Semaine de l'allaitement

Mon billet est sur Eco89 et je préfère vous préciser que ce n'est pas moi qui ai choisi l'illustration.

Commentaires

1. Le 18/10/2009, 00:07 par laetSgo

c'est un sujet auquel je suis particulièrement sensible. J'ai "raté" l'allaitement de mon premier (2 mois 1/2) par manque d'info : c'était sensé être "naturel"...certainement le cas pour nos mères, ou plus probablement nos grands-mères, mais quand il n'y a pas d'"exemple" dans le cercle familial et/ou amical...et ben ce n'est pas si évident que ça ! à force de recherches, je suis tombée sur la leache league et sur le bouquin du Dr Newman (en anglais à l'époque)...du coup, j'ai pu allaiter la seconde jusqu'à 2 ans, et le 3ème qui a maintenant 14 mois l'est tjs...victoire personnelle...par contre, il est clair que les entreprises ne se préoccupent absolument pas du sujet : pas de salle dédiée (et pourtant je travaille dans un grand groupe) - réduction horaire certes (et je sais que je suis chanceuse sur ce point), mais quand on est séparé de son p'tit bout pendant 8h par jour, pas évident de continuer...c'est cependant un lien tellement essentiel que je suis heureuse d'avoir persévéré et de n'avoir pas écouté tout mon entourage qui me poussait à arrêter (après tout, "nous" avions survécu au biberon, n'est-ce pas !). Maintenant, c'est mon chéri qui fait la promo de l'allaitement auprès des nanas de sa boite, et ça, c'est une vraie avancée :-)
Mis à part ça, je comprends aussi tout à fait les femmes qui ne souhaitent pas allaiter - mais quand c'est à cause du manque d'information ou de soutien, je trouve cela vraiment dommage...

2. Le 18/10/2009, 10:51 par chiara

merci pour l'article
je ne suis pas allée commenter sur rue 89, d'autant que les échanges ont été largement trollés (à mon avis)...
Le problème actuel c'est que l'on culpabilise les mères qui ne veulent pas ou n'arrivent pas à allaiter, mais on ne donne pas les moyens à celles qui voudraient le faire de le faire dans des conditions correctes, avec des infos correctes... donc 80% des mères culpabilisent, ouais, super réussite...
J'ai allaité ma première 3 mois, et ma deuxième 18 mois... en n'en faisant qu'à ma tête et en n'écoutant surtout pas les médecins (faut la sevrer elle ne grossit pas assez vite), les puéricultrices de la maternité (il ne faut pas tirer votre lait - or j'ai des montées de lait très abondantes et très brutales, c'est comme ça)... j'ai trouvé mes infos sur internet (forum des magic mamans de vert baudet, oui oui) et dans les bouquins de Marie Thirion.
Pour les mamans allaitantes, pensez au lactarium, le don de lait c'est facile même si ça prend un peu de temps, vous avez un tire-lait à disposition que vous pouvez utiliser pour vous aussi (bon, après la reprise du boulot c'est plus dur).
Pour continuer à allaiter en bossant à mon avis il faut que la diversification soit commencée, sinon c'est vraiment dur. Donc autour de 6 mois : c'est ça qu'il faudrait comme congé !!! autant dire qu'on en est loin.
je me considère comme féministe, engagée, et j'ai beaucoup aimé allaiter... pour moi il n'y a pas de contradictions, mais il faut veiller à ce que les mères ne soient pas culpabilisée si elles ne se sentent pas (Marie Thirion dit que le non-désir de la mère est une contre-indication absolue à l'allaitement). Plus on en sait moins on culpabilise, plus on fait un choix conscient, plus on comprend comme intégrer le papa à l'allaitement...
Les médecins sont trop formés au pathologique, pas assez à ce qui est normal, les petits incidents de parcours, le bon sens aussi...

3. Le 18/10/2009, 11:38 par alphabet

Sujet sensible, c'est clair..... Je me suis personnellement arrêtée à cette phrase :
"En Finlande ou en Norvège ce sont respectivement 95% et 90% des mamans qui allaitent."
Visiblement, 95 % des femmes qui allaitent, c'est un but, une grande joie, youpi on fait la fête et on va toutes dans ce sens !
Actuellement, si on a :

95 % des votants pour un même candidat, est-ce un candidat absolument génial, où plutôt un dictateur qui truque les votes ?
95 % des femmes qui se voilent dans un pays, est-ce un pays très musulman ou est-ce un pays où les femmes n'ont pas vraiment le choix (poids des traditions, poids de la société ?)
95 % des femmes qui allaitent dans un pays, est-ce VRAIMENT le signe d'une réussite pour les femmes, ou est-ce plutôt un pays où les femmes n'ont pas vraiment le choix (poids des traditions, poids de la société ?).

"Maintenant, c'est mon chéri qui fait la promo de l'allaitement auprès des nanas de sa boite, et ça, c'est une vraie avancée :-)"
Ah ???????????????? Ben c'est super ... si un mec vient, sur mon lieu de travail, vient m'expliquer comment nourrir MON enfant, je peux te dire qu'il va être bien reçu, c'est clair.
Le mien fait plutôt la promo "par l'exemple" du féminisme, avec des "Ah non, pas le temps ce soir, je vais faire les courses" ou par une bataille acharnée pour que les hommes puissent, comme les femmes, prendre des mercredi, des jours enfants malades, assistés à la rentrée scolaire .... Mais chacun sa lutte, bien sur, l'allaitement a toujours été une énorme avancée pour les femmes, c'est bien connu, ce n'est absolument pas en se basant sur le fait que seules les femmes accouchent et allaitent que les hommes ont justifiés l'enfermement des femmes dans le milieu domestique .....

4. Le 18/10/2009, 12:26 par olympe

Cultive ton jardin, merci c'est un sujet sensible et une position pas facile à défendre car pas tres politiquement correct encore
Laetsgo, j'ai une expérience assez semblable
Chiara, oui sur Rue 89 il y en a notamment une qui s'est lachée. LEs gens qui font des coms plus long que l'article devraient ouvrir leur propore blog
Alphabet, ce qui est fort c'est que celles qui ne veulent pas allaiter et qui font bien ce qu'elles veulent souhaitent empecher les autres de le faire alors que ce n'est déja pas facile.
Perso j'ai 5 enfants, des expériences d'allaitement divers (2 ans pour mes dernières filles) ça ne m'a pas empéchée de travailler alors que j'avais des responsabilités importantes

5. Le 18/10/2009, 12:33 par ladywaterloo

je viens de découvrir votre blog

J'adore...

ai été hyper choquée par l'illustration choisie par rue 89, mais elle illustre bien le malaise de certains, confusion entre sexe et allaitement, mais en même temps la nana qui est dans leur lit parfois devient mère, c'est la même chose, non?

la voix est assez étroite pour les femmes. Nous allons devoir peut être reprendre le flambeau pour défendre la loi Veil, suite au commentaires vus ça ou là, moi, mère de famille plus que nombreuse, et adorée, le ferai, et vous?

6. Le 18/10/2009, 13:10 par muse

Celle qui s'est lâchée c'est moi ;-)

Faut dire que la majorité des femmes qui se sont exprimées positivement sur l'allaitement sont des femmes qui sont soit fonctionnaires soit cadres ou employées d'entreprises privilégiées ou avec des moyens financiers suffisants.
Donc forcément pour elles, l'allaitement a été possible et positif. Et elles ne peuvent pas imaginer que cela soit différent pour d'autres et voudraient croire que c'est positif pour toutes.
Ben non l'allaitement n'est pas super positif pour toutes. Parce que déjà nous sommes toutes différentes.
Moi je ressens ça comme un enfermement.

Et le cas d'une majorité des intervenantes qui me sont tombées sur le paletot, comme le tien Olympe, n'est pas le cas de la majorité des femmes qui vivent comme moi, des réalités professionnelles bien plus dures et où le congé d'allaitement à 6 mois est impossible et où la survie professionnelle et matérielle passe devant le congé de maternité.

Mais c'était difficile à comprendre manifestement, d'où mes longues explications de contrargumentaires.

7. Le 18/10/2009, 14:08 par alphabet

Alors, on va reprendre : 95 % des femmes qui allaitent, si on enlève les impossibilités médicales, on est pas loin des 100 % de femmes qui peuvent allaiter, le font.
Tu as 5 enfants, est-ce que tu prends comme modèle les pays où presque 100% des femmes ont une famille nombreuse ? Non, parce qu'à ce pourcentage, tu considères, avec raison, que ce n'est pas un choix. Tu vas même te battre pour que ce modèle ne s'impose pas. Cela ne veut pas dire que tu te bats contre celle qui ont 5 enfants ?

Soyons bien clair : Oui, je me bats de toutes mes forces contre ce genre "d'initiative". Exactement comme je me battrais, de la même façon, contre un groupe qui a pour modèle un pays où presque 100 % des parents choisissent le biberon. Parce que, dans les deux cas, ce n'est pas un choix, mais une IMPOSITION. Et que je ne trouve pas féministe d'imposer quoique ce soit à des femmes (ou des hommes, d'ailleurs !).

"Alphabet, ce qui est fort c'est que celles qui ne veulent pas allaiter et qui font bien ce qu'elles veulent souhaitent empecher les autres de le faire alors que ce n'est déja pas facile."

Olympe, ce qui est fort c'est que celles qui veulent allaiter et qui font bien ce qu'elles veulent souhaitent obliger les autres de le faire alors que ce n'est déja pas facile.

Tu as déjà vu des groupes se former avec comme objectif 100% des bébés au biberon ? Non ? Ben moi non plus. Alors, l'imposition, elle n'est visiblement pas dans le sens que tu crois !!!

On a déjà eu, mais dans le calme et la bonne humeur, le même genre de discussion avec Cultive ton jardin. Et notre conclusion à toutes les deux (Si cultive ton jardin pouvait confirmer) est que le modèle actuel, celui qui es imposé aux jeunes mamans, par la pub, le poids familial et celui de la société, ce n'est pas celui d'une maman qui biberonne, mais celui d'une maman qui tente l'allaitement, que cela lui plaise ou non, pendant environ 3 mois.
Celles qui n'allaitent pas, ou celles qui allaitent plus longtemps sont des stigmatisées : mauvaises mères d'un côté n'aimant pas son enfant, mères étouffantes de l'autre. On les lapide verbalement (le mot est fort, mais c'est exactement mon ressenti pour le 1er groupe, et c'est un peu ce que je vois à travers les écrits du 2ème groupe).
Oui, l'allaitement est très mal expliqué ("Tu verras, ce n'est que tu bonheur, et puis c'est naturel, tu trouveras vite" étant le modèle typique de l'explication ...), mais non occulté : tous les livres distribuées aux futures mères en parlent, et en bien. Un peu comme la grossesse, d'ailleurs ! Et parce que l'allaitement, c'est quand même rarement "que du bonheur", celles qui ont des questions / problèmes "normaux" (je ne suis pas une spécialiste, mais du style, douleurs pendant les montées de lait, bébé qui fait mal en prenant le sein etc ...) se sentent coupable et mauvaises mères.

Promouvoir l'allaitement en ayant pour but 100 % des femmes qui allaitent ? Non
Expliquer sereinement, sans l'idéaliser, aux mères le souhaitant ce qu'est l'allaitement, et comment allaiter ? Oui

8. Le 18/10/2009, 14:35 par olympe

Muse, moi je respecte tous les choix, mais je constate que celles qui voudraient allaiter et travaillet n'ont en réalité pas le choix parceque c'est quasi impossible.

Alphabet "Tu as déjà vu des groupes se former avec comme objectif 100% des bébés au biberon ? Non ? Ben moi non plus. Alors, l'imposition, elle n'est visiblement pas dans le sens que tu crois !!!"
en fait c'est tout à fait inutile, Nestlé et les autres s'en occupent très bien et avec d'autres moyens qu'un petit blog ! mais cette pression là est subtile et ne dis pas son nom

9. Le 18/10/2009, 15:07 par muse

Manifestement Olympe, dans ton article, tu reprends la théorie essentialiste et tu en fais la promotion. Donc c'est d'une certaine façon une volonté d'imposer ce modèle comme si c'était le seul légitime.
C'est là où l'article que tu as fait est biaisé.

Oui effectivement les femmes qui voudraient parfois allaiter ne peuvent pas le faire.
Mais c'est dû à leurs manques de moyens et à des contrats de travail qui sont précaires.
Une femme doit déjà penser à sa propre survie alimentaire et physique.
L'allaitement est souvent une préoccupation de classe aisée. Pas de classe modeste ou moyenne.
Pourquoi le propos égalitariste a dominé avant? Tout simplement parce qu'il est le fait de femmes modestes qui ont revendiqué une liberté de pouvoir vivre sans être contraintes par une maternité, une sexualité qui ne tenaient absolument pas compte de leurs désirs et de leur liberté.
Depuis les années 80-90, les féministes qui ont pris le relais avec un discours essentialiste ont suivi le mouvement réac ultra libéral à la Reagan et c'est devenu un discours de femmes aisées. Qui ignorent totalement la vie de femmes modestes.

Leur appréhension de la maternité est donc très différente. Pas le même contexte de vie.
Pas le même contexte social, pas le même contexte financier.

10. Le 18/10/2009, 15:42 par muse

Le biberon que tu le veuilles ou non Olympe, a permis aux femmes de pouvoir avoir un travail salarié tout en étant maman.
Ca a été donc une libération et ça l'est toujours même si tu vois le biberonnage d'une façon négative (ce qui est tout à fait ton droit).
Et ça permet toujours aux femmes de pouvoir travailler et en même temps vivre une maternité.

Il y a des groupes comme Nestlé qui ont fait commerce de lait en poudre ou de lait maternisé. Et alors? Où est le problème puisque nous sommes une majorité de femmes peu aisées dans notre société française à apprécier le fait de pouvoir cumuler travail pro et maternité (sans devoir nous arrêter de travailler longtemps)?

Celles qui veulent vivre une maternité avec allaitement ont souvent choisi un statut professionnel compatible avec ce genre d'arrêt. Ou ont des compagnons, des conjoints suffisamment argentés pour vivre cet allaitement comme elles l'entendent. Ou enfin ont des entreprises particulièrement attentives à leurs salariées.
Mais quoi qu'il en soit, le choix est possible.
Les femmes supporters de l'allaitement ont fait en sorte de pouvoir le faire.

Je rejoins Alphabet dans son analyse: le discours actuel est de culpabiliser les femmes qui n'allaitent pas. Et ça va avec le discours politique réac.
L'allaitement sera toujours possible sans mettre en péril la survie économique des femmes si ces dernières sont aisées socialement et financièrement.
L'allaitement obligatoire sera une source supplémentaire de misère et d'exclusion pour les femmes modestes. Car ça les ramènera à la maison, ce qu'une majorité ne souhaite pas. Parce que le retour au foyer signifie pas de retraite à la vieillesse et fin de vie extrêmement précaire.

Essaie de comprendre ça si tu peux.
Les groupes agro-alimentaires ne seraient pas grand-choses si les femmes qui utilisent leurs produits n'y avaient un intérêt majeur.
Auquel cas, celui de pouvoir avoir une autonomie financière tout en étant maman.

Et c'est une liberté énorme.
Que bien des politiques réacs voudraient nous faire perdre. Le discours sur l'allaitement obligatoire est une façon de culpabiliser les femmes de travailler et en même temps d'être mères, comme si c'était incompatible.
Ben non c'est compatible et ça permet que les femmes d'aujourd'hui vivent moins misérablement que leurs ancêtres. Et tant mieux!

11. Le 18/10/2009, 16:03 par ladywaterloo

Oups là, pardonnez mon intrusion

mais, mais, et mais:

il y a vraiment énormément de problèmes soulevés par la simple possibilité pour une femme de nourrir ou non son enfant.
-celui du boulot, ok, c'est vrai
-celui aussi des allergies alimentaires, de plus en plus nombreuses que provoquent ces laits-pourris que nous fournissent Nestlé and co. Celui aussi des dégâts collatéraux, mère enfants de l'alimentation artificielle (j'en parle d'autant plus librement que j'étais une mauvaise laitière, mais si j'avais su, je me serais plus impliquée dans l'allaitement maternel)

non ce n'est pas que du bonheur d'allaiter, oui c'est hyper dur, hyper contraignant, mais oui, si on veut des gamins en meilleure santé, il faut que les mères s'impliquent d'avantage.

si vous voulez vous faire une id plus précise de la situation lisez la composition des laits artificiels, même dans les "lait de croissance" de Candia, on trouve de l'huile de palme! lisez la composition de tout ce qui est au contact des petits bouts et vous comprendrez l'explosion du nombre de maladies inexpliquées chez l'enfant: du banal au moins banal: asthme léger à mortel, allergies en tout genre, multiplication du nombre de cancers chez l'enfant, explosion des maladies rares, orphelines, dont les médecins disent, "on constate amis on ne sait pas pourquoi".

Nous sommes dans une époque charnière, car certains acquis de la femme, ne sont en fait pas acquis (voir la manif en Espagne ayant réunie plus d'un million de personnes contre l'avortement) et nous sommes aussi responsable de l'avenir de nos enfants. Lourde charge, mais de toute façon, sincèrement depuis que la femme a plus de liberté elle a aussi drôlement plus de responsabilités.

Mes filles, ayant des bb, toutes deux, font leurs soupes elles même et congèlent, à vrai dire le choix fut vite fait, petit prince de 4ans a eu une intolérance grave aux protéines de la vache... perte de poids bb, enfant dégueulant tout le temps, la joie.

Je n'ai pas vraiment de conseil à donner sauf celui d'être très attentive à tout ce qui concerne vos enfants, cela va de la lingette bourrée de saloperie à la pampers ou l'on trouve des traces de dioxine, des laits maternisés de plus en plus trafiqués aux biscuits kids de chez carrefour contentant des graisses hydrogénées.

J'espérais sincèrement une vie plus facile pour les femmes, il n'en ai rien, j'en suis vraiment désolée.

12. Le 18/10/2009, 16:24 par olympe

Muse, il y a longtemps que mes enfants ne sont plus allaités :-) mais je ne vois pas pourquoi tu es contre la possibilité qui serait offerte aux femmes de choisir de travailler ET d'allaiter sous prétexte que toi tu préfères donner un bib. tu fais bien ce que tu veux , mais pour l'instant le seul choix possible c'est celui là

13. Le 18/10/2009, 17:02 par alphabet

J'adore le retournement de situation ! C'est TOI, Olympe, qui milite pour arriver à 100% de femmes qui allaite (cf ton lien, je n'invente rien, c'est écrit en clair !), ce ne sont ni muse ni moi qui militons pour que les femmes (et les hommes) donnent le bib', il ne faudrait pas inverser la situation, merci .....

Au fait, les congés parentaux, on peut les prendre en horaires aménagés, c'est ce que font certaines dans ma boite. Elles arrivent un peu plus tard, prennent un peu plus du temps de midi, et partent plus tôt, il me semble que c'est parfait pour l'allaitement ... Vu le bouzou que cela entraine dans le service, si mon patron avait pu refuser, je pense qu'il l'aurait fait ..... Et c'est 3 ans, le congé parental ? Alors, le seul choix possible, c'est le bib', no comment, hein ......

14. Le 18/10/2009, 17:11 par olympe

laisse tomber, on voit que tu n'as pas essayé

15. Le 18/10/2009, 20:14 par muse

Olympe, je ne suis pas contre l'allaitement, chacune fait ce qu'elle veut, je dis que le biberon permet de cumuler vie professionnelle et vie maternelle.

Or ce n'est pas le cas de l'allaitement. Parce qu'il faut s'arrêter professionnellement pour pouvoir le pratiquer. C'est trop fatiguant de cumuler les deux ensemble.

Les femmes le réalisent bien.
Quand elles allaitent, il faut 6 à 8 mois d'arrêt après accouchement pour faire les choses bien.
Quelle femme qui travaille peut se permettre de nos jours de faire ça? Uniquement les privilégiées. Qui soit sont fonctionnaires, soit sont cadres, soit sont employées en CDI dans des conditions optimales.
Se sont des minorités.
La majorité des femmes ne peut pas se permettre ça. Parce que sinon, c'est fini. Elles ne retrouveront jamais de travail.

Les entreprises ne peuvent pas dans leur fonctionnement, permettre à toutes les femmes de prendre des congés maternels à rallonge ou à la demande. Et c'est logique!
T'imagine le bazar si chacune faisait ça?

A moins d'une loi qui oblige toutes les entreprises et le secteur public à adopter un fonctionnement qui tient compte de la vie maternelle et encore, dans certaines limites, l'allaitement à 100% de tes rêves ne sera jamais possible.
Parce que les entreprises et d'autant plus dans la mentalité française et latine, n'ont aucun intérêt à tenir compte des volontés maternelles des femmes. Ce qui compte, c'est la bonne marche de l'entreprise et la rentabilité.
Les femmes qui s'arrêtent longtemps, les entreprises les renvoient au foyer sans espoir de retour.
Déjà que lorsque tu as 30 piges, dans une petite société et avec un poste important, on te regarde de travers parce que tu arrives à l'âge où tu es potentiellement enceinte et mère, donc j'imagine encore plus le calvaire si tu annonces que voilà, tu prends un congé maternel de 12 mois...

C'est pour ça que je te dis que ta vision essentialiste reste un discours féministe de femme aisée. Une femme aisée s'en sortira toujours même si elle allaite.
Une femme qui n'a pas un sou vaillant devant elle, va faire tout ce qu'elle peut pour gagner sa vie et n'aura aucune envie d'allaiter parce que si elle s'arrête (et l'allaitement oblige à l'arrêt), c'en est fini de son job et de sa survie personnelle matérielle.

Après tu vas me dire que ce qui serait bien serait un salaire maternel. Et là je te renvoie au discours de Boutin et consorts, les supporters de l'extrême-droite.
Et là, tu réalises que finalement le discours sur l'allaitement à 100%, c'est un discours réac.

16. Le 18/10/2009, 21:31 par muse

A ladywaterloo

Pour les laits maternisés, moi qui ai été élevée au Guigoz, y en a de très bons. Après faut comparer et voir les meilleurs. Tous ne se valent pas loin de là. Et il faut qu'il convienne à bébé. Mais vu le panel, y a largement de quoi choisir.

Je pense que je reprendrai Guigoz pour mon bout de chou. Car c'est celui qui s'adapte le mieux aux estomacs fragiles.

17. Le 18/10/2009, 22:12 par olympe

Muse, 1/ j'ai allaité 2 ans en travaillant comme cadre sup, (et je n'avais pas une nounou à la maison, par contre j'habitais à 1O mn de mon travail) 2/ si il y a une chose que je déteste c'est bien d'être catégorisée, c'est le meilleur moyen de clore la discussion. Je refuse d'être traitée d'essentialiste ou d'universaliste. Je suis pragmatique et à la différence de toi je ne renonce pas en baissant les bras et en imaginant le bazar. Non j'imagine comme ça serait bien un monde qui prendrait en compte les envies de chacune.

18. Le 18/10/2009, 23:51 par muse

A Cultive ton jardin

Va voir les sites de laits infantiles.
Ils conseillent prioritairement aux femmes d'allaiter.
C'est dire s'ils font de la propagande pour leurs laits en poudre...

Concernant les droits en usine et entreprise, vu le nombre de femmes syndiquées (je le suis mais c'est pas terrible si on fait le bilan) et des actifs (hommes et femmes) syndiqués en France...ben je vois pas comment on peut faire respecter un droit qui si ça se trouve a été totalement balayé parce que l'usine à l'époque de ta maman a évolué et oblige ses employés à une cadence encore plus rapide.
Rien que moi qui ai bossé lorsque je n'avais pas assez de cours chez Carrefour pendant 3 ans pour faire de la mise en rayon plusieurs fois par semaine, je te raconte pas les contraintes et les conditions de travail y compris pour les femmes...Et encore j'y étais pas 8H par jour. Mais celles qui y étaient longtemps, c'était l'enfer. Leur super astuce pour faire craquer les mères de familles toutes seules? Les obliger à venir plusieurs fois dans la même journée jusqu'à ce qu'elles craquent nerveusement. Et après, virées. Un dégagé! Le travail du dimanche fonctionne sur le même principe dans la GD, la même oppression.
Alors tu vois, dans ces cas-là...quand en plus on peut pas se passer d'un salaire, les choix sont très vite faits.

19. Le 19/10/2009, 00:08 par olympe

Muse, je ferme les coms la discussion est impossible et puisque tu sais tout ce qui est bien pour tout le monde ouvre donc un blog . ça me fera plaisir d'aller te troller à mon tour