Rubrique faits divers

160 femmes tuées par leurs conjoints, il semble que le chiffre n'impressionne pas suffisamment.

C'est pour lui donner sa triste consistance que j'ouvre une page spéciale recensant ces crimes.

Je compte sur vous pour me signaler ces faits divers qui souvent ne font l'objet que d'un article dans la presse locale.

Commentaires

1. Le 22/04/2009, 11:12 par isabelle

ce matin, je suis tombée par hasard sur RTL sur un reportage sur l'accueil des femmes battues dans un commissariat. Exceptionnellement long et très bien fait (vers 7h30)

2. Le 22/04/2009, 11:12 par Angélita

J'essaierai de te les signaler

3. Le 22/04/2009, 12:55 par isabelle

Didier, la réponse est oui, pour des raisons qui me semblent évidentes. On ne peut pas combattre un mal si on ne connaît pas l'ampleur de ce mal. Tant qu'on minimise la violence contre les femmes, on n'a pas de raison de se mobiliser pour la stopper. La parole et les discours sur le sujets le recensement des faits et la façon dont on les recense sont importants. Regardez ce qui s'est passé sur la violence routière. Tant qu'on parlait "d'accidents de la route", tant qu'on les mesurait mal, tant qu'on en parlait peu le phénomène amplifiait. Dès qu'on a parlé de "violence routière" et mesuré le phénomène on a compris que ce n'éait pas un accident, donc une fatalité mais qu'on pouvait agir contre. Pour les violences misogynes appelées par euphémisme "domestiques ou familiales" ça doit être un peu pareil non ?

4. Le 22/04/2009, 17:00 par jolb56

@Didier. Oui, je pense que c'est important, ne serait-ce que pour savoir de quoi on parle. Toute cette polémique Orelsan nous a toutes et tous fait réfléchir bien sûr. Je ne crois pas qu'un-e seul-e d'entre nous ait envie de censurer des "artistes" juste pour le plaisir. Donc il est important de connaître l'ampleur exacte du phénomène. Si il y a une seule victime de violences domestiques par an ... alors, on est dans des chiffres de criminalité ordinaires, cela veut dire que le rappeur peut rapper .... puisque la société est saine.
Bon tout cas je suis allée sur le site du Ministère de l'Intérieur, rubrique criminalité. Deux observations, toutes les victimes sont au masculin, y compris les victimes de viols ... il doit bien y avoir quelques filles et femmes dans le tas ... non ? et puis il n'y a pas de rubrique Violences Domestiques. Donc déjà on pourrait exiger cela : statistiques genrées et rubrique violences domestiques .... genrées bien sûr pour les hommes victimes, même si ils sont sans doute moins nombreux.

5. Le 22/04/2009, 17:58 par mebahel

Pour autant que je le sache: victimes de violences (y compris meurtre) au sein d'un couple, ex couple ou futur ex couple: 85% de femmes.
Les 15% qui restent (hommes donc) le sont pour moitié par ras le bol des violences subies (pas vraiment vengeance ou du moins mêlée de défense différée), ou pour protéger les enfants.
Mais s'il est encore difficile pour une femme d'aller témoigner de ce qu'elle subit, c'est tout aussi (sinon plus?) difficile pour un homme battu de le faire.

6. Le 23/04/2009, 00:39 par réveil citoyen

connaitre l'ampleur du mal est essentiel, mais dans son ensemble, ainsi les violences conjugales subies par les hommes est un tabou extrême en France, aucune étude, aucune structure d'accueil et d'écoute, aucune solution de soutiens.
Quelques études au Québec, en Australie et dans d'autres pays tendent à démontrer que les violences conjugales sont subies à quasi égalité des deux coté avec une prédominance physiques pour les hommes envers les femmes et psychologiques dans la situation inverse menant assez souvent au suicide de la victime. Ne soyons pas dupes et défendons nous contre toutes les violences plutôt que de nous enfermer dans une victimisation féminine qui ne saurait que nous déservir.

7. Le 23/04/2009, 05:31 par mebahel

Ha tiens , un-e masculiniste.
Y'avait longtemps.

8. Le 23/04/2009, 18:48 par stedransky

Oui, je pense aue c'est une démarche qui a beaucoup de sens, sortir ces femmes de la rubrique "chiens écrasés" pour montrer la dimension sociale et politique de leur mort. Je te signalerai cela et je pense relayer ton action dans mon blog.

9. Le 28/04/2009, 08:41 par isabelle

Libération 28/4/09 : viol en réunion ds un local à poubelles, 10 lignes