Je vous conseille la lecture de cet article du New-York Times (il est en anglais)

Maria Konnikova est doctrice en psychologie expérimentale (oui, je féminise les mots de façon à ce ce que cela s'entende, ce qui n'est pas le cas de docteure, et je trouve que doctoresse n'et pas fluide ).
Elle a décidé, dans le cadre de ses travaux, d'étudier le poker et a appris pour cela à jouer, pour de vrai. Elle n'y connaissait absolument rien, a pris une année sabbatique pour se former et jouer de façon intensive et elle a mis à peine un an pour gagner 200 000 $.
Son doctorat portait sur la confiance excessive et la prise de décision risquée. Elle explique dans cet interview qu'elle s'intéresse à la façon dont les gens prennent des décisions, et pour elle le poker était un bon exemple de décisions dans lesquelles la chance intervient mais aussi les compétences.
Elle voulait savoir si les personnes ayant une haute confiance en soi prenaient de meilleures décisions dans des conditions risquées. Habituellement, les personnes ayant une bonne confiance en elles font beaucoup mieux que les personnes en ayant peu. Mais c'est moins le cas  dans des environnements imprévisibles comme les jeux, car ces personnes peuvent être trop confiantes et ne prennent pas assez en compte les aléas externes.

En ce qui la concerne, et c'est pour cela que je vous en parle, elle a rapidement su que la première chose que les joueurs remarquaient était son genre. Et qu'ils lui appliquaient tous les stéréotypes habituels. Et quand elle a compris comment ces joueurs voyaient les femmes, elle a su comment jouer contre eux. Et elle a gagné !

Elle explique que
"Il y a des hommes qui préfèrent mourir plutôt que d'être bluffés par une femme. Ils ne se coucheront jamais avec moi parce que c'est un affront à leur masculinité. Je ne les bluffe jamais. Je sais que peu importe la force de ma main, ils vont toujours m'appeler parce qu'ils ne peuvent tout simplement pas plier devant une fille."
"D'autres pensent que les femmes sont incapables de bluffer. Ils pensent que si je parie vraiment avec agressivité, cela signifie que j'ai une main incroyablement forte. Je bluffe ces gens tout le temps"
Elle dit aussi qu'elle a été pas mal harcelée car certains hommes n'acceptent pas qu'une femme s'assoie à une table de poker. Elle a eu sa revanche quand elle a ramassé leurs jetons.