Vous avez probablement lu cette étude, reprise copiée-collée par de nombreux médias avec le titre " plus un homme fait le ménage, moins il a de rapports sexuels". Les plus imaginatifs ayant titré "faire le ménage ou l'amour, il faut choisir" (notez que c'est pour les hommes uniquement), "serpillière et sexe ne font pas bon ménage", "passer l'aspirateur nuit à la libido masculine" ou "hommes : faire la vaisselle nuit à l'activité sexuelle"

Le problème c'est que les médias reprennent un communiqué sans chercher plus loin. C'est à dire qu'ils ne prennent ni la peine de lire l'étude, ni celle d'essayer de faire jouer un début d'esprit critique.

Pire, ils caricaturent à outrance, c'est mieux effectivement pour faire le buzz, et arrangent les conclusions à leur façon. malheureusement ce qu'ils écrivent devient carrément faux : cette étude ne dit nullement que l'aspirateur où la vaisselle ont un effet sur la libido. 

Donc, cette très sérieuse étude (en anglais), menée par des sociologues espagnoles, montre une corrélation assez forte entre le nombre d'heures passées par des hommes mariées à des taches domestiques traditionnellement féminines et le nombre de relations sexuelles qu'ils déclarent avoir eues au cours du dernier mois.

 L'étude porte sur 7 002 personnes mariées. Elle prend en compte de nombreux facteurs tels que l'âge, la religion (les catholiques ont moins de rapports sexuels),  l'ancienneté du mariage, l'âge des enfants etc...

Comme toute recherche en sciences sociales, celle-ci met en évidence une donnée objective : la corrélation entre 2 comportements, mais l'interprétation  de ces données ne peut qu'être faite sous forme d'hypothèses

Les auteures émettent donc pour hypothèse principale l'existence d'un ensemble de "scripts sexuels" selon le sexe. Se conformer à ces scripts, c'est à dire avoir un comportement correspondant à ce qui est attendu d'un homme ou d'une femme serait important pour la création du désir sexuel et la performance de l'activité sexuelle. Elles rappellent qu'on savait déjà, et cela corrobore leur interprétation des faits, que  parmi les couples hétérosexuels adolescents, les paires avec un garçon auto-évalué très masculin et une fille auto-évaluée très féminine étaient  susceptibles d'avoir plus de rapports sexuels et de les avoir plus tôt que d'autres.

D'autres mécanismes, bien que non privilégiés par les auteures, sont également évoqués.

- les couples partageant les taches ménagères de façon traditionnelle auraient une vision plus traditionnelle de la femme et de l'homme et adopteraient des comportements conforment à leurs croyances , c'est à dire que les hommes pensent qu'un homme doit avoir des besoins sexuels fréquents et le prouver et les femmes pensent que pour être une bonne épouse elles doivent accéder à ces demandes.

- dans ces couples traditionnels les hommes "imposeraient" plus de rapports sexuels à leurs épouses. Cette hypothèse n'est cependant pas retenue car ces femmes se sont déclarées satisfaites de leur vie sexuelle dans les mêmes proportions que les autres.

- les couples qui partagent d'avantage se prouveraient  amour et affection de multiples façons et auraient moins besoin de la faire lors de rapport sexuels.

Comme vous pouvez le constater :

1/ le nombre de rapports sexuels est celui déclaré par les personnes interrogées. On voit d'ailleurs difficilement comment il pourrait en être autrement. On peut donc juste en conclure que les hommes qui ne font pas le ménage en déclarent davantage, ce qui colle bien aux hypothèses émises par les auteures. Le mystère reste entier sur ce qu'ils font vraiment.

Il me semble d'ailleurs que les heures de ménage aussi sont déclaratives.

2/ les journaux qui annoncent une causalité "+ de ménage = - de sexe" utilisent un raccourci vendeur mais faux. Ils auraient tout aussi bien pu dire  "les hommes qui font moins l'amour font plus le ménage" ce qui n'aurait pas eu exactement la même intention .

3/ les comportements des gens sont en partie déterminés par leur propre vision du monde bien plus souvent que par des liens de cause à effet. Ce n'est pas parceque ces messieurs font moins le ménage qu'ils font plus l'amour, ou l'inverse, mais parceque la vision qu'ils ont de ce qu'est un homme, de ce qu'est une femme, de ce qu'est un couple les incite à ne pas faire le ménage et à réclamer plus souvent des relations sexuelles à leur épouse qui s'y plie généralement car elle a la même vision de ce qu'est une bonne épouse.

En résumé, cette étude montrerait seulement que les machos ne font pas le ménage et déclarent forniquer plus souvent parceque c'est une façon de prouver leur virilité.

C'est un scoop ça ?

Photo: Le Dieu de la vaisselle . site publicitaire Spontex qui essaye de faire quelque chose avec des images d'hommes