Pour en finir avec les clichés

PRÉLIMINAIRES

Un, deux, trois…quatre, partez !

Indispensables chez la femme, superflus chez l’homme.

L’homme est prêt à entrer illico dans le vif du sujet. La femme, elle, a besoin d’une sérieuse séance d’échauffement. Mystère de l’amour ? Non réalité du terrain. Vaste, le terrain. La vie de l’homme est un préliminaire permanent. Il se promène dans la rue ? Sur une affiche 4x3 mètres ou sur un plus modeste abribus une femme presque nue l’invite à la bagatelle. Il passe devant un cinéma ou un kiosque à journaux ? La même ou une de ses copines lui fait un clin d’oeil. Il se rend à un rendez-vous chez un client ? Une jolie hôtesse l’accueille avec un charmant sourire ou/et la secrétaire du client lui apporte le café avec le même sourire copieusement dessiné au rouge à lèvres. Il fait un tour au salon de l’automobile ? Un aréopage de poupées Barbie affole ses sens. Il va en soirée ou se promène dans la rue quand il fait chaud ? Un tourbillon de décolletés et de minijupes le met dans un état second. Résultat : à toute heure du jour ou de la nuit il est chaud bouillant, prêt à passer à l’action dans les plus brefs délais.

Pour les femmes, l’appel de la chair est beaucoup plus sourd.Inaudible.
Point d’affiches de mâles offerts, nul hôte d’accueil susurrant un « je vais prévenir madame la directrice » qui à lui seul excite l’imagination. Cachée sous un costume gris, la sensualité d’une épaule musclée échappe au regard des femmes, les appétissantes fesses rebondies d’un sportif se dérobent sous le jean. Dans la rue, à la belle saison point de Ken, muscles saillants moulés dans un tee-shirt. L’homme donne le maximum de son sex-appeal dans un bermuda ample surmonté d’une chemise ample avec ici ou là quelques poils en bataille. Il faut aller du côté de chez les homos pour voir des corps qui appellent le sexe… Mais ils ne s’adressent pas aux femmes. Summum de la domination masculine. La rue n’est pas libido’s friendly pour les femmes. Alors dans l’intimité, il faut prévoir un tour de chauffe.

C'est l'une des définitions du Dictionnaire iconoclaste du féminin.

Vous saurez également ce que cachent des termes aussi anodins que  "Fesses" , "Colère" ou "Casseroles "(et vous savez qu'elles y passent toutes !).

Annie Battle, Isabelle Germain et Jeanne Tardieu débusquent à travers leurs définitions, et avec beaucoup d'humour même si quelquefois on rit plutôt jaune,  les lieux communs et les stéréotypes véhiculés par le langage.



Un dernier pour la route parceque je ne m'en lasse pas :

CASSANDRE

Apollon furieux que Cassandre ait repoussé ses avances lui fit un don perfide : elle verrait l'avenir et ne serait jamais crue...Elle demande donc en pure perte à Paris de ne pas aller à Troie. C'est en vain qu'elle alerte ses concitoyens sur les dangers du Cheval offert par les Troyens.
Les Dieux de l'Olympe et les Grecs en étaient déjà convaincus : quoi qu'elles disent, les femmes n'ont aucune crédibilité.

Commentaires

1. Le 24/02/2010, 00:50 par lucie

Je ne comprends pas votre avis sur les préliminaires.
En vous lisant, j'ai l'impression que vous justifiez
cette particularité féminine ( indispensables chez la femme, superflus chez l'homme comme vous l'écrivez en début d'article) par l'absence de stimuli visuels dans la rue ou ailleurs.
Mais pourquoi se justifier sur ce goût particulier ?
Faudrait-il se priver de ce que l'on aime?
Comme s'il s'agissait d'un simple échauffement!

De toute façon, ce sont les femmes qui apprennent la sensualité aux hommes. Et, je ne pense pas qu'ils s'en plaignent!

2. Le 24/02/2010, 08:19 par Le Journal de Chrys

Oui, c'est un prénom "particulier" que j'ai choisi de donner à ma fille!!!!

3. Le 24/02/2010, 10:22 par Ajuga

Le principal problème de Cassandre, telle que la décrivent les grecs, c'est qu'elle ne prévoyait QUE les malheurs, alors évidemment ça ne prédispose pas les gens à vous écouter !

4. Le 24/02/2010, 10:46 par RiGeL

@ lucie

Je ne suis pas sur que ce soit son avis sur les préliminaires, mais plutôt la définition extraite du bouquin, non ?

En passant, elle est un peu limite, cette définition. La personne qui l'a écrite ne doit pas très bien regarder les hommes dans la rue. Si la plupart sont tels que décrit, il en reste un certain nombre, y compris hétéro, dont le jean ne cache pas grand chose. Les hommes, comme les femmes d'ailleurs, pour en trouver un(e) sexy dans la rue, il faut en regarder 100.

En ce qui concerne les préliminaires, d'accord à 1000% avec toi, lucie. Même si on pouvait faire sans, ce serait vraiment très con de se priver de quelque chose d'aussi plaisant.

5. Le 24/02/2010, 11:10 par klava

mis à part que la définition semble globalement partir du principe que tout le monde est hétéro, je trouve intéressant qu'elle ne remette même pas en question le fait que "les choses sérieuses" se résument forcément au coït. C'est d'ailleurs ce qui me hérisse avec le terme "préliminaires". Pour le coup, la sexualité est réduite à la reproduction et nous, ben à des chimpanzés...

mais je suis d'accord que le texte est rigolo :-)

6. Le 24/02/2010, 11:19 par raja

je vais me le procurer à toute vitesse merci olympe :-)

7. Le 24/02/2010, 12:14 par Jungle Ju

La définition du préliminaire me renvoit au manifeste de Maïa Mazaurette sur l'érotisation des hommes, je mets le lien :

http://www.sexactu.com/2009/12/06/m...

8. Le 24/02/2010, 13:31 par dwormiller

Heureusement que les hommes sont là, effectivement, pour montrer aux femmes ce que les mots "décence" et "pudeur" veulent dire.

Hélas, le modèle permanent - et plein de dignité - que nous leur offrons, ne suffit pas à les arracher à leur animalité. Comme quoi, les "stimuli visuels" n'expliquent pas à eux seuls les comportements. Trop obnubilées par la mise en scène de leur potentiel de reproduction, elles en négligent les activités plus nobles, le travail, la réflexion intellectuelle. Malgré cette omniprésence des distracteurs érotiques que les femmes agitent sous leur nez, certains hommes héroïques (dont je fais partie) parviennent à rester concentrés. Ils ont appris la maitrise. Ils ont appris la tempérance. Le sexe, c'est entre 21h et 21h30.

9. Le 24/02/2010, 14:17 par Bob

> Un tourbillon de décolletés et de minijupes le met dans un état second.

Mais bien sûr !

> De toute façon, ce sont les femmes qui apprennent la sensualité aux hommes.

Ah oui, la sensualité c'est inné chez la femme. L'homme n'étant qu'une brute au naturel.

Loin de moi l'idée de donner des leçons de féminisme (je ne le suis pas), mais n'est-ce pas genre de préjugés idiots que vous êtes censé(e)s critiquer ? Vous ne pensez pas qu'avec de telles affirmations, vous entretenez les schémas « la vraie femme doit être “sensible” et le vrai homme doit être “viril” ».

10. Le 24/02/2010, 15:06 par dwormiller

@ Antisthène

J'ignore si la "vraie" femme doit être "sensible", mais c'est une condition sine qua non pour devenir "ma" femme.

Je ne dirai pas non plus d'une femme virile qu'elle est "fausse" et je suis tout disposé à applaudir ses efforts pour lutter contre les "clichés" et les "stéréotypes". Applaudir ne coûte rien. Tant qu'on ne me demande pas de coucher avec, je veux bien battre des mains. Bravo. A bas les clichés de loin.

Et de près, son corps contre mon corps, je la veux féminine, sensible et soumise. "Weich, süss und dumm", l'idéal féminin de l'autre.

Je ne tiens pas à devenir un mec castagné. J'aurais l'air de quoi, moi, avec un cocard sur le nez. Ca fait le mec qui se tape une femme virile. Ca fait le mec masculiniste qui s'est laissé déborder par sa passion de la démonstration idéologique.

11. Le 24/02/2010, 15:45 par Bob

@dwormiller: vous vous méprenez sur mes intentions en m'appelant antisthène. Ce que je critique c'est le double langage que je peux lire parfois ici ; ce qui est valable sur certains sujets ne l'est curieusement plus pour d'autres.
Par contre, entre les femmes soumises et les femmes qui vous mettent des gnions sur la tronche, je crois qu'il y a toute palette de possibilités, vous ne pensez pas ?

12. Le 24/02/2010, 16:19 par andrea

Dorwiller: on atteint des somments là, ouarf!!!ouarf!!! ouarf!!!
pas de limite à la mauvaise foi et à la provoc mais finalement, vous êtes drôle!

13. Le 24/02/2010, 18:08 par ali

Je ne sais pas si ce texte, tiré du dico en question, est de l'humour ou pas. Comme ça a déjà été dit, c'est du cliché sexiste et ridicule.
Déjà la notion de "préliminaires". Moi personnellement, que la sexualité passe ou non par le coït, je m'en contrefout, le plaisir ne se situe pas là, et ne se résume surtout pas à l'éjaculation etc... L'intérêt de la chose est un ensemble (nous sommes des êtres humains).
IL y a des éjaculations/pénétrations bien tristes et ennuyeuses, et d'autres choses, comme de simples regards, qui peuvent être des extases.
Même simplement au lit, franchement, ce n'est pas qu'une histoire de plaisir mécanique. Et vraiment, puisque femmes et hommes ont le même cerveau, ça ne doit pas être trop différent entre les deux.
Mais bien sur on conditionne les gens à se voir de certaines manières et à se forcer à coller à la règle.

14. Le 24/02/2010, 18:25 par isabelle germain

Bonjour,
Merci Olympe de présenter notre livre... Dans toutes les bonnes librairies dès demain.
Il s'agit donc d'un dictionnaire iconoclaste du féminin. Comme l'explique très bien Olympe, nous voulons "débusquer les lieux communs et les stéréotypes véhiculés par le langage". Nous y décortiquons les "mots qui font mal aux femmes", ceux qui ont un sens différent pour les hommes et pour les femmes, ceux qui ne se conjuguent qu'au féminin, comme "concilier"... Loin de nous l'idée de prêcher pour au contre les préliminaires.
Et comme nous aimons rencontrer nos lectrices et nos lecteurs (même ceux qui ne sont pas d'accord), nous faisons une signature apéritif le 18 mars à la librairie Julliard bd saint germain à Paris. Venez !
En tout cas un grand merci Olympe.
Les auteures reconnaissantes

15. Le 24/02/2010, 21:29 par olympe

Chrys c'est effectivement un très joli prénom.
Ajuga, certes mais si elle avait raison..

Dwormiller, mouarf finalement je me demande si vous n'êtes pas un fake. et je vois que ce n'est pas tous les jours fête pour vous parceque j'ai vérifié certains jours entre 21H et 21H30 vous commentez mon blog. et je me demande comment vous arrivez à passer d'un texte sur les préliminaires aux violences conjugales. vous avez vraiment une drole de conception H/F.

Klava, il est bien questions d'homos non ? (mais pas de lesbiennes c'est vrai)

je suis étonnée des réactions (à part évidemment celles des habituels affreux) parce que je trouve moi que ce texte décrit la réalité, avec humour, et que cette chair féminine en permanence exposée alors que la réciproque n'est pas vrai est bien constitutive d'une domination symbolique.

sinon je n'y serai pas le 18 mars (dommage j'aurai bien aimé, notamment pour savoir qui est la 3eme)

16. Le 25/02/2010, 00:19 par dwormiller

@ Olympe
"j'ai vérifié certains jours entre 21H et 21H30 vous commentez mon blog"

Tsss... Souvent je commente pendant mes pauses. Des fois je suis d'humeur badine. Mais je ne mets pas de smileys pour dire: "je suis d'humeur badine".

@ Bob
Ah oui, excusez-moi pour la méprise.

17. Le 25/02/2010, 16:07 par tetue

Puisque Jungle Ju m'a devancée en citant fort à propos l'excellent « manifeste pour l’érotisation immédiate des hommes » (Où diable le signe-t-on ?), je me rappelle ce billet, beaucoup plus ancien, où je regrettais l'invisibilité de nudité masculine et saturais face à la débauche inversement proportionnelle de nudités féminines dans l'espace public : http://romy.tetue.net/un-homme-nu-d...

18. Le 25/02/2010, 18:45 par lucia mel

j'ai adoré !!! et je dois dire que je songe même à en faire un billet. Ce dicco semble être une vraie merveille, je ne pourrai malheureusement pas être à la signature... ça recoupe énormément de thèmes cette question des "préliminaires" (si j'ose dire). De toute façon, le "haro" sur Badinter ne semblant pas vouloir se calmer, c'est bien la preuve qu'elle a débusqué un lièvre, ou plutôt une "hase" (celle qui a trois paires de mamelles, qui possède deux matrices et procrée par superfétation, et dont le cri est le vagissement), mais n'en révélons pas trop... sachons, avec les blogueurs aussi, séduire...

19. Le 25/02/2010, 19:58 par ali

"""je suis étonnée des réactions (à part évidemment celles des habituels affreux) parce que je trouve moi que ce texte décrit la réalité, avec humour, et que cette chair féminine en permanence exposée alors que la réciproque n'est pas vrai """

1) On est pas tous sensibles au même second degré.

2) Je ne me reconnait pas dans les hommes visés par cet article. Comme je n'ai pas fait de statistiques sur la sexualité de mes semblables masculins, ça ne correspond pas pour moi à une réalité, et je le vois donc comme un a-priori sexiste, forcément, comme il y a des femmes qui se foutent des "préliminaires".

3) Je suis pour la "dénonciation positive". C'est un cliché de dire que les hommes ne pensent qu'à tirer leur coup vite fait, c'est plus positif, à mon avis, de mettre en évidence que les hommes qui ont une sexualité plus riche sont plus épanouis.

4) Tout le monde n'est pas sensible à l'environnement publicitaire. Les affiches de 4 x 3, je ne les vois pas. Les pubs pour sous-vêtements ne me font ni chaud ni froid. Dans la rue, je remarque plus les filles sexy que les mecs, mais franchement, je n'ai pas l'impression que ma libido est en permanence titillée dans l'espace public...

C'est peut être pour ces raisons que j'ai du mal à comprendre l'humour de ce texte.
Tant pis...

20. Le 25/02/2010, 21:28 par Resh

Hé bien oui mesdames, depuis que vous vous fringuez avec des jupes et des décolletés, on est en état de surexcitation permanente et incontrôlable, c'est d'ailleurs pour ca qu'on vous viole !
...
Faudrait y réfléchir à deux fois avant d'écrire ce genre de fadaises bourrées de clichés

21. Le 25/02/2010, 22:00 par Suzanne

J'aime beaucoup le commentaire de Dwormiller et la réponse vacharde d'Olympe, qui vérifie les heures...

22. Le 26/02/2010, 15:22 par RiGeL

@ ali

"Je ne me reconnait pas dans les hommes visés par cet article"

Moi non plus, à vrai dire. Mais bon. De toute évidence, il ne s'agit pas d'une thèse de troisième cycle, mais plutôt d'un livre "humoristique" (ce n'est probablement pas que cela). Or, quand il y a humour, il y a forcément une part d'éxagération, de caricature.

C'est sur que quand tu lis ça au premier degré : "Un tourbillon de décolletés et de minijupes le met dans un état second" tu ne peux pas le prendre au pied de la lettre. Ca se saurait, si tous les mecs dans la rue avaient la bave aux lèvres en répétant à tue tête "femme ! femme !". La ficelle est tellement grosse qu'il devient quasiment impossible de le lire au premier degré. C'est donc forcément de l'humour. Après, tu apprécie ou pas. Tu as probablement plus de mal à apprécier si tu es un homme, parce que quelque part, malgré l'humour, tu sens vaguement qu'il y a un fond de vérité là dedans, et que ça fait pas forcément plaisir, mais l'humour, c'est aussi, et surtout, être capable de se moquer de soi même, non ?

Pour ton 3) : même principe que précédemment. c'est effectivement "plus positif, à mon avis, de mettre en évidence que les hommes qui ...", oui, mais c'est vachement moins drôle.

Je crois qu'en fait, je vais acheter ce bouquin. Je suis pas sur que tout me plaira dedans, mais les "femmes de ma vie" (comprendre ma copine et ma mère) vont à coup sur l'adorer.