Série : les illustratrices du 20eme siècle. Elsa Beskow

Vous vous souvenez que Renaud Bouet, qui est illustrateur de métier, présente chaque jour sur facebook une illustratrice dont les dessins sont souvent très connus, mais pas elles. Il a accepté de rédiger une série d'articles pour les présenter. C'est donc, après Rose O'Neill le deuxième article.

 

Elsa Beskow (née Maartman) est l'aînée de six enfants. Elle étudie au département Arts industriels de la Tekniska Skolan à Stockholm puis devient enseignante, professeure de dessin, à l'école mixte Whitlock, de 1894 à 1897. C'est à cette date qu'elle rencontre et épouse le travailleur social, pacifiste, partisan du suffrage féminin et diplômé de théologie pratique, Natanael Beskow. Le couple s'installe dans le quartier de Djursholm, au nord de Stockholm et, alors que son mari se partage entre ses cours, l'écriture (cantiques, sermons) et la direction de la fondation sociale Birkagården (qu'il a créée avec Ebba Pauli), Elsa entame sa carrière d'auteure/illustratrice. Ils auront six enfants.

 

 

Pour Elsa Beskow, et contrairement à beaucoup d'auteur(e)s de son temps, le conte n'a pas spécifiquement une valeur éducative et ne doit en conséquence pas se borner à servir un message pédagogique. Comme elle le dit elle-même, dans la préface de son "Coffre du grenier du manoir" (1926), "Je me suis dit qu'un vrai livre de contes devrait être précisément comme ce coffre. Il devrait y avoir des choses qui conviennent aux tout petits, et d'autres qui conviennent aux plus grands. Il devrait y avoir des choses utiles, des choses qui ne servent à rien, sauf à s'amuser, et aussi des choses bizarres dont on ne sait pas exactement que faire''. Il faut dire que depuis Andersen et l'héritage de la révolution romantique, le conte a quitté le seul terrain du folklore pour devenir un objet littéraire à part entière. Et même si Elsa Beskow emprunte certaines figures "connues" aux contes traditionnels, tels que rois, princesses ou fées, ses histoires sont des créations à part entière, et les enfants y ont la plus belle part. Qu'il s'agisse d'enfants humains ou d'enfants-fées issus du peuple de la forêt. Ils y jouissent même d'une grande autonomie et vivent des aventures à leur niveau (pas d'actes supra-héroïques) sans le poids moralisateur d'une présence/conscience adulte. Une autre des caractéristiques de ses contes est sans doute le ton: gentillesse, bienveillance et tolérance, mais pas de mièvrerie, pas de "message".

Ses histoires s'ouvrent, se déroulent, se referment, point. Pour ce qui concerne le trait d'Elsa Beskow, il est simple, facile à appréhender, ses couleurs sont fraîches et légères, sa technique de prédilection, l'aquarelle, y étant pour beaucoup. Venue d'une époque dans laquelle l'essor de la presse favorisa l'émergence de nombreux ouvrages pour enfants, Elsa Beskow est néanmoins l'une des rares auteures suédoises a avoir traversé le temps jusqu'à nous. Ses livres sont traduits dans le monde entier et régulièrement réédités.

Ses dessins sont également largement utilisés dans l'industrie de la déco: mugs, plateaux, textiles, cartes postales, etc...

 

Parmi la quarantaine d'ouvrages qu'elle publia, en voici quelques-uns:

• Les elfes de la forêt (Tomtebobarnen 1910)

• La fête des fleurs (Blomsterfesten i täppan 1914)

• L'oeuf du soleil (Soläget 1932) Sources:

• Les propres ouvrages d'Elsa Beskow

Pour en savoir plus 

Elsabeskow.se

Journal.openedition.org - Germanica - Elsa Beskow: le conte sur mesure, par Elena Balzamo

Wikipedia: Elsa Beskow Natanael Beskow Condition des femmes en Suède