'est 5 ou même 6 ans. T'es une femme qui veut retravailler ? "maman corbeau" (je crois que c'est le terme, je ne parle pas allemand, mais c'est TRES péjoratif) vous voyez la pression sociale ?
Je me demande d'ailleurs comment font les couples qui ont un seul salaire, tout le monde n'est pas cadre ! sans doute les parents...

P.S. Oui, maman et papa ça me gonfle aussi, et je n'ai jamais parlé de moi en tant que 'papa' à mes enfants, quand à leur mère je disais plutôt son prénom, ou 'ta mère' si nécessaire.

6. Le 30/08/2011, 00:34 par Zoé

Pire que les journalistes parlant de "maman et papa": les femmes qui parlent d'elles à la 3ème personne quand elles parlent à leur gosse: "maman va faire ci, maman va faire ça". Comme si les gamins ne comprennent pas le "je vais ..." ou "je suis"...

7. Le 30/08/2011, 00:34 par Zoé

valable pour les hommes aussi d'ailleurs...

8. Le 30/08/2011, 00:54 par Aude Dite Orium

Dans certaines régions de france, on remplace le nom de l'enfant par le "Maman, Papa, Mamie, Papi...) C'est donne : "viens, Mamie, viens Mamie." C'est assez schizophrènique, je trouve.

9. Le 30/08/2011, 01:39 par Olympe

En même temps "mère travaille" ça n'etait pas terrible comme titre.
Ça ne me dérange pas de parler des mamans si on parle aussi de papas, parceque quand on a de jeunes enfants notre identité de maman est une part importante de nous.

10. Le 30/08/2011, 01:39 par Olympe

En même temps "mère travaille" ça n'etait pas terrible comme titre.
Ça ne me dérange pas de parler des mamans si on parle aussi de papas, parceque quand on a de jeunes enfants notre identité de maman est une part importante de nous.

11. Le 30/08/2011, 07:08 par zeb'

Bonne idée ce bouquin...
En même temps... Je travaille... Et je pense que les mères au foyer sont des héroïnes... (peu de temps pour soi, pas d'argent en propre, ménage à gogo)... Je ne tiendrais pas une semaine... Alors la culpabilité, il y a un moment que je l'ai laissée derrière moi...

12. Le 30/08/2011, 13:11 par paul

à quand le bouquin qui va déculpabiliser les gens qui n'ont plus de travail depuis longtemps et qu'on prend partout pour des merdes incapables de se vendre ?

13. Le 30/08/2011, 15:20 par Marlène (Maman travaille)

Bonjour,
Merci Olympe pour ce billet et pour la mention du réseau.
@ Ju: absolument ! Code du travail et convention collective avant tout... en les lisant, on découvre souvent des droits qu'on ignorait. (Beaucoup de femmes enceintes qui travaillent ignorent qu'elles ont le droit de s'absenter ou de demander un aménagement de poste, par exemple)
Pour répondre à Zoe et Chantou sur le titre, je n'aime pas non plus dire "sa maman" et "son papa", d'ailleurs je ne le dis pas à l'oral, dans la vie.
Mais en effet, "mère active" ça rebute certains par son côté "sociologique". En appelant le réseau "maman travaille", tout le monde comprend, et surtout on montre la dualité entre la maternité et la sphère professionnelle.
Pour le livre, ça fait écho aux titres de la collection "Future maman", "Maman débutante", etc... et puis on peut y voir plusieurs significations.
@ Zeb: je partage ce point de vue, mais je pense que les mères qui ne travaillent pas vivent une culpabilité sur le plan social (argent, travail, "valeur ajoutée" entre guillemets) mais les mères qui travaillent sont culpabilisées sur le plan perso ("Tu ne t'occupes pas de tes enfants", arriver en retard à la crèche, partir en déplacement quand on a un enfant, etc), souvent traitées de mauvaises mères, etc. Mais c'est en effet une question de perception. Il est difficile d'évaluer le sentiment de culpabilité des autres...

14. Le 06/09/2011, 13:03 par la sorcière à la ville

Les femmes qui ne travaillent pas vivent une culpabilité sur le plan social... Quelle connerie... je ne travaille pas, parce que j'ai décidé de ne pas me faire exploiter par la collectivité... point barre.
J'ai pris cette décisoin , quand j'étais célibataire et sans enfants, parce que dans la boîte où j'étais entrée, seule les mères de famille avaient le droit à des temps partiels... ben moi j'étais pas d'accord pour bosser, me faire racketter par le système social, et le fisc, pour permettre à ces connes d'élever leur marmaille... et bosser même temps, parce que la vie à la maison , c'est trop nul... Et quand j'ai eu des enfants, nous les avons élevés et éduqués nous-même, sans aide sociale, sans école...Mes enfants vont très bien merci ...bien socialisés grâce à leurs pratiques sportives et artistiques, tout aussi performant en matière scolaire que leur pair scolarisés, mais avec trois ou quatre longueurs d'avance en matière d'autonomie, et d'émancipation.
Votre modèle sociétal ne fait pas l'unanimité, mettez-vous ça dans le crâne.

La discussion continue ailleurs