On l'attendait (en tout cas moi) avec impatience, le nouveau rapport de Brigitte Grésy sur l'égal accès  des femmes et des hommes  aux responsabilités professionnelles  et familiales dans le monde du travail .

Il a été remis hier à la ministre et j'espère avoir le temps d'en faire une analyse approfondie tant je trouve que Brigitte Grésy pose toujours avec justesse les bonnes questions.

Je m'attendais aujourd'hui à en entendre parler partout. Pas du tout, les médias préfèrent ergoter sur le machisme des hommes politiques, c'est toujours plus facile que de parler du leur. 

Brigitte Grésy a distingué 3 temps de parentalité

- le temps court, dans les mois qui suivent la naissance de l'enfant

- le temps quotidien, celui de l'organisation au jour le jour 

- le temps long celui de la conciliation entre la vie privée et la carrière 

Sa 1ere proposition (celle que tout le monde attendait)  : créer, en plus d’un congé de maternité de 12 semaines, un congé d’accueil de l’enfant de 8 semaines, à partager également entre les deux parents (donc 4 semaines chacun), non transférables, devant être pris à la suite  du congé de maternité, avec un bonus d’une semaine, en cas de prise intégrale de son congé par le père, à prendre indifféremment entre les deux parents jusqu’au un an de l’enfant 

Le dispositif serait le suivant :

- Maintien d'un congé de maternité spécifique pour la mère, de 12 semaines dont huit semaines obligatoires comme dans le droit actuel ; 

- Créer un congé d’accueil de l’enfant de huit semaines, à partager à égalité avec le père, soit, pour le père, la possibilité de bénéficier d’un congé plus long de deux semaines par rapport aux 11 jours calendaires actuels et aux trois jours d’autorisation spéciale d’absence financés par l’entreprise. Ces deux mois de congé d’accueil de l’enfant, soit un mois pour le père et un mois pour la mère, répondent aux caractéristiques suivantes :  

-  ils sont non transférables d’un parent à l’autre (si l’un des parents ne prend pas sa période réservée, elle est perdue pour l’autre parent) ;  

- ils sont pris immédiatement après le congé de maternité. 

- création d'un bonus d’une semaine à prendre indifféremment par l’un ou l’autre parent, si le père a pris entièrement son mois du père. Ce bonus peut  être pris jusqu’au premier anniversaire de l’enfant et peut être fractionné sous forme de demi-journées

Au final un tel système aboutirait à 

-  maintenir le congé de  maternité  pour la mère à 16 semaines ; 

- une durée d’un mois pour le père, 

et donc  un accueil de l’enfant sur 21 semaines si l’on compte la semaine de bonus, soit  trois semaines de plus que dans le système actuel.

La suite et les autres propositions aux prochains numéros....