Marie Curie à l'ENA mais toujours aussi peu d'élèves femmes

"Le 15 janvier 2011, les élèves de l’Ecole nationale d’administration, réunis en séminaire d’intégration à Ventron (Vosges), ont choisi leur nom de promotion : Marie Curie.

A 6h19 du matin, au terme de cinq tours de scrutin, Marie Curie l’a emporté face à Georges Clemenceau. D’autres noms avaient rallié auparavant de nombreux suffrages, parmi lesquels Ciceron, Aimé Césaire, Richelieu et Churchill."

Après Louise Michel, Simone Weil et Simone Weil c'est la 4eme fois que le nom d'une femme est choisi en plus de 60 ans.

Par contre la proportion de femmes reste consternante. Cela avait pourtant fait l'objet d'une étude il y a 1 an ou 2 et l'école devait prendre des mesures notamment dans la préparation et l'organisation des oraux. Voici donc ce qu'il en est.

Et la mise en graphique de ces chiffres montre une stabilité remarquable.



Ces élèves étant destinés à grossir les rangs de la haute fonction publique et des dirigeants de grosses entreprises il est difficile de faire preuve d'optimisme


(Les chiffres 2011 ne sont pas sur le site de l'ENA j'ai donc effectué le décompte à la main à partir de la liste des admis)

Commentaires

1. Le 18/01/2011, 23:10 par mamzelle carnetO

mais réjouissons nous ! un noms féminin pour la promo 2011 ! Et ce nom est donc choisi par une assemblée majoritairement composée d'hommes ! C'est une avancée quand même !!

2. Le 18/01/2011, 23:31 par olympe

tu es vraiment d'un naturel optimiste toi !

3. Le 19/01/2011, 07:36 par Le Journal de Chrys

Cela va dans la tendance actuelle du système scolaire qui creuse les différences: que ces différences soient liées au sexe ou liées à l'origine socio-culturelle.

4. Le 19/01/2011, 08:15 par Merome

Vu ce qui sort de l'ENA, je ne sais pas s'il faut souhaiter voir en sortir plus de femmes...

5. Le 19/01/2011, 09:48 par solveig

Il faut qu'il y ait des femmes dans les instances dirigeantes, ce n'est pas discutable;
Maintenant ... on n'est pas obligées de considérer que l' ENA est le top de ce que peut faire d'une femme, chacun est libre d'en juger mais, la situation ne s'améliore pas et pourtant les filles continuent d'être meilleures élèves et plus motivées dans leurs études .... jusqu'à leur arrivée au plafond de verre ?
Saluons quand même celles qui y parviennent !

6. Le 19/01/2011, 11:19 par Gabrielle

moi aussi j'ai du mal à faire preuve d'optimisme... même si on peut saluer l'adoption de Marie Curie comme nom de promotion! Mais si j'étais cynique, je dirais qu'ils seraient bien en peine de citer d'autres noms de femmes scientifiques renommées...

je me pose la question du pic de femmes en 2006... j'avais entendu parler, sans trop y croire de la légende de l' "effet coupe du monde" qui ferait que tous les 4 ans, les années de coupe du monde de foot, les filles soient plus nombreuses à intégrer les écoles prestigieuses.
Bon, ici, ça ne marche pas en 2010 mais en 2006 la France est allée en finale... et le taux de filles "explose". ça serait affligeant que ce soit la raison, quand même.

7. Le 19/01/2011, 13:28 par #

Tu veux dire qu'il y a eu deux fois Simone Weil ?

8. Le 19/01/2011, 14:07 par jean-michel

Pourquoi parler de l'ENA uniquement ? A l'école nationale de la magistrature il y a 80% de femmes ; ces dernières sont également majoritaires dans les filières de la santé (médecines, vétérinaires, pharmacie..),l'enseignement (concours agrégation, CAPES), les grandes écoles de commerce et même la police (commissaires, officiers) et en général dans la plupart des écoles qui forment des fonctionnaires de niveau A.

9. Le 19/01/2011, 17:31 par Gabrielle

vos chiffres sont exact Jean-Michel, sauf pour les grandes écoles de commerce où je pense qu'on s'approche plus du 50%. et oui, il faudrait également s'occuper de ces secteurs pour faire venir plus d'hommes...

cela dit dans tous ces secteurs masculins ou féminins, une constante: les postes les plus valorisés et/ou ceux où s'exerce le pouvoir restent trustés par les hommes. par ex en médecine 80% de femmes oui mais très peu de femmes chirurgien.
l'ENA en tant qu'"antichambre du pouvoir" symbolise cette inégalité de fait.

10. Le 19/01/2011, 20:20 par lyly

A propos de l'école de magistrature, un ponte de juge s'est affolé de ce 80% de filles en école de magistrature car "les juges doivent représenter la société", et il est bien entendu que les femmes ne peuvent pas rendre d'avis objectif, donc ce monsieur a créé une commission sur la mixité pour lutter contre cette majorité!!!!quelle louable et TRES RAPIDE intervention pour sauver la magistrature!!!j'attends avec impatience les mêmes commissions dans les autres métiers à dominante masculine, ah bah non je suis bête un homme est toujours représentatif de la société, mais pas une femme...

11. Le 20/01/2011, 10:08 par jean-michel

Le problème maintenant pour les femmes est beaucoup moins l'accès aux filières prestigieuses que la possibilité de faire carrière comme les hommes une fois engagées dans la vie active et d'aller là où les choses bougent. L'important c'est la capacité d'anticipation et de mouvement pour des jeunes femmes souvent très douées et travailleuses mais souvent trop formatées et normées.C'est leur aptitude, jeunes, à coller aux désirs du monde adulte et des enseignant(e)s qui fait aussi leur faiblesse dans la vie réelle.

En général en effet les jeunes hommes "brillants" plus que les jeunes femmes "brillantes" ciblent ce qui apporte du pouvoir ou de l'argent et de préfèrence les deux ; ils n'ont pas d'état d'âme : si c'est prestigieux mais que ça n'apporte ni l'un ni l'autre ils s'en détournent, laissant le champ libre aux femmes moins exigeantes sur ce plan. Au bout d'un certain temps le "prestigieux" qui n'apporte ni argent ni pouvoir se dévalorise et passe en "prestigieux has been".

C'est clair maintenant pour la médecine, en particulier les médecins généralistes; pour la chirurgie cela commence à être vrai (sauf pour la chirurgie esthétique qui rapporte beaucoup) car c'est une spécialité qui "rapporte" en moyenne sensiblement moins qu'avant, surtout eu égard à la difficulté d'accès, la longueur des études, la fatigue nerveuse et physique,l'obligation de résultat et la responsabilité juridique. D'ailleurs de fait il y a de plus en plus de femmes qui intègrent cette spécialité !

Exemple: un garçon très bon en droit préférera être avocat et tout tenter pour intégrer les grands cabinets d'afffaires internationaux plutôt que d'être magistrat. Au bout de quelques années (très dures en terme d'horaire) il pourra gagner autant que les plus hauts magistrats de la Cour de Cassation et s'il arrive à être associé ce sera entre cinq fois et vingt fois plus.

Autre exemple: dans les pays scandinaves où la fonction politique rapporte très peu en avantages et fait l'objet d'un contrôle pointilleux des médias et des organismes de contrôles il y a de moins en moins d'hommes; les suédois hommes ambitieux vont dans le monde des affaires,les multinationales ou les petites start-up, très souvent à l'étranger, vikings modernes rentrant dans leur patrie de façon intermittente.

Le risque pour les femmes en réalité c'est d'être toujours en retard d'une guerre, de ne pas tenir compte des changements qui bousculent les hiérarchies qui semblent bien assises. C'est le goût du risque et l'anticipation qui dessinent les nouvelles frontières plus que le très bon résultat académique même si avoir les deux est un gros plus.

12. Le 20/01/2011, 11:08 par Gabrielle

nous sommes donc bien d'accord, il s'agit de modifier l'éducation et les stéréotypes pour que hommes et femmes soient armés de la même manière pour faire ce dont ils ont envie et pas ce que la société veut les voir faire en fonction de leur sexe.

13. Le 01/02/2011, 12:58 par Patrice Sevilly

Résultats du premier concours de l'Ecole Nationale de la Magistrature (ENM) : 91 auditeurs de justice ...dont 14 hommes , soit 15% de l'effectif total.

Félicitations aux heureuses (eux) élues (us) .

Et gare aux prévenus confrontés à un univers marqué par une sur-représentation de magistrates...

14. Le 01/02/2011, 12:59 par Patrice Sevilly

Résultats du premier concours de l'Ecole Nationale de la Magistrature (ENM) 91 auditeurs de justice ...dont 14 hommes , soit 15% de l'effectif total.

Félicitations aux heureuses (eux) élues (us) .

Et gare aux prévenus confrontés à un univers marqué par une sur-représentation de magistrates...