Peut être que c'était une fille facile

Une consternante affaire de viol lors de garde à vue.

Une consternante plaidoirie de l'avocat de l'accusé ."Souvent les viols sont des problèmes de communication", a  avancé Me Bismuth, estimant que son client s'était "mépris de bonne foi", pensant "peut-être que c'était une fille facile". "C'est un peu l'amour au bureau", a-t-il dit.

Il y a longtemps que je n'avais plus entendu cette expression "fille facile" qui est très péjorative. Qu'elle soit encore utilisée dans un prétoire prouve qu'elle n'a pas disparue de l'imaginaire collectif.

Mais qu'est ce qu'une fille facile ?

Une femme qui a facilement des relations sexuelles avec de nombreux partenaires ? Quand c'est un homme qui multiplie les partenaires  on ne dit pourtant pas qu'il est facile, mais qu'il est un grand séducteur.

Facile, est ce que ça veut dire aussi que puisqu'elle a eu de nombreux partenaires elle n'est finalement plus à ça près et qu'un de plus un de moins...?
Facile , est ce que ça veut dire que si elle a de nombreux partenaires c'est qu'elle doit aimer ça avec n'importe qui ?
Facile ça veut dire qu'elle aime tellement le sexe que quand on la viole on ne s'en rend même pas compte ?

Puisqu'on nous précise qu'il est de bonne foi, que c'est juste un problème de communication.

Il n'y a pas un code de déontologie pour les avocats ?

Commentaires

1. Le 26/03/2010, 10:14 par raja

dwormiller excuses moi mais tu te fous de nous? ces femmes ont dit avoir été violée, la sanction qui a été donné était à la hauteur du crime...

qu'elle couche avec 101 mecs à la fois, tout les jours mais que ce jour là elle dise non c'est un viol.point barre...dans le cas cité par olympe.
relativiser l'acte de ce policier en nous disant que si ça avait été une femme flic cela n'aurait pas été la même sanction ou le même délit...jusqu'à aujourd'hui nous n'avons pas entendu de cas de viol sur homme par des femmes flics...
les hommes séducteurs qui ont beaucoup de relations sexuelles peuvent aussi marchander leur charme sauf qu'on appellera ça un don juan, un beau gosse, ou un debrouillard pour une femme c'est une pute ou une fille facile.

"Si elle le suit dans les toilettes, c'est qu'elle est capable de déconnecter fellation et charge émotionnelle. Pour elle, c'est clair, elle ne perçoit pas l'acte comme potentiellement traumatisant.
A moins de supposer que les femmes sont naturellement soumises et incapables de résister à un policier qui fronce les sourcils."
qu'en sais tu que pour elle ce n'était pas traumatisant, elles ont porté plainte ce qui prouve bien que celà n'a pas été un grand bonheur de sucer un flic...si tu n'as pas l'habitude d'un commissariat que t'es coincé avec un homme plus fort et puissant que toi et de surcroit un flic qui sait ou tu habites, ou tu travailles...dans la tête de cette femme ça doit se bousculer...c'est plus facile de dire ça quand on a un pénis qu'on pense pouvoir mettre dans ce qu'on veut...

"Toutes les autres filles qui se sont retrouvées dans sa situation ont envoyé bouler le flic. Au beau milieu d'un commissariat central, en plein jour, rien de plus facile."
c'est donc leur faute??? les femmes violées sont fautives elle n'avait pas qu'a obtempérer...avec ça on va pas aller loin...

2. Le 26/03/2010, 11:20 par Gabrielle

merci beaucoup Olympe pour cet article.

quant à la réaction de Dwormiller: ce qui me fait le plus peur, c'est que pour un Dwormiller qui exprime ce qu'il pense, en nous permettant au moins de répondre, ce sont tous ceux qui pensent comme lui mais se garent bien de le dire, sauf chez eux où ils abreuvent leurs enfants filles et garçons de leur opinion sur les filles faciles et sur la "valeur" des rapports sexuels qui diminue avec le nombre.

3. Le 26/03/2010, 13:12 par ali

Cultive Ton Jardin dit :

"""Ce sont ces poncifs là dont nous ne voulons plus. Et les hommes les refuseraient aussi s'ils avaient un peu de bon sens."""

Tu sais, tout ce que dit Dwormiler me met tout autant en colère que toi, on pourrait dire "les machos les refuseraient..." ou quelque chose comme ça.

Et des propos aussi dénués de bon sens du genre :

(je cite Dwormiler)
"""Si elle le suit dans les toilettes, c'est qu'elle est capable de déconnecter fellation et charge émotionnelle. Pour elle, c'est clair, elle ne perçoit pas l'acte comme potentiellement traumatisant.

A moins de supposer que les femmes sont naturellement soumises et incapables de résister à un policier qui fronce les sourcils."""

... me heurtent car ils expriment une vision de l'être-humain à laquelle il manque quelques dimensions.

Je répond à Cultive Ton Jardin, car tenter de raisonner en face des théories à la Dwormiler (ou Zemmour), ça me parait une tache assez insurmontable, en cette ère sarkozyste (tout n'est pas de sa faute mais ce n'est pas pour rien qu'il est au pouvoir), je préfère ignorer et tenter de garder au chaud, le peu d'humanité qu'il nous reste.

4. Le 26/03/2010, 13:18 par isabelle germain

Les trois premiers commentaires sont effrayants... Autant que l'argumentation des avocats. Natacha Henry a écrit, il y a peu, "les filles faciles n'existent pas.." Tout à fait raccord avec ce que tu dis Olympe. Quand les médias parlaient de son bouquin, ils s'intéressaient à sa vie privée à elle, et traitaient le sujet de façon légère. Elle aussi tentait de déconstruire ces discours nauséabonds qui transforment la victime en coupable et vice-versa. Mais manifestement, pour déconstruire, c'est le pot de terre contre le pot de fer des masculinisites...

5. Le 27/03/2010, 16:47 par ali

Oui Cultive Ton Jardin, en moyenne les hommes acceptent bien plus facilement le discours machiste (et beaucoup, même moi parfois, ne savent pas décoder ce qui est un "poncif" de la réalité).
Ce que j'ai envie de souligner, c'est que les propos misogynes sont par la même occasion anti-humanistes. Alors quand on est sorti un peu des carcans, on est autant blessé soi-même par les discours qui s'attaquent aux femmes. Ce n'est pas une question d'être "pro femmes" comme le disent certain-e-s féministes. Quand on nie la liberté des femmes, on nie la liberté de toute l'humanité. Par exemple sur cette histoire de viol, à la manière dont D nie le statut de victime d'une de ces femmes, il nie une dimension humaine qui pourrait très bien appartenir à un homme aussi. Que ce soit un homme ou une femme, au fond, importe peu... quand on arrive à sortir des carcans, c'est de nier un être humain qui est blessant pour les autres.

6. Le 28/03/2010, 12:54 par Zab

"Quand c'est un homme qui multiplie les partenaires on ne dit pourtant pas qu'il est facile, mais qu'il est un grand séducteur."

Pas toujours. Il peut également être considéré comme un cavaleur. Ce qui, sans être aussi péjoratif que le terme fille facile, n'est pas vraiment un compliment.

@Raja
Les hommes séducteurs qui ont beaucoup de relations sexuelles peuvent aussi marchander leur charme sauf qu'on appellera ça un don juan, un beau gosse, ou un debrouillard.

Je pense qu'un homme qui moyenne ses charmes sera plus considéré comme gigolo que comme un don juan.

Il est ancré dans certaines mentalités que si une femme a des relations sexuelles avec de nombreux partenaires est une fille à disposition de tous. Et avec des appréciations qui diffèrent d'un individu. Pour certains, une fille couche avant le mariage est une fille perdue tandis que pour d'autres, celle qui séduira un homme toutes les semaines ou tous les mois est une fille libre point barre.

De même un homme, surtout s'il a beaucoup d'aventures, ne qu'être flatté si une fille, en particulier si elle jolie, lui saute dessus ou le harcèle. La société ne comprendra qu'il la repousse et se sente agressé.

Où est la liberté individuelle ? Supposons (oui supposons lol) que je pratique régulièrement diverses disciplines de sport. Viendra-t-on me reprocher de ne pas vouloir faire du ski ou natation sous prétexte que je pratique et aime des tas d'autres sports ? Supposons que j'apprécie la mousse au chocolat (là on s'approche plus de la vérité) au point d'en manger à chaque repas (fiction fiction...). Si je décide d'arrêter une journée, une semaine ou toute ma vie, va-t-on me forcer à en manger sous prétexte que j'aime cela.

Respecter l'autre, c'est respecter sa volonté en cette matière qui le concerne au premier chef.

7. Le 28/03/2010, 21:05 par Le Rocrocodile

Les filles faciles et les mecs faciles n'existent pas, c'est le langage des abuseurs. J'ai souvenir à Montpellier, il y a 14 ans de m'être arrêtée sur le bas côté d'une rocade, de nuit, un jeune homme de 17 ans avait été violé et laissé là pour mort. La réflexion de la police judiciaire de l'époque, venue sur les lieux m'avait scandalisé : "c'est un homo, un gay, il a joué avec le feu, il lui est arrivé ce qui devait arriver, laissez faire madame, passez votre chemin".

Quelle que soit la victime, homme ou femme, fille ou jeune homme, c'est effarant d'entendre autant de jugements exécrables, les bras m'en sont tombés.

8. Le 30/03/2010, 22:12 par muse

Le terme de "fille facile" est souvent évoqué par les violeurs vis à vis d'une femme adulte violée.

Pour les violeurs d'enfants, parents, grands-parents incestueux, pédophiles, le terme utilisé est "provocation sexuelle enfantine" pour évoquer leur victime.

Autrefois, les ados et enfants violés par un parent et qui portaient plainte à l'âge adulte se voyaient arguer par l'avocat du parent criminel qu'il y avait eu au départ de l'acte, consentement implicite de l'enfant.
Or dans un viol, il n'y a jamais de consentement implicite. Il y a crime et agression.
Depuis mai dernier, la loi a précisé qu'il ne peut pas y avoir consentement de l'enfant à des attouchements ou des viols.

Il serait bon que cette loi soit également appliquée pour tout viol qu'il concerne une femme ou un homme, qu'il soit conjugal ou dans le cadre professionnel ou dans un lieu public.